Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 mai 2011 7 29 /05 /mai /2011 08:27

 

254463_2049809972692_1467755058_32275953_8125708_n-1-.jpgCe samedi, je me suis rendu à la Convention du PS pour le projet des socialistes. C’est toujours l’occasion de rencontrer les copains, de toutes les sensibilités et ils étaient nombreux. Il y avait aussi l’ensemble des dirigeants du Parti. Tous étaient bien là, à un an de l’élection présidentielle, pour le rassemblement des socialistes. Il faisait beau et nous étions heureux d’être réunis.

 

 Jusqu’ici tout va bien … Mais c’est ensuite que ça se gâte …

 

 Car nous avons eu droit, un à un, aux discours lancinants des représentants des motions … les habituelles motions … les ancestrales motions … les archaïques motions. A un an de la présidentielle, le PS en est encore au congrès de Reims !

Hamonistes, Aubrystes, Strausskaniens, Fabusiens, tous leurs petits leaders sont montés à la tribune, pour nous dire toujours un peu la même chose. Nicolas Sarkozy a été un très mauvais président, ça rien à dire c’est juste ! Le Parti socialiste doit gagner en 2012 pour une France plus juste, ça on est tous d’accord ! Et puis … et puis rien … Autant vous dire que le premier discours ça va, le deuxième on trouve déjà ça un peu long … et quand on en vient au onzième, on a envie de leur crier « c’est bon on a compris ! ». Et on se dit, après tout, pourquoi ne viennent-ils pas nous dire « bon, moi c’est comme les autres, je passe … ». On gagnerait du temps ! Mais bien sûr que non ! Il faut que chaque représentant de motion ait parlé … à la proportionnelle des motions du dernier Congrès ! Où en est la rénovation du PS ? 

 

Toutes les motions ont pu parler … enfin sauf une… Dans toute cette succession ennuyeuse des représentants des motions, on n’a pas entendu un seul représentant de la sensibilité de Ségolène Royal. Un oubli sans doute … ils me font rire !

Ils sont en fait restés très enfants tous ces petits leaders… moi c’est avant toi … la maîtresse elle l’a dit … et puis toi tu n’iras pas à la tribune … t’es pas gentil … tu n’aimes pas assez la maîtresse … et on ne veut pas de toi !

 

Enfin, il y a eu pour terminer le discours de la Première secrétaire du PS, le passage obligé … et cet instant troublant, cette référence à Dominique Strauss Kahn … Que venait-il faire là ? Pourquoi associer l‘affaire Strauss-Kahn à cette Convention de l‘unité des socialistes pour 2012 ? « Notre ami Dominique » selon Martine Aubry …, le pacte de Marrakech planait à nouveau sur la Convention ! Reims toujours Reims et encore Reims …

Le discours s'est achevé par un long développement sur la culture. On le sait, Martine Aubry ce qu’elle veut c’est être ministre de la culture … Le reste, ce serait « par devoir », elle prendrait « ses responsabilités » … Mais pourquoi ne la laissent-ils pas tranquille … c’est vrai ça … Martine Aubry ministre de la culture c’est un très beau projet … il y a tant à faire dans ce domaine après Nicolas Sarkozy ! Allez Martine on te soutient, nous on veut que tu sois notre ministre de la culture en 2012 !

 

Philippe Allard

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans La parole aux militants
commenter cet article
25 mai 2011 3 25 /05 /mai /2011 12:04

1526895_3_382f_martine-aubry-et-laurent-fabius-le-10-mai-lo.jpgL’école des fans était une émission de télévision présentée par Jacques Martin qui faisait chanter des enfants en présence des vedettes de variété. L’animateur connaissait bien toutes les villes et les villages de France, d’où venaient ces enfants, car il y avait toujours une église et son cloché !
Avec Fabius, interrogé mardi soir sur TF1, c’était un peu un retour à cette école des fans. Orphelin après l’affaire Dominique Strauss Kahn, Laurent Fabius venait soutenir Martine Aubry.
On a cru un moment que Laurence Ferrari allait nous dire « je connais bien Lille, il y a une église et son cloché. Tu nous la montres Martine dans la salle … C’est la dame avec le beau chemisier qu’on voit sur l’écran … Tu l’aimes bien Martine … elle a l’expérience. Sait-elle faire de bonnes confitures ? ».

 

 Quand on entend tous ces anciens barons du Parti Socialiste, après la triste affaire DSK qu’on nous présentait comme l’homme providentiel, c’est bien sûr tout un regret qui remonte : celui de ne pas avoir réussi à porter Ségolène Royal à la tête du premier parti de gauche. Nous avions tant besoin en effet d’une réelle rénovation des idées mais aussi des hommes et des femmes politiques. Il nous aurait fallu pousser toute une nouvelle génération de femmes et d’hommes venus de toutes les régions et représentant cette France métissée, ouverte sur le monde contemporain.
Mais cela ne doit pas nous plonger dans la nostalgie bien au contraire. Car nous avons maintenant un nouveau combat à mener pour porter Ségolène Royal à la Présidence de la République et nous savons encore plus aujourd’hui qu’hier l’enjeu de cette victoire si nous voulons un réel renouveau pour la France.

 

Laissons les barons à leur passé et ouvrons des perspectives pour la prochaine élection présidentielle. Dans son intervention mardi soir à Poitiers, en présence de Martine Aubry, Ségolène Royal a clairement fixé le cap pour 2012. C’est « une volonté politique » pour la France qu’il faut en effet porter pour « un nouveau modèle de développement et de société » en liant « solidement ensemble l’excellence écologique, la performance économique et la justice sociale ainsi que la qualité de vie ».
Pour réussir cette politique de renouveau, la candidate socialiste veut rompre avec cinq années de libéralisme, du « laisser faire » de la politique de Nicolas Sarkozy. Contrairement à cette politique, la socialiste propose une puissance politique forte et responsable pour « assumer pleinement ses responsabilités » pour « jouer un rôle moteur en anticipant l’avenir, en imaginant des réponses inédites, en mobilisant toutes les énergies créatrices ».

 

 A tous ces amis de gauche qui voudraient s’en remettre à une femme ou un homme providentiel et qui ont oublié le combat politique, cette nécessité de convaincre pour permettre le changement, offrons leur en cadeau la vidéo de l’intervention de Ségolène Royal. Nous avons besoin de ce renouveau en 2012.

 

Philippe Allard

 



Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans La parole aux militants
commenter cet article
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 08:15

200px-Emmanuelli.jpgLes militants ont la parole ...

 

Militant socialiste, j’ai de plus en plus de mal à suivre le jeu des alliances au sein du Parti Socialiste ! Pas vous ? Le mode d’emploi me paraît de plus en plus obscur ! Essayons de comprendre, attention il faut suivre …

 

Acte 1
La scène se situe lors du Congrès de Reims en 2008, Martine Aubry s’allie avec Laurent Fabius pour écarter la candidature de Ségolène Royal considérée comme trop réformatrice. C’est le mariage « de la carpe et du lapin », qui unit les « oui » et les « non » à la constitution européenne. Pas facile ensuite de débattre sur le fond pour fixer une ligne politique claire, rôle que devrait en principe se donner un Congrès s’il se voulait vraiment utile. Quelle sera la politique européenne du PS ? Il est préférable de ne pas trop aborder cette question comme d’autres thèmes d’ailleurs … Le Congrès de Reims est une catastrophe. Quant à l’élection qui suivit pour élire la première secrétaire, il est préférable d’oublier !

 

Acte 2
Laurent Fabius, qui ne sait pas tenir sa langue lorsqu’il est en scène, dévoile l’existence du pacte de Marrakech entre Martine Aubry et Dominique Strauss Kahn, auquel il tient à se rajouter pour en faire un pacte à trois, en espérant ne pas se faire oublier. Ce pacte devait préparer la prochaine élection présidentielle de 2012. Tout s’éclaire sur la stratégie du Congrès. Après tout c’est une alliance plus claire que la précédente, puisqu’elle unit en somme ce qu’on peut appeler les « jospiniens » sur une ligne social-démocrate. Aubry tiendra le PS jusqu’en 2012 et DSK se préparera pour la présidentielle… Mais quid de cet accord depuis l’affaire DSK !

 

Acte 3
L’aile dite « gauche » du Parti, sans bien être clair sur le terme, avec pour acteurs principaux Henri Emmanuelli et Benoît Hamon, appelle à la candidature de Martine Aubry pour la présidentielle. Ca se complique vraiment ! Sur quelle ligne politique défendent-ils cette candidature ? Visiblement pas celle de Marrakech. Il y aurait donc un autre pacte, le pacte secret, ou «plan B» ! Ce pacte serait sur une ligne plus « gauche - gauche », en tout cas dans les termes, avec pour but de faire échouer le premier pacte (celui de Marrakech pour ceux qui ne suivent plus !). Mais Martine Aubry restant toutefois attachée à ses premiers amours, le pacte secret semblait donc voué à l’échec. Benoît Hamon menaçait de présenter sa candidature aux Primaires ! Mais rebondissement avec l’affaire DSK, le pacte de Marrakech est mort et le pacte secret est relancé. Hamon et Emmanuelli appellent, à grands cris, Martine, à déclarer sa candidature.

 

On résume cette triple alliance : Martine Aubry d’abord soutenue par les Non à la constitution européenne soutient le Oui. Elle s’accorde avec Dominique Strauss Kahn sur une ligne social-démocrate tout en s’appuyant pour diriger le parti sur l’aile gauche opposée à la ligne social-démocrate qui réclame sa candidature pour faire tomber Dominique Strauss Kahn l'allié de Martine Aubry ! C’est clair ?

 

Henri Emmanuelli qui a été particulièrement odieux pour les militants soutenant Ségolène Royal, par ses propos de dénigrement, devrait sérieusement méditer sur l’engagement politique. Autant ces petits jeux d’alliances au sein d’un Parti peuvent amuser et sans nul doute beaucoup occuper certains, autant pour gagner une élection présidentielle il faut prendre un peu plus de hauteur. S’engager sur des idées, convaincre pour faire progresser la société c’est tout de même d’une autre portée qu’une balle de trop dans un fusil de chasse !

Philippe Allard

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans La parole aux militants
commenter cet article
5 mai 2011 4 05 /05 /mai /2011 16:58

 

Sego-2-serieux-dignite-p-phr.jpg

 

« Vraiment j’appelle les socialistes à davantage de dignité, de responsabilité, parce que nous avons quelques mois, ici, maintenant, pour convaincre les Français, pour nous rassembler. », demandait hier matin Ségolène Royal, invitée par Christophe Barbier sur LCI.

Car l’heure est déjà bien avancée dans la bataille de la présidentielle, et les pièces maîtresses du jeu socialiste se regardent en chiens de faïence, sans se soucier de la guerre déjà engagée par le camp adverse.

« Vous savez que j’étais parmi celles qui avaient demandé un calendrier beaucoup plus court. Ce qui se passe montre que j’avais raison. », rappelait la candidate socialiste à Christophe Barbier.

Dans le camp socialiste, il y a eu l’épisode du candidat providentiel des sondages, au lendemain des cantonales, face à la vague « bleu Marine » On avait trouvé un rempart contre la vague populiste, foin des primaires, foin des Français, c’était l’unique solution aussi sûr que 2+2=4. CQFD.

Mais le rempart faiblissait dans les sondages, et un sondage montrait que le rempart n’empêcherait pas les ouvriers de passer par dessus le rempart et d'ignorer le président Nicolas pour aller faire trempette dans la vague. Ces ouvriers qui avaient voté pour Nicolas Sarkozy et la valeur travail en 2007. Après ce sondage sur les ouvriers, les rumeurs d’une disparition des primaires s’étaient évanouies comme par enchantement, dans un silence assourdissant. CQFD.

La valeur travail en 2007 : Ségolène Royal voulait la défendre, les pièces maîtresses du jeu socialistes ont hurlé, Nicolas l’a récupérée. Au PS, « travail » s’écrit « emploi ». Harcelée par les journalistes il y a 2 jours, la Première secrétaire rétorquait : « Occupez vous de ce qui intéresse les Français, le pouvoir d’achat et l’emploi. ». « Emploi aidé » dirait Nicolas.

Avant-hier mardi, les coïncidences troublantes se sont miraculeusement multipliées. D’abord, La Règle du Jeu, la revue littéraire fondé et dirigé par Bernard-Henri Lévy et Le Blog officiel de Ségolène Royal ont publié un communiqué conjoint.


La Rédaction, Ségolène Royal et Bernard-Henri Lévy dém


Ensuite, mardi 3 mai, Le Nouvel Observateur titrait « Martine Aubry n’est pas candidate à la primaire socialiste ».


Martine-Aubry.jpg

 

Interrogée, Martine Aubry a répondu devant les caméras de TF1 et de France 2 :

« Nous avons dit en juin, vous aurez la réponse en juin et on vous expliquera en juin. Pour l’instant, tout le reste ce sont des ragots, et je vous le dis franchement, la France va mal, le Front national augmente, occupez vous de ce qui intéresse les Français, le pouvoir d’achat et l’emploi, et pas des ragots et des éléments de caniveau. […] Moi ce qui m’intéresse, c’est les Français et la France, voilà. »

Bravo Madame Aubry, joli discours que n’aurait pas démenti Ségolène Royal qui martèle un message proche depuis des mois. Nous attendons les actes avec impatience.

Et à l’AFP elle a ajouté : « Si une décision était prise, je serais la première à l'annoncer, j'y aurais intérêt, si j'étais candidate ou si je ne l'étais pas. Aujourd'hui, c'est le temps du projet. Demain, ce sera le temps des choix. Rien n'est fait aujourd'hui. »

Au JT de France 2, mardi soir, le journaliste tremblait d’excitation : « Les proches de Dominique Strauss-Kahn l’affirment désormais : leur champion sera candidat. Ils ne prennent plus ces précautions de langage, cette prudence finalement qu’ils cultivaient il y a encore quelques semaines, et c’est ça qui est nouveau. »

Et les problèmes des Français qui souffrent et se battent dans tout ça ? Pas l’ombre d’une idée, pas l’ombre d’une proposition !

Hier, juste avant l’intervention de Ségolène Royal diffusée sur LCI à 8h10 et rediffusée à 9h20, Laurent Joffrin, le directeur des publications du Nouvel Observateur, était invité sur le plateau de la chaîne et étalait avec suffisance sa certitude : d’après ses sources, forcément fiables puisque « proches » de l’intéressée, Martine Aubry ne se présente pas, il le confirmait et le répétait.

Et comme Ségolène Royal « devrait retirer, va retirer » sa candidature au profit de DSK – « et je vais être démenti, c’est sûr » ajoutait-t-il benoîtement, avant de confirmer le pronostic de son service politique, « dont deux journalistes connaissent parfaitement les mécanismes du PS » – donc c’est du tout cuit – « on aura un duel DSK-Hollande ».

Pourquoi ? Parce que Hollande est « le mieux coté » - traduire ‘a la meilleure cote dans les sondages’. CQFD.

En deux minutes, Laurent Joffrin venait de faire 2 choses :

1) Prédire avec une fiabilité infaillible la seule lutte qui aura lieu au PS, un duel DSK-Hollande,

2) Ecarter d’un revers de main les primaires votées par les militants socialistes à 68,34% le 1er octobre 2009.

Pourquoi ? Parce que ces ‘petits arrangements entre amis’ supputés par Joffrin, ce ne sont pas « des primaires ouvertes », ni même des primaires, mais un duel de confirmation.

Et les problèmes des Français qui souffrent et se battent dans tout ça ? Pas l’ombre d’une idée, pas l’ombre d’une proposition !

Hier soir, Le Nouvel Observateur publiait : « DSK-Hollande, la primaire, c’est eux ! ». Et de préciser :

« Le nouveau sourire de Martine Aubry est celui d'une femme soulagée d'avoir fait un pas de côté. Ségolène Royal s'agite trop pour ne pas être en phase de prénégociation avec le concurrent de son ex-compagnon. »


DSK---Hollande.jpg

 

Et les problèmes des Français qui souffrent et se battent dans tout ça ? Pas l’ombre d’une idée, pas l’ombre d’une proposition !

Ségolène Royal tirait donc la sonnette d’alarme hier matin sur LCI :

« Il y a donc des problèmes considérables à régler pour remettre la France debout et sur le bon chemin, et c’est à cela que les socialistes doivent s’atteler parce que c’est cela qu’attendent les Français. […]


Sego-5-atteler-PS.jpg

 

Je ne veux pas entrer dans ces querelles de personnes parce qu’elles sont totalement décalées avec ce que les Français attendent et vraiment j’appelle les socialistes à davantage de dignité, de responsabilité, parce que nous avons quelques mois, ici, maintenant, pour convaincre les Français, pour nous rassembler. »

Elle l’avait déjà souligné en marge de l’UPP « Pouvoirs et Justice » le 29 mars dernier :

« Je suis tournée vers les Français pour le moment venu leur expliquer clairement quelle analyse je fais de la situation, et quel projet nous pouvons porter avec eux. […] Il n’y a aucune raison, avant, que je participe à ce feuilleton dans lequel les socialistes ne s’occupent que d’eux-mêmes. »

Et elle avait pointé du doigt la fêlure naissante entre les Français et le Parti socialiste apparue lors des cantonales :

« La gauche est devant, bien évidemment, mais elle aurait sans doute pu l’être bien davantage compte tenu de la décrépitude et du discrédit du pouvoir en place. »

Le soir du second tour des cantonales, la candidate à la primaire socialiste avait livré son analyse :

« Il  faut, aussi, ce soir, avoir le courage de reconnaître que le premier parti de ces élections cantonales, c’est l’abstention. Aucun démocrate ne peut s’en réjouir. Il ne s’agit pas d’un mouvement d’humeur. Les citoyens se sentent vraiment dépossédés. Ils expriment  une fatigue profonde à l’égard des méthodes politiques inefficaces et injustes.

Un puissant effort de rénovation de la démocratie doit  être fait. La politique doit être juste et morale. La gauche doit porter une véritable alternative enthousiasmante. Tels sont les défis que nous devrons relever dans les mois qui viennent si l’on veut que les gens reviennent participer pour choisir une autre voie en 2012. »

Clairement, le spectacle donné par les pièces maîtresses du jeu socialiste ces derniers jours ne participent pas du tout à l’effort de rénovation nécessaire et ne constituent pas « une véritable alternative enthousiasmante ».

Dans le camp adverse, Nicolas et ses amis, se prenant pour Moïse et le peuple hébreu devant la mer Rouge, font des tentatives de plus en évidentes et répétées pour dompter la « vague bleu Marine ». Au risque lui aussi de plus en plus flagrant de finir engloutis par les flots.

Le populisme progresse, le camp adverse progresse. Les pièces maîtresses du Parti socialiste ne bougent pas, ne proposent pas, en dehors du projet du PS dont la presse ne parle déjà plus. Sauf Ségolène Royal.

Sauf Ségolène Royal qui a toujours une longueur d’avance sur le monde politique français. Déjà le 7 février dernier, en Finlande, le journal Uutispäivä Demari rapportait ses propos d’une actualité brûlante aujourd’hui :

« Les populistes abattent leurs cartes partout en Europe. Madame Royal estime qu’ils tirent profit de la paupérisation et des partis politiques traditionnels qui on trahi leurs promesses électorales. « Ils ont promis la régulation du système bancaire, des règles pour les bonus, et la fin des paradis fiscaux et rien de tout cela n’a été fait. »

Les populistes trouvent dans leurs idées simplistes deux boucs émissaires, l’Union Européenne et les immigrés. « Les socialistes et les sociaux-démocrates ont la grande responsabilité non seulement de faire des propositions mais aussi de garantir qu’ils feront ce qu’ils ont dit. »


urpilainen royal 11


Madame Royal a déclaré que certains en France, redoutent une vague d’immigration de grande ampleur venue d’Afrique du Nord, au vu de l’embrasement de la situation dans ces pays. « Les gens ont clairement envie de rester dans leur pays d’origine, où ils espèrent trouver une vie meilleure. Notre mission est de soutenir la transition de ces pays vers la démocratie aussi pacifiquement que possible. », a-t-elle souligné. »

Ségolène Royal, elle, fait des propositions concrètes pour répondre aux problèmes des Français, et particulièrement aux Français des classes moyennes et aux Français des classes populaires, aux mères isolées, aux petits retraités. Aux immigrés en situation régulière aussi.

Bien sûr, on pense aux proposition pour le pouvoir d'achat – blocage du prix de l’essence, caddie de 50 produit de base aux prix bloqués, aux propositions pour lutter contre le surendettement (interdiction des publicités quasi-mensongères, suppression des intérêts sur découvert pour les périodes débitrices compensées sur l’année par des périodes créditrices, crédit social à taux zéro des collectivités), aux propositions pour redonner des moyens à l’Education nationale, la « priorité des priorités », pour ouvrir le chantier de la formation des enseignants, mise à sac par le gouvernement actuel, aux proposition social-écologiques sur la mutation énergétique et sur la croissance verte, et à bien d’autres encore.

Mais déjà, dans cet article finlandais qui date d’il y a 3 mois, sa position sur l’immigration illégale dévoilée il y a quelques jours dans C politiques et sur LCI était clairement présente, en filigrane. Ce n’est donc pas une surprise, c’est une proposition complémentaire pour mieux répondre aux inquiétudes de Français des classes populaires désemparés et d’immigrés en situation légale.

Car il y a urgence : si les pièces maîtresses du Parti socialiste ne proposent pas d’alternative nouvelle enthousiasmante et ne battent pas le terrain jour après jour pour les faire entendre, les faire comprendre, et convaincre les Français, la France pourrait bien se retrouver engloutie par le populisme et se retrouver au creux de la vague. La vague bleu Marine. Au milieu de l’eau Guéant.

Frédérick Moulin

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans La parole aux militants
commenter cet article
19 avril 2011 2 19 /04 /avril /2011 01:14

6c25ef7d72bf1f6e508a84d2be5ea230[2]

Dans sa livraison du lundi 18 avril 2011, et plus précisément dans ses pages France, le quotidien Libération s'applique avec une obstination zélée à ridiculiser la stratégie  de Ségolène Royal à l’approche des primaires. Les titres figurant sur la double page sont assez éloquents et ne laissent planer aucun doute sur les intentions de l'auteur des deux articles, Lilian Alemagna :  en page 11 cela donne : "À Pâques, Ségolène Royal tente  une résurrection", et en page 12  on a droit à : "Une candidate du peuple pas très  populaire".

Mais de quels outrages s'est-elle rendue coupable au juste ? D'avoir fait le choix délibéré de ne pas répondre aux sollicitations des médias ! Quelle "posture" impardonnable que de ne pas  avoir voulu cautionner le jeu mortifère des petites phrases qui tournent en boucle et dont se délecte tant un certain microcosme !

A-t-on le droit d'attendre autre chose des politiques ? Existent-ils, travaillent-ils en dehors du regard des médias ? Est-ce de l’ordre du pensable ? En fait, il faut qu'ils se présentent là où on les attend et qu'ils ne s'avisent pas de faire un pas de côté, il y a une nomenclature, un code à respecter, prière à peine voilée  de se guignoliser en quelque sorte pour espérer exister et avoir le privilège d’être convié dans le parc d'attractions.

Segolene-CN-Projet.jpg

Dans Libération : Ségolène Royal au conseil national du projet du PS, le 9 avril dernier (Sébastien Calvet)

Aussi, dans ces conditions, la langue du marketing  publicitaire s'impose-t-elle pour envahir  les développements de l'article : les fidèles de l'ancienne candidat à la présidentielle, Guillaume Garot, Delphine Batho, n'interviennent que pour "vendre" son sérieux et sa crédibilité ou "plaider" des causes qui relèveraient plutôt de la chimère. L’intéressée au premier chef en est réduite à être installée toujours  sur le même créneau, dans "un profil de représentante" : en somme une VRP  de la souffrance du quotidien des Français.

Mais pourquoi s'accroche-t-elle à ce bastion alors que le "carré des fidèles" a fondu comme neige au soleil et que les sondages la donnent dans les choux ?

C'est là qu'éclate enfin la vérité toute brute  assenée par un supposé proche de DSK : "elle s'est créé son propre espace politique - petites gens, cités, banlieues ...". Au fond, ce n'est qu'un vulgaire personnage de téléréalité qui a eu l'imprudence de sortir un temps du "Loft", et, conséquence immédiate, la ménagère de moins de cinquante ans l’a sanctionnée, les  sondages ne s'y sont pas trompés : "sa cote ne décolle pas, elle tombe, stagne",  c'est résolument scientifique, des arguments imparables !

En définitive ce qui choque dans cette énième entreprise de démolition, c'est ce  mépris sidérant pour l'action politique de Ségolène Royal ainsi que pour les gens auxquels elle s’adresse, cette hargne vipérine auto-satisfaite qui  imprègne la tonalité de chaque membre de phrase, il y a une véritable malveillance revendiquée qui relève presque de la délectation dans l'usage des clichés les plus éculés. Confondant, mais qui peut être dupe, au fond, de si évidentes manipulations ?!

 

Eric Sternhac

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans La parole aux militants
commenter cet article
16 avril 2011 6 16 /04 /avril /2011 15:02

 

6c25ef7d72bf1f6e508a84d2be5ea230[2]

 

L’omerta est tombée depuis plusieurs semaines sur les actions menées par Ségolène Royal. En partie de son fait, de par son choix d’être le plus possible à l’écoute de la population et de ne pas se mêler aux vaines querelles de personnes, mais aussi du fait d’une volonté délibérée de tous ses opposants de la combattre par le silence. Son absence totale dans le ballet des sondages orientés n’en est-elle pas une illustration parfaite ?


Face à ce vide, restons sereins. Le rythme électoral n’est pas le rythme des médias.

 

Aujourd’hui, le temps est au travail de fond et aux rencontres avec les français afin de bien connaître leurs attentes, leurs espoirs et leurs souffrances. Ce travail fait actuellement par Ségolène Royal est essentiel et aucun destin politique majeur n’a pu se constituer sans passer par cette phase.


Le véritable rendez-vous est en juin au moment du dépôt officiel des candidatures. Alors, son engagement s’appuiera sur la force acquise auprès des gens. D’autres candidats  le constateront amèrement à cette date mais trop tard.


Viendront ensuite le temps des médias et une exposition médiatique intense.


Les électeurs connaissent ce rythme politique et savent que seul le vote fait loi, et non l’agitation et la manipulation du microcosme parisien.

 

Pour ce qui nous concerne, continuons notre chemin, calmement et efficacement.  Le réseau Désirs d’avenir est un atout considérable. Les initiatives prises par les multiples comités régionaux DA, les UPP, les débats, les micros-trottoirs et toutes les autres actions constituent des étapes indispensables vers la réussite finale. Le moment venu, toute cette dynamique se capitalisera et Ségolène Royal en récoltera les fruits. Rappelons-nous du congrès de Reims et de son formidable résultat, inattendu pour beaucoup et qui aurait dû être un succès complet si l’honnêteté du scrutin avait été de mise.


Gardons notre cap et cet été les idées et le rayonnement de Ségolène Royal s’imposeront naturellement.


Patrick Ardoin


MEAGSR/DA Paris


Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans La parole aux militants
commenter cet article
14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 23:27

DSC00227-1--copie-1.jpg        La question est récurrente de la part de mes camarades du Parti socialiste. Cet engagement autour d’une personnalité les dérange et je les comprends. Mais je me suis toujours beaucoup plus intéressé aux combats et aux engagements des femmes et des hommes dans l’histoire qu’aux stratégies d’appareil des partis. Les combinaisons internes au PS pour savoir quelle motion dirigera telle ou telle section me " barbe ", que de temps perdu alors qu’il y a temps à faire pour convaincre les Françaises et les Français qu’une autre politique est possible.

 

 Oui je soutiens Ségolène Royal parce que ses combats sont aussi les miens.

 

 Je soutiens son engagement pour toute la jeunesse des banlieues. Nicolas Sarkozy a totalement échoué mais voulait-il réellement réussir ? Ségolène Royal est la personnalité qui a été le plus loin, souvent seule d’ailleurs, pour condamner cet immobilisme qui laisse dans la précarité et le chômage tous ces jeunes dont la France a tant besoin pour assurer son dynamisme. Cette jeunesse nous manque cruellement. Quel gâchis ! Oui cette jeunesse n’est pas le problème mais une partie de la solution.

 

Je soutiens son engagement pour l’école, fondement de l’égalité républicaine. Je l’ai soutenue lorsque dans la dernière campagne présidentielle, elle avait remis en cause la carte scolaire qui du fait de l’organisation de l’espace urbain favorise une ségrégation sociale. Je la soutiens lorsqu’elle dénonce aujourd’hui la politique de Nicolas Sarkozy qui casse l’école de la République pour satisfaire une idéologie libérale réduisant le nombre des fonctionnaires. Je soutiens sa volonté de réformer l'école pour restaurer l'égalité républicaine.  

  

Je soutiens son engagement pour l’écologie. La protection de l'environnement impose des mutations. Elle a su aussi donner toute la dimension économique et sociale à ce combat. La mutation verte peut en effet favoriser une nouvelle croissance. La France perd du temps avec une politique qui manque de volontarisme en ce domaine. Nous aurions beaucoup plus vite avancé avec Ségolène Royal à la tête de l’Etat. Mais pourquoi les Françaises et les Français ne lui ont-ils pas fait confiance ?

 

Je soutiens son engagement en faveur de la décentralisation. Il faut en effet donner encore plus de moyens aux territoires notamment dans le domaine économique. Les dynamiques régionales sont une des réponses pour relancer la machine économique. Aux régions de soutenir tout le tissu de ces petites et moyennes entreprises sur leur territoire qui produisent, qui créent et qui innovent. Contre un Nicolas Sarkozy beaucoup trop centralisateur, Ségolène Royal défend le bon cap. Elle a toute l’expérience pour relancer cette décentralisation.

 

Je soutiens son engagement humaniste qui ne lui fait pas baisser les bras. On ne peut rien contre la force du marché, il faut se résigner ! Je l‘ai entendu chez certains camarades socialistes et ça je ne peux pas l’accepter. Non ce socialisme réaliste, ce socialisme comptable n’est pas le mien, il ne correspond pas au combat de Jaurès. Ségolène Royal voit derrière les chiffres, derrière les données économiques, les hommes et les femmes avec leurs souffrances et leurs luttes. Lorsqu’elle va à la rencontre des ouvrières et ouvriers, lorsqu’elle se bat pour les salariés d’Heuliez, lorsqu’elle défend la retraite à 60 ans pour les métiers les plus pénibles, lorsqu’elle réclame un blocage de la hausse du prix de l’essence parce que pour beaucoup de ménages en France la voiture est obligatoire pour se rendre à son travail, j’aime être socialiste.

 

Je soutiens son engagement pour un nouvel ordre mondial face à un système capitaliste qui se croit tout permis. Il faut une plus forte régulation du système mondial et le rôle des Etats doit être affirmé. J’ai suivi ses déclarations à l’étranger pour mener ce combat. Elle sera aux côtés de celles et ceux qui veulent bâtir un autre monde parce qu‘elle porte un idéal de progrès. Il faut l’encourager dans ce sens. Nous avons besoin de son dynamisme, de sa volonté, de ses convictions pour participer, avec beaucoup d’autres dirigeants, à la construction d’un monde plus humain.

 

Oui, je soutiens Ségolène Royal, pour tous ces combats. Désolé, mais je ne vois pas d’autre leader pour les mener.

 

Philippe Allard

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans La parole aux militants
commenter cet article
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 23:11

article guerini[1]               Le rapport Montebourg, adressé à Martine Aubry, première secrétaire du Parti socialiste, lance des accusations extrêmement graves contre Jean-Noël Guérini, patron des Bouches-du-Rhône, accusé d’utiliser des menaces pour régner sur son département et de malversations financières sur les marchés publics.

 Malgré ce rapport accablant, Martine Aubry a maintenu son soutien à Jean-Noël Guérini, et vient de rejeter le dossier de preuves constitué par Arnaud Montebourg.

 Une partie de la presse, face à cette réaction, a su rappeler le lien entre Jean-Noël Guérini et Martine Aubry depuis le Congrès socialiste de 2008. La Première secrétaire l’avait alors emporté de très peu, contre sa rivale Ségolène Royal, grâce à un apport des voix manquantes effectué dans la nuit par la fédération des Bouches-du-Rhône !

 

 Depuis la publication de ce rapport, beaucoup d’élus du Parti socialiste semblent mal à l’aise et n’osent pas réagir. Il est en effet de notoriété au Parti socialiste que les fédérations des Bouches-du-Rhône et du Nord sont loin d’être transparentes. Mais pour beaucoup de cadres et d’élus cette affaire vient au mauvais moment alors que le parti socialiste espère pouvoir l’emporter en 2012 contre une droite très affaiblie après les échecs de Nicolas Sarkozy.

 

 Alors faut-il se taire ?

 

Les sondages, faisant miroiter une victoire facile, ne sont-ils pas en train de nous faire oublier qu’une élection n’est jamais gagnée ?

Les élections cantonales marquées par une forte poussée de l’extrême droite et une victoire très nuancée du Parti socialiste qui n’a pas réussi au premier tour à s’imposer comme la force d’alternance crédible, ne révèlent-elles pas une situation fragile ?

Le Parti socialiste pourra-t-il obtenir l’adhésion du peuple, pour rétablir l’intégrité de l’Etat et la morale républicaine, après cinq ans de sarkozysme, alors que son image est dégradée dans l’opinion publique ?

 

La réaction de Martine Aubry après le rapport Montebourg est exactement ce qu’il ne fallait pas faire. Le Parti socialiste a besoin d’incarner l’espoir en 2012. Il doit être irréprochable et profondément rénové pour s’ouvrir plus largement sur la société.

 

Est-il trop tard pour réagir ?

 

A quelques mois des primaires, le Parti socialiste a la capacité de réagir. Mais pour cela il faut de l’audace, encore de l’audace.

Il faut en effet sortir vite de ces petites stratégies, de ces clans, de ces alliances ou pactes concluent ici ou ailleurs. Le Parti socialiste doit se mettre en ordre de marche pour 2012. Pour cela, le PS a besoin d’un nouvel élan. Le PS a besoin d’une nouvelle direction, entièrement renouvelée, pour réussir ce grand rendez-vous démocratique que sont les primaires, ouvrir le débat avec le peuple, et réussir l’alternance en 2012.

 

Philippe Allard

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans La parole aux militants
commenter cet article
18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 22:35

Le-ministre-de-l-Interieur-Claude-Gueant.-(Photo-AFP)[1]  "Il en faut toujours un. Quand il y en a un, ça va. C'est quand il y en a beaucoup qu'il y a des problèmes", propos tenus par le ministre de l‘intérieur Brice Hortefeux en septembre 2009 évoquant les Français d‘origine algérienne. Pour la première fois, un ministre de la République sera condamné pour injure raciale. Mais le ministre sera à l’époque soutenu par le Premier ministre François Fillon et maintenu à ses fonctions par le Président de la République Nicolas Sarkozy malgré la condamnation par la justice.

 

 "Les Français à force d'immigration incontrôlée ont parfois le sentiment de ne plus être chez eux, ou bien ils ont le sentiment de voir des pratiques qui s'imposent à eux et qui ne correspondent pas aux règles de notre vie sociale", propos tenus pas le ministre de l’intérieur Claude Guéant le 17 mars 2011. Malgré ces propos inadmissibles de la part d’un ministre car la République est une et indivisible, il est soutenu par le Premier ministre François Fillon. « Moi, je ne m’attache pas aux tournures de phrases » a-t-il déclaré, refusant de dénoncer les propos du ministre.

 

 Lorsque des ministres s’expriment ainsi et qu’ils ne sont pas sanctionnés par le Président de la République, ce sont les principes mêmes de notre République qui sont bafoués. La République, dans ses principes d’Etat de droit, considère tous les hommes égaux. On ne peut donc pas considérer qu’il y ait deux types de populations en fonction de leur origine. C’est ce que la candidate de la gauche en 2007 avait rappelé avec force "Je n'accepterai plus que l'on parle des enfants de première, deuxième, troisième génération. Vous êtes, nous sommes tous, les jeunes sont les enfants de cette République" Ségolène Royal, 2007. C’est le langage de la République favorisant l’intégration de tous dans la Nation française. 

 

A l'inverse, les propos tenus par les ministres de Nicolas Sarkozy sont inadmissibles car en stigmatisant une partie des Français ils rendent l’intégration beaucoup plus difficile. En effet, ils divisent et créent des communautés dans la République. C’est tout le scandale du discours du Front national qui, au lieu de trouver les solutions, accroît les difficultés en séparant les communautés et provoque des tensions en favorisant un climat raciste en France. Comment donc dans ce climat, un ministre de la République peut-t-il tenir des propos qui vont à l’encontre de l’unité de la Nation ?

 

Alors de deux choses l’une : soit le Président de la République se sépare du ministre de l’Intérieur Claude Guéant en rappelant les principes fondamentaux de la République, l’unité de la Nation, soit il maintient le ministre et ses propos et dans ce cas on peut parler d’un racisme d’Etat.

 

Philippe Allard

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans La parole aux militants
commenter cet article
12 mars 2011 6 12 /03 /mars /2011 00:09

6c25ef7d72bf1f6e508a84d2be5ea230[2]

Les déclarations réitérées de plusieurs notables socialistes en faveur de la suppression des primaires ou de leur transformation en une procédure de ratification pour « candidat pré-désigné » sont affligeantes. Elles ont de quoi nous inquiéter mais surtout nous rendre encore plus que vigilants et combatifs pour les défendre.

 

Mais quelles raisons ou plutôt quels prétextes invoquent-ils pour pousser à l’arrêt des primaires ?

 

- La montée du Front National,

- Les sondages qui désigneraient (plus d’un an avant l’échéance présidentielle !)

  le directeur du FMI comme seul candidat bien placé pour gagner,

- Un processus de « machine à perdre »….etc….

 

Tous ces pseudo-arguments sont ridicules et masquent mal la volonté de manipulation de l’opinion publique et la recherche du pur calcul politique.

 

Ils soulignent aussi l’absence totale de considération pour le vote des militants.

 

Les primaires ont été votées par le parti. Une exigence s’impose désormais :


Respecter le choix des militants et l’attente des sympathisants.

 

Quel discrédit en effet pour le parti socialiste si les primaires sont annulées ou réduites à une comédie ! Rappelons les propos de Ségolène Royal qui souligne souvent que l’absence de primaires sérieuses, respectueuses et transparentes signerait la mort du PS.

 

Et plus grave encore, que penseraient les sympathisants de gauche devant une telle marche arrière faite au mépris de toute démocratie interne ? Ce serait désastreux et tout simplement la certitude pour la gauche de perdre en 2012.

 

Le calendrier est certes trop étalé dans le temps mais désormais, appliquons-le !

 

Ces primaires devaient se faire avec le concours d’une majorité des partis de gauche. Cela ne sera malheureusement pas le cas mais cette étape reste un progrès considérable puisque les sympathisants pourront voter.

 

On ne peut plus gouverner un pays comme autrefois, il faut écouter les gens.

 

Et face au Front National, les primaires seront l’antidote la meilleure.

 

Luttons donc pied à pied contre ces voix qui font fi des militants et des sympathisants. Nombreux sont celles et ceux qui attendent ce rendez-vous. L’occasion est belle de créer un véritable élan en faveur de la gauche. Il faut la saisir.

 

Patrick Ardoin

MEAGSR / Désirs d’Avenir Paris

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans La parole aux militants
commenter cet article

Page D'accueil

  • : Militants de l'Espoir à gauche
  • Militants de l'Espoir à gauche
  • : Militants de l'Espoir à gauche réunit toutes celles et tous ceux qui soutiennent la ligne politique de Ségolène Royal pour une gauche démocratique, sociale, et écologique.
  • Contact

La fabrique AGIS !

dominique bertinotti (2)Dominique BERTINOTTI (75), Philippe ALLARD (75), Amale CHEBIB (75), Fabien SECHERRE (75), Françoise DEGOIS (75), Cyril CIBERT (86), Cécile FORTINEAU (23), christian CHOTARD (91), Eliane LEMAGNEN (64), esfand KHALAF (90), Laure BARGUILLET (87), Ahmed LAARAJ (30), Isabelle MALBERTI (75), Guy VERDIER (13012), catherine CANTAU (40), gilles CAILLET (91), Noëlle PLANCHAIS (56250), Gérard JABUT (69), Jocelyne BERDU (75), Jean-Pierre GUILBERT (75), Hélène MERMBERG, , Eric BRUN (63), Stéphanie SMANIOTTO,Eric CORNIER (33), Joelle FERAL, Gerard RAISER, Catherine RUBIO (33), Didier ANTONELLI, Nabil SANTO (75), Eliane LEMAGNEN (64), Céline LOOT, Pierre NSIMBA-DELEZAY (93), Marianne-Ségolène GINDREY (62), , Monique BONNIN (37), Jean-François THILLET (43), Jacqueline BOULET, Alain MAIRE (76), Caroline BERTRAN, Jacques MAZELLA (44), Christiane CHIROL, Rodrigue KOKOUENDO (77), Robert SIMON (75), francoise LALLIER (78), Sylvette GIRARD (28), claudine MOURET (41000), alban GUAY (37), roland ASTIER (38), mirella GOULOIS (62300), Michel CHARPENTIER (73), marie-neige PHILIPPE (44), Jean Jacques BAUGÉ (37), rachida MAZARIE (94), jacqueline LAKSANDER (2), pierrette LARDREAU (19100), martial LEHOUX (24), Rene PHILIPPEAU (91), Jean-Pierre HERY (2), Christine MALCOR (91), Jean KOMOROWSKI (33), , , Patricia VAN HALUIDYN (86), Claude BILLARDON (75), J-RAYMOND MAGUEUR (29), Claire CLAUDE (49), David VIEILLE, Laetitia DE WARREN (69), Georges RAULT (35), Michel CHATAIGNER (76), Chantal DEPUERS (6), YOLANDE PAVAN (93270), Maïté CAZAUX (33), Colette CHARBONNE (31), Hiroko KOMORI (75), M.J. SINAT (77), France-Marie NESPO-BIAIS (78000), Elisabeth HUSSON (75), Martine TREGRET (91), Andrée & Marie-Paule AUFAURE (3), Bernard JANODET (69), Yves FRUCHON (69), christiane NOUGARET (30), véronique SAINT-PAUL (75020), Marie-Noëlle VIBERT (94), Annick LE ROY (91), micheline HAREL (75), francoise QUELIN (77), jean baptiste TROUPLIN (75020), Elisabeth ARNAUD (33), Jean BRUNEL (13), Maryse MARTIN (17), Jacques ERNEST (92), Maurice BUTTIN (75015), Alain DRONEAUD (72430), Norel Houda AUMONT-GHÉDIR (75), Vanessa BAUDAT SLIMANI (45), CLAUDE TARRIERE (92500), Gérard PARCOT (91), FRANCK DAGORNE (56890), Ariane MATHIEU (77), Philippe POIGNANT (50), , Nadine AMIEL (75), Bernard FERRÉ (78), José THIOLLET (86), jerome DOUADY (38), Marcel AMIEL (75), arsene BOUTERFA (93500), sylvie SAINT PIERRE (95100), , Aurélien LONGÉ-LÉTANG (86), Fabrice BERARDI (13), Hubert TERRIGHI (47), Martine LEBRUN (94130), jean BURNELEAU (85), Marie FARRET (16), Janine CRESPIN (75013), sandrine PIERRON (86), cartier FLAVIEN (86), Dominique MENNESSON (94), Pierre BRUSSELLE (94), Eric DUCROS (86), , Romain ZARKA (75), Brigitte BEAUMANOIR (95), Olivier SALVANO-LUBESPÈRE (75), francoise ROZAN (12), Francine GILBERT REULIER (92), Christian AGON (75003), alain PIQUET (76), Laetitia CHEVROT (63), CHRISTIANE GOMEZ (86), Marc BONNICHON (33), Joëlle DE CORTE (17), Nadjet BOUCHIKHI (13), Yves FRUCHON (69), maryleine SIGRIST (5), Françoise CLEOSTRATE (34), Sébastien COUDRY (25), nicolas METIVIER (86), pierre HUYARD (17), Cécile GUILBERT (63), Bonaventure MBAYA (91), Bernard JANODET (69), Régis COTTET (86), martial LEHOUX (24), anthony ROUSSEAU (86), jean claude MAURIN (30), Jean-Claude CHEBROU (63), bruno OLIVIER (78), Jean-François VIONNET (26), ...

Pour rejoindre la fabrique socialiste AGIS : link