Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 juillet 2011 1 25 /07 /juillet /2011 01:35

 

5749773000_de225df8c8_z.jpg

Ségolène Royal à Toulouse le 22 mai 2011 (@Razak)

Ségolène Royal va gagner les primaires, c’est inéluctable.

Au-delà de ses qualités intrinsèques évidentes : sa compétence, son expérience, son authenticité et sa proximité, Madame Royal est en phase complète avec ce que pensent et veulent les Français aujourd’hui.

« Il y a une méfiance envers les élus »

Il ne s’agit pas là de condamner la démocratie représentative mais d’avoir du recul à son égard. Cette démocratie seule ne suffit plus. Entre deux  échéances électorales, le blanc-seing n’est plus de mise. Il faut de la démocratie participative, qui permet à la population de s’exprimer, de conseiller, de corriger et au total de contribuer à l’instauration des équilibres nécessaires. L’augmentation du niveau d’instruction  général permet de voir cette tendance lourde. Le non cumul des mandats s’inscrit dans cette réalité.

Soulignons d’ailleurs que le chapelet d’élus revendiqué par certains est contre-productif.

 

5929204829_06d5d0a863_z.jpg

Ségolène Royal est à l'écoute de toutes les Françaises et tous les Français, c'est sur cette base qu'elle élabore ses propositions, comme le blocage du prix de l'essence ou le blocage du prix de 50 produits de première nécessité ; ici au marché du Val-Fourré, à Mantes-la-Jolie, le 12 juillet 2011 (@Razak)


« Les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent »

Chacun le sait désormais. C’est bien pourquoi Ségolène Royal s’appuie sur des actes et des résultats tangibles : la politique par la preuve. Les mots ne suffisent plus, il faut des résultats concrets qui améliorent la vie des électeurs au plus près d’eux-mêmes.

Le bilan en Poitou-Charentes crée en cela une dynamique prodigieuse.

« Les choix passés nous mènent dans le mur »

Chacun le ressent. Il faut rechercher d’autres voies. Les recettes passées sont inefficaces. La crise que l’on nous dit soudaine n’est en fait que l’aboutissement d’un long processus qui ne pouvait que fatalement nous mener  dans  une impasse. Depuis longtemps déjà, il faut avoir une nouvelle vision, un autre regard pour traiter les problèmes et redonner confiance. Rien ne peut se construire sur des inégalités sociales et des  précarités croissantes. C’est d’une telle évidence !! Et cela vaut d’ailleurs pour tous les peuples de la planète.

Le juste équilibre proposé par Ségolène Royal entre  radicalité  politique, économique et sociale et défense des valeurs républicaines et morales  correspond  exactement à cette intuition collective.

 

5929758738_8738f15a03_z.jpg

Ségolène Royal est au contact des Français, à leur écoute, prend des notes, pour traiter leurs problèmes de façon novatrice, avec eux, pour leur redonner confiance ; ici au Centre Hospitalier de Mantes-la-Jolie, avec le personnel, le 12 juillet 2011 (@Razak)


« La situation est suffisamment difficile, unissons-nous au-delà des clivages droite/gauche »

Pourquoi donc, pour certains sujets d’envergure, ne pas rechercher des rassemblements avec le centre républicain et les gaullistes ? Ce bon sens va dans l’intérêt des Français et là encore ces derniers le ressentent ainsi. Les attaques contre cette démarche engagée par Ségolène Royal sont à la fois surannées et impopulaires.

Convaincons sur le ségolisme autant que sur le ségolénisme.

Toutes ces interrogations portées par les Françaises et les Français sont dans l’air du temps. Collons à cette résonance et alors s’imposera l’évidence Royal.

Patrick Ardoin

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans La parole aux militants
commenter cet article
16 juillet 2011 6 16 /07 /juillet /2011 13:24

 

La-Force-Citoyenne.jpg

 

D’ici le 9 octobre, date du premier tour des primaires, nous avons 12 semaines pour convaincre comme aime à le dire avec justesse Ségolène Royal. Cette dernière ligne droite est le temps de produire toute notre puissance de conviction.

Notre contribution est essentielle pour donner un grand élan à la force citoyenne.

Ségolène Royal, tout en soutenant naturellement le projet socialiste, marque sa différence sur de multiples choix bien à elle :

- Sa radicalité économique : L’Etat doit retrouver toute sa place dans la direction du pays. Pour les citoyens, cette  dynamique retrouvée s’appuiera sur l’équité et la justice sociale.

Pour les entreprises, les orientations économiques seront celles qui reposent sur la croissance verte et l’innovation. Ainsi les banques devront-elles  se recentrer sur leur véritable métier qui est de soutenir les entreprises  qui créent de la valeur ajoutée et de l’emploi.

- Sa volonté de remettre l’éducation des jeunes au cœur de tout 

Comment accepter la dégradation continuelle que subit l’éducation depuis tant d’années ?

Ce qui est le meilleur investissement d’avenir doit être restauré et ceci concerne tout autant l’enseignement général que l’enseignement professionnel. Là encore, l’enjeu est  de construire cette voie, seule génératrice d’espérance.

- Son autre façon de gouverner basée sur l’écoute des gens, une démocratie participative organisée et le refus du cumul des mandats. Ainsi l’implication des citoyens sera plus forte tout au long de la vie sociale, et non à l’occasion uniquement des échéances électorales. Le nombre de citoyens mandatés sera aussi bien plus important d’où une dynamique collective grandie.

En appliquant sur le plan national sa politique par la preuve dont la réussite a été largement démontrée dans sa région, Madame Royal indique clairement son positionnement :

Être la présidente des solutions.

En étroite proximité avec la population et en ayant une volonté inébranlable d’apporter des réponses concrètes et quotidiennes, il s’agit ici de répondre à la première revendication des français :

"Stop aux mots, aux promesses et aux beaux discours, nous voulons des actes et des résultats!"

À nous de faire passer ce message et de convaincre !

Patrick Ardoin

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans La parole aux militants
commenter cet article
9 juillet 2011 6 09 /07 /juillet /2011 11:47

euro_1274403813_thumbnail.jpg1 euro c’est important ! Tout le monde peut voter le 9 octobre prochain, toutes les électrices et tous les électeurs, toutes celles et ceux qui sont inscrits sur les listes électorales, tout ce peuple de gauche, toutes celles et ceux qui veulent vraiment en finir avec Nicolas Sarkozy, avec ses mensonges et ses slogans bidons, sa politique injuste et inefficace ! Pour mettre fin à cette arrogance, pour virer ce clan à qui tout est permis, pour fermer le clapet à ces puissants s’offrant des salaires mirobolants, plongeant dans le chômage et la précarité le plus grand nombre, remettant en cause les acquis sociaux des longues luttes ouvrières, tous aux urnes camarades !

 

1 euro pour virer Nicolas Sarkozy ! Le 9 octobre prochain viens voter, avec des millions de Françaises et de Français, viens soutenir Ségolène Royal, pour lui donner une force énorme, une force citoyenne, un truc géant, pour ensuite unir la gauche et virer Nicolas Sarkozy. Ils voudraient nous imposer un candidat ou une candidate, ils voudraient nous faire croire qu’il faut voter pour untel ou unetelle, mais nous on n'est pas dupe. Nous on veut le vrai changement en 2012. On veut à la tête de l’Etat une femme capable de dire non à cette clique des importants pour permettre au peuple, à tout le peuple, sans exclusion d‘origine ou de couleur de peau, à ce peuple des cités et des campagnes, de relever la tête, de vivre mieux, de vivre dignement, dans une France plus juste.

 

1 euro pour oublier 2007 ! Ils ne veulent pas du match retour paraît-il ! Ils en ont peur visiblement ! Moi je le veux ce match retour contre Nicolas Sarkozy ! Ce type s’est bien foutu de millions de Françaises et de Français. Il s’est bien moqué des jeunes des cités, des travailleurs, de tous les gagne-petit pour servir les intérêts de son clan. Ah, il s’est bien servi avec sa clique ! Il peut être content de lui, il peut être applaudi à Monaco et dans tous les paradis dorés. Oui si ça dérange quelqu’un, moi je m’en moque, car je la veux ma revanche ! Je veux en 2012 le voir, le perdant, après la poignée de main donnée à Ségolène Royal, descendre le perron de l’Elysée, avec son sourire crispé et ses mimiques, je veux le voir monter dans sa bagnole et se tirer ! 

 

1 euro camarade, 1 euro le 9 octobre, 1 euro pour chanter toute la nuit, un printemps 2012, sur la place de la Bastille et sur toutes les places de France, 1 euro camarade pour redonner à la France ses couleurs, 1 euro pour venir soutenir la candidate du peuple de France, de cette France métissée, de cette France solidaire, de cette France des droits de l‘homme, de cette France reconnaissante du travail de tous, de cette France dialoguant avec tous les peuples du monde, 1 euro camarade pour faire de Ségolène Royal notre Présidente en 2012. 

 

Philippe Allard

 

 

Précision importante !

Vous êtes Français et résident(e) à l'étranger? Vous pourrez participer aux primaires citoyennes à condition d'être inscrits sur la liste électorale consulaire au 31 décembre 2010.

 

Deux cas de figure sont possibles pour ce vote.

1) Un vote par correspondance pour la plupart des Français et résident(e) à l'étranger?

Pour pouvoir voter, vous devez vous enregistrer avant le 13 juillet. Le matériel de vote par correspondance vous sera envoyé par courrier à votre adresse telle qu'elle figure sur les listes électorales consulaires. Vous n'aurez plus qu'à renvoyer par courrier votre bulletin de vote sous double enveloppe en suivant les instructions qui accompagneront notre courrier.

Inscrivez-vous avant le 13 juillet.

2) Un vote dans un bureau de vote organisé par nos bénévoles dans certaines villes à l'étranger 

Si vous dépendez d'un consulat où est organisé un bureau de vote, vous aurez le choix jusqu'au 13 juillet entre le vote "physique" et le vote par correspondance. Pour savoir si des bureaux de vote physiques sont organisés dans le pays ou la ville où vous résidez, rendez-vous sur le formulaire des Français-e à l'étranger. Si vous choisissez de voter par correspondance, votre nom ne figurera pas sur les listes électorales du bureau de vote.

 

En cas de besoin, renseignez-vous auprès de la fédération des Français à l'étranger du PS

 

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans La parole aux militants
commenter cet article
30 juin 2011 4 30 /06 /juin /2011 09:05

et-les-sondeurs-sondaient-sondaient-M34655.jpg Nicolas Hulot, candidat chouchou des médias soutenu par un grand nombre de cadres du parti, devait selon les sondages écraser sa concurrente Eva Joly à la primaire écologiste : 

- Sondage Viavoice publié le 20 juin : 63% des sympathisants écologistes souhaitent que Hulot soit le candidat écologiste contre seulement 28% pour Joly.

 

- Sondage Ipsos publié le 23 Juin : 57% des sympathisants écologistes considèrent que Hulot a la stature présidentielle contre seulement 30% pour Joly.

 

- Baromètre BVA du 28 juin : Hulot est dans le trio de tête des personnalités politiques préférées avec 45% d'opinions positives contre seulement 26% pour Joly.

 

Or les résultats du premier tour de la primaire écologiste viennent d'apporter un profond démenti à tous ces sondages : Eva Joly arrive très largement en tête, frisant même l'élection dès le premier tour, avec 49,75% des voix, contre 40,22% pour Nicolas Hulot.

Voilà ce qui prouve que ce ne sont pas les sondages qui font l'élection. Ce n'est pas le ou la candidat(e) le plus populaire qui gagnera les primaires socialistes, mais celle ou celui qui arrivera à MOBILISER ses électeurs.

 

Or qu'en est-il de la campagne de Ségolène Royal, annoncée perdante dans les sondages ?

 

- Elle effectue un tour de France, remplissant à chaque fois les salles où elle organise des réunions publiques.

 

- Elle est omniprésente sur la toile, appuyée par une équipe de professionnels de l'Internet.

 

- Enfin, grâce à son réseau de militants Désirs d'avenir, son message est diffusé sur le terrain dans toute la France par plusieurs milliers d'ambassadeurs.

 

Ainsi, comme le disait Pierre Bergé, "les vraies primaires, Ségolène est en train de les faire", car elle a su opposer à l'élite auto-proclamée médiatico-politico-sondagière la "Force Citoyenne".

 

Cela ne vous rappelle-t-il pas quelque chose ? Le congrès de Reims ! Quand la même Ségolène Royal, distancée irrémédiablement dans les sondages par Bertrand Delanoë et Martine Aubry, avait porté sa motion en tête du vote, et réalisé un score de 50%, voire plus, à l'élection du premier secrétaire.

 Voilà pourquoi je suis persuadé que Ségolène Royal remportera ces primaires, contrairement à ce que les sondages affirment aujourd'hui. Et ce sera tout sauf une surprise.

 

Rendez-vous le 9 octobre !

 

Nicolas Gaborit

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans La parole aux militants
commenter cet article
28 juin 2011 2 28 /06 /juin /2011 17:30

70.jpg   On n’en peut plus de ces discours politiques identiques où l'on nous fait miroiter mille merveilles et une fois l’élection passée, les propositions s’évanouissent. L’Etat ne peut rien faire dans la mondialisation. On ne nous parle plus que de conjoncture, de crise internationale, de difficultés passagères qui empêchent de mettre en œuvre les politiques promises. Mais alors pourquoi veulent-ils gouverner s’ils ne peuvent rien faire une fois aux affaires, une fois les beaux discours oubliés ? « La politique par la preuve » lance Ségolène Royal, moi j’adhère. Quand on voit en effet le nombre d’actions menées dans sa région sans augmentation des impôts, avec une volonté de diriger efficacement, moi j’adhère. Ségolène Royal propose un volontarisme politique, moi j’adhère.

 

On n’en peut plus de cette direction des affaires toujours au profit de quelques-uns. Quelques formules, quelques phrases pour le peuple et une fois la page tournée de la campagne, les lobbies entrent en jeu. Ils font pression, ils sont convaincants car ils sont si proches. Ils ont leurs entrées à droite comme à gauche, avec ces politiques enfermés dans leurs châteaux dorés. Ils savent y faire pour faire plier, pour mener leur barque droit au port. Ils connaissent la manœuvre. Ségolène Royal n‘est liée à aucun de ces puissants qui font la pluie et le beau temps, moi j‘adhère. Ségolène Royal a cette préoccupation du peuple, a le regard tourné vers les petits, moi j’adhère. Ségolène Royal agit pour mettre en œuvre une autre politique, moi j’adhère.

 

On n’en peut plus de ces quartiers abandonnés, de ces échecs scolaires pour nos enfants dans des classes surchargés, de ces insécurités pour le peuple, de cette retraire qu’on nous vole, de cette casse sociale menée par Nicolas Sarkozy, de ces fins de mois impossibles avec des salaires toujours plus bas,  du chômage des jeunes, de ces licenciements boursiers, de cette précarité, de ces inégalités criantes, de ces salaires mirobolants que s’octroient certains, de ces grands patrons qu’on écoute et le peuple qu’on éloigne. Ils nous faut quelqu’un qui aura la volonté farouche de répondre aux besoins du peuple. Ségolène Royal veut donner la parole à ceux qui ne l’ont pas, moi j’adhère. Ségolène Royal va dans les quartiers populaires, moi j’adhère. Ségolène Royal propose un ordre social juste, moi j’adhère. 

 

On n’en peut plus de ces politiques collés le nez sur le guidon qui n’ont pas d’horizon à proposer. Toujours les mêmes mots, les mêmes slogans, les mêmes images de campagne. Elles sont tellement identiques ces images, qu’elles sont interchangeables. Ils veulent tellement lisser leur communication qu’ils sont incapables de nous donner envie de nous engager, qu’ils repoussent même un grand nombre d’entre nous dans l’abstention ou pire encore dans les partis extrêmes. Qu’ont-ils à proposer pour préparer l’avenir ? Quand Ségolène Royal propose de faire de la France la première puissance écologique, moi j’adhère. Quand Ségolène Royal propose de redonner un sens à l’Etat pour conduire une grande politique d’innovation, moi j’adhère. Quand Ségolène veut se battre pour une autre Europe, pour une autre mondialisation, moi j’adhère.

 

Et je sais que ce qu’elle dit elle le fera car elle a la volonté et la force pour mener le changement. Ségolène Royal en 2012, moi j’adhère !

 

Philippe Allard

Photo de Christine Pichette à Arçais.  

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans La parole aux militants
commenter cet article
18 juin 2011 6 18 /06 /juin /2011 09:24

5749773000_de225df8c8-1-.jpg« Indéfectibles groupies », c’est ainsi que sont qualifiés les membres de l’association Désirs d’avenir, dans un article du Monde du 16 février dernier.

 

 Me voici donc devenu « indéfectible groupie » !

 

 Il serait en effet tellement plus sage de suivre les injonctions des sondeurs et des patrons des médias en faveur de ces candidats comme il faut. Vous savez, ce genre de « grand » politique si bien, « si propre … », capable de discourir en macroéconomie !

On évoquerait dans un salon feutré la conjoncture, les résultats économiques, les possibilités des grandes entreprises, les performances, ce que l’on peut faire, le simple possible.

Il ne serait jamais question des hommes et des femmes, de la vie des gens, car ça c’est du populisme ! Laissons cela aux « groupies » de Mme Royal, laissons leur le peuple et restons sur les indicateurs économiques …

 

La mondialisation devient un grand marché pour le plus grand profit d’un capitalisme financier prédateur. Rien ne les arrête, fermer une entreprise ici et mettre à la rue des centaines de salariés pour aller s’installer plus loin afin de mieux exploiter les hommes et les femmes, pour faire toujours plus de profit. Au nom de cette idéologie du profit, tout est possible.

Le monde marche ainsi et les peuples n’ont plus qu’à se taire ou se révolter. A quoi bon voter puisque quel que soit le candidat ce sera toujours pareil, l’ordre est imposé !

Nicolas Sarkozy a bien su faire pour soutenir ce capitalisme mondial, quelques belles formules jetées au peuple, « gagnez plus ! », quelques beaux discours, et dans les faits une collaboration totale avec cet ordre du monde !

 

Ils sont peu nombreux les politiques capables de forcer leur voix pour condamner cet ordre du monde et proposer un ordre mondial plus juste.

Dans ce conformisme de la pensée qui veut que l’argent passe avant tout, il faut une réelle force de caractère pour proposer autre chose. Or qu’entend-t-on aujourd’hui dans les partis de gouvernement ? Quelques beaux discours, quelques belles formules pour gérer au mieux la France, un point c’est tout. Alors que nous avons besoin de bien autre chose dans ce combat mondial, pour changer ce monde.

Nous avons besoin d’une ambition politique, nous avons besoin d’une détermination, nous avons besoin d’une force d’engagement, d’une force de conviction, pour réellement agir une fois au pouvoir.

 

La question est simple à gauche, pour les hommes et les femmes de gauche, réellement de gauche, qui ne veulent pas se résigner, qui ont cette flamme de l’espoir,  qui croient que l’engagement politique peut permettre de changer un ordre établi : qui est en capacité aujourd’hui de porter avec force la voix de ce combat politique ?

 

Indéfectible groupie … je soutiens pour ce changement la candidature de Ségolène Royal. Dimanche 26 juin prochain, je serai dans le marais poitevin à Arçais pour soutenir le sens de cette candidature à la primaire pour l’élection présidentielle de 2012.

 

Philippe Allard

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans La parole aux militants
commenter cet article
15 juin 2011 3 15 /06 /juin /2011 10:22

254396 2049809372677 1467755058 32275951 5365806 n[1]Argumentaires idées fausses

Des idées les plus « basiques » aux plus « réfléchies »

 

1/ « Ségolène Royal est stupide »

Cela voudrait dire que François Mitterrand s’entourait de gens  stupides puisqu’elle a fait partie de son équipe rapprochée à l’Elysée  et de ses équipes ministérielles, avec des gens comme Attali, Delors, Védrine, Lang, Fabius, Aubry, Bianco et d’autres ; imagine-t-on François Mitterrand travaillant pendant six ans avec une conseillère « stupide » ?

Cela voudrait dire que les examinateurs de l’ENA se font un devoir de donner la priorité aux gens bêtes pour un concours qui est un des plus difficiles de France.

Cela voudrait dire que depuis 20 ans, les électeurs de Poitou- Charentes élisent invariablement une personne qui se distinguerait par son manque d’intelligence…

 

2/ « Ségolène Royal est incompétente »

Elle a été deux fois ministres, quatre fois députée depuis 1988 (dans une circonscription dite acquise à la droite), conseillère générale des Deux-Sèvres, ; elle est présidente de région réélue en 2008 avec plus de 60% des suffrages. Elle a été conseillère de François Mitterrand pendant six ans.

Elle est l’auteur de plus de dix ouvrages dont une analyse politique sur la France écrite en partenariat avec Alain Touraine. Elle travaille régulièrement avec Edgar Morin.

Outre son expérience politique nationale, elle est vice-présidente de l’Internationale socialiste et vice-présidente de l’Association des Pays francophones. Elle a créé des partenariats entre le Poitou-Charentes et plusieurs autres régions à travers le monde. Elle a établi des liens de respect et d’amitié réciproques avec nombre de chefs d’état et de gouvernement en Europe et en dehors de l’Union.

Elle est probablement une des meilleures spécialistes politiques des questions environnementales, ayant été ministre de l’environnement dans le gouvernement Bérégovoy et ayant fait du Poitou-Charentes une des régions les plus performantes en la matière.

 

3/ Ségolène Royal n’y connaît rien en économie

Son cursus universitaire prouve déjà le contraire : elle a obtenu une licence en sciences économiques avant de réussir Sciences Po et l’ENA.

Ses réalisations dans la région Poitou-Charentes prouvent qu’elle est tout le contraire d’une incompétente. La région Poitou-Charentes est la seule région de France à ne pas avoir augmenté les impôts locaux depuis 2005, grâce à des économies substantielles dans les postes de dépenses superflus. La majorité de gauche de la région n'a augmenté les impôts qu'une seule fois, en début de mandat en raison de la  situation financière dégradée laissée par l'équipe sortante. La dette publique de la région est en baisse constante, (ex. moins 6 millions d'euros en 2008) respectant ainsi l'objectif de stabilisation fixé par le conseil régional.

Ce qu’elle a su faire au niveau de sa région, elle sera certainement capable de la faire au niveau du pays.

 

4/ Ségolène Royal est seule

Chacun de ses déplacements, chacune de ses réunions rassemblent plusieurs centaines de participants, y compris dans les lieux dits « reculés » alors que la campagne des primaires n’est pas commencée. 800 participants au dernier meeting de Toulouse, 1200 à Poitiers, 400 à Laval (50 000 habitants), 400 à Bully-les-Mines (10 000 habitants).

Ses universités populaires participatives rassemblent régulièrement quelque 800 personnes à Paris et se multiplient dans les banlieues et les régions. On y retrouve la participation de personnalités très diverses qu’il s’agisse de Régis Debray, Jean-Pierre Chevènement, Edwy Plénel, Stéphane Hessel, Hélène Cixous, Pascal Boniface, Jacques Attali, Massimo D’Alema…

L’association qui la soutient, Désirs d’Avenir, compte 10 000 adhérents.

Son équipe rapprochée est constituée de personnalités plutôt jeunes, qui ont depuis 2007, largement prouvé leur fidélité et leur constance.

Elle conserve le soutien et l’amitié de personnalités comme Edgar Morin, Ariane Mnouchkine,  Lévy  ou Pierre Bergé qui ne recherchent ni postes ministériels ni prébendes…

 

5/ Ségolène Royal divise le PS, elle n’est pas unitaire

Elle a rassemblé 50% (si ce n’est plus) de militants sur son nom au Congrès de Reims face à une palette de courants divers.

Sa liste pour les élections au Conseil régional a rassemblé socialistes, communistes, verts, Modem, syndicalistes, agriculteurs…

C’est elle qui a inspiré le processus des primaires ainsi que l’engagement au respect du vote garanti par une Commission d’éthique.

C’est elle qui tient à rassembler ainsi au-delà du PS l’ensemble des Français qui souhaitent un changement politique dans ce pays.

 

Lucile et Laetitia

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans La parole aux militants
commenter cet article
13 juin 2011 1 13 /06 /juin /2011 20:46

 

sarko_officielle-1-.jpgNouvelle affaire, on n’arrive plus à les compter … Peut-on demander à l’Elysée d’aller un peu moins vite ? C’est vrai ça, le rythme des affaires autour du pouvoir est tel qu’on a de plus en plus de mal à suivre …

 La dernière en date éclabousse un ancien ministre Luc Ferry et le Premier ministre de Nicolas Sarkozy, François Fillon.

 

 Résumé de l’affaire :

 Si on comprend bien, Luc Ferry était payé par l’université Paris-Diderot pour des cours de philosophie. Mais l’ancien ministre ne donnait pas ces cours, car il aidait le Premier ministre. L’université, qui ne voulait plus payer, 4500 euros par mois, un professeur à ne rien faire, rappellera à l’ordre à trois reprises Luc Ferry.

 

 Mais le pauvre Ferry se défend aujourd’hui d’avoir mal fait. Après tout il ne savait pas que comme il était payé par l’université il devait travailler pour elle ! C’est bien connu : qui travaille en France pour son employeur ? Moi je ne connais personne qui travaille pour l‘employeur… on est payé par l’entreprise ou la fonction publique et après chacun fait ce qu’il veut et va aider qui il veut … C’est clair ! Pauvre Luc Ferry, c’est vraiment injuste de s’en prendre à lui … il ne savait pas !

 

 Bon mais le Premier ministre qui est un chic type, va régler tout ça … François Fillon, va rembourser l’université avec l’argent public ! C’est facile ça … hop et je prends dans la caisse … qui va me dire quelque chose ? Et après tout puisque c’est l’argent à tous, c’est aussi à moi ! C’est normal ça …

 

 On vit une époque formidable …

 

Le pouvoir en place a décidé pour faire des économies budgétaires de faire subir une véritable saignée à l’éducation nationale : sur les 31 638 suppressions de postes prévues dans la fonction publique d’état, 16000 le seront dans la seule Education nationale…

C’était donc 16000 + 1 puisqu’il fallait aussi retirer Luc Ferry affecté au service du Premier ministre.

 

La candidate socialiste Ségolène Royal n'a pas souhaité s'en prendre directement au ministre mais au système de cette Françafric en déclarant dimanche sur Canal + : « il faut de la décence, il faut que la République retrouve ses règles morales, ses droits et ses devoirs pour tout le monde … je propose que des principes tout simple d’égalité devant les droits et les devoirs, d’honnêteté, d’exemplarité pour ceux qui nous gouvernent reviennent au cœur du pacte républicain. »

Elle a toutefois conseillé à Luc Ferry de « rembourser sur ses propres deniers les cours qu’il n’a pas fait. » Une parole de bon sens !

 

Mais Ségolène Royal, femme de conviction, est sans doute un peu loin de ce petit monde du tout permis ! C'est une autre culture ...

 

Philippe Allard

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans La parole aux militants
commenter cet article
3 juin 2011 5 03 /06 /juin /2011 00:01

drapeau-italien-1-.gifProfil sommaire des Partis de la Gauche italienne

La gauche italienne est partagée principalement en trois grands partis.

 

-          Le Parti Démocrate (PD), issu après moult péripéties de l’ancien Parti Communiste et de l’aile gauche de la Démocratie Chrétienne. Selon les derniers sondages son poids électoral serait de l’ordre de  27%. Il est actuellement dirigé par Luigi Bersani et ses principaux dirigeants sont Walter Veltroni, Massimo d’Alema, Dario Franceschini. Ses positions politiques, son poids central dans la gauche italienne, mais aussi ses lourdeurs, indécisions et manque général de charisme en font l’équivalent du PS en France.

 

-          L’Italia dei Valori (IDV). Ce parti a été créé par l’ancien magistrat Antonio Di Pietro, l’un des héros de l’opération Mains Propres qui en 1992 a mis fin au système dit de la Première République, dominé par la Démocratie Chrétienne et le Parti Socialiste de Bettino Craxi. Comme son nom et la personnalité de son fondateur l’indiquent, il s’agit d’un parti axé sur la défense de la légalité, un thème stratégique en Italie. Son poids électoral est de l’ordre de 5%.

 

-          Sinistra Ecologia Libertà (SEL). Issu de l’aile gauche de l’ancien PC, des Verts et d’autres petits mouvements, ce parti a pris un essor particulier grâce au leadership de Nichi Vendola. Il est actuellement crédité d’un poids électoral d’environ 8% et il est porteur d’une pratique politique et d’un souffle nouveau dans la gauche italienne. Dernièrement SEL et IDV se sont rapprochés pour mieux peser sur les orientations politiques et morales de l’ensemble de la gauche.

 

 

 Nichi Vendola C’est un homme politique très atypique.

Sur des positions de gauche radicale, poète, homosexuel déclaré il a pourtant conquis en 2005 la région des Pouilles, l’une des plus pauvres et agricoles du Sud italien, depuis toujours détenue par la DC.

A la fin de son mandat, et en vue des nouvelles élections en 2010 l’appareil du PD lui oppose un candidat soutenu par le très puissant Massimo d’Alema (baron local et national) et au cours des Primaires fait campagne acharnée contre lui, pour lui barrer notamment la route d’un destin national. Mais rien n’y fait, Vendola gagne les Primaires et de nouveau haut la main les élections régionales.

Pourquoi ? Parce que Nichi Vendola fait de la politique à la manière de Ségolène Royal en France : proche des gens (démocratie participative), avec le souci constant de ce qui fonctionne, avec radicalité contre l’illégalité et la cupidité mais soucieux de l’innovation, de l’environnement, des jeunes générations, du futur.

Pour mieux comprendre, voici son site : www.nichivendola.it 

 

Les municipales 2011 : Milan et Cagliari

 

D’abord il faut se rappeler qu’en Italie les Primaires sont la méthode désormais naturelle de choix des candidats de la Gauche pour toutes les élections : municipales, régionales, nationales.

Il y a donc eu des Primaires dans toutes les villes qui étaient appelées à voter en mai 2011 (ou presque).

Il s’agissait en grande partie de Primaires de coalition, c’est-à-dire dans lesquelles concouraient les candidats du PD et de SEL, voir des indépendants.

 

A MILAN

 

Les Primaires ont eu lieu le 14 novembre 2010.

4 candidats étaient en lice, dont notamment Stefano Boeri, soutenu par le PD et Giuliano Pisapia, soutenu par SEL. Contre toute attente, Pisapia gagne (45% contre 40%, dans les Primaires italiennes n’étant pas nécessaire de dépasser les 50%).

La suite de l’histoire est connue, avec la victoire éclatante de dimanche dernier contre Letizia Moratti et contre Berlusconi, malgré des moyens colossaux et illégaux de propagande. C’est la fin de 18 ans de règne total de la droite.

 

A CAGLIARI

 

Les Primaires ont eu lieu le 29 janvier 2011.

Deux candidats étaient en lice, Antonello Cabras sénateur du PD (60 ans) et Massimo Zedda (35 ans) pratiquement inconnu et soutenu par Vendola.

Ici la surprise a été totale. Alors que les sondages prédisaient une large victoire de Cabras, c’est Zedda qui gagne les Primaires.

Et c’est encore Zedda qui triomphe aux élections contre la droite (57% au ballottage !)

 

 

Carlo

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans La parole aux militants
commenter cet article
29 mai 2011 7 29 /05 /mai /2011 21:34

 

SRa.jpg

 

Ségolène Royal, souriante et attentive, a joué le jeu de l’union à la Convention du PS hier ; sur le mur d’écrivait s’étalait : « Projet socialiste 2012 - LE CHANGEMENT ». Mais la Rénovation, elle, n’était pas au rendez-vous, restée au vestiaire du Congrès de Reims.


Le-Changement-MEAGSRFMoulin.jpg

(@Frédérick Moulin)

Impossible de s’étonner  dès lors de ce qui s’est passé, car les motions n’ont pas disparu avec le Congrès de Reims, elles ont été présentes et représentées, chacune avec sa petite tirade, dans les Convention thématiques, donc se sont toutes exprimées hier.

Toutes sauf la motion E. Il faut dire que Ségolène Royal est en campagne, donc la motion E, côté ségoléniste, pouvait difficilement s’exprimer et ajouter un discours supplémentaire.


Laurianne-Deniaud-MEAGSRFMoulin-1.jpg

Laurianne Deniaud ; sur les bouteilles d'eau : "Bien commun de l'humanité, l'eau n'a pas de prix" (@Frédérick Moulin)

Vincent Peillon a failli parler : Laurianne Deniaud, qui animait la Convention,  a annoncé les 3 derniers intervenants avant la clôture par Martine Aubry de la Convention, dont Harlem Désir et Vincent Peillon. Harlem Désir a parlé. Puis Laurianne Deniaud a passé le micro à… Martine Aubry !! Dans la foule, un jeune peilloniste a hurlé : « Et Vincent Peillon ?!? » ; puis pendant le discours de la Première secrétaire : « Peillon président ! ».


Ségo MEAGSRFMoulin 1

(@Frédérick Moulin)

Ségolène Royal donc. Il en fallait du courage pour rester souriante, digne et attentive pendant près de 3 heures. Mais Ségolène Royal était là pour prouver que l’union des socialistes, ça existe, et aussi pour donner une chance au rassemblement autour de la personne désignée par les primaires.

 

 

Interrogée à son arrivée, entourée de Delphine Batho, de Dominique Bertinotti et de Najat Vallaud-Barlkacem, Ségolène Royal a déclaré aux journalistes de France 2 :

"C'est un grand jour pour tous les socialistes, et même pour tous les Français."

Elle occupait une place de choix : à gauche de Martine Aubry. À gauche, toujours à gauche, bien sûr. Et à sa gauche, son rival malheureux de 2006, Laurent Fabius…

À la droite de Martine Aubry, Bertrand Delanoë. Et à la droite de Bertrand Delanoë – étrange hasard – François Hollande.

Bref, tout un positionnement savamment étudié.


Le-Changement-MEAGSRFMoulin-2.jpg

(@Frédérick Moulin)

Le Changement. Bien sûr, la plupart des interventions ont été redondantes. Mais bien des thèmes familiers ont quand même été développés : social-écologie, circuits courts, sortie de nucléaire et du pétrole, banque d’investissement pour les PME, progressivité de l’impôt sur le revenu, économie sociale et solidaire, l’articulation collectivités territoriales/Etat/Union Européenne, …


Tweet-MEAGSRFMoulin-1.jpg

(@Frédérick Moulin)

Tweet-MEAGSRFMoulin-2.jpg

(@Frédérick Moulin)

Tweet-MEAGSRFMoulin-8.jpg

(@Frédérick Moulin)

Tweet-MEAGSRFMoulin-9.jpg

(@Frédérick Moulin)

Tweet-MEAGSRFMoulin-10.jpg

(@Frédérick Moulin)

Une idée non encore évoquée par Ségolène Royal et issue du projet du Parti socialiste tout de même : les 300 000 emplois d’avenir, héritiers des ‘emplois jeunes’, qui doivent être créés.


Tweet-MEAGSRFMoulin-11.jpg

(@Frédérick Moulin)

Ségolène Royal met plutôt l’accent sur le fait de donner toutes ses chances à la personne qui cherche un travail : formation, apprentissage, alternance, engagement Première Chance, Sécurité sociale professionnelle… Quand le projet du PS dit emploi aidé, Ségolène Royal répond travail trouvé.


Jeun-s-MEAGSRFMoulin-1.jpg

(@Frédérick Moulin)

Quoi qu’il en soit, les Jeunes Socialistes, très représentés – leur présidente animait la Convention – étaient enthousiasmé par le projet socialiste 2012, « Le Changement ».

La Rénovation. Le chantier, retardé depuis novembre 2008, sera long. Une preuve : le projet des socialistes a été publié et diffusé des semaines avant la Convention nationale qui devait la voter…

À la Convention, en dehors de la litanie des motions à la tribune, bien des choses mériteraient d’être rénovées. La première serait, quand on fait non plus une Convention réservée aux militants, mais une réunion publique ouverte à tous, de prévoir des locaux assez grands. Rester 3 heures debout dans la pénombre en voyant de loin un écran géant distend forcément le lien politique du plus ardent des militants.


Semipenbre-MEAGSRFMoulin-1.jpg

Rester 3 heures debout dans la pénombre en voyant de loin un écran géant distend forcément le lien politique du plus ardent des militants (@Frédérick Moulin)

 La seconde serait de ne pas rétablir l’Ancien Régime et ses privilèges dans un Parti socialiste au XXIème siècle : la quasi-totalité de la salle était réservée aux « délégués de droits » et aux MJS, les militants étant refoulée derrière un cordon – au sens propre – de sécurité. Rien de tel pour démotiver les gens !

La troisième serait d’envisager le rapport avec les militants autrement : pendant une période de flottement, un jeune militant a « osé » monter sur l’estrade réservé aux dirigeants, prendre le micro du pupitre et dire : « Bonjour je m’appelle… ». À peine avait-il fini de prononcer son nom et son prénom que le son du micro a été coupé, et une fraction de seconde plus tard il était expulsé de l’estrade comme un videur de boîte de nuit ‘vide’ un individu dangereux. Laurianne Deniaud, sourire figé, a suavement expliqué qu’il fallait d’abord laisser parler les personnes inscrites sur sa liste, et qu’ensuite, s’il restait du temps, il pourrait intervenir à nouveau. Ce qui bien sûr n’a jamais eu lieu. Malaise d’un parti qui ne sait pas raisonner calmement un jeune ni le traiter avec un minimum de dignité.

 

Sego-MEAGSRFMoulin-5.jpg

(@Frédérick Moulin)

La quatrième serait que les dirigeants montrent l’exemple. Ségolène Royal a écouté, droite et souriante, l’intégralité des discours, attentivement, sans taper sur son iPhone ou son BlackBerry. Ce qui n’a pas été le cas de tout le monde, surtout du côté des dirigeants hommes. Souriez, vous êtes filmés, partout, tout le temps !


Les H MEAGSRFMoulin 1

(@Frédérick Moulin)

Bref, après les primaires en 2011 et le Changement en 2012, il faudra bien engager rapidement et en profondeur le vaste chantier de la Rénovation, trop longtemps retardé.

Frédérick Moulin

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans La parole aux militants
commenter cet article

Page D'accueil

  • : Militants de l'Espoir à gauche
  • Militants de l'Espoir à gauche
  • : Militants de l'Espoir à gauche réunit toutes celles et tous ceux qui soutiennent la ligne politique de Ségolène Royal pour une gauche démocratique, sociale, et écologique.
  • Contact

La fabrique AGIS !

dominique bertinotti (2)Dominique BERTINOTTI (75), Philippe ALLARD (75), Amale CHEBIB (75), Fabien SECHERRE (75), Françoise DEGOIS (75), Cyril CIBERT (86), Cécile FORTINEAU (23), christian CHOTARD (91), Eliane LEMAGNEN (64), esfand KHALAF (90), Laure BARGUILLET (87), Ahmed LAARAJ (30), Isabelle MALBERTI (75), Guy VERDIER (13012), catherine CANTAU (40), gilles CAILLET (91), Noëlle PLANCHAIS (56250), Gérard JABUT (69), Jocelyne BERDU (75), Jean-Pierre GUILBERT (75), Hélène MERMBERG, , Eric BRUN (63), Stéphanie SMANIOTTO,Eric CORNIER (33), Joelle FERAL, Gerard RAISER, Catherine RUBIO (33), Didier ANTONELLI, Nabil SANTO (75), Eliane LEMAGNEN (64), Céline LOOT, Pierre NSIMBA-DELEZAY (93), Marianne-Ségolène GINDREY (62), , Monique BONNIN (37), Jean-François THILLET (43), Jacqueline BOULET, Alain MAIRE (76), Caroline BERTRAN, Jacques MAZELLA (44), Christiane CHIROL, Rodrigue KOKOUENDO (77), Robert SIMON (75), francoise LALLIER (78), Sylvette GIRARD (28), claudine MOURET (41000), alban GUAY (37), roland ASTIER (38), mirella GOULOIS (62300), Michel CHARPENTIER (73), marie-neige PHILIPPE (44), Jean Jacques BAUGÉ (37), rachida MAZARIE (94), jacqueline LAKSANDER (2), pierrette LARDREAU (19100), martial LEHOUX (24), Rene PHILIPPEAU (91), Jean-Pierre HERY (2), Christine MALCOR (91), Jean KOMOROWSKI (33), , , Patricia VAN HALUIDYN (86), Claude BILLARDON (75), J-RAYMOND MAGUEUR (29), Claire CLAUDE (49), David VIEILLE, Laetitia DE WARREN (69), Georges RAULT (35), Michel CHATAIGNER (76), Chantal DEPUERS (6), YOLANDE PAVAN (93270), Maïté CAZAUX (33), Colette CHARBONNE (31), Hiroko KOMORI (75), M.J. SINAT (77), France-Marie NESPO-BIAIS (78000), Elisabeth HUSSON (75), Martine TREGRET (91), Andrée & Marie-Paule AUFAURE (3), Bernard JANODET (69), Yves FRUCHON (69), christiane NOUGARET (30), véronique SAINT-PAUL (75020), Marie-Noëlle VIBERT (94), Annick LE ROY (91), micheline HAREL (75), francoise QUELIN (77), jean baptiste TROUPLIN (75020), Elisabeth ARNAUD (33), Jean BRUNEL (13), Maryse MARTIN (17), Jacques ERNEST (92), Maurice BUTTIN (75015), Alain DRONEAUD (72430), Norel Houda AUMONT-GHÉDIR (75), Vanessa BAUDAT SLIMANI (45), CLAUDE TARRIERE (92500), Gérard PARCOT (91), FRANCK DAGORNE (56890), Ariane MATHIEU (77), Philippe POIGNANT (50), , Nadine AMIEL (75), Bernard FERRÉ (78), José THIOLLET (86), jerome DOUADY (38), Marcel AMIEL (75), arsene BOUTERFA (93500), sylvie SAINT PIERRE (95100), , Aurélien LONGÉ-LÉTANG (86), Fabrice BERARDI (13), Hubert TERRIGHI (47), Martine LEBRUN (94130), jean BURNELEAU (85), Marie FARRET (16), Janine CRESPIN (75013), sandrine PIERRON (86), cartier FLAVIEN (86), Dominique MENNESSON (94), Pierre BRUSSELLE (94), Eric DUCROS (86), , Romain ZARKA (75), Brigitte BEAUMANOIR (95), Olivier SALVANO-LUBESPÈRE (75), francoise ROZAN (12), Francine GILBERT REULIER (92), Christian AGON (75003), alain PIQUET (76), Laetitia CHEVROT (63), CHRISTIANE GOMEZ (86), Marc BONNICHON (33), Joëlle DE CORTE (17), Nadjet BOUCHIKHI (13), Yves FRUCHON (69), maryleine SIGRIST (5), Françoise CLEOSTRATE (34), Sébastien COUDRY (25), nicolas METIVIER (86), pierre HUYARD (17), Cécile GUILBERT (63), Bonaventure MBAYA (91), Bernard JANODET (69), Régis COTTET (86), martial LEHOUX (24), anthony ROUSSEAU (86), jean claude MAURIN (30), Jean-Claude CHEBROU (63), bruno OLIVIER (78), Jean-François VIONNET (26), ...

Pour rejoindre la fabrique socialiste AGIS : link