Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 mai 2010 2 04 /05 /mai /2010 12:29

10050201_MAREE-MAP1_ori.jpg.567.jpg

 

La marée noire au large des côtes américaines du Golfe du Mexique illustre les carences américaines en écologie sociale. La cohabitation des hommes et de ses activités souvent destructrices (forage et industrie pétrolière, surpêche, …) et d’un écosystème riche et vulnérable montre ses limites. Dans ce dossier, 3 sujets ressortent :

 

-l’explosion de la plate-forme et les conséquences pour l’état de Louisiane et les autres états côtiers du Golfe du Mexique (Mississipi, Alabama, Floride) ;

 

-le rôle du britannique British Petroleum (BP) et de ses partenaires dans le Golfe du Mexique : lobbyisme et capitalisme financier ;

 

-la position inconfortable de l’administration Obama et son action : impact du système institutionnel américain et lobbyisme.

 

 

-oOo-

 

La Louisiane et les états côtiers voisins sous le choc


Le jeudi 22 avril 2010, une explosion détruisait puis entraînait le naufrage de la plate-forme Deepwater Horizon, qui exploitait un gisement de pétrole sous le plancher marin à 1500 mètres de profondeur et à 66 kilomètres des côtes de la Louisiane. Le principal propriétaire du gisement estBritish Petroleum (BP), dont le siège est basé à Londres.

 

Horizon.jpgOilriggexplosion.jpg


Une semaine plus tard, le jeudi 29 avril, l’état d’urgence était décrété par la Louisiane, et la ministre de l’intérieur déclarait l’événement « catastrophe nationale ». Pendant le week-end, la Floride, l’Alabama et le Mississipi décrétaient à leur tour l’état d’urgence.

 

Que s’est-il passé ?

 

En coulant, la plate-forme a tout d’abord déversé ses réservoirs, soit 40 000 m3, dans la mer. C’est l’équivalent de 16 piscines olympiques pleines à ras bord, autant que la catastrophe de l’Exxon-Valdez, le cinquième de l’Amoco-Cadiz, et deux fois celle de l’Erika.

 

Par ailleurs, les robots sous-marins ont échoué à fermer les vannes de sécurité du puits, et dans un premier temps, jusqu’au 29 avril, les observateurs ont pensé que de 160 à 800 m3 (800 000 litres) s’en échappaient chaque jour. Depuis ce week end, ils estiment que plus de 800 m3 sont libérés quotidiennement. Une situation qui pourrait durer : en Australie en 2009 dans un accident semblable la fuite n’avait été colmatée qu’au bout de 70 jours ; des experts avancent une durée de 3 mois avant que les fuites ne cessent. Dans ces conditions, 50 000 m3 à 65 000 m3 supplémentaires pourraient être relâchés dans la mer.

 

Et ce, à condition que la tête de puits tienne bon : si elle venait à lâcher, 20 fois plus de pétrole pourrait se déverser en mer selon le commandant des garde-côtes américains, l’amiral Thad Allen.

 

Quels sont les enjeux écologiques et sociaux ?

 

Le milieu dans lequel se produit cette catastrophe est un milieux naturel complexe, fragile et très riche. 2 parcs naturels sont situés à l’embouchure du fleuve Mississipi, en Louisiane : Pass-a-Loutre, déjà polluée en plusieurs points ce week-end, et Delta National Refuge. 2 autres sont situés en face de l’état du Missisipi : les îles Chandeleur, englobées dans la nappe de pétrole le samedi 1er mai, mais qui devraient bénéficier d’un retrait naturel mardi 4 mai,  et l’archipel des Gulf Islands National Seashore.

 

250px-Roseate_Spoonbill_-_Myakka_River_State_Park.jpg


Le milieu est très riche et très fragile : d’un côté les mangroves, forêts de palétuviers baignées par les marées, de l’autre les marais d’eau douce du fleuve Mississipi, et au total presque aucune terre ferme. Cet écosystème spécifique héberge quantité d’espèces végétales, mais aussi des crevettes, des écrevisses, des poissons comme le menhaden, le red-drum, le rare et pacifique requin-baleine, d’innombrables tortues et alligators5 millions d’oiseaux migrateurs comme la spatule rosée, et des mammifères marins comme le lamantin. Cet écosystème est très fragile, car des zones de nourrissage dépendent toutes les espèces animales, et il sera presque impossible de les nettoyer par les mains de l’homme si le pétrole y pénètre profondément ; les oiseaux, très nombreux et souvent migrateurs, devraient être particulièrement touchés.

 

manatees.jpg 


Les enjeux sociaux ne manquent pas.

 

Tout d’abord, l’ouragan Katrina de 2005 a laissé des traces dans le moral des habitants et dans le paysage ; la marée noire qui s’annonce ne va rien arranger. Ensuite, la récolte d’huîtres et la pêche de crabes et de crevettes pourraient être sévèrement affectées en Louisiane ; la vente de fruits de mer rapporte 1,8 milliards de dollars (1,35 milliards d’euros) par an, et la pêche récréative 1 milliard de dollars. Au delà, la marée noire pourrait coûter des milliards de dollars de pertes pour les secteurs du tourisme, des sports de plein air et de la pêche commerciale, en Louisiane, en Alabama et dans le Mississipi, voire en Floride et au Texas. Comble de malchance, la saison de pêche devait débuter dans deux semaines.

 

10050404_PETROLE-X2P1_ori.jpg.567.jpg


L’ensemble du commerce et de l’économie de la Louisiane devraient être durement affectés : la manager du supermarché Family Dollar, Vanessa Andry, à un peu plus de 30 kilomètres de l’estuaire du Mississipi indique : « Nos ventes vont chuter en flèche avant que les pêcheurs soient indemnisés. S’ils le sont un jour… ».

Cependant, « les écosystèmes du Golfe du Mexique ont jusqu’ici surtout souffert de la surpêche et de méthodes de pêche destructrices pour l’environnement, comme le dragage. » souligne Carl Gustaf Lundin, responsable du programme pour le milieu marin à l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Enfin, dans les entreprises qui travaillent pour les géants du pétrole (location de bateaux pour ce secteur, …) l’angoisse plane aussi. Certaines envisagent déjà de devoir mettre la clé sous la porte.

 

Quelles solutions sont envisagées ?

 

En premier lieu, des travaux de grande ampleur ont eu/ont/vont avoir lieu sur l’emplacement de la plateforme. La première solution envisagée a été de fermer les vannes de sécutité à l’aide de robots, la grande profondeur du plancher marin (1500m) n’étant pas propice à l’intervention humaine ; lundi 26 avril 2010, 4 jours après le naufrage de la plate-forme, cette option s’est soldée par un échec. Lamar McKay, président de BP America, déclarait lui même : « C’est comme opérer à cœur ouvert à 1500 mètres de profondeur, dans le noir, avec des robots sous-marins ».

Le même jour, une plate-forme de secours et arrivée sur place pour servir de base aux opérations sur le puits. Le but, dorénavant, c’est d’éviter un drame encore plus grand : que la tête de puits cède. Samedi 1er mai, BP America a annoncé qu’un dôme de confinement (énorme cloche de 70 tonnes) pourrait être déployé en environ une semaine. Un second puits serait alors foré juste à côté du premier, pour pomper le pétrole et réduire la pression sous la cloche.

 

10050404 PETROLE+X1I1 ori.567

 

Seconde idée : le nettoyage progressif par les bactéries : « cet écosystème tropical regorge de bactéries qui ont appris à utiliser le pétrole et peuvent contribuer à son élimination naturelle à condition que la pollution ne soit pas trop massive » assurait M. Lundin (UICN).

 

Troisième idée : brûler la nappe dans de façon contrôlée : l’aspect du problème qui interpelle les spécialistes de l’Institut Français du pétrole (IFP), c’est qu’on a attendu une semaine avant de commencer à agir. BP a eu les coudées franches et les autorités sont peu intervenues pendant ce laps de temps. Or le pétrole brut libéré le 22 avril était très léger ; en une semaine les hydrocarbures les plus légers se sont volatilisés sous l’effet conjugué du vent et du soleil, le pétrole résiduel s’est alourdi et mélangé à l’eau, jusqu’à obtenir une émulsion contenant de 50 à 70% d’eau : la « mousse au chocolat ». Cette « mousse au chocolat » ne peut être brûlée efficacement et proprement : du fait de la formation de l’émulsion, le brûlage, trop pauvre en oxygène, génèrerait d’importantes fumées contenant des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), cancérigènes. Ces HAP se retrouveraient également dans les résidus de combustion, combustion qui n’aurait eu lieu qu’en surface et qui aurait créé une enveloppe autour de l’émulsion, beaucoup plus difficile à « casser ».

Par ailleurs, aux abords de la plate-forme naufragée, là ou le pétrole non mélangé s’écoule toujours, une plate-forme de secours s’est installée ; et 3 500 installations pétrolières se trouvent dans la zone : mettre le feu à cet endroit reviendrait à craquer une allumette dans une station service.

 

Quatrième idée : les produits et les solvants chimiques (paraffines, oléfines, cyclohexane, kérosène, xhite spirit, naphtas). « Il faut limiter l’utilisation des solvants chimiques, qui peuvent se révéler plus toxiques et faire plus de dommages que le pétrole lui même » indique M. Lundin (UICN), faisant référence à l’expérience de l’Exxon Valdez en Alaska en 1989. Les experts de l’IFP suggèrent l’apport, à la place, de phosphates (ancien composant de nos lessives) ou d’azote pour favoriser la biodégradation, mais cette piste semble ne pas avoir été suivie par les Américains.

 

Cinquième idée : déployer des barrages flottants. Depuis la fin de la semaine dernière, 84 km de barrages flottants et 68 navires ont été déployés. Mais il s’agit d’un ensemble de barrages de 90 mètres de long, et la plupart de sont pas très hauts et sont peu profonds : le pétrole s’infiltre ou passe au-dessus des barrages.

 

gulf-oil-spill-bran4jpg-7b7a6afbbe55b815_large.jpg

 

Tout le monde s’accorde sur un point : une fois les mangroves et marais imprégnés par le pétrole, il sera presque impossible de nettoyer. L’intrication de la végétation, la quasi-absence de terre ferme même pour établir un QG des opérations, l’impénétrabilité des milieux sans bateau sont autant d’obstacles à un nettoyage rapide et facilité. Les premières rumeurs dans la population parlent de 5 à 10 ans avant de commencer à entrevoir le bout du tunnel. Un coup dur après l’ouraga Katrina de 2005, qui avait déjà fait partir 30% de la population.

 

Le pétrole qui arrivait sur les côtes, léger la semaine dernière – juste une pellicule grasse sur l’eau, à l’œil nu – s’est alourdi au fil des jours, les éléments les plus volatils s’étant évaporés. La nappe évolue de façon imprévisible, en fonction de la météo. Les premières boulettes de pétrole sont arrivées sur les côtes le week-end dernier. Déjà la région de la réserve naturelle de Pass-a-Loutre a été touchée par la pollution au moins en 3 endroits.

 

F.M.

 

Sources : Le Monde, éditions datées du dimanche 2 mai 2010 et du mardi 4 mai 2010


Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans Ecologie - Environnement
commenter cet article
3 mai 2010 1 03 /05 /mai /2010 23:41

 

e567c88304420ddea3c1ead15e4bec20.jpg

 

À la veille du début de l'examen par les députés du projet de loi dit "Grenelle II", collection de mesures sans épine dorsale, mesures destinées (en partie) à compléter le Grenelle I qui avait une certaine cohérence malgré ses défauts et son application défaillante ou tardive, nous vous offrons une galerie de dessins humoristiques.

 

F. Moulin

 

 

Nicolas le Grand Schtroumpf :

 

grenelle-environnement-parlement-gf

 

 

Nicolas rame...

 

font-chier

 

 

Le cadeau de Nicolas :

 

dessin7-GD

 

 

Le Grenelle de l'environnement et la place du nucléaire :

 

24943394.jpg

 

 

Etiquetage des produits phytosanitaires (pesticides, biocides, ...) :

 

phytosanitaires_copy.jpg

 

 

Demain sans nature?

 

17-projet-finance-par-grenelle-environnement.jpg

 

grenelle-2


Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans Ecologie - Environnement
commenter cet article
3 mai 2010 1 03 /05 /mai /2010 15:46

Diapositive1.jpgDiapositive2.jpg

 

Chères amies, chers amis,


Nous souhaitons remercier toutes celles et ceux qui ont apporté leurs contributions à l'avis de recherche sur le Grenelle de l'environnement. Ceci a permis de constituer une veille militante et d'examiner l'application des engagements du Grenelle. Vous trouverez dans le tableau ci-joint une description complète de ces engagements et de leur application. N'hésitez pas à enrichier et compléter cette veille militante en écrivant à desirsdavenir.paris@hotmail.fr   Nous pouvons aujourd'hui indiquer que,contrairement aux 88% d'application avancés par le gouvernement :


sur les 200 engagements étudiés,

 67 % ne sont pas encore appliqués!

 

Pourtant, ces engagements ont été actés depuis près de 3 ans. Ce retard est particulièrement étonnant pour un gouvernement qui est passé maître dans l’art de faire adopter en urgence tout type de loi, selon les fluctuations de l’actualité.  Il est donc regrettable de voir, une fois de plus, une dynamique cassée par le manque d’ambition et de vision du gouvernement et du Chef de l'Etat. 

Nous en appelons aux députés pour que la loi Grenelle 2, qui sera  débattue à l'Assemblée Nationale à partir du 4 mai, soit réellement l'occasion d’engager notre pays dans une mutation écologique. Nous serons vigilants à ce que cette loi ne constitue pas un retour en arrière et qu'elle soit suivie d'un réglementation cohérente puisqu'une centaine de décrets d'application doivent encore être publiéspar la suite.


 

Tableau Veille militante Grenelle de l'environnement : clichez sur le lien ci-dessous :

 

Tableau Veille militante Grenelle de l'environnement


Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans Ecologie - Environnement
commenter cet article
3 mai 2010 1 03 /05 /mai /2010 15:03

Parti socialiste Avec un nombre de militants en chute, des sondages inquiétants donnant tout juste la secrétaire du Parti à égalité avec Nicolas Sarkozy pourtant très impopulaire, une convention inaudible tournée surtout sur l’intérieur du Parti et les arrangements entre courants, l’absence de réponses concrètes aux interrogations des Françaises et des Français, le Parti socialiste n’apparaît pas encore en capacité de porter un espoir crédible d’alternance.

Malgré les accords internes, les alliances entre ennemis d’hier, les résultats aux élections régionales dans un contexte de rejet du pouvoir et de forte abstention, la mise en scène sur "l'unité" et "la remise au travail", l'offre d'une "maison commune" à gauche, le PS n’a pas réussi à créer une dynamique dans l’opinion permettant d’espérer un renversement de politique en 2012.

Or, les échecs de Nicolas Sarkozy, les conséquences sociales douloureuses de sa politique, le rejet massif d’une forme de gouvernance peu républicaine ne seront pas suffisants pour l’emporter en 2012 si le PS ne réussit pas à créer une dynamique, un espoir à gauche pour une autre politique.  

 

Dans ce contexte, Ségolène Royal peut-elle sauver le PS ?

 

Nous savons que Martine Aubry et Ségolène Royal se sont parlées et que la présidente socialiste de Poitou-Charentes souhaite jouer un rôle plus important dans les débats du PS pour préparer sérieusement l’alternance de 2012.

Le Parti socialiste peut trouver en effet en Ségolène Royal et la force militante qui la soutient un appui incontestable :

 

Pour un Parti socialiste plus combatif avec le monde du travail contre la politique libérale suivie par Nicolas Sarkozy :

Aux côtés des travailleurs en lutte dans sa région contre les délocalisations, refusant une taxe carbone injuste car reposant sur les ménages, contestant l’absence de dialogue avec les élus et les habitants après la tempête Xynthia, rejetant toute remise en cause du droit à la retraite à 60 ans, dénonçant l’absence de politiques agricole et industrielle, condamnant le « tapage électoraliste sur la burqua, ces mises en cause qui stigmatisent toute une communauté sans même régler correctement la question » alors que l’Europe entrait dans la crise grecque, Ségolène Royal a été en première ligne dans le combat contre la politique de Nicolas Sarkozy et son gouvernement.  

 

Pour un Parti socialiste porteur d’un projet réellement alternatif :

Ségolène Royal ne se contente pas de combattre mais propose. Elle voudrait un Etat plus juste dans ses réformes et plus audacieux pour promouvoir l’innovation notamment dans la croissance verte car pour la présidente de région socialiste l’écologie peut aussi être un atout économique. Comme bien peu de politiques ont su le mettre en action, Ségolène Royal a fait de sa région un laboratoire en ce sens et souhaiterait étendre ses initiatives au niveau national. Un Etat également plus actif pour défendre les emplois industriels même dans des secteurs davantage soumis à la compétition internationale. Certes une politique difficile à mener, mais refusant une vision libérale du laisser faire, Ségolène Royal veut promouvoir toutes les initiatives et notamment soutenir la création des sociétés coopératives. En somme, il ne s’agit pas de faire croire que l’Etat pourra tout faire seul, mais qu’en unissant les actions des entrepreneurs, les compétences avec la formation des salariés, l’Etat peut être un acteur efficace. Une autre voie est ainsi possible.

 

Pour un Parti socialiste rénové ouvert sur la société et le monde :

Le Parti socialiste ne retrouvera une force dans l’opinion que s’il oublie ses courants internes et ses alliances de chefs pour retrouver le dialogue direct avec les Françaises et les Français et l’ouverture sur le monde. C’est ce qu’inexorablement, la socialiste réclame pour redonner à ce Parti toute sa force.

 

La direction du PS peut compter sur Ségolène Royal et la force militante soutenant son action pour un parti socialiste plus combatif, porteur d’espoir pour un projet réellement alternatif, un parti socialiste rénové, plus ouvert sur la société et le monde.

 

Edito du blog  Militants de l'Espoir à gauche.

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans Parti socialiste
commenter cet article
29 avril 2010 4 29 /04 /avril /2010 12:32

Cela fait plus d’un mois que je ne me suis pas manifestée, l’appel du printemps ! J’ai voyagé en France, visité des librairies et j’en ai rapporté une moisson abondante, éclectique.

 

 des poules et des gâteaux Des poules et des gâteaux, auteur Carine Tardieu, illustré par Agnès Maupré, éditions Actes Sud Junior (cadet).

Dès la préface le ton est donné, tendresse, sensibilité, humour : « A Mamie, …ses pots de fromage blanc périmé..., à sa vieillesse magnifique du temps de mon enfance. »

Carine Tardieu sait se glisser avec naturel et talent dans la peau d’un pré-ado de onze ans, en quête de ses racines, et dont nous ne découvrirons jamais le prénom !

Nous le suivrons pas à pas, au fil des pages, dans son histoire familiale, lourd héritage, dans son quotidien hors normes, le poulailler du grand père, les gâteaux de la grand-mère, ses tirades révoltées et jubilatoires…

Ce court roman, illustré avec délicatesse peut être dégusté avec gourmandise de neuf à onze ans ; comme un mille-feuilles, il a des strates et plusieurs niveaux de lecture : secrets de famille, relations parents-enfants, indignations devant le monde des adultes, symbolique de la multitude des poussins …

 

 Un recueil de nouvelles brèves, publié pendant la guerre de 14-18 et réédité en janvier 2010 aux éditions Zoe (de Genève), un vrai bijou littéraire, « Petite Prose », écrites par un écrivain singulier qui reste à découvrir en France, Robert Walser.

Vingt et un textes s’entremêlent, fictionnels ou autobiographiques, brefs portraits esquissés à partir de personnages réels. Juste une citation : « Lire est aussi utile que plaisant. Les liseurs assidus forment pour ainsi dire un petit peuple heureux. »

 

  Précipitez-vous sur l’évènement littéraire de ce mois d’avril volcanique à tous points de vue. Les éditions Gallimard publient, dans leur collection Quarto, les Nouvelles complètes de Vladimir Nabokov, l’auteur célèbre de Lolita.

Traduites du russe, de l’anglais, ces nouvelles couvrent une grande partie du XXè.siècle ; écrites de 1920 à 1977, foisonnantes passionnantes, elles nous révèlent un monde disparu et la personnalité complexe d’un génie littéraire. Pour le plaisir, juste encore une citation de Nabokov : « Je suis un écrivain américain, né en Russie et formé en Angleterre où j’ai étudié la littérature française avant de passer quinze ans en Allemagne… »

 

 Avant de terminer quelques mots sur Jean-Paul Sartre qui vécut et mourut dans mon 14è et qui fut enterré au cimetière du Montparnasse, il y a tout juste trente ans, le 19 avril 1980. Je viens de relire son autobiographie, les Mots, publié en Folio. Je vous invite à redécouvrir l’œuvre de Sartre, cet antibourgeois, globe-trotter, défenseur des droits de l’homme, des noirs américains, idole des jeunes en mai 1968.

 

Bonnes lectures et à bientôt

Mireille, pour le blog militant.

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans Les chroniques littéraires de Mireille
commenter cet article
28 avril 2010 3 28 /04 /avril /2010 12:06

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Le Conseil national du Parti socialiste réuni mardi 27 avril à la mutualité révèle malheureusement qu’au PS rien ne bouge si ce n’est les mots, les formules qu’il faut adapter au temps. Le rideau s’est à nouveau levé, les acteurs bien poudrés ont joué leur rôle et le rideau s’est abattu avec quelques applaudissements. La pièce est achevée.

 

Ce qui fut particulièrement indécent dans cette présentation : c’est ce jeu du moi qui s’est répété inlassablement, intervenant après intervenant chacun en avait pour sa « chère Martine… » ! On se demandait à les entendre s’il ne s’agissait pas tout simplement d’un bal de cour dans l’attente de la distribution de postes ministériels… Martine Aubry observait tout ce jeu en jugeant les prétendants. Le peuple était bien loin de ce jeu de dupe.  

 

Mais où sont les Françaises et les Français dans tout cela ?

 

Pierre Moscovici en bon élève présentait à l’oral son devoir au sujet très actuel : présenter un nouveau modèle de développement. Le sujet aurait pu être différent le résultat aurait été sûrement aussi bien construit avec un vocabulaire riche, un texte digne d’un concours de la haute administration.

 

Quel projet pour le Françaises et les Français ?

 

Décidément la direction du Parti socialiste n’a toujours pas compris ce qu’on attend d’un parti de gauche : qu’il soit en capacité de s’adresser directement au peuple. Malgré le souffle nouveau porté par Ségolène Royal, malgré l’attente du peuple révélée par les résultats aux régionales, le parti socialiste s’enferme à nouveau, s’admire, se parle à lui-même, fier d’être mais seulement d’être soi !

 

Philippe Allard, parole de militant

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans La parole aux militants
commenter cet article
27 avril 2010 2 27 /04 /avril /2010 19:01

"C’est trop, beaucoup trop ce tapage électoraliste sur la burqua, ces mises en cause qui stigmatisent toute une communauté sans même régler correctement la question.

J’invite Nicolas Sarkozy à concentrer son effort sur les vrais problèmes et à reporter son activisme sur la mise en œuvre d’actions qui répondent à des problèmes beaucoup plus urgents et plus massifs comme aujourd’hui celui des agriculteurs.

Aujourd’hui en France des centaines de milliers d’agriculteurs sont en grande détresse.

Plus de 800 éleveurs se sont suicidés cette année et toujours pas de réponse.

C’est l’identité de la France qui est menacée dans le risque de disparition d’un espace rural vivant. Les femmes des producteurs de lait ont manifesté récemment sans être entendues.

Des solutions existent dans la réforme de la PAC, les circuits courts, la régionalisation des aides. C’est pour aider les agriculteurs qu’il faut une loi en urgence plutôt que sur la burqua. Ce serait plus sérieux et beaucoup plus utile. Mais Nicolas Sarkozy recherche t-il ce qui est utile aux Français ou ce qui peut lui permettre de remonter dans les sondages ?"

 

Ségolène Royal

 

Untitled document
Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans Parti socialiste
commenter cet article
26 avril 2010 1 26 /04 /avril /2010 12:02

Ségolène Royal sur France-Info [20/04/2010] Proposer un projet d’avenir pour la France : une politique plus juste pour une sécurité pour tous.

 

La sécurité devait être un des enjeux majeurs de la présidence de Nicolas Sarkozy. On connaît la suite : l’échec d’une politique qui voudrait lutter contre l’insécurité seulement par les mots et la répression.

L’insécurité touche aujourd’hui de plus en plus de Françaises et de Français et ce climat nuit gravement à la vie de certains quartiers notamment des quartiers populaires. Une situation inacceptable pour Ségolène Royal car « le droit à la vie, à la liberté, à la sûreté de la personne humaine, comme c'est inscrit dans la déclaration universelle des droits de l'Homme, est un rôle fondamental que l'Etat doit assurer »

 

Dans son intervention sur France info du 20 avril, Ségolène Royal a pu dessiner les grands axes d’une autre politique.

La présidente de région socialiste forte de sa maîtrise des problèmes concrets rappelle d’abord qu’il convient de distinguer trois niveaux d’insécurité : les actes d’incivilité, la délinquance et la grande criminalité. Pour chaque niveau, il faut apporter des réponses différentes mais toujours axées sur trois fondements : la prévention, la répression et la réinsertion. Ainsi la socialiste se détourne résolument de la politique de Nicolas Sarkozy pour encadrer la répression par la prévention et la réinsertion, donnant à la politique de sécurité une dimension plus humaine et volontaire pour préparer l’avenir en offrant à chacun sa place dans la société.

 

- Sur les actes d’incivilité causés par « souvent de très jeunes enfants, de plus en plus jeunes aujourd'hui », Ségolène Royal veut instaurer « une articulation plus forte entre les adultes des quartiers, les adultes de l’école et les parents » afin de prévenir ces actes.

- Sur la délinquance, la socialiste condamne à nouveau les promesses non tenues par Nicolas Sarkozy : les centres d'éducation renforcés ne sont toujours pas construits. Elle insiste à nouveau sur la prévention : « renforcer l'éducation, l'encadrement des jeunes, aider les parents et notamment les mères seules à éduquer les adolescents, et lutter contre une des causes majeures de la délinquance des jeunes qui est le chômage » Il est essentiel de leur « redonner le sens de leur utilité dans la société, parce que c'est vrai que sur la délinquance, la prison n'est pas la solution »

- Sur la grande criminalité, Ségolène Royal dénonce le manque de moyens : « Il y a eu sur trois ans, sur les années budgétaires 2008, 2009, 2010, 9000 suppressions d'emplois de policiers et de gendarmes. Sur le seul département de la Seine-St-Denis où le Président de la République vient de se rendre, il y a une demande réitérée de 400 policiers qui manquent dans ce département. ». Elle souhaite que l’Etat soit à la hauteur pas seulement dans les mots mais dans l’action en se donnant les moyens de lutter contre la grande criminalité.  

 

Dans le débat qui devrait aujourd’hui mobiliser les militantes et militants socialistes, pour proposer un projet crédible aux Françaises et aux Français, Ségolène Royal refuse de laisser de côté des questions majeures. Dans un projet national, la question de la sécurité de tous est fondamentale, c’est une des fonctions de l’Etat. Après l’échec de Nicolas Sarkozy, Ségolène Royal rappelle qu’une autre politique est possible, plus efficace et plus humaine, qui associe prévention, répression et réinsertion.

 

Edito Militants de l'Espoir à gauche


 

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans Parti socialiste
commenter cet article
23 avril 2010 5 23 /04 /avril /2010 19:42

 

08-11-05-barack-obama-sarkozy.jpg

Alors qu'en France Nicolas Sarkozy et son gouvernement ne prennent aucune mesure contraignante spécifique pour réguler ou réglementer la finance pour la mettre au service de l'économie, aux Etats-Unis Barack Obama, épaulé d'une Chambre des représentants et d'un Sénat démocrates, ne ménage pas ses efforts :


-critique des bonus versés par les banques et les assurances (AIG notamment) et nomination d'un responsable du Trésor chargé d'arbitrer les rémunérations dans les entreprises renflouées par l'Etat, Kenneth Feinberg ; taxe sur les banques ;


-réforme de la régulation financière pour mieux encadrer les activités des institutions financières etéviter une nouvelle crise de même nature ;


-tentative d'empêcher les comportements à risque des banques : la banque d'affaire Goldman Sachs est actuellement accusée d'avoir trompé des investisseurs en leur vendants des produits financiers complexes adossés à des crédits hypothécaires (= des prêts immobiliers aux particuliers) présentés comme sans risque alors que la crise les a rendus à haut risque (insolvabilité des ménages américains face à leurs prêts immobiliers) ;


-le Sénat américain souhaite introduire dans la réforme une proposition visant à rendre "100% transparent" l'immense marché des produits dérivés, notamment dans le domaine agricole.


NB : les énormes montants de produits financiers "dérivés" évoqués (447 500 milliards d'€) sont des montants notionnels, c'est à dire qu'ils servent de base aux calculs des flux d'argents réellement échangés, ils ne sont pas, eux, payés ou reçus. Les flux échangés peuvent être des taux d'intérêts appliqués à ces montants notionnels, ou des variations de ces montants notionnels par exemple.

Les produits dérivés sont très présents dans l'agriculture américaine car ils servent, à la base, àcouvrir les agriculteurs contre les risques de variation des cours entre les semailles et la récolte, ou pendant la croissance des animaux à viande. Ils sont donc alors adossés à une récolte ou un stock de viande. Les institutions financières les ont parfois détournés de leur but de couverture des risques pour en faire des produits spéculatifs, non adossés.

 

F.M.

 

-oOo-


jeudi 22 avril 2010

 

Barack Obama défend sa réforme de la finance

 

Le président américain devait défendre jeudi à New York une réforme de la régulation financière pour éviter une crise similaire à celle de 2008, au moment où Wall Street est ébranlé par le scandale de la banque d'affaires Goldman Sachs. Il doit effectuer une visite éclair en fin de matinée à Manhattan, non loin du quartier de la Bourse et des banques, et devrait prendre à témoin ses compatriotes sur la nécessité de mieux encadrer les activités des institutions financières.

 

Il devrait plaider la nécessité d'empêcher les comportements à risques de ces sociétés de menacer l'économie tout entière, comme lors de la crise de 2008, dont les Etats-Unis commencent tout juste à sortir. Une telle réforme a déjà été votée à la Chambre des représentants et une autre, préparée par le démocrate Chris Dodd, en commission au Sénat. Mais cette dernière doit encore franchir l'étape d'une adoption en séance plénière et donc convaincre des républicains dotés d'une minorité de blocage. "Nous nous approchons d'un texte qui aurait un soutien venant des deux bords", a toutefois dit mardi M. Dodd, en pleine négociation entre deux camps prompts à vouloir exploiter la mauvaise opinion des Américains vis-à-vis de nouveaux sauvetages de banques par l'argent public.

 

À l'appui de sa démonstration en faveur d'un resserrement des contrôles autour des institutions financières, M. Obama, après les élus démocrates, pourrait aussi mentionner jeudi le scandale autour de Goldman Sachs, la banque accusée par le gendarme américain de la Bourse d'avoir trompé à dessein des investisseurs. Fabrice Tourre, l'employé français de Goldman Sachs au centre de la plainte de l'organisme fédéral américain de réglementation des marchés financiers (SEC) contre la banque d'affaires, va témoigner devant une commission sénatoriale aux Etats-Unis, au côté de son PDG, Lloyds Blankfein.

 

Le Sénat américain veut rendre transparent le marché des produits dérivés

 

Le Sénat s'est attaqué mercredi aux produits dérivés, un des éléments clés de la réforme. Hier, la commission de l'agriculture du Sénat - qui gère un secteur où les produits dérivés, ces instruments financiers complexes, sont très présents - a adopté un texte visant à renforcer le contrôle des produits dérivés. La proposition, qui vise à rendre "100 % transparent" l'immense marché des produits dérivés, dont la valeur nominale est estimée à environ 600 000 milliards de $ (447 500 milliards d'€), est controversée, mais l'idée reste populaire. Les démocrates de la commission ont même obtenu un vote républicain, celui du sénateur Chuck Grassley. Au final, cette mesure sera fusionnée avec le texte principal de la réforme.

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans Actualité internationale
commenter cet article
23 avril 2010 5 23 /04 /avril /2010 15:54

!cid 7BD69160-11DA-4985-ACD1-68D1917C69BD@localRéunion du 12 avril 2010 (à l’AGECA)

 

Le 12 avril, à l'AGECA, près de 80 militants ont participé à un débat sur le thème : "Quelles primaires pour gagner en 2012?"


Les participants se sont particulièrement attachés à identifier les conditions à remplir pour que ces primaires puissent être un succès.

Ce travail de réflexion sera bien sûr poursuivi, notamment dans la perspective de la prochaine Convention nationale du Parti socialiste sur la rénovation et la préparation des primaires, le 3 juillet.

 

La Convention sera précédée d'un vote des adhérents du Parti socialiste (sur des textes que nous ne connaissons pas encore) le jeudi 24 juin 2010.


Une nouvelle réunion ouverte à l'ensemble des militants parisiens qui se reconnaissent dans notre mouvement sera également organisée quand le rapport de la commission nationale animée par Arnaud Montebourg (sur la rénovation du Parti socialiste et la préparation des primaires) sera rendu public. Nous pourrons ainsi forger des positions communes que nous défendrons dans nos sections.


Vous trouverez ci-après le compte rendu de la réunion du 12 avril 2010 : "Quelles primaires pour gagner en 2012?".


-oOo-


« Quelles primaires pour gagner en 2012 ? »

Animateur : Philippe Moine

Prise de notes : Odile Barbot et Dacia Mutulescu

 

Environ 80 militants ont participé à cette réunion et une trentaine d’entre eux ont pris la parole. Tous ont souligné l’importance de l’enjeu des primaires, le lien avec la rénovation du Parti socialiste et la conception de l’action politique que nous voulons défendre. L’idée était d’avoir un premier échange sur la façon dont nous envisageons ces élections primaires - qui doivent conduire à la désignation de notre candidat(e) à l’élection présidentielle de 2012 - et sur les conditions qui nous paraissent essentielles. Nous organiserons bien sûr une nouvelle réunion – sous forme d’ateliers thématiques - une fois que le rapport de la commission animée par Arnaud Montebourg (chargée de la rénovation du Parti socialiste et de la préparation des primaires) sera rendu public, dans la perspective de la convention nationale du 3 juillet (qui sera précédée d’un vote des adhérents du Parti socialiste le jeudi 24 juin, de 17h à 22h).

 

Les arguments qui ont été échangés peuvent être regroupés autour de 3 grands thèmes :


1- les primaires doivent reposer sur une mobilisation massive des électeurs de gauche ;

2- le calendrier qui sera retenu aura une grande importance (lien en particulier avec le Congrès du Parti socialiste) ;

3- il faudra fortement peser, au sein du Parti socialiste, pour des règles claires et des procédures fiables.

 

 

1- Une mobilisation massive des électeurs de gauche

 

Pour que les primaires débouchent sur une véritable dynamique, il faudrait qu’elles mobilisent au moins 3 millions d'électeurs. On pourrait même se fixer pour objectif de mobiliser 10% des électeurs inscrits (soit plus de 4 millions d'électeurs). Si on est très en dessous, il n’y aura pas de valeur ajoutée suffisante par rapport à une désignation traditionnelle, par les seuls adhérents du Parti socialiste (et des partis éventuellement associés).

Enjeu particulièrement important pour nous : la mobilisation de l’électorat populaire, celui des banlieues ou des territoires les plus touchés par la crise. Plusieurs intervenants soulignent la forte popularité de Ségolène Royal auprès de ces électeurs, qui ont voté massivement aux présidentielles de 2007, mais se sont fortement abstenus en mars dernier. Il faut que les procédures mises en place leur permettent de voter nombreux, qu’ils fassent entendre leur voix. 

D’où l’importance de mener dès aujourd’hui la bataille des idées, de porter des idées neuves répondant aux préoccupations des Français : le chômage, les retraites, l’école, la sécurité…

Les Français les plus modestes, les employés, les ouvriers, une grande partie aussi de ceux qui appartiennent à la classe moyenne, ressentent durement les effets de la crise et attendent de la gauche des propositions claires. Nous avons confiance dans la capacité de Ségolène Royal à renouveler le discours traditionnel du Parti socialiste – elle en fait depuis longtemps la démonstration, avec notre soutien.

L’un des intervenants insiste sur le fait que Ségolène Royal, dans le cadre des primaires, doit apparaître aux yeux de millions d’électeurs comme la candidate du changement.

 

2- Quel calendrier pour ces primaires ?

 

Plusieurs intervenant soulignent la nécessité d’organiser ces primaires suffisamment tôt, pour ne pas renouveler l’erreur commise en 2006 (notre candidate avait été investie en novembre, ce qui lui a laissé peu de temps pour construire et populariser son projet, imposer un nouveau type de campagne). C’est aussi en lançant la dynamique des primaires suffisamment tôt qu’on pourra envisager la construction d’un projet élaboré avec les Français (ceux qui choisiront de s’impliquer dans ce processus), sur le long terme, qui serait plus mobilisateur et crédible qu’un projet ficelé dans le seul cadre du Parti, loin du regard des citoyens.

Se pose bien sûr la question du lien entre les primaires et le Congrès du Parti. Un Congrès qui se tiendrait avant rendrait envisageables des manœuvres d'appareil susceptibles d’influencer, au moment des primaires, le vote des électeurs, pour tenter d’imposer un(e) candidat(e) qui serait en quelque sorte le(la) candidat(e) officiel(le) du Parti socialiste pour les primaires.

À l’inverse, un Congrès qui se tiendrait après les primaires pourrait être conçu comme un Congrès de la « réconciliation » (comme la dernière Convention nationale du Parti démocrate, aux Etats-Unis, a permis la réconciliation entre les partisans de Barack Obama et ceux d’Hillary Clinton, après une bataille longue et disputée). Et les grandes orientations du projet seraient choisies par les électeurs mobilisés dans le cadre des primaires. Un tel calendrier permettrait aussi de trancher le débat récurrent sur la « présidentialisation » de la vie politique : si notre candidat(e) est désigné(e) avant le Congrès, il(elle) exercera de fait un leadership sur le Parti socialiste pour mener la bataille décisive de 2012.

En règle générale, plusieurs intervenants soulignent le fait que les primaires doivent permettre d’aller au-delà des appareils politiques traditionnels (sinon, à quoi bon organiser des primaires, si c’est seulement pour faire valider le choix des appareils ?). En ce sens, le débat qui oppose actuellement, chez Europe Ecologie, Daniel Cohn-Bendit (partisan du « dépassement » des Verts) et Cécile Duflot suscite beaucoup d’intérêt ; quand on se réfère au discours que porte Ségolène Royal sur le nécessaire dépassement des structures partisanes traditionnelles (qu’elle a illustré en composant une liste de large rassemblement dès le 1er tour des régionales en Poitou-Charentes), Daniel Cohn-Bendit apparaît comme un allié potentiel.

L’un des intervenants insiste sur le fait que ces critères (le choix de la date, le positionnement du Congrès, la conception du Parti) constituent des points de clivage possibles avec d’autres forces du Parti socialiste; il est essentiel de défendre notre point de vue dans les sections.

 

3- Peser au sein du Parti socialiste

 

Chacun mesure bien l’importance du rapport de forces au sein du Parti socialiste. Notamment si l’on veut obtenir la mise en oeuvre de règles claires et incontestables, susceptibles de garantir la fiabilité des votes. Il est certain que les militants du Parti socialiste auront un rôle important à jouer dans l'organisation matérielle et le contrôle des primaires ; nous devons donc occuper toute notre place. L’un des intervenants souligne d’ailleurs le fait que si les primaires impliquent plusieurs partis (et pas seulement le Parti socialiste), ce serait une garantie importante de transparence, car il y aurait un contrôle collectif du scrutin.

On peut aussi imaginer que s’il y a un doute sur la fiabilité de la procédure, Ségolène Royal prenne les Français à témoin, pour que s’exerce une pression très forte sur la direction du Parti socialiste. On doit aux électeurs de gauche la clarté et la transparence.

Au sein même du Parti socialiste, les militants doivent se faire entendre : dans le cadre des débats de section (pour préparer le vote du 24 juin sur la question), grâce à la forte mobilisation du réseau que nous mettons en place (Militants de l’Espoir à gauche avec Ségolène Royal) et qui nous permettra dedéfendre des positions communes. L’un des intervenants rappelle aussi la possibilité qu’offrent lesstatuts du Parti socialiste de faire signer une pétition (par plusieurs milliers d’adhérents du Parti) adressée à la direction du Parti.

Comme le souligne l’un des intervenants, nous devons être, au Parti socialiste, « les champions du vote démocratique ».

 

Pour conclure, reprenons la formule suggérée au cours du débat par Jean-Bernard Gonzalez (du 17e) : « Nous sommes pour des primaires ouvertes, populaires et printanières » !


Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans Parti socialiste
commenter cet article

Page D'accueil

  • : Militants de l'Espoir à gauche
  • Militants de l'Espoir à gauche
  • : Militants de l'Espoir à gauche réunit toutes celles et tous ceux qui soutiennent la ligne politique de Ségolène Royal pour une gauche démocratique, sociale, et écologique.
  • Contact

La fabrique AGIS !

dominique bertinotti (2)Dominique BERTINOTTI (75), Philippe ALLARD (75), Amale CHEBIB (75), Fabien SECHERRE (75), Françoise DEGOIS (75), Cyril CIBERT (86), Cécile FORTINEAU (23), christian CHOTARD (91), Eliane LEMAGNEN (64), esfand KHALAF (90), Laure BARGUILLET (87), Ahmed LAARAJ (30), Isabelle MALBERTI (75), Guy VERDIER (13012), catherine CANTAU (40), gilles CAILLET (91), Noëlle PLANCHAIS (56250), Gérard JABUT (69), Jocelyne BERDU (75), Jean-Pierre GUILBERT (75), Hélène MERMBERG, , Eric BRUN (63), Stéphanie SMANIOTTO,Eric CORNIER (33), Joelle FERAL, Gerard RAISER, Catherine RUBIO (33), Didier ANTONELLI, Nabil SANTO (75), Eliane LEMAGNEN (64), Céline LOOT, Pierre NSIMBA-DELEZAY (93), Marianne-Ségolène GINDREY (62), , Monique BONNIN (37), Jean-François THILLET (43), Jacqueline BOULET, Alain MAIRE (76), Caroline BERTRAN, Jacques MAZELLA (44), Christiane CHIROL, Rodrigue KOKOUENDO (77), Robert SIMON (75), francoise LALLIER (78), Sylvette GIRARD (28), claudine MOURET (41000), alban GUAY (37), roland ASTIER (38), mirella GOULOIS (62300), Michel CHARPENTIER (73), marie-neige PHILIPPE (44), Jean Jacques BAUGÉ (37), rachida MAZARIE (94), jacqueline LAKSANDER (2), pierrette LARDREAU (19100), martial LEHOUX (24), Rene PHILIPPEAU (91), Jean-Pierre HERY (2), Christine MALCOR (91), Jean KOMOROWSKI (33), , , Patricia VAN HALUIDYN (86), Claude BILLARDON (75), J-RAYMOND MAGUEUR (29), Claire CLAUDE (49), David VIEILLE, Laetitia DE WARREN (69), Georges RAULT (35), Michel CHATAIGNER (76), Chantal DEPUERS (6), YOLANDE PAVAN (93270), Maïté CAZAUX (33), Colette CHARBONNE (31), Hiroko KOMORI (75), M.J. SINAT (77), France-Marie NESPO-BIAIS (78000), Elisabeth HUSSON (75), Martine TREGRET (91), Andrée & Marie-Paule AUFAURE (3), Bernard JANODET (69), Yves FRUCHON (69), christiane NOUGARET (30), véronique SAINT-PAUL (75020), Marie-Noëlle VIBERT (94), Annick LE ROY (91), micheline HAREL (75), francoise QUELIN (77), jean baptiste TROUPLIN (75020), Elisabeth ARNAUD (33), Jean BRUNEL (13), Maryse MARTIN (17), Jacques ERNEST (92), Maurice BUTTIN (75015), Alain DRONEAUD (72430), Norel Houda AUMONT-GHÉDIR (75), Vanessa BAUDAT SLIMANI (45), CLAUDE TARRIERE (92500), Gérard PARCOT (91), FRANCK DAGORNE (56890), Ariane MATHIEU (77), Philippe POIGNANT (50), , Nadine AMIEL (75), Bernard FERRÉ (78), José THIOLLET (86), jerome DOUADY (38), Marcel AMIEL (75), arsene BOUTERFA (93500), sylvie SAINT PIERRE (95100), , Aurélien LONGÉ-LÉTANG (86), Fabrice BERARDI (13), Hubert TERRIGHI (47), Martine LEBRUN (94130), jean BURNELEAU (85), Marie FARRET (16), Janine CRESPIN (75013), sandrine PIERRON (86), cartier FLAVIEN (86), Dominique MENNESSON (94), Pierre BRUSSELLE (94), Eric DUCROS (86), , Romain ZARKA (75), Brigitte BEAUMANOIR (95), Olivier SALVANO-LUBESPÈRE (75), francoise ROZAN (12), Francine GILBERT REULIER (92), Christian AGON (75003), alain PIQUET (76), Laetitia CHEVROT (63), CHRISTIANE GOMEZ (86), Marc BONNICHON (33), Joëlle DE CORTE (17), Nadjet BOUCHIKHI (13), Yves FRUCHON (69), maryleine SIGRIST (5), Françoise CLEOSTRATE (34), Sébastien COUDRY (25), nicolas METIVIER (86), pierre HUYARD (17), Cécile GUILBERT (63), Bonaventure MBAYA (91), Bernard JANODET (69), Régis COTTET (86), martial LEHOUX (24), anthony ROUSSEAU (86), jean claude MAURIN (30), Jean-Claude CHEBROU (63), bruno OLIVIER (78), Jean-François VIONNET (26), ...

Pour rejoindre la fabrique socialiste AGIS : link