Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 septembre 2010 7 05 /09 /septembre /2010 15:44

Nous nous aimons beaucoup ! Rarement rentrée socialiste aura proposé une telle image d’unité. Les socialistes sont apparus unis face à Sarkozy. Unis face aux politiques sociales et économiques injustes du gouvernement. Unis pour poser les bases d’un projet et avancer vers le processus des primaires qui désignera la (le) candidat(e) de la gauche à l’élection présidentielle.

Mais cette image d’unité n’est pas sortie comme par enchantement d'un chapeau de magicien. En cette rentrée, c’est grâce à Ségolène Royal qu’une telle déferlante de fraternité socialiste a pu voir le jour. C’est elle qui a provoqué ces retrouvailles, en acceptant de tourner la page de Reims. C’est elle qui donne le La et qui fixe le tempo.

Durant l’été, avant La Rochelle, Ségolène Royal avait, souvent seule, contesté la politique sécuritaire ultra-droitière d’un Sarkozy qui souhaitait détourner l’attention des affaires et des échecs de sa politique. Pendant La Rochelle, elle a fait entendre les particularités de ses réflexions et de ses propositions sur un certain nombre de thèmes comme la sécurité. Depuis La Rochelle, elle continue à approfondir à chacune de ses interventions dans les médias le lien particulier qui la lie aux Français et particulièrement aux jeunes et aux habitants des villes et des quartiers populaires.

En cette rentrée où la gauche est audible dans ses critiques et arrive enfin à esquisser une petite musique où l’alternance redevient envisageable, Ségolène Royal apparait plus que jamais comme la chef d’orchestre porteuse d’une nouvelle espérance, de nouveaux désirs d’avenir.

Rémi

 

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans Regards sur la semaine
commenter cet article
3 septembre 2010 5 03 /09 /septembre /2010 15:16

C‘est un soutien net que le député, Jean-Louis Bianco a renouvelé ce matin sur les antennes de France Inter : « je suis convaincu que Ségolène Royal … est la meilleure parce qu’elle est celle qui est capable le plus de faire bouger les lignes et de prendre des risques »

 

 

Jean-Louis Bianco est aussi intervenu sur plusieurs autres points :

 

- Sur l’affaire Woerth : il ne veut pas de chasse à l’homme mais demande « un vrai juge indépendant » .

 

 

- Sur la réforme des retraites, le député des Alpes de Haute-Provence, veut une autre réforme pour un financement « plus juste » avec « plus de gens qui travaillent ». Il s’est prononcé clairement en faveur du rétablissement de la retraite à 60 ans et s’en est expliqué loin de tout dogmatisme.

 

 

- Sur les primaires : le socialiste considère que les primaires « c’est une excellente chose » mais il ne veut pas de primaires de ratification « d’accord sur un coin de table à Solferino ». Pour 2012, il appelle à la prudence « les petits marquis rue de Soferino » qui pensent un peu trop vite à se partager les postes de secrétaires d’Etat, « oui ça existe ! ».

 

- Fort de son poids politique dans l'équipe de Ségolène Royal, Jean-Louis Bianco veut soutenir le débat des idées "si j'étais président", préparer et faire entendre davantage le projet socialiste pour 2012, un homme donc indépendant mais fidèle dans ses engagements.  

 

 

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans Parti socialiste
commenter cet article
3 septembre 2010 5 03 /09 /septembre /2010 00:58

 

 

ALeqM5i06yk53DH54aht5E0cXHJMl030BQ-1-.jpg

    « La sécurité fait partie de la question sociale » pour Ségolène Royal « puisque ceux qui souffrent de l'insécurité au quotidien - dans les quartiers, dans les transports, à l'école - sont aussi ceux qui souffrent de la précarité économique et sociale ».

 

Depuis la dernière élection présidentielle, la présidente de région a pris une longueur d’avance chez les socialistes en abordant ce problème et en proposant des solutions.

Parmi ses propositions, figure l’encadrement militaire pour certains jeunes délinquants pour qui la prison les rend plus « enragés ».

 

 

Face à l’absence de politique durable menée par le pouvoir en place contre l’insécurité, liant répression mais aussi rééducation des jeunes pour les sortir de la délinquance et leur permettre de retrouver un avenir, la socialiste propose d’expérimenter dans sa région l’encadrement militaire.

Dans une lettre adressée au ministre de la défense, la socialiste souhaiterait maintenir un régiment à la Rochelle pour cette action. Elle écrit " le régiment de La Rochelle dont vous aviez annoncé la fermeture … pourrait être maintenu sur cette mission valorisant le savoir-faire d'encadrement des militaires, sans remettre en cause vos choix concernant la stratégie de défense."

 

La réponse du ministre ne s’est pas fait attendre. C’est « non » ! Mais son explication apparaît surprenante : sur France info il déclare « c'est pas le boulot des militaires. Une armée, c'est fait pour assurer la sécurité du pays".

Le ministre oublie que les missions de l’armée se sont depuis longtemps largement diversifiées depuis les interventions en cas de catastrophe naturelle jusqu’aux actions de maintien de la paix et humanitaire dans le monde. En somme, le ministre de Sarkozy semble ignorer les nouvelles missions de l’armée !

« Les mises en scènes ça suffit, on veut des actes ! »

Ségolène Royal, toujours aussi déterminée, « insiste pour être reçue » considérant que « rien ne justifie le refus du ministre de la Défense d'essayer cette expérience" sous une présidence qui prétend « faire la guerre à l'insécurité ».

 

Il faudra, au ministre, trouver des arguments plus sérieux pour refuser cette expérience. A moins que l’Elysée n’intervienne pour éviter que l'incompétence de son ministre ne finisse par faire tache d’huile ….

 

Philippe Allard

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans Actualité
commenter cet article
1 septembre 2010 3 01 /09 /septembre /2010 19:34

La_Rochelle_ao-t_2010_200-1-.jpg

Lors de l’université d’été du Parti socialiste à la Rochelle, les militants de l‘Espoir à gauche avec Ségolène Royal, se sont retrouvés, très nombreux, samedi soir à l‘initiative de Philippe Moine

Beaucoup de régions étaient représentées, ce fut l‘occasion, le temps d‘un repas, de se rencontrer mais aussi d'interroger les membres de l'équipe de Ségolène Royal.

 

Dominique Bertinotti et Jean-Louis Bianco ont répondu a de nombreuses questions.

 

On peut retenir notamment trois points importants :

 

- La question de notre organisation depuis l’éclatement de l’Espoir à gauche alors que les anciens responsables du mouvement ont changé d’orientation.

Dominique Dominique Bertinotti a précisé qu’il ne fallait pas retomber dans l’organisation hiérarchique classique des courants mais organiser une forme nouvelle du type : un collège d’animateurs par département (sans hiérarchie).

Il est toutefois nécessaire que par département un groupe « ségoléniste » se constitue pour défendre nos idées et nos propositions au sein du PS.

 

- Il ne faut pas entrer dans des batailles inutiles avec les anciens responsables d’EAG, par contre nous ne devons pas accepter d’être écartés alors que majoritairement les militants soutiennent la ligne politique de Ségolène Royal.

Jean-Louis Bianco s’est engagé à intervenir (à la direction du PS) en cas de difficultés dans un département.

 

- La question des Primaires va se poser dès la rentrée avec l’organisation de cette élection. Nous devons être vigilant sur le bon déroulement de ce scrutin avec de nombreux bureaux de vote.

Afin de constituer les comités par fédération, nous aurons besoin de représentants M-eag.

Pour celles et ceux qui s’interrogent sur notre investissement dans cette préparation alors que Ségolène Royal ne s'est pas déclarée candidate, Jean-Louis Bianco a précisé qu’il fallait tout mettre en œuvre pour permettre que cette candidature soit possible.

 

N’hésitez pas à poster un commentaire pour toute précision ou questionnement.

 

Philippe Allard, pour le blog militant.

 

 

La_Rochelle_ao-t_2010_232-1-.jpg

La Rochelle ao-t 2010 228[1]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La_Rochelle_ao-t_2010_211-1-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

        Merci à Martine Lebrun pour ces quelques photos.

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans Parti socialiste
commenter cet article
28 août 2010 6 28 /08 /août /2010 17:07

111538740 image article droite width   

        Comme jadis, Richelieu prit la Rochelle pour imposer un ordre qui n’était pas encore juste mais tout de même royal, Ségolène Royal, la présidente de région socialiste, à l’ouverture des universités d’été du Parti Socialiste, a réussi à prendre le PS.

 

L’Etat vaut bien une messe …, Ségolène Royal a souhaité oublier les querelles et les attaques de ses adversaires, dans son propre parti, pour se consacrer à la victoire en 2012.

En effet, dans un discours fortement applaudi, le socialiste a voulu mettre en ordre de marche le PS pour la prochaine élection présidentielle. Une réussite à voir, au premier rang, les principaux cadres du Parti, et notamment la première secrétaire du Parti, debout pour l’applaudir !

 

Pour assurer la victoire, la socialiste a défini les trois axes à suivre, les trois volets de son discours :

 

(1) Il faut d’abord être en capacité de proposer aux Français une réelle alternative politique. Reprenant les grandes réussites de son action régionale, en Poitou-Charentes, en faveur de la dynamique économique et de la justice sociale, la socialiste a voulu démontrer qu’on peut gouverner autrement car les réussites régionales peuvent s’appliquer à l’échelle nationale.

Revenant sur un sujet controversé de ses propositions : l’encadrement militaire des jeunes délinquants, la présidente de région a martelé que la prison n’était pas une solution pour ces jeunes, qu’il fallait trouver donc d’autres solutions et parmi celles-ci pour certains jeunes l’encadrement militaire pourrait redonner des règles de société.

 

(2) « Ca suffit ! » La socialiste dans un discours très ferme contre Nicolas Sarkozy a également rappelé aux socialistes qu’être dans l’opposition ce n’est pas se taire (…) en attendant les prochaines échéances électorales. Il faut combattre la politique menée par l’équipe dirigeante d’autant plus lorsque le pouvoir en place mène une politique injuste et peu morale. Pour Ségolène Royal, Nicolas Sarkozy s’écarte des valeurs de notre République et le Parti socialiste doit être au premier rang pour condamner avec force ces déviances, ce pouvoir immoral de l’argent.

 

(3) La division des socialistes mène à l‘échec, « c‘est unis que nous gagnerons ». La socialiste n’avait pas bénéficié d’un parti en ordre de marche, derrière sa candidate, lors des dernières élections présidentielles, favorisant les attaques de la droite contre ses compétences. Pour éviter que se reproduise cet échec et assurer la victoire nécessaire en 2012, Ségolène Royal a su trouver les mots pour soulever la salle dans une ovation en faveur de l’unité.

 

Après cette intervention, « la messe est dite » … Quelle place reste-t-il à Martine Aubry? Qu’ajouter de plus, si ce n’est reprendre à son compte les axes définis par la présidente de région? La forteresse socialiste est tombée. Ségolène Royal, décidément fine politique, a su renverser une situation qui n‘était pas gagnée d’avance. Il faudra compter sur elle !

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans Parti socialiste
commenter cet article
28 août 2010 6 28 /08 /août /2010 12:17

1403199_3_6ef4_un-local-du-parti-socialiste-a-paris-en-2008.jpg

Un local du Parti socialiste à Paris en 2008 (AFP/Stéphane de Sakutin)

Le Monde dévoile dans son édition datée d’hier les résultats de l’expérience de porte-à-porte menée par le PS pendant les élections régionales de mars 2010 dans 8 villes d’Ile-de-France. Les militants du PS ont frappé à 9 000 portes, ciblant les catégories de population les plus abstentionnistes. Selon une étude menée par 3 jeunes militants chercheurs pour le compte du Laboratoire d’idées du PS,Guillaume Liegey, Arthur Muller et Vincent Pons, tous trois diplômés de grandes écoles françaises (ENS et HEC) et d'universités américaines (MIT et Harvard), un abstentionniste sur 9 a été convaincu parmi les Français d’origine étrangère, sans pour autant améliorer significativement la participation du reste de la population française.

Sept points méritent réflexion suite à cette initiative du PS et aux résultats publiés :

-le PS, sur la méthode, est très en avance sur Désirs d’avenir ou Militants de l’Espoir à Gauche avec Ségolène Royal (MEAGSR) (où dans ce domaine on a beaucoup parlé et peu agi) pour reprendre à son compte une des initiatives phares de la méthode Obama : la campagne de porte-à-porte des militants menée en mars a permis de roder la machine, il manque désormais 2 éléments : les 160 000 militants que le PS estime nécessaires pour faire passer le porte-à-porte au stade industriel, et surtout un programme d’alternance complet et crédible à la fois pour mobiliser les militants pour le porte-à-porte et pour convaincre les Français rencontrés lors des portes-à-portes ;

-pour les idées et le symbole, la Fête de la Fraternité à Arcueil sera une formidable opportunité pour Désirs d’avenir de nouer un lien avec les quartiers défavorisés, de banlieue et d’ailleurs, à nous de faire en sorte que la réussite de cette rencontre soit complète ;

bandeauNL-copie-1.jpg

-pour les idées encore, Ségolène Royal s’est placée à un endroit stratégique depuis plusieurs mois déjà : le programme pour les quartiers sera notamment défini lors de la Convention sur « l’égalité réelle » qui aura lieu dans les mois à venir, et Ségolène Royal a annoncé avant l’été qu’elle y exprimerait ses idées. Par ailleurs, comme elle déclarait à Marianne ces derniers jours : « la question de la sécurité est une question sociale » : Ségolène Royal lie l’égalité réelle et la question de la sécurité, comme au journal Le Monde le journaliste qui couvre les banlieues et les quartiers couvre également les questions liées à la sécurité. Rappelons que la force, l’aspect novateur et le pragmatisme des idées sera l’élément central qui mobilisera les militants et les Français ;

-pour les militants nécessaires à l’opération, si le tour de force pour le PS de mobiliser 160 000 adhérents pour faire du porte-à-porte semble insurmontable, avec seulement 140 000 militants recensés par le PS selon Le Monde, surtout quand on connaît la très faible capacité de mobilisation du PS – même pour les simples VOTES sur les conventions au maximum 1 militant sur 3 se serait déplacé, alors essayer de mobiliser pour des PORTES-A-PORTES… – il sera difficile, si Ségolène Royal est candidate, à Désirs d’avenir seul de mobiliser 160 000 militants que cette structure n’a pas, pour elle aussi mobiliser l’électorat populaire autour des idées de Ségolène Royal : même en ne frappant pas« deux à trois fois »à chaque porte comme a l’intention de le faire le PS pour le projet du Parti, il lui faudrait quand même 50 000 à 60 000 militants.  Incontestablement, sur le papier, le PS a l’avantage du nombre ;

1322214_7_15fe_martine-aubry-premiere-secretaire-du-ps-apre.jpg

Martine Aubry devrait annoncer sa décision sur sa participation à la primaire avant la fin de l'année (AFP/Denis Charlet) 

-cependant, le PS prévoit de former ses cadres et militants au porte-à-porte d’ici à février 2011. Or à ce moment-là, il est probable que plusieurs candidats et candidates à la primaire du PS se soient déclarés : Martine Aubry prévoit de le faire avant fin 2010 et rencontrera Dominique Strauss-Kahn (DSK) en septembre 2010 : en février 2011 les jeux devraient être faits entre eux deux, et par conséquent Ségolène Royal devrait avoir pris sa décision ; la décision des autres candidats potentiels devrait être annoncée dans la foulée. Donc s’il y a campagne de porte-à-porte au PS, il est probable que le projet défendu dans la campagne sera présenté par le militant pour mettre en valeur son candidat ou sa candidate. Si Ségolène Royal se déclare candidate, il faudrait agir par une campagne de porte-à-porte au sein de Désirs d’avenir et au sein du PS, avec l’appui des militants PS loyaux à Ségolène Royal (dont MEAGSR), notamment pour défendre et mettre en avant les propositions que Ségolène Royal aura faites lors de la Convention sur l’égalité réelle. La campagne de porte-à-porte que Désirs d’avenir pourrait lancer pour défendre les idées de Ségolène Royal verrait sa base élargie par l’appui des ségolénistes dans la campagne de  porte-à-porte du PS, ce qui permettra de faire ressortir les idées de Ségolène Royal dans les propositions du PS, et de veiller au fair-play de la campagne de porte-à-porte du PS (pas de dénigrement, pas de Tout Sauf Ségolène (TSS)) ;

-par ailleurs, le PS, pour passer de 140 000 adhérents encartés à 160 000 militants faisant du porte-à-porte, compte sur l’effet d’entraînement des primaires pour recruter de nombreux militants pour l’aider dans la campagne de porte-à-porte. Désirs d’avenir devrait impérativement songer à lancer, au moment opportun, une campagne massive d’adhésion pour ne pas être marginalisée, tout en continuant à travailler les idées pour garder les militants qu’elle a d’une part, et attirer de nouveaux militants et les garder d’autre part. Dans le même temps, si Ségolène Royal est candidate, les ségolénistes inscrits au PS (dont MEAGSR) devront veiller à ce que les nouveaux militants venus aider le Parti socialiste suite aux primaires défendent au moins à due proportion les idées de Ségolène Royal, loin du TSS ;

-enfin, le nerf de la guerre, sur lequel nous ne disposons d’aucune information à Désirs d’avenir ou à MEAGSR, reste la planification de la campagne de porte-à-porte et le ciblage, avec des outils comme  les nouvelles technologies, les réseaux sociaux, les cartographies (socio-électorales) et les bases de données. Contrairement à ce qu’a fait le PS en mars 2010 sur 8 villes, il ne suffira pas de convaincre la seule population d’origine étrangère, bien que celle-ci soit importante – d’ailleurs il serait intéressant de savoir comment le PS a appréhendé cette notion « d’origine étrangère ». Mais il faudra plus largement de convaincre toutes les catégories de population les plus défavorisées, qui souvent aujourd’hui luttent au jour le jour pour survivre et ne se préoccupent plus de politique, dans le « désert électoral » français, comme le disait Luc Bronner du journal Le Monde en avril 2010.

Frédérick Moulin

-oOo-

lemonde pet

27 août 2010

Le PS veut importer la méthode Obama pour mobiliser les électeurs immigrés

Reprendre et adapter la méthode Obama pour la campagne présidentielle de 2012 ? Le Parti socialiste y réfléchit activement, alimenté par une expérience de mobilisation des abstentionnistes conduitependant les élections régionales de mars 2010.

Les résultats de l'expérience, dont Le Monde révèle le contenu, montrent qu'une opération massive de porte-à-porte permet d'augmenter "significativement" la participation des Français d'origine étrangère, une catégorie d'électeurs plus abstentionniste que les autres.

Selon l'étude, réalisée par trois jeunes militants chercheurs pour le compte du laboratoire des idées du PS, un abstentionniste sur neuf, parmi cette catégorie d'électeurs, a été convaincu de voter grâce au minutieux travail de porte-à-porte accompli par les militants locaux.

4250.png

Logo du Laboratoire des idées du PS

La participation n'a pas subitement explosé mais elle est passée de 31,8 % à 35,9 %, soit une augmentation de près de 13 % du nombre des votants parmi les Français nés à l'étranger. L'abstention n'a, en revanche, pas régressé significativement pour les autres catégories d'électeurs.

Jugée encourageante par le PS, cette opération, pour laquelle les militants ont frappé à 9 000 portes dans huit villes d'Ile-de-France, a été calquée sur les méthodes utilisées par les équipes de Barack Obama pour la présidentielle de 2008. Le recours massif aux nouvelles technologies, notamment les réseaux sociaux, les cartographies électorales et les bases de données, avait en effet été mis au service d'opérations de porte-à-porte ciblées, en particulier sur les catégories de la population les plus abstentionnistes. La démarche avait permis à Obama d'obtenir des scores importants parmi les "Afro-Américains".

"Une campagne de porte-à-porte bien menée peut faire gagner suffisamment de voix pour faire la différence dans une élection serrée", soulignent les auteurs de l'étude, Guillaume Liegey, Arthur Muller et Vincent Pons, tous trois diplômés de grandes écoles françaises (ENS et HEC) et d'universités américaines (MIT et Harvard). Or, constatent-ils, "il est plus facile de convaincre un abstentionniste de sensibilité socialiste de se rendre aux urnes que de persuader un électeur qui vote pour l'autre camp de voter pour le PS".

160 000 "VOLONTAIRES"

Les auteurs sont aussi convaincus que cette méthode peut avoir un effet positif sur le PS lui-même. "Le porte-à-porte met le militant au cœur de la campagne et suppose que le parti centre son organisation et ses ressources autour de ses militants. C'est ce qu'a réussi à faire la gigantesque campagne de terrain de Barack Obama : une large partie du professionnalisme, des ressources et des outils modernes étaient mis au service, non du candidat, mais des millions de bénévoles qui, parfois pour quelques heures seulement, allaient à la rencontre des électeurs".

L'étude chiffre à 160 000 le nombre de "volontaires" indispensables pour mener une telle campagne à l'échelle nationale et pouvoir être capables de frapper "deux à trois fois" à chaque porte.

Après cette première expérimentation, le PS s'interroge sur la manière de généraliser cette pratique à l'ensemble des quartiers populaires, là où les abstentionnistes de gauche sont les plus nombreux. Ce que Christophe Borgel, conseiller régional d'Ile-de-France et secrétaire national chargé des fédérations et des élections, résume d'une formule : "Nous devons passer du stade artisanal au stade industriel."

D'ici au mois de février 2011, les cadres et les militants seront donc formés à ce nouveau type de campagne électorale. Mais les 140 000 militants actuellement recensés au PS, parmi lesquels de très nombreux élus, ne suffiront pas à la tâche.

Le parti doit donc mobiliser rapidement ses sympathisants dans l'espoir d'aller frapper, lors de la campagne présidentielle, à quelque 10 millions de portes... "Le choix du PS d'organiser des primaires pour désigner son candidat est une opportunité inédite de toucher ces sympathisants, de les convaincre de nous aider et de les former au porte-à-porte dans nos sections ou par Internet, espère Christophe Borgel. Si on peut raisonnablement penser que 500 000 à 1 million de personnes prendront part aux primaires, cela nous permettrait de multiplier par 3, 4, 5 voire 6 le nombre de militants et sympathisants qui s'engageraient à nos côtés pour la campagne."

Les auteurs de l'étude soulignent néanmoins que la méthode ne peut être efficace que si le PS est capable de proposer un programme politique en direction de ces électeurs. "Le porte-à-porte n'est pas une baguette magique, insistent-ils. Mais c'est un moyen de reprendre pied dans les quartiers. Après, nous devons être capables de leur proposer des solutions."

Christian Paul, député de la Nièvre, président du laboratoire des idées du PS, acquiesce : "Ce projet ne peut être efficace que s'il s'ajoute à un travail programmatique de fond sur les quartiers." Une série de réflexions sur les banlieues, la politique de la ville et l'"égalité réelle" figurent au programme du PS dans les prochains mois.

Luc Bronner et Olivier Schmitt

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans Parti socialiste
commenter cet article
26 août 2010 4 26 /08 /août /2010 09:24

5931306885_Segolene-Royal-sur-RTL-1-.jpg

 

Interrogée par Jean-Michel Apathie sur RTL, ce jeudi 26 août", sur l'expulsion des Roms, la présidente de région socialiste a condamné fortement "la mise en scène" "des migrations de la misère" faite par Nicolas Sarkozy pour "occulter les vrais problèmes".

 

Ségolène Royal s'oppose aux " solutions violentes" et inefficaces, puisque les Roms déclarent que huit jours après leur départ qu'ils reviendront. La socialiste appelle au contraire à "des solutions sérieuses" et fixe trois axes de la politique à mener :

1- Imposer l'application de la loi par la construction des aires alors que seulement 42% des aires sont construites aujourd'hui.

2 - Apporter une réponse européenne pour mener une politique conjointe face aux migrations de la misère sur notre continent

3 - Développer des projets de codéveloppement pour réinstaller ces personnes en étant accompagnées afin qu'elles puissent vivre correctement dans leur pays.

 

Interrogée également sur la candidature de Dominique Strauss Kahn, la socialiste, refusant d'entrer dans des zizanies d'une autre époque, considère qu'il pourrait faire un bon candidat mais il n'est pas le seul et de toute façon il n'est pas encore candidat. Face à la multiplication des sondages, Ségolène Royal réclame "le respect du vote des électeurs" et appelle à l'unité des socialistes contre les dénigrements des uns et des autres.  

 

 

tous les sons

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans Actualité
commenter cet article
25 août 2010 3 25 /08 /août /2010 14:40

 

segolene-royal-au-zenith_1228102653-1-.jpgLe 18 septembre à Arcueil, dans la banlieue parisienne se tiendra la troisième fête de la fraternité.

 

En septembre 2008, Ségolène Royal organisait la première fête de la fraternité réunissant plusieurs milliers de personnes et cassait tous les tabous dans la forme politique pour aller jusqu’au bout de l’espoir, pour affirmer avec force qu’une autre politique est possible, qu’on peut construire un autre monde, qu’« on peut changer les choses » 

 

Beaucoup d’analystes, dans leur conformisme bourgeois, n’avaient pas saisi l’ampleur du message, mais pour la socialiste il fallait accepter d’aller jusqu’au bout et casser une image pour mieux livrer le combat.

 

Un message d’espoir :

« la fraternité c’est être ensemble » pour construire un autre monde, un monde plus juste, « parce que nous avons soif d’humanité ».  

Elle entrait ainsi dans la grande lignée de ces hommes et de ces femmes qui ont su balayer le conformisme et se lever pour construire un autre avenir, plus juste et plus solidaire.

Relevant le défi du socialisme du XXIème siècle, elle devenait ainsi l’adversaire de tous ceux qui se sont résignés y compris de ces socialistes qui ne savent plus imaginer un autre monde mais seulement servir (pour mieux se servir) un capitalisme triomphant plongeant des peuples dans la misère.

Contre toutes celles et tous ceux qui ont abandonné, Ségolène Royal arbore le drapeau tricolore, rassemble tous les chants de lutte (de la Marseillaise à l’Internationale) et lance un message d’espoir : tout est possible, ensemble nous pouvons construire le changement.

 

 

Un message de combat : « Non à la résignation … pour nous élever tous ensemble … » Une fête de la fraternité pour ne pas se résigner pour « serrer le poing et relever la tête », pour condamner cette société du chacun pour soi, du capitalisme financier triomphant, du « désordre organisé par quelques uns pour leur seul intérêt », de ces scélérats qui peuvent jeter une ouvrière à la rue pour gagner plus.  

Principale adversaire du sarkozysme, qui mieux qu’elle avait cerné les dangers de ce système et prévenu les Français du désordre qu’il entraînerait à tous les niveaux, jusqu’au sommet de l’Etat.

Comme ces mots résonnent justes aujourd’hui : combattre pour éviter que « le voisin ou le différent soit vu comme l’ennemi ».  

 

 

Cette troisième fête de la fraternité s’annonce donc comme une grande vague, une puissante vague rassemblant toutes celles et ceux qui ne se résignent pas, qui ont un désir d’avenir pour bâtir ensemble un autre monde. Une puissante vague pour refuser cette France du désordre et du déshonneur.

SARKO-PEN alors fraternisez, fraternisons … le 18 septembre tous ensemble à Arcueil !

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans Actualité
commenter cet article
24 août 2010 2 24 /08 /août /2010 23:22

Sakineh-Mohammadi-Ashtiani-1-.jpg

 

 

 

 

Chère Sakineh,

 

Je pense fort à vous, je pense fort à vos enfants, Fasride et Sajjad, et mon sang se glace. Gardez espoir et courage, de plus en plus de voix s’élèvent partout dans le monde et vont finir par se faire entendre pour abattre les murs de votre prison. En vous aidant c’est nous que nous aidons.

 

Nous avons besoin de votre liberté pour que notre idéal de liberté et de fraternité avance et gagne du terrain. Là où la dignité des femmes est meurtrie, écrasée, anéantie, c’est l’Humanité toute entière qui recule. Là où la femme est servie en victime expiatoire et asservie pour le seul crime d’être née femme, doivent se lever toutes celles et ceux qui savent que cet obscurantisme conduit à des malheurs plus grands encore.

 

Sakineh, nous ne vous laisserons pas. Tenez bon pour vous, tenez bon pour nous.

 

Ségolène Royal

 

 

Pour signer la pétition :

http://laregledujeu.org/2010/08/16/2616/signez-la-petition-il-faut-empecher-la-lapidation-de-sakineh/

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans Actualité internationale
commenter cet article
23 août 2010 1 23 /08 /août /2010 21:17

Document2

Photomontage des 33 candidats de tous bords de la majorité municipale en 2008 ; 27 seront élus (l'opposition compte 6 membres)

La ville d’Arcueil a toujours été profondément marquée par son maire, qui est aujourd’hui Daniel Breuiller. Seulement 3 maires se sont succédés depuis la Libération : Marius Sidobre, jusqu’en 1964 ; puis Marcel Trigon pendant 33 ans, de 1964 à 1997. M. Trigon appartenait au Parti communiste français (PCF), dans un département, le Val-de-Marne, qui aujourd’hui reste le seul département de la banlieue parisienne à être présidé par un communiste, Christian Favier. Cependant, Marcel Trigon a quitté le PCF pour rejoindre la Convention pour une alternative progressive (CAP), organisation politique française de gauche créée en 1994 et rassemblant notamment 4 communistes refondateurs, ainsi que des personnalités du PS, du Mouvement des citoyens de Jean-Pierre Chevènement, de la LCR, … La CAP est dirigée par Jean-Pierre Brard, ancien maire de Montreuil et seul député de la CAP. Réélu en 1995, Marcel Trigon cède sa place en 1997 à Daniel Breuiller, qui lui succède. M. Breuiller est élu en 2001, puis réélu confortablement au premier tour en 2008 avec 55,70% des voix.

La démarche participative et citoyenne d’Arcueil est ancienne. Dès 1992, Marcel Trigon participe à un collectif, « Arcueil citoyenneté », qui se fixe pour objectif de favoriser la participation des habitants.

En 1995, l’équipe mise en place à la mairie comporte 50% d’acteurs de la vie locale, et 50% de femmes et d’hommes politiques de partis« tout ce qui est démarche participative a été mis au cœur du programme », explique Anne Buyck, aujourd’hui chef de cabinet du maire Daniel Breuiller. En 1997, M. Breuiller succède à M. Trigon à la mairie, et l’élection de 2001, et c’est à peu près la même équipe qui est reconduite, toujours avec la volonté d’associer des acteurs de la vie locale : « la vie politique n’appartient pas aux seuls membres des partis politiques », souligne Anne Buyck. M. Breuiller est élu sous l’étiquette « Entente citoyenne », et constitue une majorité municipale avec le PC et ses partenaires, et le PS. En 2006, le réseau « Gauche citoyenne » est créé, rassemblant des associations citoyennes du Val de Marne. C’est sous cette étiquette que Daniel Breuiller est réélu maire en 2008, et qu’il siège au Conseil général du Val-de-Marne aujourd’hui.

Les Verts, à cause du projet « Portes d’Arcueil », et notamment de l’implantation d’un centre commercial, ne s’associent pas à la majorité municipale en 2001, et resteront dans l’opposition en 2008 avec une élue, Hélène Peccolo.

daniel-breuiller.1214590187.jpg

 Daniel Breuiller aux Assises de la Métropole en juin 2008

Aux élections cantonales de 2004, Daniel Breuiller est élu Conseiller général, et reçoit une délégation à la démocratie participative ; puis cette délégation évolue et aujourd’hui Daniel Breuiller est le 14ème vice-président, en charge de la démocratie participative.

Des assemblées de quartier dotées de budgets

Arcueil se caractérise par une importante mixité sociale : logements sociaux, locatif et pavillonnaire ; la population d’origine étrangère compte pour environ 10%. Avec 45% de logements sociaux, Arcueil se situe bien au-dessus du minimum requis de 20%. Pour Anne Buyck, l’important « c’est que l’habitat social est très éparpillé dans la ville » : dans 5 des 6 quartiers actuels, il y a mixité, avec la présence des 3 composantes, social, locatif et pavillonnaire.

quartier_Barbusse-2.jpg

Les 6 territoires des 6 assemblées de quartier : en bleu le quartier central Henri Barbusse, en rouge le quartier Plateau Kergomard, en bleu violacé sombre le quartier Jean Macé, en vert le quartier Jules Ferry, en orange le quartier Laplace et en violet le quartier Joliot Curie

Dans ces 6 quartiers, des assemblées de quartier ont été formées. Cette initiative est venue du maire, la loi n’obligeant pas les communes de la taille d’Arcueil (moins de 20 000 habitants) à en créer. La décision de mise en place des assemblées de quartiers a été prise en 1996 par le conseil municipal, une charte a été adoptée en 1998. 5 assemblées de quartier ont alors été établies autour des 5 écoles primaires d’Arcueil, en suivant la carte scolaire ; seuls deux élus municipaux référents siégeaient alors dans chaque assemblée, et une enveloppe a été affectée à chacune (environ 23 000 euros, enveloppe inchangée à aujourd’hui). Une somme d'environ 38 000 euros était versé à un « collectif inter-quartiers », qui se réunissait une fois par an pour affecter ce budget supplémentaire, augmenté des éventuels reliquats des budgets de quartiers, aux projets n’ayant pu être financés, créant ainsi une sorte de péréquation et de solidarité entre quartiers. Globalement, les dépenses financées sont des dépenses de proximité, de sécurité, d’embellissement. La demande sociale a été forte : en 1998, pour faire face à des demandes d’aménagement de l’espace public, il a été décidé aux « Assises de la ville » de mettre 300 000 euros sur la table en dehors des budgets des quartiers et du collectif.

En 2001, à côté des 2 élus référents sont ajoutés des habitants référentssur la base du volontariat et de la volonté à investir son temps dans la vie de l’assemblée de quartier. Anne Buyck précise : « Il ne s’agit pas de faire du représentatif dans le participatif. On n’est pas dans une démarche d’élections, mais dans l’auto-organisation, la valorisation de l’énergie, de la bonne volonté (…) on n’a pas été confronté pour l’instant à une tentative de prise de pouvoir par quelqu’un. S’il y a une telle velléité de la part de certains, d’autres ont dit : stop, c’est l’affaire de tout le monde, pas ton affaire à toi. ». En 2002, la création d’un 6ème quartier, le quartier du Plateau, est demandé par pétition et accordé.

quartier_Plateau_Kergomard.jpg

Quartier Plateau Kergomard, le 6ème quartier

La décision au sein de assemblées de quartier se déroule en 3 temps : au premier trimestre, une réunion recense les demandes au sein du quartier. En mai-juin, la 2ème réunion présente le chiffrage des demandes réalisé par les services techniques de la mairie, avec les options, les avantages et les inconvénients, et la prise en compte du cadre réglementaire et législatif. Les décisions sont prises par l’assemblée. Enfin, au dernier trimestre, une réunion examine les dernières demandes et affecte le solde du budget.

L’information sur les réunions se fait par voies multiples : boîtes aux lettres, journal municipal, site internet, parfois affichage et presse locale pour les événements exceptionnels. Le seul point qui reste difficile est la communication des dossiers des services techniques avant la réunion : souvent ils ne sont prêts que la veille de l’assemblée.

La question de la représentativité des assemblées de quartier a été posée. Bien que les classes moyennes et populaires soient représentées, les jeunes et les immigrés sont peu représentés, et les gens très marginalisés pas du tout ; des initiatives sont tentées en direction des populations immigrées. Cependant, Anne Buyck estime que, même si les personnes présentes aux assemblées de quartier, « en gros, c’est 2% de la population », « à partir du moment où on a informé tout le monde, où chacun a eu la possibilité d’écrire, de contacter, on ne peut pas dire que c’est injuste. L’assemblée de quartier n’est pas une association, ni un comité et tout le monde a le droit de venir. ».

« L’avis motivé » sur le budget d’investissement de la ville

Depuis 2003, les assemblées de quartier ont également un rôle consultatif et de conseil pour 100% du budget d’investissement de la ville : c’est « l’avis motivé ». L’adjoint du maire chargé des finances est venu en juin 2003 présenter aux assemblées de quartier le budget, le cadrage, les priorités municipales, les investissements des années précédentes. Des gens se sont désignés pour travailler sur le sujet et se sont engagés à avoir un retour des assemblées de quartier. En septembre 2003, les documents sur tous les investissements ont été communiqués, à charge pour les assemblées de définir leur méthode de travail (groupes ou assemblées), avec un délai à respecter : le 4 décembre 2003. Les priorités définies par les services, les engagements pluriannuels en cours, les engagements de sécurité et les travaux urgents ont été indiqués.

Le 4 décembre 2003, une réunion de toutes les personnes ayant travaillé sur ces dossiers a été organisée pour synthétiser les avis et évaluer la démarche suivie. Le 16 décembre, la synthèse a été présentée en conseil municipal. Puis, après intégration des propositions des assemblées de quartier, le budget d’investissement a été voté par le conseil municipal en mars 2004Le budget d’investissement en a été enrichi : plusieurs amendements judicieux ont été adoptés, venant des habitants au contact des réalités quotidiennes : ainsi, certains travaux non prioritaires ont été repoussés au profit d’autres dépenses jugées plus urgentes par les habitants.

La démocratie participative à Arcueil est un combat de l’équipe municipale : il faut convaincre les habitants, mais surtout convaincre les services techniques de la municipalité, qui ont longtemps craint de se voir dépossédés de budgets qu’ils jugeaient indispensables au profit des budgets des assemblées de quartier – or il n’en est rien – et qui ont vu d’un mauvais œil la remise en question de « leurs » budgets d’investissement. Pourtant, l’enrichissement a été mutuel.

Anne Buyck explique : « Les assemblées de quartier ont permis l’apprentissage du fonctionnement d’un service municipal et aussi celui de l’existence de contraintes : on ne met pas le même genre de toboggan dans un square et dans son jardin. » ;  « Hier j’ai vu un des habitants référents. Il y a un an a été demandée l’installation d’un panneau « interdiction de stationner » pour les cars. Il a fallu attendre la délibération. Un an après, le panneau a été installé, mais il a été mis plus loin que là où les cars stationnent. Si, modestement, les techniciens avaient consulté les habitants, ils se seraient rendu compte que ce n’est pas 100 m derrière mais 100 m devant qu’il fallait mettre le panneau. »

Le droit de pétition

Autre élément de la démocratie participative à Arcueil : le droit de pétition. Il a été inscrit dans le règlement du conseil municipal depuis 1995, et a beaucoup été utilisé jusqu’en 2002 (une vingtaine de fois au cour de cette période). Dès qu’une participation est portée par plus de 200 signatures, elle est inscrite à l’ordre du jour du conseil municipal suivant, où les porteurs de la pétition expliquent leurs raisons. Puis le conseil municipal la discute et la vote. Ce système de pétition a notamment permis de créer une 6ème assemblée de quartier ; les sujets des pétitions ont par exemple traité de la sécurité routière, de la bicyclette, de l’ouverture des gymnase en dehors des créneaux d’ouverture habituels, ou de la création d’une salle de prière.

Les référendums d’initiative locale

En 1999, un référendum d’initiative local a porté sur le projet des Portes d’Arcueil, avec une campagne d’information. Leur avis a été demandé aux plus de 16 ans et aux immigrés, la préfecture a déclaré le processus illégal, mais Arcueil avait obtenu l’avis de la population, et elle en a tenu compte.

Un référendum a eu lieu également dans quartier du Plateau, sur la réalisation d’un parking pour les transporteurs de fonds de la société Alliance. Il ya eu des réunions, puis un référendum avec un vote par famille, pour que les discussions aient lieu au sein des familles. À la surprise de la mairie, les gens dit préférer transformer le terrain en square pour les enfants : 80% des familles ont voté contre le projet.

11485928.jpg

Le nouvel ensemble immobilier de la Vache noire vu depuis le toit-terrasse gazonné du centre commercial (chzrn, août 2008)

En décembre 2003, un référendum sur la démolition de la « barre » de la Vache noire a été organisé pour les locataires. Il y a eu tout un processus d’information avec débat, réunions, et des remarques récoltées ont été intégrées au projet. Cette implication des locataires au processus a permis d’obtenir un « oui » massif, à 80%, avec un fort taux de participation – 70%. La démolition progressive des 278 appartements par « grignotage » a été réalisée. Depuis 2006, le siège du groupe Orange et le centre commercial de la Vache noire (un des cinq plus grands du Val-de-Marne et qui a la particularité de ne pas contenir d’hypermarché) se sont installés sur la zone restructurée, où un nouveau quartier a émergé.

La-Vache-Noire-Inauguration-12sept07-n-159.jpg

Le centre commercial de la Vache noire, ne contenant pas d'hypermarché : un des motifs de brouille avec les Verts 


La Fabrique Citoyenne – élections municipales de 2008

Pour les élections municipales de 2008, Daniel Breuiller a souhaité que le programme proposé aux Arcueillais soit le fruit d’une démarche participative : il a institué la Fabrique CitoyennePendant 3 mois, 200 Arcueillais et Arcueillaises se sont réunis pour construire ensemble, « faire société », et constituer le cœur de l’engagement de la liste de Daniel Breuiller, « Gauche Citoyenne ». Citoyennes, citoyens, militants associatifs ou politiques ont travaillé dans 4 ateliers :

-l’exigence d’un développement maîtrisé et durable de la commune,

-une ville plus conviviale, plus ouverte et plus sûre,

-pour l’équipe et la solidarité entre les personnes et les générations,

-et valoriser la personne par l’éducation, la culture, le sport, les loisirs.

FabriqueCitoyenne.jpg

Cette implication des Arcueillais et des Arcueillaises s’est traduit par une adhésion massive au projet basé sur les propositions de la Fabrique Citoyenne : « Gauche Citoyenne » a remporté 55,70% des votes exprimés dès le premier tour, et Daniel Breuiller a été réélu maire.

Droit d’inscription à l’ordre du jour d’un point par une assemblée de quartier

D’autre part, les assemblées de quartier ont, depuis 2002, le droit de demander l’inscription d’une question à l’ordre du jour du conseil municipal. Fin 2004, ce droit n’avait pas été utilisé, le fonctionnement des assemblées de quartiers devant sembler satisfaisant.

La Commission municipale du logement

Enfin, depuis 1995, une Commission municipale du logement, réunissant des élus représentant chaque groupe du conseil municipal et des habitants désignés par le conseil municipal, est chargée d’examiner les dossiers des logements HLM, y compris les dossiers d’urgence. Elle vérifie si chaque dossier correspond aux critères d’ancienneté pour éviter les passe-droits. Les dossiers refusés ne peuvent se voir attribuer de logement. Les dossiers acceptés sont ensuite transmis à l’office HLM pour la répartition des logements.

En conclusion, la démarche participative a été mise en place progressivement à Arcueil depuis 1995, avec un approfondissement depuis l’élection de Daniel Breuiller en tant que maire d’Arcueil en 2001. Nous avons beaucoup à apprendre d’expériences comme la démarche participative que Daniel Breuiller mène, avec sa majorité, les habitants et les services municipaux à Arcueil.

Soyons nombreux le 18 septembre à Arcueil, pour un débat mutuellement enrichissant avec les Arcueillais et leur maire, Daniel Breuiller.

Frédérick Moulin

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans Actualité
commenter cet article

Page D'accueil

  • : Militants de l'Espoir à gauche
  • Militants de l'Espoir à gauche
  • : Militants de l'Espoir à gauche réunit toutes celles et tous ceux qui soutiennent la ligne politique de Ségolène Royal pour une gauche démocratique, sociale, et écologique.
  • Contact

La fabrique AGIS !

dominique bertinotti (2)Dominique BERTINOTTI (75), Philippe ALLARD (75), Amale CHEBIB (75), Fabien SECHERRE (75), Françoise DEGOIS (75), Cyril CIBERT (86), Cécile FORTINEAU (23), christian CHOTARD (91), Eliane LEMAGNEN (64), esfand KHALAF (90), Laure BARGUILLET (87), Ahmed LAARAJ (30), Isabelle MALBERTI (75), Guy VERDIER (13012), catherine CANTAU (40), gilles CAILLET (91), Noëlle PLANCHAIS (56250), Gérard JABUT (69), Jocelyne BERDU (75), Jean-Pierre GUILBERT (75), Hélène MERMBERG, , Eric BRUN (63), Stéphanie SMANIOTTO,Eric CORNIER (33), Joelle FERAL, Gerard RAISER, Catherine RUBIO (33), Didier ANTONELLI, Nabil SANTO (75), Eliane LEMAGNEN (64), Céline LOOT, Pierre NSIMBA-DELEZAY (93), Marianne-Ségolène GINDREY (62), , Monique BONNIN (37), Jean-François THILLET (43), Jacqueline BOULET, Alain MAIRE (76), Caroline BERTRAN, Jacques MAZELLA (44), Christiane CHIROL, Rodrigue KOKOUENDO (77), Robert SIMON (75), francoise LALLIER (78), Sylvette GIRARD (28), claudine MOURET (41000), alban GUAY (37), roland ASTIER (38), mirella GOULOIS (62300), Michel CHARPENTIER (73), marie-neige PHILIPPE (44), Jean Jacques BAUGÉ (37), rachida MAZARIE (94), jacqueline LAKSANDER (2), pierrette LARDREAU (19100), martial LEHOUX (24), Rene PHILIPPEAU (91), Jean-Pierre HERY (2), Christine MALCOR (91), Jean KOMOROWSKI (33), , , Patricia VAN HALUIDYN (86), Claude BILLARDON (75), J-RAYMOND MAGUEUR (29), Claire CLAUDE (49), David VIEILLE, Laetitia DE WARREN (69), Georges RAULT (35), Michel CHATAIGNER (76), Chantal DEPUERS (6), YOLANDE PAVAN (93270), Maïté CAZAUX (33), Colette CHARBONNE (31), Hiroko KOMORI (75), M.J. SINAT (77), France-Marie NESPO-BIAIS (78000), Elisabeth HUSSON (75), Martine TREGRET (91), Andrée & Marie-Paule AUFAURE (3), Bernard JANODET (69), Yves FRUCHON (69), christiane NOUGARET (30), véronique SAINT-PAUL (75020), Marie-Noëlle VIBERT (94), Annick LE ROY (91), micheline HAREL (75), francoise QUELIN (77), jean baptiste TROUPLIN (75020), Elisabeth ARNAUD (33), Jean BRUNEL (13), Maryse MARTIN (17), Jacques ERNEST (92), Maurice BUTTIN (75015), Alain DRONEAUD (72430), Norel Houda AUMONT-GHÉDIR (75), Vanessa BAUDAT SLIMANI (45), CLAUDE TARRIERE (92500), Gérard PARCOT (91), FRANCK DAGORNE (56890), Ariane MATHIEU (77), Philippe POIGNANT (50), , Nadine AMIEL (75), Bernard FERRÉ (78), José THIOLLET (86), jerome DOUADY (38), Marcel AMIEL (75), arsene BOUTERFA (93500), sylvie SAINT PIERRE (95100), , Aurélien LONGÉ-LÉTANG (86), Fabrice BERARDI (13), Hubert TERRIGHI (47), Martine LEBRUN (94130), jean BURNELEAU (85), Marie FARRET (16), Janine CRESPIN (75013), sandrine PIERRON (86), cartier FLAVIEN (86), Dominique MENNESSON (94), Pierre BRUSSELLE (94), Eric DUCROS (86), , Romain ZARKA (75), Brigitte BEAUMANOIR (95), Olivier SALVANO-LUBESPÈRE (75), francoise ROZAN (12), Francine GILBERT REULIER (92), Christian AGON (75003), alain PIQUET (76), Laetitia CHEVROT (63), CHRISTIANE GOMEZ (86), Marc BONNICHON (33), Joëlle DE CORTE (17), Nadjet BOUCHIKHI (13), Yves FRUCHON (69), maryleine SIGRIST (5), Françoise CLEOSTRATE (34), Sébastien COUDRY (25), nicolas METIVIER (86), pierre HUYARD (17), Cécile GUILBERT (63), Bonaventure MBAYA (91), Bernard JANODET (69), Régis COTTET (86), martial LEHOUX (24), anthony ROUSSEAU (86), jean claude MAURIN (30), Jean-Claude CHEBROU (63), bruno OLIVIER (78), Jean-François VIONNET (26), ...

Pour rejoindre la fabrique socialiste AGIS : link