Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 mars 2011 3 30 /03 /mars /2011 08:23

P1040835_for_Phil-1-.jpgC’était, mardi 29 mars, la quinzième Université Populaire Participative, organisée par Ségolène Royal et son association Désirs d’avenir à Paris, dans la salle comble de la mairie du IVè. arrondissement tenue par Dominique Bertinotti.

Le thème portait sur la justice. Alors que le Président de la République est entré dans une bataille avec les femmes et les hommes de loi, la candidate socialiste, Ségolène Royal, a souhaité donner la parole au juge et quel résultat !

Marc Trévidic, juge d’instruction anti-terroriste, président de l’association des magistrats instructeurs de France a pris la parole. Il est connu pour avoir instruit plusieurs affaires délicates : l’attentat de la rue Copernic, l’attentat de Karachi ou encore l’assassinat des moines de Tibhirine. Dans une intervention forte, claire et convaincante, le juge a pu répondre aux attaques du Président de la République en exercice.

A la tribune, s’adressant à un peuple souverain, le juge a tout simplement rappelé, pour sa défense, quels étaient les principes fondamentaux de la justice dans une République. Face à l’arrogance d’un Nicolas Sarkozy, se voulant au-dessus de la loi, le juge a défendu la vision républicaine de notre justice.

Non, la justice que voudrait Nicolas Sarkozy n’est pas celle de notre République démocratique, a pu expliquer le juge. La justice n’est pas le bras armé du pouvoir exécutif. Ce n’est pas une force de répression, un simple prolongement de la police servant à embastiller. Elle n’est pas là pour incarcérer.
La justice dans une République a une tout autre fonction. Comme a pu le rappeler le juge, elle doit servir avant tout à protéger et à défendre le faible sur le fort, pour faire valoir le droit sur la force. Ce n’est pas la volonté du plus fort qui doit l’emporter, mais la loi dans notre République, c’est tout le travail difficile et fondamental de la justice. Mais pour cela la justice a besoin de moyens pour fonctionner.

Or, le pouvoir en place en retirant les moyens à notre justice, lui empêche d’accomplir sa fonction. C’est un pilier de notre République qui est fragilisé.
L’objectif n’est d’ailleurs pas toujours neutre de la part du pouvoir en place. Ainsi, lorsqu’on retire des enquêteurs pour les affaires financières, ce n’est pas le plus faible mais bien le plus fort que l’on protège. Le juge parle « d’assassinat de la justice financière » qui permet à la grande délinquance de mener ses affaires en toute impunité. La loi n’est plus respectée car on retire à la justice les moyens de fonctionner. Le pouvoir en place est coupable.


La candidate socialiste, Ségolène Royal, qui a toujours défendu l’ordre juste républicain ne pouvait que soutenir le juge. Tous les regards se portent maintenant vers 2012. Il faudra en effet une personnalité réellement intègre, volontaire, et forte pour restaurer le pacte républicain en rendant à la justice ses moyens de fonctionner.

 

Philippe Allard

 

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans Parti socialiste
commenter cet article
29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 02:47

appel_29_mars2011.jpg

Appel de tous les professionnels de la justice et de tous les citoyens attachés à une justice indépendante et de qualité à une manifestation nationale unitaire ; départ à Paris, place Saint-Michel à partir de 14 heures ; pour accéder au tract en format A4, cliquez ici ou sur l'image.

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans Actualité
commenter cet article
29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 02:22

la-justice.jpg

Les enquêtes économiques et financières sont en danger à Paris. Depuis deux ans, le Ministère de la Justice réduit significativement les moyens humains et matériels des enquêtes au pôle économique et financier du TGI de Paris.

Les effectifs des juges d'instruction diminuent : 23 juges d'instruction en 2009 (14 au "financier" (y compris contrefaçon), 9 à la "délinquance astucieuse"), 18 aujourd'hui (10 au financier, 8 à la délinquance astucieuse).

Parallèlement, le Ministère de la Justice réduit d'un tiers la surface des locaux de l'instruction, chassant ainsi des juges d'instruction et des assistants spécialisés de leurs bureaux, pour y installer des services administratifs.

On pourrait croire que cette réduction de l'instruction s'accompagne d'une extension du parquet économique et financier. Il n'en est rien. Au contraire, les effectifs des parquetiers étaient de 23 en 2009 (12 au financier (section F2), 11 à la délinquance astucieuse (section S2) et sont de 21 en 2011 (8 au financier, 13 à la délinquance astucieuse).

Pour la section financière, on est donc passé en trois ans de 26 à 18 magistrats (juges d'instruction plus parquetiers), soit une baisse d'un tiers.

Par ailleurs, il ne reste que quatre assistants spécialisés (dont un sur le départ qui ne serait pas remplacé), sur les dix assistants spécialisés prévus à la naissance du pôle.


7_rue_des_Italiens_ex_Monde_Tribunal_P_le_financier_3_1280x.JPG

Pôle économique et financier de la rue des Italiens, à Paris

Tels sont les moyens judiciaires alloués au pôle de la rue des Italiens, au moment où cette vitrine de la lutte contre la délinquance économique et financière en France doit enquêter, notamment, sur des escroqueries massives à la TVA sur les droits carbone, des escroqueries aux encarts publicitaires au préjudice de milliers de français, l'affaire dite des biens mal acquis, un volet de l'affaire dite de Karachi...

Communiqué de l’Association Française des Magistrats Instructeurs (AFMI) du 8 mars 2011

L’AFMI est présidée par Marc Trévidic, invité ce mardi 29 mars 2011 à l’UPP « Justice et Pouvoirs »

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans Actualité
commenter cet article
29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 01:27

 

upp justice

 

Chers amis,

Je vous invite à l'Université Populaire Participative sur le thème de la justice qui se déroulera le mardi 29 Mars 2011 à la Mairie du IVème arrondissement à Paris, de 18h30 à 20h30.

Nous avons souhaité, avec Désirs d’avenir, organiser cette Université Populaire le jour de la grande manifestation unitaire nationale pour la justice. Les magistrats dénoncent le manque de moyens alloués par l’Etat ainsi que les pressions politiques exercées par le pouvoir actuel.

J'aurai le plaisir d'accueillir :

Marc Trévidic, juge d’instruction antiterroriste, Président de l’Association Française des Magistrats Instructeurs (AFMI)

Antoine Garapon, magistrat, secrétaire national de l’Institut des Hautes Etudes sur la Justice

Béatrice Patrie, ancienne Présidente du Syndicat de la Magistrature, Vice-Présidente du Tribunal de Grande Instance de Paris

Jean-Michel Clément, député de la Vienne, avocat, membre de la Commission des Lois de l’Assemblée Nationale

Je vous attends très nombreux pour ce débat sur l’une des questions démocratiques les plus importantes de notre République : l’indépendance de la justice face aux pouvoirs.

Amitiés

Ségolène Royal

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans Actualité
commenter cet article
28 mars 2011 1 28 /03 /mars /2011 07:47

 

Jade-3.jpg

Jade Dousselin, Secrétaire fédérale des Jeunes Socialistes (MJS) de la Vienne

Dès hier soir, un enseignement du second tour, la très grand porosité entre les votes FN et les votes UMP étaient soulignée à la fois par Jean-François Macaire, premier vice-président du Conseil régional et Premier secrétaire fédéral de Parti socialiste de la Vienne, et Jade Dousselin, secrétaire fédérale de la Vienne des Jeunes Socialiste (MJS), devant la caméra de Scopitone86.

Une porosité du vote FN du premier tour vers le vote UMP du second tour, mais aussi, ce qui est un peu plus nouveau, du vote UMP du premier tour vers le vote FN du second tour, ce dernier mouvement étant fortement facilité par les dérapages de Sarkozy et des ses ministres sur la Sécurité, l’immigration ou l’islam, par exemple. Et plus le président Sarkozy persiste, plus la situation s’aggrave.

Ainsi, à Couhé, le « divers droite » André Sénecheau, qui avait obtenu 40,46% des suffrages au premier tour, l’a emporté face à son adversaire socialiste Joël Péninon, avec 51,08% des voix au second tour, bénéficiant d’un report quasi-total des voix de FN en sa faveur (12,91% des voix du premier tour, dans un contexte où la participation a augmenté de moins de 4 points, à 54,10% des inscrits au second tour, une hausse qui s’est partagée à 55% pour la gauche, et à 45% pour la droite.

À l’inverse, à Châtellerault-Sud, le FN Eric Audebert, qui avait obtenu 20,81% des suffrages au premier tour face au socialiste Christian Michaud (36,34%), a recueilli 33,80% des voix au second tour, bénéficiant du report intégral des voix de l’UMP Alain Lepore, qui n’avait pas donné de consigne de vote et avait obtenu 13,36% des suffrages au premier tour. La participation a progressé de 5,6 points à 42,97% entre les deux tours, soient 598 voix, +274 voix pour la gauche, et +324 voix pour le FN bénéficiant des voix UMP.


Gerard-Barc-2.jpg

Gérard Barc : "Et les gens déçus, écœurés de la manière dont ils sont traités, c’est 1) les abstentionnistes et c’est 2) le Front national"

Gérard Barc, le chef de file de la gauche et des socialistes au Conseil général de la Vienne nous livre son analyse :

« L’espoir que j’avais, c’était qu’il y ait un sursaut de participation au deuxième tour, et compte tenu de l’ambiance nationale où tout le monde vomit Sarkozy, je pensais que ça nous serait profitable.

Et en fait, c’est là l’erreur, l’écœurement des Français a été profitable au Front national et à l’abstention. Et les gens déçus, écœurés de la manière dont ils sont traités, c’est les abstentionnistes et c’est le Front national, et nous n’en avons pas profité, ce qui est inquiétant. »

Frédérick Moulin

 


Jean-François Macaire (à 4 minutes 10 secondes) par scopitone86


 

Retranscription par MEAG avec SR / F.M. (à 4 minutes 10 secondes) 

Alors, il y a un point d’inquiétude, qui mérite peut-être d’être analysé peut-être un peu plus maintenant, c’est le comportement des électeurs de l’UMP par rapport au Front national, et du Front national par rapport à l’UMP.

Moi, la première lecture que je fais pour le moment, c’est que, notamment à Couhé, c’est qu’il est clair que sans les voix du Front national, le candidat de l’UMP ne passe pas. Donc il y a, de fait, aujourd’hui, je pense qu’on peut dire ça un petit peu partout, il y a eu un report des voix du Front national sur l’UMP, qui est sans doute lié à la dérive de l’UMP sur les thèmes du Front national. Donc il y a ce constat.

Mais le constat, il marche dans le sens contraire, et ça c’est peut-être un petit peu nouveau pour nous, puisque jusqu’à présent on n’avait pas remarqué, ou peut-être assez rarement remarqué, mais quand on a dit qu’on voulait un Front républicain, eh bien à Châtellerault-Sud, ce n’est pas le Front républicain, puisque le candidat du Front national augmente très fortement ses voix, et il récupère, alors, moi je demande encore quelques minutes pour vérifier tout ça, mais la première analyse, il récupère les voix de l’UMP.


JF-Macaire-2.jpg

Jean-François Macaire

Ce qui veut dire que non seulement il n’y a pas de Front républicain, mais qu’il y a un report des voix de l’UMP sur le Front national. Donc je crois que ça, c’est un enseignement à méditer pour les prochaines échéances.

Parce qu’on voit que ce mélange des genres, ces thématiques agitées par le président Sarkozy sur les questions de sécurité, mais surtout, parce que là, c’est l’échec total, mais surtout sur les questions d’immigration, et sur l’islam, et sur le prétendu « que les gens seraient pas chez eux » et ainsi de suite, on a entendu ces graves déclarations, et inacceptables déclarations du ministre de l’Intérieur ces derniers jours, eh bien, on voit que finalement le FN en profite, c’est-à-dire que là où il est au second tour, et là où l’UMP est éliminé, eh bien finalement le FN profite de cette politique, et il n’y a pas de Front républicain, et l’UMP continue sa dérive vers les thèmes xénophobes du Front national.

Donc ça, c’est peut-être un point d’inquiétude qu’il faudra je pense souligner ce soir et dans les jours qui viennent, parce que, heureusement dans notre département le Front national n’est pas encore trop prégnant, et dans cette élection cantonale, sa part est un petit peu modérée, en valeur absolue, hein, mais quand même au niveau national il se passe des choses, moi je n’ai pas de nouvelle, mais je trouve que c’est important.

 

 


Retranscription par MEAG avec SR / F.M.

Scopitone86 : donc, au soir des cantonales, on n’a pas battu la droite, mais il y a une grosse satisfaction quand même, on a eu l’impression que ce Parti socialiste qu’on disait explosé a fait une campagne extrêmement solide ?

Jade Dousselin : oui, donc, ce se soir, nous, localement, on peut être un peu déçus même s’il y a quand même des satisfactions : on garde Poitiers-4, qui était un canton difficile. Nous, le MJS, on s’est beaucoup investis sur ce canton, on a fait beaucoup de militantisme de terrain et on voit que c’est la seule chose qui paye, c’est d’être là, d’être présents, d’aller chez les gens, de leur redonner l’envie de croire en la politique.


Ségo 3 Cites 1

Ségolène Royal et derrière elle, à gauche, Jade Dousselin lors de la visite des Trois Cités, sur le canton de Poitiers-4

Et je crois qu’aujourd’hui, on a un vrai souci en France, l’UMP joue la politique de la terre brûlée et du désintéressement et du pourrissement de la politique, on l’a vu sur Châtellerault [-Sud, NdlR], on a un gros souci, l’électorat UMP se reporte quasiment totalement sur le Front national, aujourd’hui, c’est quelque chose sur lequel on va devoir se battre, nous.

Comme tu l’as dit, on a été tout à fait unis sur cette campagne, les divisions au PS, elles n’existaient pas. Nous, aujourd’hui, on doit se battre unis, face à une droite qui est complètement en train d’imploser, on le voit, l’UMP est en train de se scinder en plusieurs groupes, notamment sur la question du Front national.

Donc nous, ce qu’on va tirer de cette campagne, c’est que dans l’unité on arrive à faire des choses très bien, on était à 30% au premier tour, là on n’a pas encore les chiffres du deuxième tour, donc je pense qu’on doit tirer comme enseignement de cette campagne, notamment sur la montée du FN et le comportement de l’UMP qui est complètement antirépublicaine, et on l’a vu, leur attitude est scandaleuse, que ce soit Raffarin localement ou Copé nationalement, et je pense que maintenant on doit se mettre en marche pour 2012, et le parti y est préparé, et à nous de concrétiser.

Scopitone86 : mais, à propos de l’UMP qui se diviserait sur la question du Front national, on remarque quand même qu’à chaque élection présidentielle, la droite propose deux personnes différentes en faisant croire qu’il y a un choix à droite, on a eu Balladur ou Giscard, à chaque fois, il y en a deux. Est-ce qu’on n’est pas en train de nous préparer le même coup ?


Jade 2

Jade Dousselin

Jade Dousselin : je ne sais pas. Aujourd’hui, on voit très bien que Sarkozy est dans une position difficile. Je pense qu’à l’heure actuelle, on ne peut pas être persuadé qu’il va se représenter, il est désavoué par son camp, on le voit très, très bien. Moi je pense qu’il y a un risque d’implosion, vraiment, ils ont des vraies divisions en leur sein, on a une frange qui n’hésite pas à se rallier au Front national, on l’a vu, hein, qui n’hésite pas à appeler, si ce n’est à voter Front national, mais en tout cas à ne pas voter Parti socialiste, on le voit, on a une UMP très dure qui refuse le Front républicain.

Et à l’inverse, on a une UMP beaucoup plus modérée, beaucoup plus, on va dire la branche chiraquienne-villepiniste, qui elle a une attitude beaucoup plus responsable et qui n’ont pas oublié 2002, qui n’ont pas oublié les positions de la gauche en 2002 qui étaient responsables, et qui eux prônent un Front républicain et s’opposeront au Front national.

Donc moi je pense qu’il y a un vrai risque d’implosion, après, est-ce qu’il y aura deux candidats ? Ils ont toujours su se rassembler au dernier moment, ils ont toujours su se ranger derrière un chef malgré leurs divisions internes, donc je pense qu’à l’heure actuelle, ils ont un vrai problème interne, mais est-ce qu’ils arriveront à le résoudre avant 2012, la question est ouverte.

Mais notre problème à nous, il n’est pas là, il est de montrer leur attitude qui est purement scandaleuse, et nous de montrer qu’on est l’alternative, qu’on est l’alternative non seulement au Front national, mais aussi à une UMP puante sur les questions de l’islam, sur les questions de la xénophobie, etc. Et donc nous on doit absolument avancer en rangs serrés, et faire en sorte que les primaires soient les plus ouvertes possible, faire en sorte que la gauche et les écologistes soient au rendez-vous de ces primaires, et qu’elles donnent un candidat ou une candidate en capacité de rassembler et de nous faire gagner en 2012.

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans Actualité
commenter cet article
27 mars 2011 7 27 /03 /mars /2011 21:44

199452 10150115259564661 35763644660 6152437 4767237 n

(@Razak)

Communiqué de Ségolène Royal à la presse dimanche 27 mars 2011 à 21h05

Je salue les victoires des élus socialistes, de gauche et des écologistes et de  tous ceux  qui progressent dans les départements.

Il  faut, aussi, ce soir, avoir le courage de reconnaître que le premier parti de ces élections cantonales, c’est l’abstention. Aucun démocrate ne peut s’en réjouir. Il ne s’agit pas d’un mouvement d’humeur. Les citoyens se sentent vraiment dépossédés. Ils expriment  une fatigue profonde à l’égard des méthodes politiques inefficaces et injustes.

Un puissant effort de rénovation de la démocratie doit  être fait. La politique doit être juste et morale. La gauche doit porter une véritable alternative enthousiasmante. Tels sont les défis que nous devrons relever dans les mois qui viennent si l’on veut que les gens reviennent participer pour choisir une autre voie en 2012.

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans Actualité
commenter cet article
27 mars 2011 7 27 /03 /mars /2011 20:00

JL-Robert.jpg

Jean-Louis Robert, au micro, et Sylvie Pailler, lors de la réunion publique du mercredi 23 mars 2011

Sylvie Pailler est la candidate socialiste à Chauvigny, dans la Vienne ; Jean-Louis Robert est son suppléant. Pour plus de précisions sur le contexte électoral, cliquez  ici.

Jean-Louis Robert, 50 ans, habite Vadivienne, sur le canton de Chauvigny, depuis une quinzaine d’années et est technicien d’exploitation à EDF-Civaux, dont le site est tout proche. Novice en politique, il déclarait en décembre 2010 à La Nouvelle République : « Le contexte général actuel très défavorable, notamment dans le domaine social, m'interpelle. Localement, ce qui se passe à Buroform m'inquiète beaucoup. ».

Buroform, 119 salariés,  est une entreprise en redressement judiciaire, dont la presse locale a encore parlé vendredi dernier, le repreneur éventuel, Arféo, envisageant de fermer ses sites sur la région en même temps qu’il reprend Buroform… en laissant des dizaines de salariés sur le carreau.

Lors de la réunion publique du mercredi 23 mars 2011, il raconte : lors de la campagne de porte-à-porte qu’il a menée avec Sylvie Pailler pour les cantonales, il a été témoin de la situation sociale de ses concitoyens et de leur désespérance politique.

Frédérick Moulin

 

 


Quand on fait du porte-à-porte comme on a fait avec Sylvie, on voit vraiment la réalité des choses. On a croisé, au cours de notre porte-à-porte, beaucoup de personnes qui nous ont dit gagner 700-800 euros par mois. Certaines s’estimaient chanceuses parce que leurs logements leur appartenaient. Or souvent, leurs logements, ce sont des logements vétustes, avec une isolation très mauvaise, une seule pièce chauffée dans la journée pour faire des économies, enfin des conditions de vie inacceptables dans la France du XXIème siècle.

Ce qu’il faut savoir, et ça a été dit tout à l’heure par Jean-François, c’est qu’une partie de cet électorat a voté pour Monsieur Fouché [conseiller général UMP sortant et sénateur de la Vienne, NdlR], clientélisme oblige, et d’autres nous l’ont avoué, s’il y a avait eu un candidat FN aux élections, ils auraient voté pour lui.

Donc nous avons beaucoup de travail à effectuer. Pour dimanche, je ne sais pas si ce sera suffisant, le temps qui nous reste sera suffisant, mais en tout cas, pour les échéances à venir, il faut absolument redonner espoir et confiance à cet électorat populaire et surtout, surtout par la suite, ne pas le décevoir. Voilà.

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans Actualité
commenter cet article
27 mars 2011 7 27 /03 /mars /2011 19:31

 

Sylvie-Pailler.jpg

Sylvie Pailler lors de la réunion publique du mercredi 23 mars 2011

Sylvie Pailler est la candidate socialiste à Chauvigny, dans la Vienne. Pour plus de précisions sur le contexte électoral, cliquez  ici.

Sylvie Pailler, 43 ans, Chauvinoise depuis 20 ans et mère de deux enfants, est infirmière au service cancérologie du CHU de Poitiers, un service « lourd ». Elle ne détient pas de mandat, même si elle a été tête de liste socialiste aux élections municipales de 2008, remportées par l’UMP, et si elle a figuré sur la liste de Ségolène Royal aux régionales de 2010 – en 12ème place sur la liste d’union de la gauche du second tour dans la Vienne pour 9 élus.

Mercredi 23 mars 2011, au cours d'une réunion publique, elle a apporté son témoignage sur combien il est dur d’être candidate novice quand on est infirmière, avec un secteur de la santé qui en est réduit à gérer la pénurie.

Frédérick Moulin

 

 


Hier, j’ai été rappelée au CHU pour reprendre mon activité professionnelle, car la personne qui me remplace a été amenée à remplacer d’autres personnes ; il y a des infirmières intérimaires qui ont été demandées, il n’y en a plus. Donc j’ai obligée aujourd’hui de retourner, donc, au CHU, demain et après-demain.

Donc là je vous demande [aux personnes présentes à la réunion publique, NdlR], s’il vous plaît, de m’aider dans cette action militante et [dans] la défense de nos valeurs de solidarité, de permettre que les gens portent leurs voix à nos valeurs de gauche.  (Applaudissements)

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans Actualité
commenter cet article
27 mars 2011 7 27 /03 /mars /2011 19:30

segolene royal patrick moquay

Ségolène Royal et Patrick Moquay sur l'île d'Oléron vendredi 11 mars 2011 (P. Moquay)

Vendredi, Ségolène Royal était sur l’île d’Oléron, dans le canton occupant la moitié nord de l’île, celui de Saint-Pierre d’Oléron. Pour l’anecdote, c’est sur la commune de Saint-Pierre d’Oléron, dans le hameau d’Arceau, qu’est né Pierre Bergé.

Ségolène Royal était venue soutenir le candidat socialiste Patrick Moquay – qui est également à nouveau le maire de Saint-Pierre d’Oléron depuis 2008 – et sa suppléante, Marie-Anne Dias-Gorichon. Au premier tour, le conseiller général sortant UMP Jean-Paul Peyry (28,79% des suffrages) – maire de Saint-Pierre d’Oléron de 1995 à 2008 – a devancé Patrick Moquay (26,88%) de 93 voix, avec une participation légèrement supérieure à la moyenne nationale (46,29%). Mais le total des voix de gauche au premier tour (54,36%) devrait permettre de faire basculer ce canton à gauche dans un département que la gauche espère encore reconquérir.

Patrick Moquay retrace l’après-midi de Ségolène Royal sur l’île d’Oléron dans l’article qui suit ; pour plus d’informations sur la réunion publique de vendredi soir à l’Eldorado avec Ségolène Royal, cliquer ici et aller en fin d’article.

Frédérick Moulin

-oOo-

Visite de Ségolène Royal sur le canton nord

Ségolène Royal, présidente de la région Poitou-Charentes, a marqué son soutien à la candidature de Patrick Moquay et Marie-Anne Dias-Gorichon à l’élection cantonale, à l’occasion d’une visite à Oléron ce vendredi 25 mars.

L’après-midi a débuté par un bref passage à la communauté de communes de l’île d’Oléron, où prenaient place toute la journée des démonstrations de véhicules électriques, dont la Mia développée avec le soutien de la région.  Ségolène Royal a ensuite déjeuné à Chéray en compagnie de responsables associatifs œuvrant dans les domaines de l’enfance, de la culture et de la gestion de l’espace.

Cette rencontre a permis de mettre en évidence la richesse et la diversité du monde associatif oléronais, de présenter les projets en cours et d’identifier certaines difficultés, auxquelles la présidente de région a été sensible. Les différents programmes d’aides régionales, déjà largement mobilisés par les associations représentées, ont été rappelés, et en particulier le contrat régional de développement durable géré par le pays Marennes-Oléron.


ecloserie-specialisee-dans-la-reproduction-de-la-daurad.jpg

Ferme marine du Douhet

140643 13705830 460x306

Ecloserie de dorades royales de la ferme marine du Douhet (JG)

Lors d’une visite de la ferme marine du Douhet, Ségolène Royal et Patrick Moquay ont pu apprécier la qualité de cet établissement de production d’alevins, exemplaire dans sa gestion sanitaire et environnementale. Ils ont noté le contraste entre la maîtrise des technologies d’élevage aquacole et le faible développement de l’aquaculture en France. La présidente de région a souhaité que soient examinées les conditions d’un développement de cette activité. De plus, les participants se sont félicités du rapprochement récent entre la ferme marine et les organisations représentatives des pêcheurs, en vue d’une collaboration pour la gestion des ressources marines.


l-atelier-esat.jpg

L'atelier ESAT du port de La Cotinière le 26 mai 2010 (Gérard Schmitt)

Le convoi s’est ensuite rendu sur le port de La Cotinière, afin de rencontrer les personnels et les responsables de l’atelier des gens de mer et de l’ESAT (établissement et service d’aide par le travail) gérés sur le port par l’association La navicule bleue. Ces deux ateliers, uniques en leur genre, permettent de proposer un travail lié aux activités maritimes, d’une part aux marins débarqués pour raisons médicales, d’autre part à des personnes souffrant de handicaps. L’atelier a bénéficié récemment d’aides régionales pour acquérir du matériel adapté.

Patrick-Moquay--st-Pierre-d-Oleron.jpg

Ségolène Royal, Patrick Moquay et Marie-Anne Dias-Gorichon à l'Eldorado, à Saint-Pierre d'Oléron vendredi 25 mars 2011 au soir

Ségolène Royal et Patrick Moquay ont conclu l’après-midi en allant à la rencontre des habitants et des commerçants dans le secteur piétonnier de Saint-Pierre d’Oléron, avant la réunion publique de fin de campagne des élections cantonales, à l’Eldorado.

Patrick Moquay

Blog de Patrick Moquay, vendredi 25 mars 2011

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans Actualité
commenter cet article
25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 23:58

 

Ségo 3 Cites 1

Ségolène Royal à son arrivée aux Trois Cités, à Poitiers, le 24 mars dans la matinée

Jeudi après-midi, Ségolène Royal était à Rochefort, où elle s’est exprimée sur le vote de dimanche prochain :

« C'est vrai qu'il y a un gros problème d'abstention. C'est vrai que souvent les élections cantonales sont peu connues notamment en milieu urbain mais il faut que les électeurs se rendent compte que c'est le dernier vote avant 2012. »


1375356 photo-1300983793438-1-0PatBen

Ségolène Royal à Rochefort, en Charente-Maritime, jeudi 24 mars 2011 dans l'après-midi (P. Bernard)

La présidente de la Région Poitou-Charentes a appelé « tous ceux qui sont venus manifester contre la réforme injuste des retraites, tous ceux qui trouvent qu'il est insupportable de voir l'augmentation du prix de l'énergie, tous ceux qui considèrent que la baisse du pouvoir d'achat pour les classes moyennes et les catégories populaires est inacceptable » à aller voter dimanche 27 mars.

« Il faut que cette élection cantonale soit une élection de sanction contre Nicolas Sarkozy et la droite », a-t-elle conclu.

À Rochefort, deux cantons sont en jeu, Rochefort-Nord et Rochefort-Sud, avec deux élus socialistes sortants ; dans les deux cantons, les candidats UMP devancent au premier tour les candidats socialistes qu’ils affronteront au second tour.

Pour Rochefort-Nord, le FN, éliminé au second tour avec ses 12,77% des voix, empêche le total des voix de droite et le total des voix de gauche de dépasser 45%. Le (non-)report des voix du FN pèsera sur le second tour.


Gerard-Pons.jpg

Le candidat UMP Gérard Pons à Rochefort-Sud, dimanche 20 mars 2011 au soir

Pour Rochefort-Sud, la participation, à 35,72%, est de 10 points inférieure à une moyenne nationale déjà basse. Le candidat UMP, Gérard Pons, qui a remporté 27,22% des suffrages, ne dispose d’aucune réserve de voix dans la droite traditionnelle. Le FN, éliminé, a obtenu 14,94% des votes. Interrogé dimanche soir sur le report des votes du FN, Gérard Pons a déclaré :

« Je sais pas, je peux pas vous dire, le report, où il va se porter. Je pense que ça va se partager. Mais je peux pas en dire plus, je sais pas. Je crois qu’on veut pas trop savoir où ils vont donner leurs voix. Puis les voix appartiennent à personne, hein ! Voilà. »

Autant dire que le candidat UMP espère beaucoup du report des votes FN ! Mais le taux de participation rend les pronostics incertains.


Sego-3-Cites-2.jpg

Ségolène Royal et Martine Gaboreau aux Trois Cités jeudi 24 mars 2011 au matin : Ségolène Royal dit bonjour à un très jeune enfant dans les bras de sa mère : "Bonjour toi, tu as mangé des fraises?"

Jeudi matin, Ségolène Royal était sur le territoire du canton de Poitiers-4, aux Trois Cités, un quartier populaire. Ségolène Royal était accompagnée des députés Catherine Coutelle et Alain Claeys – le maire de Poitiers, de Jean-François Macaire, vice-président du Conseil Régional de Poitou-Charentes et Premier fédéral de la Vienne, du socialiste Gérard Barc, chef de file de l’opposition de gauche au Conseil général, de Cyril Cibert, secrétaire de la section PS de Châtellerault et élu régional, et de Jacques Santrot, ancien député-maire de Poitiers.

Elle était venue soutenir la socialiste sortante Martine Gaboreau, arrivée en tête avec 32,39% des suffrages sur le candidat « divers droite » Jean-Pierre Lagrange. Dimanche dernier, 6 voix seulement séparaient les deux candidats qui se retrouveront face à face au second tour.

Jean-Pierre-Lagrange, qui dispose de réserves de voix très faibles – un « sans étiquette » et un MoDem représentent 8% des voix – devra absolument bénéficier d’un report très favorable du candidat FN éliminé (9,35% au premier tour) pour espérer l’emporter face à Martine Gaboreau ; par ailleurs, la participation a été de 5 points inférieure à la moyenne nationale au premier tour.

 

 


Ségolène Royal, accompagnée de Martine Gaboreau, a donc fait le marché des Trois Cités, serrant les mains des clients d’un café-PMU, d’un acheteur-collectionneur de violon ou de commerçants du marché.


Bernadette-2.jpg

Bernadette explique à Ségolène Royal à quoi ressemblent les physalis, les "cages d'amour"

À Bernadette, une dame âgée qui lui présentait ses confitures de physalis sur un étal – « c’est l’amour en cage », précisait Bernadette, le fruit étant enveloppé d’un cloche de feuille – Ségolène Royal a acheté un pot de confiture de framboise (à 8 minutes 50).


Segolene-physalis.jpg

Ségolène Royal devant l'étal de Bernadette, un pot de confiture de physalis à la main

S’en est suivi un retour sur la campagne de 2007 émouvant :

« Vous êtes pas au marché de Bel-Air ?

Bernadette : si !

C’est pas vous qui attendiez Ségolène Royal aux dernières présidentielles et qu’elle est jamais passée ?

Bernadette : qu’elle est jamais passée !

Ségolène Royal : c’est pas vrai ?

Bernadette : si !

Ségolène Royal : je vous resserre la main alors !

Bernadette, après avoir serré la main de Ségolène Royal : c’est vrai !

On faisait le Ségomaton, juste en face de son banc.

Ségolène Royal : t’as bonne mémoire !

Bernadette, rayonnante : vous me reconnaissez, hein ! »

La présence de Ségolène Royal est importante dans ce quartier populaire des Trois Cités touché par la crise. Alors que le Front national a recueilli 9,35% des voix au premier tour sur le canton, avec une participation de 40,68%, aux Trois Cités, le FN a fait entre 12,8% et 14,7%, avec une participation comprise entre 31% et 35% seulement.


JP-Lagrange.jpg

Le "divers droite" Jean-Pierre Lagrange au marché des Trois Cités jeudi, interrogé par Scopitone86 après avoir serré la main de Ségolène Royal, qui a salué tous les membres de son équipe de tractage

On voit donc l’enjeu dans ce quartier populaire, où – ce n’est donc pas un hasard – le cortège de Ségolène a croisé Jean-Pierre Lagrange, qui a déclaré devant la caméra de scopitone86 (à 4 minutes 40) :

« J’ai dit qu’en fait les voix n’appartiennent à personne et qu’effectivement, les gens sont totalement libres, effectivement, de voter pour qui ils veulent, ça je crois que c’est très clair, et personne peut décider pour ça. En plus sur ce quartier y’a un vote qu’on peut imaginer contestataire et qui en tout cas est une véritable expression de démocratie qui mérite effectivement que tout le monde soit transparent par rapport à la situation. »

En bref, les électeurs du FN sont totalement libres de voter pour Jean-Pierre Lagrange…


Jacques-Santrot.jpg

L’ancien député-maire socialiste de Poitiers, Jacques Santrot, sur le marché des Trois Cités jeudi avec Ségolène Royal, en train de répondre à Scopitone86

L’ancien député-maire socialiste de Poitiers, Jacques Santrot, interrogé juste après, a déclaré, parlant de l’ancien premier ministre qui a exprimé une position proche de celle de Jean-Pierre Lagrange :

« Raffarin est un gros porc […] Raffarin est toujours égal à lui-même, il est pas courageux, et que même à Châtellerault [Sud, où le FN affrontera un socialiste dimanche, NdlR], il est incapable d’appeler à voter contre le Front national. Mais derrière ça, il y a un calcul. Le calcul, c’est de dire : si je parle pas trop, peut-être que les gars qui ont voté Front national à Couhé et ailleurs voteront pour moi. C’est une saloperie ! »

Car Jean-Pierre Raffarin, sénateur de la Vienne et figure locale importante, a déclaré dans une interview de La Nouvelle République parue  jeudi matin :

« La Nouvelle République : dès dimanche soir, Alain Claeys vous a demandé de prendre position sur un vote républicain dans le canton de Châtellerault-Sud où le deuxième tour oppose le PS au Front national. Que lui répondez-vous ?

 Raffarin : [Alain Claeys] sait aussi qu'en qualité de président de l'Association des Régions de France, j'ai assumé le Front Républicain. Les actes valent mieux que les discours.
Chacun sait aussi que, militant de la décentralisation, je me suis toujours opposé à la nationalisation des élections locales. Les électeurs n'attendent pas de consignes, ils sont libres et responsables, leur choix doit être respecté. »

Evoquer le Front Républicain, puis prendre prétexte de la décentralisation pour ne pas donner de consigne face à un candidat FN, il fallait le faire ! Raffarin l’a fait ! Triste raffarinade…


Unknown-1.jpeg

 

Vendredi, France Bleu a laissé entendre que Ségolène Royal n’avait pas de position radicalement différente de celle de Jean-Pierre Raffarin sur les consignes de vote de Châtellerault-Sud, ou PS et FN s’affronteront au second tour !! Communiqué et démenti de l’intéressée :

« Contrairement à ce qu’a laissé entendre France Bleu, ma position concernant le canton de Châtellerault-sud est totalement différente de celle de Jean-Pierre Raffarin : j'appelle bien évidemment à voter pour le candidat socialiste Christian Michaud et contre le candidat Front National. Ce vote ne doit faire aucun doute pour tous les citoyens du canton. »

Décidément, le ridicule ne tue pas ! Quand on connaît l’engagement sur le terrain de Ségolène Royal, présidente socialiste de la Région Poitou-Charentes, auprès des socialistes lors de ces cantonales, comment diffuser sur les ondes de telles inepties ? Il y a quelque chose de pourri au royaume de Radio France.

eelv-nouveau-logo.jpg

Mais dans la Vienne, Europe Ecologie-Les Verts joue en eau trouble : tous ses candidats ayant été éliminés au premier tour, EELV de la Vienne, contrairement à EELV au niveau national, ne donne pas de consigne de vote pour le second tour des élections cantonales, sauf pour le canton de Châtellerault-Sud où les écologistes appellent au vote républicain. Ils entendent ainsi marquer le ‘sérieux différend’ qui les oppose au PS : « Nous déplorons qu’il n’ait pas été possible d’élaborer avec le PS une dynamique permettant à la gauche d’être en position favorable dès le premier tour ». Au passage, ils égratignent Ségolène Royal « qui a qualifié notre positionnement d’indécent suite à la catastrophe nucléaire de Fukushima ».

En bref, chez Europe Ecologie-Les Verts de la Vienne, enjeux de cuisine politicienne et rancœur personnelle l’ont emporté sur la menace de voir des UMP au Conseil général, élus grâce aux voix du FN et grâce à un mauvais report des voix EELV sur les candidats PS. Les électeurs jugeront.

112074027_image_article_droite_width.jpg

Débat à Poitiers entre le chef de file socialiste Gérard Barc et l'UMP Claude Bertaud, président du Conseil Général de la Vienne, jeudi 24 mars 2011 au soir (LNR)

Dans ce contexte, la surprise est venue jeudi soir, lors d’un débat retransmis organisé à Poitiers avec Gérard Barc, le chef de file des socialistes au Conseil général de la Vienne, de l’UMP Claude Bertaud, président du Conseil général qui a déclaré en direct :

« J'appelle à voter Christian Michaud [le candidat du PS, NdlR] dimanche prochain dans le canton de Châtellerault-Sud. Le Front national à plus de 20 %, c'est une situation exceptionnelle. J'exprime un sentiment personnel, dicté par ma conscience. »

Et La Nouvelle République d’écrire : « L'affirmation de Claude Bertaud en direct a surpris tout le monde. On a même vu sursauter trois militants de l'UMP. »

Jeudi soir, Ségolène Royal était à un meeting électoral à Nanteuil, dans les Deux-Sèvres, pour soutenir le candidat socialiste du canton de Saint-Maixent-l’Ecole-2, Roger Largeaud, en présence notamment de Delphine Batho, députée du département et proche de Ségolène Royal.

eelv-nouveau-logo

Europe-Ecologie Deux-Sèvres a, elle, donné mercredi des consignes de vote très claires : « Eric Gautier, actuel président du conseil général, et les responsables du Parti socialiste ont accepté de prendre en compte plusieurs propositions issues de notre programme », ont indiqué les responsables d’EELV, appelant à « faire barrage aux représentants de la droite sarkozyste et à voter pour les candidats de gauche présents au second tour de ces cantonales ». Le NPA Sud Deux-Sèvres leur a emboîté le pas, appelant à voter « contre les candidats de la droite et de l'extrême droite et pour les candidats de gauche arrivés en tête au premier tour ».

segolene_royal_patrick_moquay.jpg

Ségolène Royal et Patrick Moquay sur l'île d'Oléron lors d'une visite de la présidente de la Région à la mi-mars 2011 (blog de P. Moquay)

Vendredi, Ségolène Royal était à nouveau en Charente-Maritime, un département très symbolique pour terminer cette semaine de campagne électorale aux côtés des candidats socialistes. Elle était venue dans l’île d’Oléron, apporter son soutien au socialiste Patrick Moquay – et à sa suppléante Marie-Anne Dias-Gorichon – candidat dans le canton de Saint-Pierre-d’Oléron, et maire de la ville.

Au second tour, Patrick Maquay affrontera le sortant UMP Jean-Paul Peyry, conseiller général du canton depuis 1985. Les attentes de la gauche sont fortes dans ce canton, où Patrick Peyry a perdu aux municipales de 2008 face à Patrick Maquay, le maire PS retrouvant un poste qu’il avait occupé pendant 18 ans avant la parenthèse UMP. Saint-Pierre-d’Oléron représente près de 55% des électeurs du canton.

Au premier tour, l’UMP Jean-Paul Peyry (28,79% des voix) a devancé le socialiste Patrick Moquay (26,88%) avec un écart de 93 voix. Le taux de participation a été légèrement supérieur à la moyenne nationale, ce qui est un exploit pour la Charente-Maritime, avec 46,29% des inscrits.

À gauche, cependant, les réserves de voix sont importantes : le candidat divers gauche, le candidat écologiste, et la candidate communiste totalisent 27,48% des voix. Si la gauche bénéficie d’un bon report des voix, le basculement à gauche du canton paraît très probable, avec un total des voix de gauche au premier tour de 54,36% des voix.

Le candidat UMP, lui, n’a pas de réserve de voix dans la droite traditionnelle. Mais le FN, arrivé en troisième position, a réalisé un score supérieur à la moyenne nationale de son parti, avec 16,85% des voix. Le (non-)report des voix du FN et la mobilisation des abstentionnistes du second tour pourront donc avoir une grande influence sur le vote de dimanche.

Ségolène Royal, elle, a passé l’après-midi et la soirée de vendredi à Saint-Pierre d’Oléron, accompagné de Patrick Moquay. En fin d’après-midi, elle s’est rendue à la réunion publique de fin de campagne des élections cantonales, organisée par Patrick Moquay à l’Eldorado… Charente-Maritime, nouvelle terre de conquête !

 

 


Ségolène Royal s’est exprimée lors de cette réunion publique :

« La qualité de cet élu mérite votre confiance, donc mobilisez vous, vous, hommes et femmes de gauche, au-delà de la gauche, hommes et femmes qui ont envie de voir tout simplement leur territoire avancer, c’est-à-dire en étant à la fois respectés, protégés, et en même temps en étant dynamisés, parce que je pense que le programme de Patrick Moquay, c’est le programme d’avenir pour le canton, pour que ce canton soit en phase avec l’action de la Région que nous menons, et si la Région a une énergie d’avance, c’est parce que justement sur le territoire, il y a des hommes et des femmes qui, comme Patrick Moquay, font avancer les valeurs, les idées, l’excellence environnementale, l’attention portée aux hommes et aux femmes qui vivent sur un territoire, le souci de lutter contre les inégalités. »

Frédérick Moulin

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans Actualité
commenter cet article

Page D'accueil

  • : Militants de l'Espoir à gauche
  • Militants de l'Espoir à gauche
  • : Militants de l'Espoir à gauche réunit toutes celles et tous ceux qui soutiennent la ligne politique de Ségolène Royal pour une gauche démocratique, sociale, et écologique.
  • Contact

La fabrique AGIS !

dominique bertinotti (2)Dominique BERTINOTTI (75), Philippe ALLARD (75), Amale CHEBIB (75), Fabien SECHERRE (75), Françoise DEGOIS (75), Cyril CIBERT (86), Cécile FORTINEAU (23), christian CHOTARD (91), Eliane LEMAGNEN (64), esfand KHALAF (90), Laure BARGUILLET (87), Ahmed LAARAJ (30), Isabelle MALBERTI (75), Guy VERDIER (13012), catherine CANTAU (40), gilles CAILLET (91), Noëlle PLANCHAIS (56250), Gérard JABUT (69), Jocelyne BERDU (75), Jean-Pierre GUILBERT (75), Hélène MERMBERG, , Eric BRUN (63), Stéphanie SMANIOTTO,Eric CORNIER (33), Joelle FERAL, Gerard RAISER, Catherine RUBIO (33), Didier ANTONELLI, Nabil SANTO (75), Eliane LEMAGNEN (64), Céline LOOT, Pierre NSIMBA-DELEZAY (93), Marianne-Ségolène GINDREY (62), , Monique BONNIN (37), Jean-François THILLET (43), Jacqueline BOULET, Alain MAIRE (76), Caroline BERTRAN, Jacques MAZELLA (44), Christiane CHIROL, Rodrigue KOKOUENDO (77), Robert SIMON (75), francoise LALLIER (78), Sylvette GIRARD (28), claudine MOURET (41000), alban GUAY (37), roland ASTIER (38), mirella GOULOIS (62300), Michel CHARPENTIER (73), marie-neige PHILIPPE (44), Jean Jacques BAUGÉ (37), rachida MAZARIE (94), jacqueline LAKSANDER (2), pierrette LARDREAU (19100), martial LEHOUX (24), Rene PHILIPPEAU (91), Jean-Pierre HERY (2), Christine MALCOR (91), Jean KOMOROWSKI (33), , , Patricia VAN HALUIDYN (86), Claude BILLARDON (75), J-RAYMOND MAGUEUR (29), Claire CLAUDE (49), David VIEILLE, Laetitia DE WARREN (69), Georges RAULT (35), Michel CHATAIGNER (76), Chantal DEPUERS (6), YOLANDE PAVAN (93270), Maïté CAZAUX (33), Colette CHARBONNE (31), Hiroko KOMORI (75), M.J. SINAT (77), France-Marie NESPO-BIAIS (78000), Elisabeth HUSSON (75), Martine TREGRET (91), Andrée & Marie-Paule AUFAURE (3), Bernard JANODET (69), Yves FRUCHON (69), christiane NOUGARET (30), véronique SAINT-PAUL (75020), Marie-Noëlle VIBERT (94), Annick LE ROY (91), micheline HAREL (75), francoise QUELIN (77), jean baptiste TROUPLIN (75020), Elisabeth ARNAUD (33), Jean BRUNEL (13), Maryse MARTIN (17), Jacques ERNEST (92), Maurice BUTTIN (75015), Alain DRONEAUD (72430), Norel Houda AUMONT-GHÉDIR (75), Vanessa BAUDAT SLIMANI (45), CLAUDE TARRIERE (92500), Gérard PARCOT (91), FRANCK DAGORNE (56890), Ariane MATHIEU (77), Philippe POIGNANT (50), , Nadine AMIEL (75), Bernard FERRÉ (78), José THIOLLET (86), jerome DOUADY (38), Marcel AMIEL (75), arsene BOUTERFA (93500), sylvie SAINT PIERRE (95100), , Aurélien LONGÉ-LÉTANG (86), Fabrice BERARDI (13), Hubert TERRIGHI (47), Martine LEBRUN (94130), jean BURNELEAU (85), Marie FARRET (16), Janine CRESPIN (75013), sandrine PIERRON (86), cartier FLAVIEN (86), Dominique MENNESSON (94), Pierre BRUSSELLE (94), Eric DUCROS (86), , Romain ZARKA (75), Brigitte BEAUMANOIR (95), Olivier SALVANO-LUBESPÈRE (75), francoise ROZAN (12), Francine GILBERT REULIER (92), Christian AGON (75003), alain PIQUET (76), Laetitia CHEVROT (63), CHRISTIANE GOMEZ (86), Marc BONNICHON (33), Joëlle DE CORTE (17), Nadjet BOUCHIKHI (13), Yves FRUCHON (69), maryleine SIGRIST (5), Françoise CLEOSTRATE (34), Sébastien COUDRY (25), nicolas METIVIER (86), pierre HUYARD (17), Cécile GUILBERT (63), Bonaventure MBAYA (91), Bernard JANODET (69), Régis COTTET (86), martial LEHOUX (24), anthony ROUSSEAU (86), jean claude MAURIN (30), Jean-Claude CHEBROU (63), bruno OLIVIER (78), Jean-François VIONNET (26), ...

Pour rejoindre la fabrique socialiste AGIS : link