Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 janvier 2010 6 16 /01 /janvier /2010 19:10

Alexis Blanc (C), tête de la liste Modem en Charente-Maritime, annonce le 16 janvier 2010 qu\'il accepte de faire partie de la liste de Ségolène Royal© (2010) AFP •Jean-Pierre Muller

Réaction de Ségolène Royal à la Rochelle
Video Une alliance Royal - BFMTV
www.bfmtv.com
(AFP) ROCHEFORT

Les responsables du MoDem de Charente-Maritime ont voté samedi à Rochefort en faveur de la main tendue par la présidente socialiste de la région, Ségolène Royal, acceptant son offre de cinq places éligibles sur ses listes aux élections régionales, a annoncé Alexis Blanc, président départemental du parti centriste.

Les responsables du MoDem de Charente-Maritime ont voté samedi à Rochefort en faveur de la main tendue par la présidente socialiste de la région, Ségolène Royal, acceptant son offre de cinq places éligibles sur ses listes aux élections régionales, a annoncé Alexis Blanc, président départemental du parti centriste.

Sur 66 conseillers départementaux, 42 étaient présents, 33 ont pris part au vote, deux se sont abstenus et deux ont voté contre, a expliqué M. Blanc au cours d'une conférence de presse, ajoutant que la "main tendue" a été votée "à l'écrasante majorité".

"Je crois que ce matin le pragmatisme a prévalu, on est tous centristes de coeur, de motivation (...) Il est clair qu'aujourd'hui nous n'avons pas les moyens de constituer une liste autonome du MoDem au premier tour en Poitou-Charentes", a affirmé M. Blanc.

Il a par ailleurs souligné "l'excellent bilan" de Mme Royal et le fait que "ses propositions sont parfaitement en ligne avec ce que nous aimerions proposer".

"Ce type de vote n'est pas conforme à nos statuts", a pour sa part lancé devant la presse Elisabeth Blaizot-Delorme, seule élue sortante MoDem au conseil régional de Poitou-Charentes.

Elle a également rappelé la décision nationale du parti de François Bayrou de présenter des listes autonomes au premier tour. En Poitou-Charentes, les instances nationales ont investi le charentais Pascal Monier comme tête de liste.

"On a assisté à une entreprise de dénigrement et de déstabilisation et ceci devrait amener M. Alexis Blanc à démissionner de notre mouvement", a par ailleurs souligné Mme Blaizot-Delorme.

Une suspension ou une exclusion du mouvement que ne semblait pas redouter M. Blanc, qui a souligné qu'il était également membre de Cap 21 et qu'elle serait rendue difficile en raison notamment de la complexité des procédures.

Le conseiller municipal de Château d'Oléron s'est par ailleurs déclaré déçu par M. Bayrou: si on a "une légère différence avec la position du chef, on est considéré comme un opposant ou un emmerdeur", a-t-il estimé.

"Je suis triste de la manière dont François Bayrou m'a dénigré", a-t-il ajouté, tout en soulignant qu'il restait cependant fidèle à ses idées.

M. Blanc s'est par ailleurs déclaré très confiant sur le fait que les trois autres départements de la région Poitou-Charentes puissent suivre la position des militants de la Charente-Maritime. L'offre de Mme Royal concerne deux places en Charente-Maritime, une en Deux-Sèvres, une en Charente et une dans la Vienne.

"La Charente-Maritime n'est pas isolée et sécessionniste au sein de Poitou-Charentes. Les trois autres départements souhaitent accepter la main tendue", a affirmé M. Blanc.

Repost 0
Published by Militant Espoir à gauche - dans Parti socialiste
commenter cet article
15 janvier 2010 5 15 /01 /janvier /2010 19:57
RÉGIONALES: SÉGOLÈNE ROYAL CONTINUE DE "TENDRE LA MAIN" AU MODEM

Ségolène Royal a réaffirmé jeudi à Poitiers sa volonté d'intégrer des représentants du MoDem dans sa liste pour les élections régionales en Poitou-Charentes, indiquant qu'elle continue "de tendre la main".

"Ce travail de rassemblement et d'union se poursuit, puisque je tends la main. J'espère jusqu'au dépôt des listes que cette volonté d'ouverture sera entendue", a déclaré Mme Royal, en marge de ses voeux à la presse, au conseil régional.

"Je continue cet effort. C'est la nouvelle façon de faire de la politique. Il faut être rassemblé pour être plus efficace", a ajouté la présidente de la région Poitou-Charentes.

L'élue socialiste a rappelé que deux Verts (suspendus de leur parti depuis) et deux syndicalistes avaient accepté d'être sur la liste PS au premier tour des élections régionales.

"Je suis très heureuse déjà d'avoir réuni des personnes très différentes. Je continue cet effort de rassemblement jusqu'au dépôt des listes" a-t-elle ajouté.

"Les centristes sont les bienvenus. Il y a des hommes et des femmes qui soutiennent et reconnaissent notre travail. Pourquoi on leur fermerait la porte?", a conclu Ségolène Royal.

Repost 0
Published by Militant Espoir à gauche - dans Actualité
commenter cet article
15 janvier 2010 5 15 /01 /janvier /2010 18:46
Vincent Peillon, satisfait de sa stratégie, met le PS en difficulté.

CAROLIS DEMANDE À AUBRY SI LE PS CAUTIONNE PEILLON SUR L'APPEL À LA DÉMISSION


Martine Aubry ne peut couvrir entièrement l'auteur de "la psychiatrie lourde". 

PARIS (AFP)
Le président de France Télévisions Patrick de Carolis pose, le 30 octobre 2008 à Paris© (2010) AFP •Patrick Kovarik

 

Le PDG de France Télévisions, Patrick de Carolis, a écrit vendredi à Martine Aubry pour lui demander si elle-même et le PS "cautionnaient l'appel à la démission" lancé jeudi par Vincent Peillon à l'encontre notamment d'Arlette Chabot après l'émission "A vous de juger".

"J'aimerais savoir si vous-même et le Parti socialiste cautionnez cet appel à la démission collective" des responsables audiovisuels qui est "je crois sans précédent depuis quelques dizaines d'années", écrit le patron du groupe public, qualifiant la démarche de M. Peillon de "désertion".

"Au-delà de la forme, particulièrement déplaisante, avec laquelle Vincent Peillon a refusé de participer au débat alors qu'il devait y représenter le Parti socialiste, cette désertion pose un grave problème de fond sur lequel je souhaiterais obtenir votre éclairage", poursuit M. de Carolis

"La télévision publique a, comme vous le savez, pour mission d'organiser et de faire vivre le débat public. Or, elle doit pour cela pouvoir exercer sa pleine liberté éditoriale dans le strict respect des règles du pluralisme fixées et contrôlées par le Conseil supérieur de l'audiovisuel.

Dans ce contexte, soit l'attitude de Monsieur Peillon est une initiative personnelle et elle n'aura pas d'autre retentissement que celui que l'opinion voudra bien lui donner, soit elle est le fruit d'une décision réfléchie et concertée du parti politique dont vous avez la charge.

M. de Carolis veut rencontrer Mme Aubry.

Jeudi soir, l'eurodéputé socialiste Vincent Peillon, qui devait participer à l'émission "A vous de juger" sur l'identité nationale, a refusé in extremis d'être partie prenante à un débat qu'il a qualifié de "dérive indigne", suscitant la colère de l'équipe de l'émission.

Il a demandé le départ d'Arlette Chabot, directrice de l'information et animatrice de l'émission, ainsi que des "dirigeants de France 2 qui ont autorisé cette opération".

Vendredi, Martine Aubry, première secrétaire du PS, a déclaré qu'elle soutenait "pleinement" la décision de M. Peillon de ne pas participer au débat, reconnaissant qu'elle en avait été informée. Mais elle s'est dissociée de son appel à la démission de Mme Chabot.

Repost 0
Published by Militant Espoir à gauche - dans Parti socialiste
commenter cet article
15 janvier 2010 5 15 /01 /janvier /2010 11:49

Peillon confirme : l'acte était prémédité, il y avait réfléchi avec son équipe pour faire "scandale "!
Cette stratégie pose une question politique : qu'attendent les électeurs des hommes politiques ? Provoquer des crises pour exister dans les médias ou être force de proposition ?



L\'eurodéputé socialiste Vincent Peillon, le 14 novembre 2009 à Dijon© (2010) AFP •Jeff Pachoud
Dépèche AFP
REMOUS AUTOUR DE L'ABSENCE PRÉMÉDITÉE DE PEILLON À UN DÉBAT SUR FRANCE 2
2010-01-15 08:57:53
PARIS (AFP)

L'eurodéputé PS Vincent Peillon a affirmé vendredi que son faux bond au débat sur France 2 jeudi soir où il devait affronter le ministre de l'Immigration Eric Besson n'avait pas été décidé au dernier moment mais préparé "depuis longtemps" pour "faire un incident".

"J'avais pris ma décision depuis plusieurs jours. C'était préparé avec quelques-uns. Je voulais qu'il y ait un incident. Il fallait que ", a déclaré M. Peillon au site internet Rue89.

"Je crois que si on n'attire pas fortement l'attention sur les choses, les choses ne se font pas. Si j'avais annoncé plus tôt ma décision que j'avais prise depuis longtemps, alors on aurait peut-être trouvé un remplaçant, il y en a toujours un pour venir à la télévision, et on aurait refait l'émission autrement", a aussi expliqué M. Peillon sur RMC.


Jeudi soir, alors que l'émission "A vous de juger" centrée sur Eric Besson était en cours, M. Peillon avait fait savoir dans un communiqué à l'AFP qu'il ne s'y rendrait pas comme prévu pour débattre avec le ministre de l'Immigration, après la vice-présidente du FN Marine Le Pen.

"Donc je pense qu'il fallait procéder comme ça et je n'y ai pas réfléchi seul, il y a des moments où il faut trouver des moyens de se faire entendre et des moyens d'entrer en résistance, je pense qu'on en est là", a-t-il ajouté.


France 2 a dénoncé "une méthode de voyou" de la part de M. Peillon et la direction de France Télévisions a réaffirmé vendredi, dans un bref communiqué, "son entière confiance" à Arlette Chabot.

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans Débattre
commenter cet article
14 janvier 2010 4 14 /01 /janvier /2010 23:34

http://www.lejdd.fr/ Régionales 2010 14 Janvier 2010

Candidate à sa propre succession en Poitou-Charentes, l'élue socialiste place son bilan écologique au cœur de sa campagne électorale. Et fait grincer des dents dans les rangs écologistes.

Ségolène Royal bureau

Ségolène Royal, aussi rose que verte? (Reuters)

En Poitou-Charentes, Ségolène Royal affiche la couleur en vue des élections régionales: celle-ci sera verte. Passionnément. La candidate socialiste à sa propre succession en a même fait son slogan de campagne - "la croissance verte" - et avance tambour battant sur un chemin traditionnellement balisé par l'écologie politique. Cette confiance, l'élue poitevine la tire de son bilan écologique à la tête de la région depuis 2004. Le "Plan énergie solaire régional", qui fait la part belle à la filière photovoltaïque, le "Pôle de compétitivité régional des éco-industries" qui vise à développer la croissance verte ou la Simply City, cette voiture électrique à 5000 euros qui doit sortir des usines Heuliez, sont, selon ses supporters, autant d'atouts dans la manche de la présidente de région. Sans oublier le somptueux lycée Kyoto "zéro énergie fossile", inauguré en grande pompe le 2 septembre 2009 et dont Ségolène Royal ne cesse de vanter les mérites. Jusqu'à Copenhague, où, en marge de la conférence internationale sur le climat, elle a réussi à faire entendre la petite musique écolo de la région Poitou-Charentes.

Royal oublie les Verts

Face à cette débauche d'énergie verte, ses fidèles applaudissent des deux mains: "Ségolène Royal a fait de sa région une des régions les plus innovantes en matière d'écologie et de croissance verte", jugeGuillaume Garot, le député-maire de Laval. "Ségolène Royal a un bilan exceptionnel à la tête de la région de Poitou-Charentes", enchérit sa jeune disciple lyonnaise, Najat Vallaud-Belkacem. Mais ils sont également nombreux, à l'heure du bilan, à ne pas faire montre d'un tel enthousiasme. "Les panneaux photovoltaïques installés dans la région dont elle parle tant ne représentent qu'une quinzaine de terrains de football", raille par exemple Françoise Coutant, chef de file Europe-Ecologie en Poitou-Charentes, contactée jeudi par leJDD.fr. "Son bon bilan environnemental - parce qu'il est bon, c'est vrai -, Ségolène Royal le doit avant tout à ses partenaires Verts", ajoute l'adjointe au maire d'Angoulême, qui vise 15% des voix "voire mieux" en mars prochain.

Et est-ce justement parce qu'il est si "bon" que deux élus verts ont récemment décidé de rallier les rangs "royalistes" (lire: Radiés pour avoir rallié Royal)? "Cette histoire appartient au passé, je ne veux pas polémiquer", évacue Françoise Coutant, visiblement pressée de passer à autre chose. Ce qui est loin d'être évident en Poitou-Charentes, où la personnalité de l'omniprésente Ségolène Royal - selon un sondage, 85% de ses administrés la connaissent, un record pour un président de région - écrase le paysage politique local.

La preuve par l'exemple: même son slogan de campagne n'échappe pas aux commentaires. "La croissance verte, c'est un nouvel Avatar en 3-D de l'évolution de la croissance: produire plus pour gagner plus, pour consommer plus, pour polluer plus", a ainsi attaqué l'euro-député Yannick Jadot, "guest star", dimanche dernier, du lancement officiel de la campagne d'Europe Ecologie en Poitou-Charentes. Face aux attaques, Ségolène Royal, fidèle à son habitude, préfère rester zen. "Vous savez, quand j'ai commencé à parler de l'excellence environnementale dès 2004, beaucoup se sont moqués", rappelle-t-elle dans un entretien accordé à La Charente Libre début décembre. Aujourd'hui, le Poitou-Charentes est un exemple", martèle-t-elle. A qui veut bien l'entendre.

Repost 0
Published by Militant Espoir à gauche - dans Actualité
commenter cet article
14 janvier 2010 4 14 /01 /janvier /2010 22:17
  Après ses propos insensés contre Ségolène Royal, Vincent Peillon s'en prend maintenant à Arlette Chabot pour réclamer sa démission !

Alors qu'il avait dans un premier temps accepté de participer à l'émission d'Arlette Chabot
"A vous de juger" sur l'identité nationale, Vincent Peillon se rétracte et attaque au nom des "valeurs de la République, de la raison et de l’antifascisme". Rien que cela ...

Arlette Chabot, directrice générale adjointe de la chaîne publique, chargée de l'information, qui avait annoncé la participation de Vincent Peillon en ouvrant l'émission, a été prise de cours par ce qu'elle a qualifié de "coup d'éclat regrettable". Lisant en direct des extraits du communiqué du député européen, elle a rappelé que M. Peillon avait accepté en décembre de participer à l'émission, et qu'il avait confirmé dans la matinée qu'il en acceptait les modalités. "Je regrette qu'il décide, alors que l'émission a déjà commencé, de ne pas y participer. Ce n'est pas lui qui est piégé, c'est nous qui sommes piégés", a-t-elle réagi en direct.

Nathalie Saint-Cricq, rédactrice en chef d'"A vous de juger", a qualifié de "méthode de voyou" le retrait in extremis de Vincent Peillon. Elle a exprimé son "immense étonnement qu'il n'ait pas pris la peine de nous téléphoner, alors même qu'Arlette Chabot lui a longuement parlé à la mi-journée".

Mme Saint-Cricq a souligné avoir contacté l'eurodéputé dès décembre. "Il connaît depuis le début les conditions du débat, le conducteur, la durée de tous les intervenants", a-t-elle argumenté.

Ce revirement pose interrogation ...
S'il ne ne souhaitait pas s'expliquer face à Eric Besson pourquoi n'a t-il pas décliné l'invitation?
Est-ce une nouvelle stratégie de communication ? La "théorie du krach" : provoquer une crise pour exister dans les médias...  Mais à ce rythme le krach peut aussi engloutir son auteur !

Au final, il n'est pas sûr que ces éclats servent le Parti socialiste. Il faut revenir à la raison et au débat politique pour combattre et proposer avec force et détermination.

Repost 0
Published by Militant Espoir à gauche - dans Parti socialiste
commenter cet article
14 janvier 2010 4 14 /01 /janvier /2010 09:19

Une des propositions retenue par  Ségolène Royal  lors de la campagne présidentielle 

Proposition n°75 - Donner le droit de vote pour les élections locales aux étrangers séjournant régulièrement en France depuis plus de cinq ans.

Dans un bureau de vote de Dijon, le 16 mars 2008.55% des Français sont favorables au vote des étrangers (hors UE) aux élections locales, tandis que 42% y sont opposés, selon un sondage CSA pour le Parisien-Aujourd'hui en France publié jeudi.

Mercredi, Frédéric Lefebvre (UMP) affirmait que les Français ne veulent pas en entendre parler aujourd'hui, après que le PS eut proposé mardi une loi du PS en ce sens.

23% sont très favorables et 32% assez favorables à l'extension du droit de vote pour les élections locales, c'est-à-dire municipales, cantonales et régionales. 20% y sont assez opposées et 22% très opposées.

77% des personnes favorables sont des sympathisants de gauche contre 28% de sympathisants de droite.

Martine Aubry relance le débat

La première secrétaire du PS Martine Aubry a annoncé le dépôt à l'Assemblée nationale d'une proposition de loi sur la question du vote, prenant au mot le ministre de l'Immigration Eric Besson, qui s'y est récemment déclaré favorable à long terme.

La patronne du PS a aussi interpellé Nicolas Sarkozy, qui s'était également prononcé en faveur du droit de vote des étrangers lors de la campagne présidentielle en 2007, sans toutefois retenir cette option dans son programme.

L'idée d'accorder le droit de vote aux étrangers pour les élections locales ne date pas d'hier, puisqu'elle faisait déjà partie des 110 propositions de François Mitterrand pour la présidentielle de 1981. Une fois au pouvoir, le président socialiste avait jugé que le pays n'était pas prêt à cette réforme.


La droite n'en veut pas

Le porte-parole de l'UMP, Frédéric Lefebvre, avait affirmé mercredi que la majorité entendait «respecter» la position des Français qui ne veulent pas «entendre parler aujourd'hui» de l'octroi du droit de vote aux étrangers.

Le député UMP Thierry Mariani a reproché mardi à la gauche de «raviver les tensions» à des fins électoralistes, accusant le PS de ressortir «les vieilles ficelles qui ont fait le succès de Mitterrand».

(Source AFP)

Repost 0
Published by Militant Espoir à gauche - dans Débattre
commenter cet article
13 janvier 2010 3 13 /01 /janvier /2010 18:03
De notre camarade Jacques Cornu

Des dons pour les malheureux haïtiens par l'écran de MEDECIN DU MONDE, c'est ici mais d'autres ONG peuvent être aidés.
 


80% de la population en dessous du seuil de pauvreté et 65% de chômeurs avant cette catastrophe terrible, il nous faut aider même si d'autres situations en FRANCE sont aussi très lourdes.
 
75% du don est déductible pour ceux qui sont imposables.
 
Amitiés fraternelles

Photo : des habitants de Port-au-Prince tentent de dormir dans la nuit (Eduardo Munoz/Reuters)

Informations sur Rue 89
- http://www.rue89.com/2010/01/13/seisme-a-port-au-prince-lappel-a-laide-du-president-haitien-133478-0

Un violent séisme a frappé la capitale haïtienne. Le bilan humain reste incertain, mais les humanitaires parlent de milliers de victimes

Haïti a été défiguré par un violent séisme, mardi soir (vers 23h heure française). Sa capitale Port-au-Prince est transformée en champ de gravats. Plusieurs milliers de personnes pourraient être encore coincés sous les décombres.

.Le séisme de magnitude 7 sur l'échelle de Richter a été suivi de deux répliques. L'épicentre semble se trouver à une quinzaine de kilomètres de la capitale.

A Port-au-Prince, beaucoup d'immeubles sont à terre. Le Palais présidentiel s'est affaissé, tout comme les bâtiments de l'ONU où travaillent 300 personnes. L'ambassadeur d'Haïti au Mexique assure que le président d'Haïti René Preval est vivant. Haïti, l'un des pays les plus pauvres au monde, est sans électricité ni communication.

Photo : le palais présidentiel avant (Eduardo Munozet/Reuters) et après le tremblement de terre (Reuters TV/Reuters)

Ile de 27 250 m2, Haïti est l'un des pays les pauvres et les plus instables du monde. En 2008, des cyclones violents avaient déjà détruit une partie des infrastructures de l'île et entraîné la mort de centaines de personnes. Dans ce pays de près de 9 millions d'habitants, 80% de la population vit sous le seuil de pauvreté de deux dollars par jour.

Une crise politique importante déstabilise le pays depuis 2004. Des manifestations violentes ont alors lieu entre partisans et opposants du président Jean-Bertrand Aristide. La mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah) est déployée sur l'île depuis l'exil d'Aristide. En 2006, René Préval est élu à la tête du pays.

 

16h27. Barack Obama s'est exprimé à 16h20 (heure française) lors d'une conférence de presse à la Maison blanche sur le séisme à Haiti.

Barack Obama a parlé d'une « tragédie cruelle et incompréhensible » : « j'appelle à une réponse rapide et coordonnée ». Il a affirmé aux Haitiens qu'ils pouvaient voir en son pays un « ami et partenaire » et avoir le « soutien total des Etats-Unis » : « Les premières heures sont absolument essentielles pour sauver des vies ». Il a également déclaré :

« [Un] effort de coordination sera essentiel. […] Nous sommes tous sur la même planète, nous sommes tous des êtres humains […] Nous devons être là à leurs côtés alors qu'ils en ont cruellement besoin. » (Voir la vidéo sur Rue 89)



Repost 0
Published by Militant Espoir à gauche - dans Actualité internationale
commenter cet article
13 janvier 2010 3 13 /01 /janvier /2010 11:00

Mano Solo, poète cinglant et pudique

Par Ségolène Royal

Mano Solo, poète cinglant et pudiqueC'était en juillet 2005.
Les Francofolies de La Rochelle accueillaient Mano Solo.
Sur scène avec son chien, comme souvent, sa rage et sa tendresse, ses accords railleurs et ses mélopées tristes, ses mots cinglants et ses rythmes endiablés, sa poésie crue et pourtant pudique avaient électrisé le public massé sur l'esplanade de St Jean d'Acre.

Après le concert, j'étais allée lui dire combien ses chansons, tantôt mélancoliques, tantôt gouailleuses, sa soif de vie et ses colères réalistes me touchaient. Et mon admiration, tout simplement, pour son talent polyphonique d'artiste complet, de musicien, de peintre et d'écrivain.

On me respecte, disait-il, à cause du Sida mais le public, lui, aime d'abord mes chansons car elles expriment « ces sentiments qui nous ressemblent, ces sentiments qui nous rassemblent ».
Silhouette frêle et verbe fort, Mano Solo n'empoignera plus sa guitare pour « écraser le cafard à grands coups de butoir », comme il le disait dans « 15 ans du matin ».

Sa franchise décapante et sa lucidité sans concessions nous manqueront.
Et son art de marier les sons d'ici et d'ailleurs, accordéon malgache et barrio Barbès, chansons du sud et ska du nord, comme un pied de nez festif aux rigides clôtures identaires.

Ségolène Royal







Repost 0
Published by Militant Espoir à gauche - dans Culture
commenter cet article
13 janvier 2010 3 13 /01 /janvier /2010 10:29
Dans une interview à la NR, la présidente sortante fait le point sur sa campagne, à une semaine de son lancement officiel, samedi à La Rochelle.
 

Comment allez-vous positionner votre campagne ?

Ma campagne se positionne dans la continuité de notre action. Nous faisons, dans une démarche participative qui m'est chère, en étant au plus près des gens, des réunions par canton pour faire le bilan du mandat. Il y a déjà eu une centaine de ces réunions pour aller rendre compte aux habitants. Huit mille personnes ont participé aux ateliers cantonaux et on a reçu une centaine de contributions dont on a retiré vingt-trois propositions concrètes. On va s'inscrire dans cette continuité.
La Région a été classée comme une toute première région pour les créations d'entreprises d'une part, et l'INSEE vient de montrer que c'était la deuxième ou troisième la plus attractive du territoire français. On va continuer à monter en puissance sur la croissance verte (énergie renouvelable, filière du bâtiment, agriculture biologique, les bonus verts pour les citoyens, la protection de l'eau, la biodiversité)

Avez-vous bouclé la constitution des listes ?

J'ai la volonté de continuer l'ouverture. Face à la crise sociale, je veux rassembler des hommes et des femmes de bonne volonté qui veulent se mettre au service de la Région. Malgré les dénigrements et les moqueries et les opérations d'appareil, je continuerai cet effort d'ouverture jusqu'au bout. Je voudrais saluer le courage des Verts qui sont venus dès le premier tour. C'est un signe de sérieux et personne ne peut croire qu'entre les résultats du premier tour et le bouclage des listes, on peut en vingt-quatre heures faire un projet commun. C'est maintenant que l'on fait un projet commun. C'est plus sérieux de venir maintenant que de négocier des places entre les deux tours.

Que proposez-vous au Modem ?

Les discussions continuent sur la base des valeurs, sur la volonté de travailler ensemble. Toutes les propositions sont maintenues en fonction de leur venue. Ce n'est pas une question arithmétique. Si les centristes viennent, c'est la garantie qu'ils auront un groupe autonome dans l'assemblée régionale. Ils gardent à la fois leur identité mais ils apportent leur diversité, leur savoir faire. Il ne faut pas rester replié sur son propre parti.
Il y a un règlement de bon sens à dire : s'ils viennent au second tour, pourquoi pas au premier tour ? Le bon sens, la clarté, l'honnêteté, c'est venir au premier tour. J'ai le courage de faire ça, de laisser des places à nos partenaires et d'élargir notre base.

Et le MRC ?

Ils ne sont pas très nombreux. Je vais les rencontrer prochainement. Ce sont surtout les radicaux qui vont être présents.

Et le PCF ?

Tous les communistes sortants, comme beaucoup de Verts sortants, auraient bien voulu partir sur une liste commune. La réponse est la même, je maintiens la porte ouverte jusqu'au dépôt des listes (8 février). Chacun prendra ses responsabilités. Les électeurs jugeront.

Quelle sera votre ligne samedi à La Rochelle ?

Je vais leur donner les grandes lignes du projet régional à partir du travail qui va être fait dans tous les cantons de la Région. On articule le bilan et les perspectives : ce qui a très bien fonctionné dans la croissance verte, la formation professionnelle, toute la politique d'éducation et la culture, les TER…

Y aura-t-il des thèmes novateurs ?

Les thèmes novateurs : la croissante verte, les nouveaux secteurs porteurs dans lesquels on peut créer des emplois. On va étendre la sécurisation des parcours professionnels à l'ensemble des salariés qui sont prêtés par d'autres entreprises et développer ces échanges.

0.0.0.01-copie-2
Repost 0
Published by Militant Espoir à gauche - dans Actualité
commenter cet article

Page D'accueil

  • : Militants de l'Espoir à gauche
  • Militants de l'Espoir à gauche
  • : Militants de l'Espoir à gauche réunit toutes celles et tous ceux qui soutiennent la ligne politique de Ségolène Royal pour une gauche démocratique, sociale, et écologique.
  • Contact

La fabrique AGIS !

dominique bertinotti (2)Dominique BERTINOTTI (75), Philippe ALLARD (75), Amale CHEBIB (75), Fabien SECHERRE (75), Françoise DEGOIS (75), Cyril CIBERT (86), Cécile FORTINEAU (23), christian CHOTARD (91), Eliane LEMAGNEN (64), esfand KHALAF (90), Laure BARGUILLET (87), Ahmed LAARAJ (30), Isabelle MALBERTI (75), Guy VERDIER (13012), catherine CANTAU (40), gilles CAILLET (91), Noëlle PLANCHAIS (56250), Gérard JABUT (69), Jocelyne BERDU (75), Jean-Pierre GUILBERT (75), Hélène MERMBERG, , Eric BRUN (63), Stéphanie SMANIOTTO,Eric CORNIER (33), Joelle FERAL, Gerard RAISER, Catherine RUBIO (33), Didier ANTONELLI, Nabil SANTO (75), Eliane LEMAGNEN (64), Céline LOOT, Pierre NSIMBA-DELEZAY (93), Marianne-Ségolène GINDREY (62), , Monique BONNIN (37), Jean-François THILLET (43), Jacqueline BOULET, Alain MAIRE (76), Caroline BERTRAN, Jacques MAZELLA (44), Christiane CHIROL, Rodrigue KOKOUENDO (77), Robert SIMON (75), francoise LALLIER (78), Sylvette GIRARD (28), claudine MOURET (41000), alban GUAY (37), roland ASTIER (38), mirella GOULOIS (62300), Michel CHARPENTIER (73), marie-neige PHILIPPE (44), Jean Jacques BAUGÉ (37), rachida MAZARIE (94), jacqueline LAKSANDER (2), pierrette LARDREAU (19100), martial LEHOUX (24), Rene PHILIPPEAU (91), Jean-Pierre HERY (2), Christine MALCOR (91), Jean KOMOROWSKI (33), , , Patricia VAN HALUIDYN (86), Claude BILLARDON (75), J-RAYMOND MAGUEUR (29), Claire CLAUDE (49), David VIEILLE, Laetitia DE WARREN (69), Georges RAULT (35), Michel CHATAIGNER (76), Chantal DEPUERS (6), YOLANDE PAVAN (93270), Maïté CAZAUX (33), Colette CHARBONNE (31), Hiroko KOMORI (75), M.J. SINAT (77), France-Marie NESPO-BIAIS (78000), Elisabeth HUSSON (75), Martine TREGRET (91), Andrée & Marie-Paule AUFAURE (3), Bernard JANODET (69), Yves FRUCHON (69), christiane NOUGARET (30), véronique SAINT-PAUL (75020), Marie-Noëlle VIBERT (94), Annick LE ROY (91), micheline HAREL (75), francoise QUELIN (77), jean baptiste TROUPLIN (75020), Elisabeth ARNAUD (33), Jean BRUNEL (13), Maryse MARTIN (17), Jacques ERNEST (92), Maurice BUTTIN (75015), Alain DRONEAUD (72430), Norel Houda AUMONT-GHÉDIR (75), Vanessa BAUDAT SLIMANI (45), CLAUDE TARRIERE (92500), Gérard PARCOT (91), FRANCK DAGORNE (56890), Ariane MATHIEU (77), Philippe POIGNANT (50), , Nadine AMIEL (75), Bernard FERRÉ (78), José THIOLLET (86), jerome DOUADY (38), Marcel AMIEL (75), arsene BOUTERFA (93500), sylvie SAINT PIERRE (95100), , Aurélien LONGÉ-LÉTANG (86), Fabrice BERARDI (13), Hubert TERRIGHI (47), Martine LEBRUN (94130), jean BURNELEAU (85), Marie FARRET (16), Janine CRESPIN (75013), sandrine PIERRON (86), cartier FLAVIEN (86), Dominique MENNESSON (94), Pierre BRUSSELLE (94), Eric DUCROS (86), , Romain ZARKA (75), Brigitte BEAUMANOIR (95), Olivier SALVANO-LUBESPÈRE (75), francoise ROZAN (12), Francine GILBERT REULIER (92), Christian AGON (75003), alain PIQUET (76), Laetitia CHEVROT (63), CHRISTIANE GOMEZ (86), Marc BONNICHON (33), Joëlle DE CORTE (17), Nadjet BOUCHIKHI (13), Yves FRUCHON (69), maryleine SIGRIST (5), Françoise CLEOSTRATE (34), Sébastien COUDRY (25), nicolas METIVIER (86), pierre HUYARD (17), Cécile GUILBERT (63), Bonaventure MBAYA (91), Bernard JANODET (69), Régis COTTET (86), martial LEHOUX (24), anthony ROUSSEAU (86), jean claude MAURIN (30), Jean-Claude CHEBROU (63), bruno OLIVIER (78), Jean-François VIONNET (26), ...

Pour rejoindre la fabrique socialiste AGIS : link