Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 janvier 2011 7 16 /01 /janvier /2011 16:02

V-Decker-3.jpg

(MEAGSR/F.M.)

 L’UPP « Quel avenir pour l’éducation ? » s’est tenue hier à La Cartoucherie de Vincennes, dans les locaux du Théâtre du Soleil, fondé par Ariane Mnouchkine. Une douzaine d'intervenants étaient présents, dont une enseignante« désobéisseuse », Véronique Decker, directrice de l’école primaire Marie-Curie à Bobigny (Seine-Saint-Denis), et membre du réseau des enseignants en résistance pédagogique, ceux qu’on appelle les « désobéisseurs ». La résistance pédagogique a pour but de « faire échec aux lois qui déconstruisent l’Education Nationale », et de « penser pour construire une école démocratique de la solidarité et de la réussite pour tous ».

Resistance-pedagogique.jpg

Sur le site de Résistance pédagogique on peut lire :

« La résistance pédagogique est un choix clair, assumé, responsable

En conscience, nous ne pouvons accepter d'être les instruments d'une politique gouvernementale qui déconstruit les fondements de l'Education Nationale.

En conscience, nous refusons d'obéir à des injonctions qui remettent en cause l'identité de notre métier d'enseignant.

En conscience, nous voulons construire une autre école, dynamique, démocratique, coopérative, conviviale qui permette aux enfants d'apprendre en s'épanouissant. »

Sur le site des « désobéisseurs », les citations changent avec les pages. Retenons celle-ci, de Georges Bernanos, écrivain, qui a mis sa plume au service de Charles de Gaulle dès le 18 juin 1940, du Brésil où il s’est exilé dès 1938, après l’infamie des accords de Munich, invité à rentrer en France par le général en 1945 (« Votre place est parmi nous »), qui décline l’offre d’entrer alors au gouvernement :

« Il faut beaucoup d’indisciplinés pour faire un peuple libre. » (Les enfants humiliés, 1949)

Frédérick Moulin

 


envoyé par Jean_d_Arcueil

 


Transcription des interventions réalisée par MEAGSR/F.M.

Pendant un siècle, en France, l’école publique a avancé, c’es-à-dire qu’elle est passée d’une scolarisation de 10 à 12, de 12 à 14, de 14 à 16, et de 16 à 80% des élèves au bac, et en 2008, à un moment, elle s’est mise à reculer.

Elle s’est mise à reculer d’abord avec des campagnes idéologiques, trompeuses, dans lesquelles même une partie des forces de gauche ont pu aller se fourvoyer. Sur l’école maternelle à 2 ans, et puis est-ce que c’était bon, finalement, pour les enfants, si jeunes, et patati, et patata. Et les chercheurs passaient à la télé, pour dire que les petits méritaient mieux, et sans doute qu’ils méritaient mieux. Mais maintenant que les classes ont fermé, et qu’ils sont devant la télé chez la nourrice non déclarée de la tour de la cité d’en face, on ne voit plus les chercheurs, et plus personne n’en parle à la télé. (Applaudissements, « Bravo ! »)

Sur l’IUFM, dans lequel les ‘pédado-gogogistes’ (Rires) auraient régné en maîtres, pour enseigner des savoirs inutiles sur les référentiels bondissants, (Rires) et les institutrices clandestines, obligées de cacher qu’elles enseignaient des syllabes aux élèves, déjà que la gauche avait transformé l’Ecole normale, où les instituteurs étaient payés 3 ans comme salariés pour apprendre leur métier, quand l’IUFM ne l’était plus qu’un an, la droite a supprimé la formidable promotion sociale qui permettait à des milliers de jeunes d’origine populaire de financer leurs études supérieures.  (Applaudissements)

Sur l’échec scolaire. On nous rebat les oreilles de l’échec scolaire. Tout le monde doit trembler devant le spectre terrifiant d’avoir des enfants qui ne sont pas performants, en réussite, et tous se mettent à avoir besoin d’un soutien. Les officines privées, remboursées par nos impôts, pas déduites des impôts, remboursées par nos impôts, (Applaudissements) fleurissent, et dès 4 ans, un enfant peut être soutenu en anglais, en musique. Il faut aller en prépa, il faut que jusque dans les quartiers, quelques jeunes aillent à Science Po sans se soucier du chômage et de l’avenir des milliers d’autres. (Applaudissements)

Et PISA. PISA qui descend. PISA qu’on analyse. Il faut évaluer, il faut ficher, il faut informatiser, dans ‘Base élèves’, relier les résultats es enfants compilés dès le CE1, il faut stocker les données, il faut les relier à un livret personnel de compétences qui suivra l’enfant jusqu’à Pôle emploi (Rires et applaudissements) et au B2II [Brevet Informatique et Internet, NdlR], pour vérifier qu’ils sauront bien se servir d’internet et promouvoir du matin au soir une égalité des chances, comme si l’existence de l’école et de la transmission des savoirs étaient devenus une chance et non un droit. (Applaudissements)

V-Decker-2.jpg

(MEAGSR/F.M.)

Mais voilà : tout au long du XXème siècle, ce que la gauche défendait, syndicats et partis ensemble, c’était le progrès, c’était le progrès social, c’était le progrès scolaire, un progrès qui visait à faire avancer tout le monde, et non une réussite qui ne vise que quelques uns pendant qu’un échec les menacerait tous.

Alors là, on était en 2008 et la saignée commence, et l’accusation de l’inefficacité de l’école publique élémentaire : dans toutes les écoles primaires, on supprime 2 heures de classe, c’est-à-dire quand même une demi-année d’école. Et à la place il aurait fallu faire du soutien dont l’objectif n’était, et n’a jamais été, de soutenir les élèves, mais de supprimer les postes RASED. (Applaudissements)

Et personne ne réagit réellement, ni les syndicats qui cherchent à négocier, ni les partis, qui ne perçoivent pas l’enjeu et la nécessité d’organiser une résistance radicale à la situation. En novembre 2008, dans ce désert silencieux, la résistance s’organisera autour des listes pédagogiques qui vont se substituer aux listes syndicales pour relancer la résistance. Résistance à la mise en place du fichier ‘Base élèves’ autour de la liste CNRBE [Collectif national de résistance à ‘Base élèves’, NdlR], résistance à la mise en place de l’aide personnalisée et de la suppression des RASED autour de l’Appel d’Alain Refalo : en conscience, je refuse d’obéir. Un certain nombre d’instituteurs et d’institutrices, de directeurs et de directrices, vont dire publiquement qu’ils ne feront pas ce qui leur est demandé, et que cela constitue pour eux une forme de résistance radicale, plus efficace que des grèves de 24 heures, des promenades de Bastille à Nation, de Nation à République, qui ne permettent plus de changer le cours des choses. (Applaudissements, « Bravo ! »)

V Decker 4

(MEAGSR/F.M.)

Alors l’administration et le gouvernement Sarkozy se mettent à taper fort, très fort, et pour la première fois depuis Pétain, un directeur d’école, Jean-Yves Le Gall, va perdre son poste de directeur pour des raisons politiques. Il refuse d’inscrire les enfants dans ‘Base élèves’, il préfèrera perdre son poste que de le faire. (Applaudissements)

Alain Refalo refuse de choisir 6 élèves en difficulté, et fait avec ces élèves un atelier-théâtre en demi-groupe durant les deux heures de l’aide dite personnalisée. Il perd 2 jours de salaire par semaine et l’administration est persuadée que cela va le faire reculer, sa femme est enceinte de leur troisième enfant, et tout le monde pense qu’il va plier. Mais là, de la France entière et même jusqu’à Tahiti, des milliers de chèques vont venir jusqu’à nous et rembourser intégralement l’ensemble des pertes financières de désobéissance. (Applaudissements)

Alors ils envoient des inspecteurs, et Ninon Bivès se retrouve avec une note pédagogique déplorable, empêchant désormais son avancement. Mais là non plus, elle ne plie pas.

Nous avons fait le choix de résister publiquement pour alerter l’ensemble de la population, les partis politiques, les syndicats, de l’urgence d’une lutte radicale qui ne saurait attendre 2012 pour sortir l’école publique, qui est un acquis du progrès social, de la logique du pilotage libéral qui détruit progressivement la qualité de son action.

Nous ne substituons pas cette action à la lutte syndicale, et massivement les désobéisseurs sont syndiqués, à la FSU, à Solidaires, à la CGT, il y a même un syndicat des inspecteurs de l’UNSA qui a pris contact avec nous et que nous avons rencontré.

Il ne s’agit pas de nos conditions de travail, il s’agit de la vie de nos élèves, ici et maintenant. Entre 2008 et 2012, c’est presque une scolarité primaire qui sera passée. Nous l’avons donc fait parce que nous avons besoin de refuser de mettre en œuvre le plan de destruction de l’école organisé par le gouvernement, et que cela c’est l’éthique de notre métier d’enseignants publics de l’école. Nous ne défendons pas une école du passé, au contraire, comme militants pédagogiques, nous sommes pour une transformation de l’école, pour sa transformation par une formation accrue des enseignants, par de meilleures conditions de travail pour les élèves, par la construction d’établissements à taille humaine, le recul des grands ensembles scolaires, et pour la promotion de pratiques pédagogiques au service des progrès de tous les enfants ensemble.

V-Decker-1.jpg

(MEAGSR/F.M.)

Nous appelons tous les enseignants à nous rejoindre, à signer l’appel public qu’on peut trouver sur le site de Résistance pédagogique. Nous appelons toutes les personnalités à faire part publiquement de leur soutien à notre action. Vous trouverez sur la table à la sortie quelques tracts pour avoir nos coordonnées. S’il n’y en a plus, en cherchant dans un moteur de recherche ‘Résistance pédagogique’, vous trouverez notre site, vous pourrez signer en ligne notre appel. Je vous remercie de votre présence. (Applaudissements)

Partager cet article

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

Page D'accueil

  • : Militants de l'Espoir à gauche
  • Militants de l'Espoir à gauche
  • : Militants de l'Espoir à gauche réunit toutes celles et tous ceux qui soutiennent la ligne politique de Ségolène Royal pour une gauche démocratique, sociale, et écologique.
  • Contact

La fabrique AGIS !

dominique bertinotti (2)Dominique BERTINOTTI (75), Philippe ALLARD (75), Amale CHEBIB (75), Fabien SECHERRE (75), Françoise DEGOIS (75), Cyril CIBERT (86), Cécile FORTINEAU (23), christian CHOTARD (91), Eliane LEMAGNEN (64), esfand KHALAF (90), Laure BARGUILLET (87), Ahmed LAARAJ (30), Isabelle MALBERTI (75), Guy VERDIER (13012), catherine CANTAU (40), gilles CAILLET (91), Noëlle PLANCHAIS (56250), Gérard JABUT (69), Jocelyne BERDU (75), Jean-Pierre GUILBERT (75), Hélène MERMBERG, , Eric BRUN (63), Stéphanie SMANIOTTO,Eric CORNIER (33), Joelle FERAL, Gerard RAISER, Catherine RUBIO (33), Didier ANTONELLI, Nabil SANTO (75), Eliane LEMAGNEN (64), Céline LOOT, Pierre NSIMBA-DELEZAY (93), Marianne-Ségolène GINDREY (62), , Monique BONNIN (37), Jean-François THILLET (43), Jacqueline BOULET, Alain MAIRE (76), Caroline BERTRAN, Jacques MAZELLA (44), Christiane CHIROL, Rodrigue KOKOUENDO (77), Robert SIMON (75), francoise LALLIER (78), Sylvette GIRARD (28), claudine MOURET (41000), alban GUAY (37), roland ASTIER (38), mirella GOULOIS (62300), Michel CHARPENTIER (73), marie-neige PHILIPPE (44), Jean Jacques BAUGÉ (37), rachida MAZARIE (94), jacqueline LAKSANDER (2), pierrette LARDREAU (19100), martial LEHOUX (24), Rene PHILIPPEAU (91), Jean-Pierre HERY (2), Christine MALCOR (91), Jean KOMOROWSKI (33), , , Patricia VAN HALUIDYN (86), Claude BILLARDON (75), J-RAYMOND MAGUEUR (29), Claire CLAUDE (49), David VIEILLE, Laetitia DE WARREN (69), Georges RAULT (35), Michel CHATAIGNER (76), Chantal DEPUERS (6), YOLANDE PAVAN (93270), Maïté CAZAUX (33), Colette CHARBONNE (31), Hiroko KOMORI (75), M.J. SINAT (77), France-Marie NESPO-BIAIS (78000), Elisabeth HUSSON (75), Martine TREGRET (91), Andrée & Marie-Paule AUFAURE (3), Bernard JANODET (69), Yves FRUCHON (69), christiane NOUGARET (30), véronique SAINT-PAUL (75020), Marie-Noëlle VIBERT (94), Annick LE ROY (91), micheline HAREL (75), francoise QUELIN (77), jean baptiste TROUPLIN (75020), Elisabeth ARNAUD (33), Jean BRUNEL (13), Maryse MARTIN (17), Jacques ERNEST (92), Maurice BUTTIN (75015), Alain DRONEAUD (72430), Norel Houda AUMONT-GHÉDIR (75), Vanessa BAUDAT SLIMANI (45), CLAUDE TARRIERE (92500), Gérard PARCOT (91), FRANCK DAGORNE (56890), Ariane MATHIEU (77), Philippe POIGNANT (50), , Nadine AMIEL (75), Bernard FERRÉ (78), José THIOLLET (86), jerome DOUADY (38), Marcel AMIEL (75), arsene BOUTERFA (93500), sylvie SAINT PIERRE (95100), , Aurélien LONGÉ-LÉTANG (86), Fabrice BERARDI (13), Hubert TERRIGHI (47), Martine LEBRUN (94130), jean BURNELEAU (85), Marie FARRET (16), Janine CRESPIN (75013), sandrine PIERRON (86), cartier FLAVIEN (86), Dominique MENNESSON (94), Pierre BRUSSELLE (94), Eric DUCROS (86), , Romain ZARKA (75), Brigitte BEAUMANOIR (95), Olivier SALVANO-LUBESPÈRE (75), francoise ROZAN (12), Francine GILBERT REULIER (92), Christian AGON (75003), alain PIQUET (76), Laetitia CHEVROT (63), CHRISTIANE GOMEZ (86), Marc BONNICHON (33), Joëlle DE CORTE (17), Nadjet BOUCHIKHI (13), Yves FRUCHON (69), maryleine SIGRIST (5), Françoise CLEOSTRATE (34), Sébastien COUDRY (25), nicolas METIVIER (86), pierre HUYARD (17), Cécile GUILBERT (63), Bonaventure MBAYA (91), Bernard JANODET (69), Régis COTTET (86), martial LEHOUX (24), anthony ROUSSEAU (86), jean claude MAURIN (30), Jean-Claude CHEBROU (63), bruno OLIVIER (78), Jean-François VIONNET (26), ...

Pour rejoindre la fabrique socialiste AGIS : link