Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 février 2011 7 13 /02 /février /2011 11:21

Patrick-Ardoi-Christine-Pichette.jpg

(Christine Pichette)

« Etats-Unis d’Europe, tout ce qui nous rassemble » : tel était le thème de l’Université Populaire Participative (UPP) organisée mardi 8 février par Désirs d’avenir Paris 15ème et par Désir d’avenir dans les Hauts-de-Seine au Patronage Laïque, dans le 15ème arrondissement de Paris.

EU-europe1-copie-1.jpg

Après un propos liminaire de Jean-Jacques Vacher de DA Paris 15ème, et une intervention introductive de Jean-Michel Théry de DA 92, des intervenants de 4 nationalités européennes différentes ont donné leur point de vue sur la construction européenne, et pour les étrangers, la façon dont leur pays, ou la gauche dans leur pays, appréhendait la notion hugolienne, reprise par Ségolène Royal, d’ « Etats-Unis d’Europe » : le contraste entre les témoignages des citoyens des différents peuples d’Europe s’est révélé particulièrement intéressant.

EtEurope-Tribune-MEAGSRFM-1-.jpg

De gauche à droite : Patrick Ardoin, Salim Abdelmadjid, Jean-Jacques Vacher, Elisabeth Humbert-Dorfmüller, Jean-Michel Théry, Barbara Revelli, et Pablo Botin Lopez (MEAGSR/F.M.)

Patrick Ardoin, de Désir d’avenir Paris, et adhérent au Parti socialiste, a donné son point de vue sur la position des Français. Puis Elisabeth Humbert-Dorfmüller, membre du Sozialdemokratische Partei Deutschlands (SPD), ou Parti social-démocrate allemand, est intervenue. Ensuite, Barbara Revelli, du Partito Democratico (PD), le Parti démocrate italien, a pris la parole. Enfin, Pablo Botin Lopez, le benjamin de la troupe, du Partido Socialista Obrero Español ou PSOE, le Parti socialiste ouvrier espagnol, a pris le micro.

En conclusion de cette première partie, le Grand Témoin de l’UPP, Salim Abdelmadjid, doctorant moniteur de philosophie à Paris IV- La Sorbonne, souvent invité par Ségolène Royal sur les UPP qu’elle organise, nous a livré une analyse captivante de la situation, et nous a ouvert les perspectives de ce qui aujourd’hui est un rêve mais demain peut devenir une réalité avec Ségolène Royal.

Salle-Christine-Pichette.jpg

Un des 9 intervenants de la salle, Philippe Harquet, pose une question (Christine Pichette)

L’UPP « Etats-Unis d’Europe, tout ce qui nous rassemble » a également réussi à garder un équilibre très appréciable entre les exposés des invités européens, et les questions-réponses avec la salle. Après une première partie d’interventions des invités européens qui a duré une heure et quart, les questions avec la salle ont monopolisé un temps équivalent, permettant à 9 personnes du public, soit un peu plus de 10% des 80 personnes présentes, de prendre la parole, et de poser leur question sans être pressées par le temps. À chaque question, un ou deux invités européens donnaient leur réponse, avant de passer à la question suivante.

Milan-Tahraoui-MEAGSRFM-2.jpg

Milan Tahraoui pose sa question pendant l'UPP "Etats-Unis d'Europe, tout ce qui nous rassemble" (MEAGSR/F.M.)

Autre originalité de cette UPP, l’intervention intéressante dans la salle d’un jeune, Milan Tahraoui, étudiant en droit international à Paris I-Panthéon La Sorbonne, membre ni de Désirs d’avenir, ni du Parti socialiste, se présentant comme sympathisant du PS, « corps étranger mais non pas corps hostile », qui a eu un échange avec original et intéressant avec Salim Abdelmadjid. Renseignement pris, il avait été informé de l’existence de l’UPP par un des intervenants de la première partie, Pablo Botin Lopez, et était venu accompagné de son amie.

Nous ne le répéterons jamais assez : dans la campagne pour les primaires que mène Ségolène Royal, faisons connaître les idées ses idées autour de nous, en commençant par nos proches, mobilisons, mobilisons, mobilisons ! C’est comme ça que demain, les Français pourront choisir en connaissance de cause leur candidate à la présidence de la République.

Frédérick Moulin

 


envoyé par Desirsdavenir92


Intervention de Patrick Ardoin, animateur de Désirs d’avenir Paris 15ème

Retranscription par MEAGSR/F.M.

Je vous propose, comme on me l’a demandé, de vous parler du regard des Français sur la construction de l’Europe.

Alors, je voudrais faire quand même une remarque liminaire, c’est que c’est un sujet évidemment qui est délicat, il y a beaucoup d’idées, beaucoup de sensibilités, donc je me garderai bien d’avoir une synthèse exhaustive et de prétendre à cette synthèse, parce que c’est tellement complexe, tellement compliqué, il y a une histoire tellement difficile, et des débats qui sont quand même très, très forts.

Donc j’essaierai simplement d’exposer quelques aspects qui me paraissent importants, et c’est ma façon d’exposer, après on en discutera, justement, comme le disait Jean-Michel, il y a un débat, ce sera intéressant d’avoir vos avis.

Patrick-Ardoin-MEAGSRFM-6A.jpg

Patrick Ardoin (MEGSR/F.M.)

Pour parler de regard des Français sur l’Europe, à mon avis, il y a trois points qui méritent d’être mis en avant et que je vais développer l’un après l’autre.

Le premier c’est, à mon sens, les Français sont en majorité – je mets ‘en majorité’ – en faveur de l’Europe même s’il y a de farouches opposants, je vais y revenir.

Deuxième idée, il y a une grande méfiance, voire même un véritable rejet, de l’Europe telle qu’elle se construit aujourd’hui.

Troisième idée, son fonctionnement est extrêmement critiqué du fait de son caractère considéré comme non démocratique, et je pense que ce sont les trois points sur lesquels il faut s’appuyer.

Le premier point, c’est que je crois qu’effectivement, le ressenti, c’est que les Français sont en majorité en faveur de l’Europe.

Alors bien sûr il y a des irréductibles, qui sont en faveur de la nation pure, et qui ne veulent pas entendre parler de l’Europe, qui considèrent que la nation est seul légitime, et valide, comme niveau de représentation, mais d’une façon générale, on peut quand même dire que les Français sont en faveur de l’Europe, alors pour des raisons qui sont évidentes et historiques : la paix, rappelons nous quand même de l’histoire bien dure du XXème siècle, même si aujourd’hui les jeunes, c’est quelque chose qu’ils n’ont pas vraiment connu d’ailleurs, ils n’ont pas connu la guerre, donc c’est aussi une façon de voir les choses différente, mais la paix était l’argument premier de la constitution de l’Europe.

Deuxièmement, l’union fait la force, de se regrouper, pour être plus forts, Jean-Michel parlait des BRIC [Brésil, Russie, Inde, Chine, BRIC, NdlR] tout à l’heure, effectivement, pour être par exemple plus fort par rapport aux BRIC.

Et troisièmement, la solidarité entre pays : alors je sais que celle-ci est pas mal mise à mal en ce moment, principalement sur un plan économique, mais bon, il y a cette dimension de solidarité, de se retrouver, de s’entraider.

Donc globalement, je pense que les Français disent oui à l’Europe, le problème c’est : quelle Europe ?

Patrick-Ardoin-MEAGSRFM-1.jpg

Patrick Ardoin et Salim Abdelmadjid (MEAGSR/F.M.)

Et là j’arrive au deuxième point, le deuxième point c’est qu’à mon sens il y a une énorme méfiance et même un vrai rejet, sur la façon dont l’Europe est faite actuellement, sur tous les plans je dirais, sur le plan économique et social, avec la fameuse – on en a beaucoup parlé – concurrence libre et non faussée, qui a fait bien des débats au moment de la Constitution européenne, le problème du chômage, qui est persistant en France, à la fois pour les jeunes, à la fois pour les seniors, le pouvoir d’achat, qui est terriblement fragilisé, et qui conduit d’ailleurs à la remise en cause de l’euro.

Il y a une Europe libérale, complètement égocentrique et qui en fait est plus une addition d’intérêts particuliers qu’une communauté d’intérêts, donc c’est un véritable problème.

De même sur le plan politique, l’Europe est difficilement perceptible : c’est qui ? Qui parle ? Enfin, on ne sait pas, et on peut rajouter aussi : quelle stratégie, quelles orientations ? Il n’y a pas vraiment d’axe, ça part un peu dans tous les sens, et comme ça a été dit aussi, depuis 2005, c’est vrai qu’il y a un blocage qui se rajoute.

Et cette méfiance est très importante, et elle est d’autant plus regrettable qu’il faut se rappeler quand même que la France fait partie des pays qui sont les premiers à s’être lancés dans l’Europe. Je vous rappelle que la CECA, la Communauté Européenne du Charbon et de l'Acier, c’était en 1951, le traité de Rome, c’était en 1957, et il y avait 6 pays, c’était donc l’Allemagne, l’Italie, les Pays-Bas, la Belgique, le Luxembourg et la France. Donc de voir un pays fondateur dans un tel état de méfiance, c’est quand même extrêmement regrettable.

Et troisième point, un fonctionnement non démocratique, alors là je vais passer rapidement, des hauts fonctionnaires à Bruxelles qu’on ne connaît pas, un Conseil européen qui est ressenti plutôt comme une contrainte, un Parlement européen avec peu de pouvoirs, des votes aux élections européennes à très, très forte abstention, et enfin, 3 référendums en 54 ans. De 1957 à aujourd’hui, ça fait 54 ans, il y a eu 3 référendums, c’est-à-dire un en 1972 pour l’élargissement de l’Europe, où la réponse a été oui, un en 1992, le traité de Maastricht, où a réponse a été oui, en France évidemment je parle, de peu d’ailleurs, et évidemment, l’année 2005, où il y a eu le vote sur la Constitution européenne, où la réponse a été, assez majoritairement, non.

Patrick-Ardoin-MEAGSRFM-7a.jpg

(MEAGSR/F.M.)

Donc en plus derrière, ça rajoute encore au phénomène non-démocratique, c’est qu’il y a eu ‘non’ à la Constitution européenne, mais il y a eu le traité de Lisbonne. En même temps, au niveau de la Turquie, est-ce qu’on en discute vraiment, ou est-ce que c’est pas fait comme ça, dans un petit bureau, entre quelques uns ?

Donc sur tous ces sujets, les débats sont très âpres, très controversés, et à mon sens, cette absence de démocratie est absolument ravageuse, d’autant plus ravageuse que, majoritairement, je le redis, à mon sens les gens sont en faveur de l’Europe, et je me permettrai pour conclure de mettre l’accent sur deux points qui ne sont pas des solutions, parce que prétendre avoir la solution me paraît bien difficile, mais par contre apporter des voies de solution peut être intéressant.

Moi j’en verrais deux principalement : un, c’est que les gens sentent que l’Europe apporte des bienfaits concrets en termes d’infrastructures, en termes de solidarité entre les peuples, en termes d’emploi, pour lutter contre le chômage, en termes de pouvoir d’achat, l’euro est plutôt perçu comme une attaque au pouvoir d’achat, il faut qu’absolument on soit beaucoup plus clair, et beaucoup plus visible, et beaucoup plus lisible dans toutes les actions qui sont menées. Je rappelle d’ailleurs que Ségolène Royal parle beaucoup de la politique par la PREUVE, et c’est bien ça, c’est le côté concret.

Et le deuxième point aussi, c’est d’écouter les peuples, je pense que l’aspect non démocratique de l’Europe est un énorme problème, comme je le disais il n’y a eu que 3 référendums en 54 ans, il faut absolument qu’il y ait des consultations et des débats très, très réguliers, qu’il y ait une démarche permanente d’écoute et de respect des peuples, c’est une idée que Ségolène Royal défend très bien, et donc il faut absolument aller sur ce terrain de la démocratie et de la consultation pour que tous les peuples européens s’approprient l’Europe, tel est l’enjeu. Voilà. Merci. (Applaudissements, « Bravo ! »)

Partager cet article

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans Europe
commenter cet article

commentaires

Page D'accueil

  • : Militants de l'Espoir à gauche
  • Militants de l'Espoir à gauche
  • : Militants de l'Espoir à gauche réunit toutes celles et tous ceux qui soutiennent la ligne politique de Ségolène Royal pour une gauche démocratique, sociale, et écologique.
  • Contact

La fabrique AGIS !

dominique bertinotti (2)Dominique BERTINOTTI (75), Philippe ALLARD (75), Amale CHEBIB (75), Fabien SECHERRE (75), Françoise DEGOIS (75), Cyril CIBERT (86), Cécile FORTINEAU (23), christian CHOTARD (91), Eliane LEMAGNEN (64), esfand KHALAF (90), Laure BARGUILLET (87), Ahmed LAARAJ (30), Isabelle MALBERTI (75), Guy VERDIER (13012), catherine CANTAU (40), gilles CAILLET (91), Noëlle PLANCHAIS (56250), Gérard JABUT (69), Jocelyne BERDU (75), Jean-Pierre GUILBERT (75), Hélène MERMBERG, , Eric BRUN (63), Stéphanie SMANIOTTO,Eric CORNIER (33), Joelle FERAL, Gerard RAISER, Catherine RUBIO (33), Didier ANTONELLI, Nabil SANTO (75), Eliane LEMAGNEN (64), Céline LOOT, Pierre NSIMBA-DELEZAY (93), Marianne-Ségolène GINDREY (62), , Monique BONNIN (37), Jean-François THILLET (43), Jacqueline BOULET, Alain MAIRE (76), Caroline BERTRAN, Jacques MAZELLA (44), Christiane CHIROL, Rodrigue KOKOUENDO (77), Robert SIMON (75), francoise LALLIER (78), Sylvette GIRARD (28), claudine MOURET (41000), alban GUAY (37), roland ASTIER (38), mirella GOULOIS (62300), Michel CHARPENTIER (73), marie-neige PHILIPPE (44), Jean Jacques BAUGÉ (37), rachida MAZARIE (94), jacqueline LAKSANDER (2), pierrette LARDREAU (19100), martial LEHOUX (24), Rene PHILIPPEAU (91), Jean-Pierre HERY (2), Christine MALCOR (91), Jean KOMOROWSKI (33), , , Patricia VAN HALUIDYN (86), Claude BILLARDON (75), J-RAYMOND MAGUEUR (29), Claire CLAUDE (49), David VIEILLE, Laetitia DE WARREN (69), Georges RAULT (35), Michel CHATAIGNER (76), Chantal DEPUERS (6), YOLANDE PAVAN (93270), Maïté CAZAUX (33), Colette CHARBONNE (31), Hiroko KOMORI (75), M.J. SINAT (77), France-Marie NESPO-BIAIS (78000), Elisabeth HUSSON (75), Martine TREGRET (91), Andrée & Marie-Paule AUFAURE (3), Bernard JANODET (69), Yves FRUCHON (69), christiane NOUGARET (30), véronique SAINT-PAUL (75020), Marie-Noëlle VIBERT (94), Annick LE ROY (91), micheline HAREL (75), francoise QUELIN (77), jean baptiste TROUPLIN (75020), Elisabeth ARNAUD (33), Jean BRUNEL (13), Maryse MARTIN (17), Jacques ERNEST (92), Maurice BUTTIN (75015), Alain DRONEAUD (72430), Norel Houda AUMONT-GHÉDIR (75), Vanessa BAUDAT SLIMANI (45), CLAUDE TARRIERE (92500), Gérard PARCOT (91), FRANCK DAGORNE (56890), Ariane MATHIEU (77), Philippe POIGNANT (50), , Nadine AMIEL (75), Bernard FERRÉ (78), José THIOLLET (86), jerome DOUADY (38), Marcel AMIEL (75), arsene BOUTERFA (93500), sylvie SAINT PIERRE (95100), , Aurélien LONGÉ-LÉTANG (86), Fabrice BERARDI (13), Hubert TERRIGHI (47), Martine LEBRUN (94130), jean BURNELEAU (85), Marie FARRET (16), Janine CRESPIN (75013), sandrine PIERRON (86), cartier FLAVIEN (86), Dominique MENNESSON (94), Pierre BRUSSELLE (94), Eric DUCROS (86), , Romain ZARKA (75), Brigitte BEAUMANOIR (95), Olivier SALVANO-LUBESPÈRE (75), francoise ROZAN (12), Francine GILBERT REULIER (92), Christian AGON (75003), alain PIQUET (76), Laetitia CHEVROT (63), CHRISTIANE GOMEZ (86), Marc BONNICHON (33), Joëlle DE CORTE (17), Nadjet BOUCHIKHI (13), Yves FRUCHON (69), maryleine SIGRIST (5), Françoise CLEOSTRATE (34), Sébastien COUDRY (25), nicolas METIVIER (86), pierre HUYARD (17), Cécile GUILBERT (63), Bonaventure MBAYA (91), Bernard JANODET (69), Régis COTTET (86), martial LEHOUX (24), anthony ROUSSEAU (86), jean claude MAURIN (30), Jean-Claude CHEBROU (63), bruno OLIVIER (78), Jean-François VIONNET (26), ...

Pour rejoindre la fabrique socialiste AGIS : link