Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mai 2010 6 22 /05 /mai /2010 23:20

Puisque les circonstances sont exceptionnelles, on pourrait envisager, également à titre exceptionnel, de proposer cette année un sujet commun aux épreuves d'économie et de philosophie du baccalauréat.

Au choix : " Devoir est-il un devoir ? " ; " Prêter, est-ce exister par autrui ? " ; " S'endetter, est-ce préférer le présent au futur ? " ; ou bien encore : " La dette est-elle l'ennemie de la liberté ? " On pourrait aussi demander aux élèves d'analyser ce texte de Jacques Attali, extrait de son dernier livre publié.

" La première dette de l'homme est celle de la vie. Dieu - ou toute autre force - nous " prête " vie : nous révérons et détestons tout à la fois ce créateur, qu'il s'agisse d'un Dieu, d'un homme ou d'une autre cause, y compris le hasard ; parce qu'Il - ou Elle - nous rappelle, de par son existence même, nos limites, nos erreurs et nos devoirs à son égard.

Prêter, c'est prendre le risque de s'attirer l'ingratitude de ses débiteurs. Dieu court le risque d'être maudit par les hommes. De même, celui qui prête son nom, son travail, son amour ou son argent, prend aussi le risque d'être détruit par ceux qui n'entendent rien devoir à personne - et encore moins rembourser.

Inversement, emprunter conduit à assumer une dépendance, une perte d'autonomie vis-à-vis du créancier, une réduction du champ de ses possibles, une blessure narcissique par laquelle le débiteur prend conscience de sa finitude. Emprunter, c'est affronter le principe de réalité. " Ouf ! Bonne chance et surtout bon courage aux candidats. Tous ruinés dans dix ans ? Dette publique : la dernière chance, c'est du Jacques Attali comme on l'aime - ou comme aussi on peut ne pas l'aimer (Fayard, 260 p., 15,90 euros).

Texte qui convoque l'histoire, la philosophie, l'économie, les marchés, Dieu, les rois, les banquiers, les maîtres à penser, Charles Quint, JPMorgan, Alain, le Créateur et le créancier, les collateralised debt obligations (CDO) et les rentes perpétuelles, pour appuyer ses fulgurances et ses visions hallucinées - celles d'une banque centrale mondiale et d'un Trésor planétaire - ou apocalyptiques - la ruine universelle. D'où une impression d'immense tourbillon dans la lecture qui s'harmonise finalement très bien avec le chaos financier actuel et le vertige que donne l'envolée des dettes publiques.

 

RassuresParDettePubliqueFaible-r

Dessin de Gérard Mathieu

S'il ne fallait retenir qu'une seule des trois idées par page de l'essai de M. Attali, ce serait celle, qui la parcourt de la première à la dernière ligne, de l'extrême complexité des relations qui peuvent exister entre emprunteurs et prêteurs, entre l'Etat et ses créanciers. Qui tient qui ? Comment ? Par les bons du Trésor ou par la barbichette ?

Au vu de ce qui vient de se passer en Grèce et dans la zone euro, on se dit que ce sont bien les créanciers (les épargnants du monde entier, les marchés) qui détiennent le pouvoir. Le pouvoir de faire monter les taux d'intérêt et de contraindre, sous cette menace, les pays d'Europe du Sud à prendre dans l'urgence des mesures de rigueur extrême. Pour trouver de nouveaux prêteurs, il convient d'honorer ceux d'hier et d'avant-hier. Il faut rembourser les emprunts du passé pour espérer pouvoir payer les futures retraites des fonctionnaires.

Les créanciers tiendraient enfin leur revanche, après des siècles où ils furent chassés, brûlés, martyrisés, spoliés, par des Etats drogués à l'emprunt et aussi indifférents aux droits de l'homme qu'aux droits des prêteurs.

On dénombre tout de même, entre 1800 et 2009, plus de trois cents défauts de paiement sur des emprunts d'Etats souverains - l'Espagne, soit dit en passant et sans aucune arrière-pensée vénéneuse, détenant le record mondial avec 13 défauts sur sa dette publique depuis 1500.

Les répudiations de dette s'effectuaient le plus souvent par la manière forte. En France Louis VIII, Louis IX, Philippe le Bel, en Angleterre Edouard Ier, comme plus tard les princes allemands expulsèrent les juifs créanciers. Les Templiers furent, pour les mêmes raisons, exterminés sous Philippe le Bel, toujours lui, et c'est aussi ce qui conduisit à la disgrâce de Fouquet sous Louis XIV. De façon moins violente, mais tout aussi efficace, les politiques inflationnistes, au XXe siècle, conduisirent à " l'euthanasie des rentiers ", pour reprendre l'expression de Keynes. Dès la fin du XVIIIe siècle, un autre grand économiste, Adam Smith, avait bien résumé tout cela : " A un certain niveau d'accumulation de dettes nationales, il n'y a guère d'exemple, je crois, qu'elles aient été loyalement et complètement payées. "

Mais voilà, et c'est bien la tragédie des grands pays industrialisés surendettés, il n'est plus guère possible, avec la mondialisation et les banques centrales indépendantes, de créer de l'inflation. Et encore moins d'emprisonner ses créanciers ou encore de les bannir - ce qui serait d'autant plus difficile qu'ils sont en majorité étrangers (60 % de la dette publique française est détenue par des non-résidents). Quelle tristesse !

Au cours des dernières décennies, une certaine logique avait été respectée : c'étaient les pays pauvres qui faisaient faillite, ne causant que des dégâts financiers mineurs chez leurs riches créanciers. Mais, aujourd'hui, ce sont les Etats les plus prospères qui se retrouvent au bord du défaut de paiement. Avec pour créanciers... des nations au niveau de vie dix à vingt fois inférieur : la banque centrale chinoise est le premier détenteur au monde d'emprunts d'Etat américains. Cela change tout aux relations traditionnelles entre débiteurs et créditeurs. Il n'y a plus ni fort ni faible. Seulement la certitude d'une ruine garantie pour les deux parties en cas de défaillance de l'une ou de l'autre. Et des conséquences géopolitiques imprévisibles et un peu effrayantes. " Les débiteurs tiennent les créanciers autant que ceux-ci croient les tenir ", dit M. Attali, qui rappelle aussi que la Bible évoque l'idée jubilaire de l'extinction des dettes et des créances tous les quarante-neuf ans. Alors vivement 2059 et l'annulation de la dette des pays riches !

Pierre-Antoine Delhommais

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

Page D'accueil

  • : Militants de l'Espoir à gauche
  • Militants de l'Espoir à gauche
  • : Militants de l'Espoir à gauche réunit toutes celles et tous ceux qui soutiennent la ligne politique de Ségolène Royal pour une gauche démocratique, sociale, et écologique.
  • Contact

La fabrique AGIS !

dominique bertinotti (2)Dominique BERTINOTTI (75), Philippe ALLARD (75), Amale CHEBIB (75), Fabien SECHERRE (75), Françoise DEGOIS (75), Cyril CIBERT (86), Cécile FORTINEAU (23), christian CHOTARD (91), Eliane LEMAGNEN (64), esfand KHALAF (90), Laure BARGUILLET (87), Ahmed LAARAJ (30), Isabelle MALBERTI (75), Guy VERDIER (13012), catherine CANTAU (40), gilles CAILLET (91), Noëlle PLANCHAIS (56250), Gérard JABUT (69), Jocelyne BERDU (75), Jean-Pierre GUILBERT (75), Hélène MERMBERG, , Eric BRUN (63), Stéphanie SMANIOTTO,Eric CORNIER (33), Joelle FERAL, Gerard RAISER, Catherine RUBIO (33), Didier ANTONELLI, Nabil SANTO (75), Eliane LEMAGNEN (64), Céline LOOT, Pierre NSIMBA-DELEZAY (93), Marianne-Ségolène GINDREY (62), , Monique BONNIN (37), Jean-François THILLET (43), Jacqueline BOULET, Alain MAIRE (76), Caroline BERTRAN, Jacques MAZELLA (44), Christiane CHIROL, Rodrigue KOKOUENDO (77), Robert SIMON (75), francoise LALLIER (78), Sylvette GIRARD (28), claudine MOURET (41000), alban GUAY (37), roland ASTIER (38), mirella GOULOIS (62300), Michel CHARPENTIER (73), marie-neige PHILIPPE (44), Jean Jacques BAUGÉ (37), rachida MAZARIE (94), jacqueline LAKSANDER (2), pierrette LARDREAU (19100), martial LEHOUX (24), Rene PHILIPPEAU (91), Jean-Pierre HERY (2), Christine MALCOR (91), Jean KOMOROWSKI (33), , , Patricia VAN HALUIDYN (86), Claude BILLARDON (75), J-RAYMOND MAGUEUR (29), Claire CLAUDE (49), David VIEILLE, Laetitia DE WARREN (69), Georges RAULT (35), Michel CHATAIGNER (76), Chantal DEPUERS (6), YOLANDE PAVAN (93270), Maïté CAZAUX (33), Colette CHARBONNE (31), Hiroko KOMORI (75), M.J. SINAT (77), France-Marie NESPO-BIAIS (78000), Elisabeth HUSSON (75), Martine TREGRET (91), Andrée & Marie-Paule AUFAURE (3), Bernard JANODET (69), Yves FRUCHON (69), christiane NOUGARET (30), véronique SAINT-PAUL (75020), Marie-Noëlle VIBERT (94), Annick LE ROY (91), micheline HAREL (75), francoise QUELIN (77), jean baptiste TROUPLIN (75020), Elisabeth ARNAUD (33), Jean BRUNEL (13), Maryse MARTIN (17), Jacques ERNEST (92), Maurice BUTTIN (75015), Alain DRONEAUD (72430), Norel Houda AUMONT-GHÉDIR (75), Vanessa BAUDAT SLIMANI (45), CLAUDE TARRIERE (92500), Gérard PARCOT (91), FRANCK DAGORNE (56890), Ariane MATHIEU (77), Philippe POIGNANT (50), , Nadine AMIEL (75), Bernard FERRÉ (78), José THIOLLET (86), jerome DOUADY (38), Marcel AMIEL (75), arsene BOUTERFA (93500), sylvie SAINT PIERRE (95100), , Aurélien LONGÉ-LÉTANG (86), Fabrice BERARDI (13), Hubert TERRIGHI (47), Martine LEBRUN (94130), jean BURNELEAU (85), Marie FARRET (16), Janine CRESPIN (75013), sandrine PIERRON (86), cartier FLAVIEN (86), Dominique MENNESSON (94), Pierre BRUSSELLE (94), Eric DUCROS (86), , Romain ZARKA (75), Brigitte BEAUMANOIR (95), Olivier SALVANO-LUBESPÈRE (75), francoise ROZAN (12), Francine GILBERT REULIER (92), Christian AGON (75003), alain PIQUET (76), Laetitia CHEVROT (63), CHRISTIANE GOMEZ (86), Marc BONNICHON (33), Joëlle DE CORTE (17), Nadjet BOUCHIKHI (13), Yves FRUCHON (69), maryleine SIGRIST (5), Françoise CLEOSTRATE (34), Sébastien COUDRY (25), nicolas METIVIER (86), pierre HUYARD (17), Cécile GUILBERT (63), Bonaventure MBAYA (91), Bernard JANODET (69), Régis COTTET (86), martial LEHOUX (24), anthony ROUSSEAU (86), jean claude MAURIN (30), Jean-Claude CHEBROU (63), bruno OLIVIER (78), Jean-François VIONNET (26), ...

Pour rejoindre la fabrique socialiste AGIS : link