Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 janvier 2011 7 09 /01 /janvier /2011 16:05

Sego-Mitterrand-MEAGSR.jpg

(Tina Merandon pour Le Monde)

Ségolène Royal a accordé une interview au journal Le Monde daté de dimanche 9 janvier mais dont un extrait a été publié sur LeMonde.fr édition abonnés samedi matin, dans laquelle elle s’inscrit clairement dans l’héritage mitterrandien. Tout au long de son intervention devant les socialistes à Jarnac samedi midi, elle a constamment fait référence au président socialiste, le citant à de très nombreuses reprises. Ce n’est pas une surprise totale : conseillère du président Mitterrand pendant 7 ans, à plusieurs occasions ces derniers mois, au cours d’émissions, son discours avait pris des accents très mitterrandiens, comme dans l’émission À vous de juger sur France 2 le 9 septembre dernier, où elle avait répondu avec un ton et des intonations très mitterrandiens à Jean Boissonnat qui lui demandait si elle rétablirait la retraite à 60 ans si elle venait au pouvoir dans deux ans : « Solennellement, je vous dis OUI. ».

Martine-Aubry.jpg

Bien sûr, l’article du Monde qui suit a fait réagir, notamment Martine Aubry, qui à la sortie du cimetière de Jarnac déclarait :

« La politique, c’est pas de parler de soi, c’est pas de parler de la façon dont on arrive au pouvoir, c’est d’abord de dire qu’est-ce qu’on veut faire pour la France, c’est d’abord de parler aux Français. Je crois que les Français ont envie de retrouver la France qu’ils aiment, une France forte, une France juste, une France solidaire. »

Or justement Ségolène ne parle pratiquement pas d’elle, de son ego, et encore moins de la façon dont elle « arrive au pouvoir » !!

Elle parle de François Mitterrand, de Dominique Strauss-Kahn, de Martine Aubry, de la politique par la preuve et des actions réalisées en Poitou-Charentes aujourd’hui, qui peuvent l’être en France demain, du lien du plan local et du plan mondial, des socialistes, de la France, des Français, du Front national, du « clan » qui nous dirige et de l’injustice qui règne dans notre pays.

Tout juste fait-elle allusion à Désirs d’avenir, en une phrase, et dresse-t-elle la liste des mandats conquis et expériences acquises quand Le Monde lui pose la question de sa crédibilité, avant de conclure sur son « bonheur d'agir et d'améliorer la vie des Français ».

Quant à « dire qu’est-ce qu’on veut faire pour la France », « parler aux Français », ou « retrouver une France forte, une France juste, une France solidaire » - allons, même une France ‘fraternelle’ ! – toutes les actions de Ségolène Royal parlent d’elles-mêmes, et tout particulièrement ses déplacements à Cergy-Pontoise, à Ris-Orangis, au Teil en Ardèche, à Valence, et à Bagneux, bientôt à Bully-les-Mines.

1218824_aubry-AFP.jpg

Malgré les déclarations pour la presse, au cimetière de Jarnac, non loin de la tombe de François Mitterrand, Ségolène et Martine se font la bise en rigolant, preuve qu'au-delà des mots, l'unité du PS reste toujours essentielle et la camaraderie réelle (AFP)

Non loin de Martine Aubry qui s’exprimait avec véhémence, Ségolène Royal répondait 'suffrage du peuple français', toujours à propos de l’article du Monde, à une journaliste qui lui demandait, parlant de François Mitterrand, si elle se sentait « capable de lui succéder » : « Ecoutez, ça ce sont les Français qui vont en décider. En tout cas, moi j’ai beaucoup appris de lui, je suis fidèle à ses valeurs, j’ai appris de lui l’amour de la France, l’amour des Français. », répondait Ségolène Royal : cet amour de la France et des Français, c’est une partie du « souffle » mitterrandien que Ségolène Royal revendique également.

Car la leçon que l’on retient de cet article, c’est que la raison et le raisonnement seuls ne suffisent pas : il faut à la candidate ou au candidat socialiste le "souffle", cet élément qui fait bouger et avancer les choses, un peu de l’ ‘anima’ latine (‘souffle’), qui a donné à la langue française les dessins animés mais aussi l’âme : « on gouverne un pays par le souffle, pas seulement par le raisonnement », écrivait François Mitterrand.

Jack-Lang.jpg

Et le mot de la fin, prononcé à Jarnac hier, revient à Jack Lang, proche de François Mitterrand : « La question n’est pas de choisir celui ou celle qui serait le plus conforme à la mode du moment ou aux sondages du temps, il faut choisir quelqu’un ou quelqu’une qui saura donner à ce pays le souffle, l’élan, la force, comme Mitterrand avait su le faire. ».

Après le souffle donné au pays et aux classes populaires en 2007, Ségolène Royal s'est positionnée pour donner le souffle au pays en 2012.

Frédérick Moulin

-oOo-

lemonde pet

9 décembre 2011 

Ségolène Royal : "J’ai envie de succéder à François Mitterrand"

À l'exception de François Hollande et de Manuel Valls, la plupart des dirigeants socialistes, conduits par Martine Aubry, devaient se réunir, samedi 8 janvier, à Jarnac (Charente) pour célébrer le quinzième anniversaire de la mort de François Mitterrand. Hôtesse des cérémonies, Ségolène Royal, présidente de la région Poitou-Charentes, revendique avec force l'héritage mitterrandien et répond à ses détracteurs.

Que retenez-vous de l'héritage de François Mitterrand ?

D'abord, l'amour de la France, du peuple français, de son histoire et de sa culture. Il disait : "On ne peut rien faire avec la France si on ne l'aime pas." Il fut sa vie durant un homme de courage dans le combat politique et face aux calomnies. Je retiens aussi l'Européen passionné, et l'artisan inlassable des libertés publiques. Certains saluent le tacticien, mais la tactique politique n'est rien sans la constance des convictions dont il a toujours tenu fermement le cap. Ce qui me paraît remarquable, c'est sa synthèse "jauressienne" entre l'espérance, l'idéal et l'efficacité de l'action concrète pour changer la vie. C'est l'alliance entre son enracinement dans le pays profond et sa vision du monde. C'est la place qu'il a donnée à la France sur la scène internationale et qu'elle a, hélas, perdue depuis.

François Mitterrand reste un modèle pour vous ?

Evidemment. Pendant sept ans à ses côtés à l'Elysée puis dans son gouvernement, ainsi qu'au Parlement, élue avec son soutien dans sa région natale, je n'ai jamais oublié ses engagements. Même quand il était impopulaire, je les revendiquais. Pourquoi d'ailleurs vous cacher que, lors de ma déclaration de candidature aux primaires pour la présidentielle, j'ai pensé à lui. Depuis longtemps, au fond de moi, j'ai envie de succéder à François Mitterrand par amour de la France, du peuple français, de son histoire, de sa culture.

1918935515

Jack Lang, François Mitterrand, Ségolène Royal, Elisabeth Guigou et Bernard Kouchner à Nevers le 4 mai 1993, un peu plus d'un mois après la nomination d'Edouard Balladur en tant que Premier ministre et la démission de Pierre Bérégovoy (Aslan/Chesnot/Job/SIPA)

Mais comme je l'ai toujours dit, si quelqu'un d'autre est mieux placé que moi pour que la gauche gagne, je le soutiendrai pour que le vœu de François Mitterrand se réalise. Il écrivait : "Mon œuvre sera accomplie lorsqu'un autre socialiste sera à l'Elysée." A nous socialistes de rester unis pour que ce soit le cas en 2012.

Cela veut-il dire que vous vous désisteriez si Dominique Strauss-Kahn était candidat ?

Si Dominique est le candidat désigné, je mettrai à sa disposition mon expérience d'une campagne présidentielle et tout ce que m'a appris l'action politique quand elle est au service du quotidien des Français, le respect et la confiance des quartiers populaires, et la connaissance des identités territoriales qui structurent notre pays. Je le redis, c'est unis que nous gagnerons.

Martine Aubry, première secrétaire du PS, n'est-elle pas la "candidate naturelle" ?

Les règles du Parti ne prévoient pas cette automaticité, ce serait d'ailleurs contraire à la décision d'organiser les primaires. Mais cela ne change en rien le respect que chacun éprouve pour les efforts et les résultats de Martine à la tête du parti, et sa liberté d'être candidate aux primaires si elle le souhaite.

1462988_3_30c3_segolene-royal-et-martine-aubry-participent-.jpg

Ségolène Royal et Martine Aubry à la même table au déjeuner organisé par le PS à Jarnac ... (Martin Bureau/AFP)

Avez-vous une revanche à prendre ?

Je n'ai aucune revanche à prendre, je regarde vers l'avenir. Je m'engage par conviction, parce que j'aime la France et les Français et que je pense pouvoir contribuer à la victoire de la gauche et au-delà de la gauche, de l'extrême gauche aux centristes humanistes en passant par les écologistes, de tous ceux qui veulent que ça change. Vous savez, François Mitterrand a dû traverser les échecs, subir beaucoup d'épreuves et en apprendre les leçons avant de rencontrer l'adhésion du peuple français.

J'ai proposé ma candidature aux primaires, c'est le peuple français qui viendra voter qui en décidera. Si je suis désignée, je rassemblerai et nous nous battrons pour gagner; si je ne suis pas désignée, je n'en nourrirai ni amertume ni regret puisque, de toute façon, il faudra s'engager pour que l'équipe gagne.

Qu'est-ce qui différencie la Ségolène Royal de 2007 de celle de 2012 ?

J'ai beaucoup travaillé à la fois à l'international et en local. Dans ma région, je suis passée à la mise en application de mes propositions politiques. Quand certains proposent des modèles alternatifs à l'économie traditionnelle, la croissance verte, la sécurité sociale professionnelle, l'aide à l'accès au crédit bancaire, la bataille pour l'emploi des jeunes, tout cela, nous le faisons. C'est la politique par la preuve.

Je sais que certaines élites lèvent les yeux au ciel dès que je parle de ma région, mais qu'y a-t-il d'autre comme preuve politique que l'action concrète et efficace, sans augmenter les impôts ? J'accorde autant d'importance à mon action régionale qu'à la prise en compte de ce qui se passe au plan mondial, car les deux sont liés.

Enfin, je me suis occupée de mon association Désirs d'avenir, qui a organisé un travail intellectuel considérable avec les universités populaires participatives et j'ai entamé un tour de France pour porter, le moment venu, la parole de ceux qui ne l'ont pas.

Vos adversaires vous font toujours un procès en crédibilité !

Aujourd'hui, je suis bien plus aguerrie. La crédibilité, c'est d'abord savoir se faire élire parce que l'on arrive à convaincre. La crédibilité, c'est aussi un parcours. Faut-il rappeler que j'ai été pendant sept ans conseillère auprès de François Mitterrand à l'Elysée, trois fois ministre, quatre fois parlementaire? Avant cela, élève boursière, j'ai réussi des concours difficiles grâce à l'école de la République. J'ai conquis une région que l'on disait imprenable, sur la droite, dans laquelle je viens d'être réélue à plus de 60 % des voix. Les citoyens qui me voient travailler savent que mon engagement est total et que c'est un bonheur d'agir et d'améliorer la vie des Français. Rien ne m'a été donné. J'ai toujours essayé de mériter ce qui m'arrivait et d'en être à la hauteur.

Table-dej-PS-MEAGSR-FM.jpg

Déjeuner organisé par le PS à Jarnac hier : à la même table, Ségolène Royal (de dos), parlant à Hubert Védrine, président de l'Institut François Mitterrand,  Martine Aubry, isolée, Mazarine Pingeot, qui écoute son frère et voisin Gilbert Mitterrand, et Jérôme Royer (de dos), maire de Jarnac

François Mitterrand avait parfaitement intégré la logique de la présidentialisation du régime. Le parti a-t-il fait le même chemin ?

Pas totalement. Le PS est toujours prisonnier du collectif et de la bataille des ego, chacun se demandant "pourquoi ce serait l'autre et pas moi?" Mais je suis optimiste puisque la dynamique des primaires va permettre un choix que tout le monde devra accepter avec discipline – un mot qui devra bien un jour faire partie du vocabulaire socialiste ! Le foisonnement du débat d'idées nourrit la démocratie et permettra aux Français de choisir, en toute connaissance de cause, le candidat ou la candidate. Et ceux qui à droite se moquent de ces débats et des primaires ne sont pas les mieux placés puisqu'à l'UMP le chef du parti est désigné à l'Elysée, et que les militants n'ont pas leur mot à dire!

En 2007, vous aviez incarné, comme Nicolas Sarkozy, une forme de rupture. Que voulez-vous incarner aujourd'hui ?

Une France qui retrouve optimisme et fierté par la confiance. Or c'est la justice qui donne la confiance, car dans une situation très difficile, comme celle que nous traversons, l'injuste répartition des efforts sape la confiance dans l'action politique. Le thème de notre combat présidentiel de 2007 reste totalement d'actualité: "Plus juste, la France sera plus forte." Aujourd'hui, c'est l'injustice qui affaiblit la France. Nous sommes dirigés, comme le disait déjà François Mitterrand, par "un clan" qui s'occupe de lui-même, de ses proches, de ses réseaux. Beaucoup d'acquis ont été cassés sans raison – retraite, éducation, santé, etc. – provoquant beaucoup d'angoisses. Nous devrons à la fois réparer et construire l'avenir de façon crédible en incarnant une nouvelle espérance.

Est-ce suffisant pour remonter le moral des Français ?

Je vois bien que la dureté de la crise débouche sur la dénonciation de l'impuissance politique et sur l'interdiction de rêver un avenir meilleur. Mais "on gouverne un pays par le souffle, pas seulement par le raisonnement", écrivait François Mitterrand. La question de la promesse politique doit être totalement repensée.

 


François Mitterrand au Parlement européen de Strasbourg en 1995 : "Car il faut vaincre notre histoire, et si on ne la vainc pas, il faut savoir qu'une règle s'imposera, Mesdames et Messieurs : le nationalisme, c'est la guerre! La guerre, ce n'est pas seulement le passé, cela peut être notre avenir, et c'est nous, c'est vous, Mesdames et Messieurs les députés qui êtes désormais les gardiens de notre paix, de notre sécurité et de notre avenir."  (envoyé par segolene-royal)

 

Craignez-vous la percée du Front national et la montée du populisme, à gauche comme à droite ?

Bien sûr, et si on ne le combat pas, le Front national sera plus haut qu'on ne le dit dans les sondages. Pour des raisons très simples: ils ont une candidate et un programme et ils vont prospérer sur la paupérisation des Français, la trahison des promesses et le rejet des politiques. Ainsi que sur les dysfonctionnements de l'Europe. Nous avons un vrai combat à conduire vers l'électorat populaire. J'oppose au simplisme des replis identitaires, source de violence, la volonté de reconstruire une communauté nationale de travail, de dialogue et de création. Elle sera ouverte, sans peur mais sans naïveté sur un modèle en mouvement où la France, dans l'Europe, doit retrouver une parole qui porte et surtout qui passe aux actes.

Le PS est-il à l'abri d'un nouveau 21 avril ?

Non, rien n'est acquis. Il y a toujours un risque d'être absent du second tour de la présidentielle. C'est pour ça qu'il ne faut pas tarder sur l'avenir meilleur que l'on sera capable de construire pour et avec les catégories populaires.

Propos recueillis par Sophie Landrin et Olivier Schmitt

Partager cet article

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

Page D'accueil

  • : Militants de l'Espoir à gauche
  • Militants de l'Espoir à gauche
  • : Militants de l'Espoir à gauche réunit toutes celles et tous ceux qui soutiennent la ligne politique de Ségolène Royal pour une gauche démocratique, sociale, et écologique.
  • Contact

La fabrique AGIS !

dominique bertinotti (2)Dominique BERTINOTTI (75), Philippe ALLARD (75), Amale CHEBIB (75), Fabien SECHERRE (75), Françoise DEGOIS (75), Cyril CIBERT (86), Cécile FORTINEAU (23), christian CHOTARD (91), Eliane LEMAGNEN (64), esfand KHALAF (90), Laure BARGUILLET (87), Ahmed LAARAJ (30), Isabelle MALBERTI (75), Guy VERDIER (13012), catherine CANTAU (40), gilles CAILLET (91), Noëlle PLANCHAIS (56250), Gérard JABUT (69), Jocelyne BERDU (75), Jean-Pierre GUILBERT (75), Hélène MERMBERG, , Eric BRUN (63), Stéphanie SMANIOTTO,Eric CORNIER (33), Joelle FERAL, Gerard RAISER, Catherine RUBIO (33), Didier ANTONELLI, Nabil SANTO (75), Eliane LEMAGNEN (64), Céline LOOT, Pierre NSIMBA-DELEZAY (93), Marianne-Ségolène GINDREY (62), , Monique BONNIN (37), Jean-François THILLET (43), Jacqueline BOULET, Alain MAIRE (76), Caroline BERTRAN, Jacques MAZELLA (44), Christiane CHIROL, Rodrigue KOKOUENDO (77), Robert SIMON (75), francoise LALLIER (78), Sylvette GIRARD (28), claudine MOURET (41000), alban GUAY (37), roland ASTIER (38), mirella GOULOIS (62300), Michel CHARPENTIER (73), marie-neige PHILIPPE (44), Jean Jacques BAUGÉ (37), rachida MAZARIE (94), jacqueline LAKSANDER (2), pierrette LARDREAU (19100), martial LEHOUX (24), Rene PHILIPPEAU (91), Jean-Pierre HERY (2), Christine MALCOR (91), Jean KOMOROWSKI (33), , , Patricia VAN HALUIDYN (86), Claude BILLARDON (75), J-RAYMOND MAGUEUR (29), Claire CLAUDE (49), David VIEILLE, Laetitia DE WARREN (69), Georges RAULT (35), Michel CHATAIGNER (76), Chantal DEPUERS (6), YOLANDE PAVAN (93270), Maïté CAZAUX (33), Colette CHARBONNE (31), Hiroko KOMORI (75), M.J. SINAT (77), France-Marie NESPO-BIAIS (78000), Elisabeth HUSSON (75), Martine TREGRET (91), Andrée & Marie-Paule AUFAURE (3), Bernard JANODET (69), Yves FRUCHON (69), christiane NOUGARET (30), véronique SAINT-PAUL (75020), Marie-Noëlle VIBERT (94), Annick LE ROY (91), micheline HAREL (75), francoise QUELIN (77), jean baptiste TROUPLIN (75020), Elisabeth ARNAUD (33), Jean BRUNEL (13), Maryse MARTIN (17), Jacques ERNEST (92), Maurice BUTTIN (75015), Alain DRONEAUD (72430), Norel Houda AUMONT-GHÉDIR (75), Vanessa BAUDAT SLIMANI (45), CLAUDE TARRIERE (92500), Gérard PARCOT (91), FRANCK DAGORNE (56890), Ariane MATHIEU (77), Philippe POIGNANT (50), , Nadine AMIEL (75), Bernard FERRÉ (78), José THIOLLET (86), jerome DOUADY (38), Marcel AMIEL (75), arsene BOUTERFA (93500), sylvie SAINT PIERRE (95100), , Aurélien LONGÉ-LÉTANG (86), Fabrice BERARDI (13), Hubert TERRIGHI (47), Martine LEBRUN (94130), jean BURNELEAU (85), Marie FARRET (16), Janine CRESPIN (75013), sandrine PIERRON (86), cartier FLAVIEN (86), Dominique MENNESSON (94), Pierre BRUSSELLE (94), Eric DUCROS (86), , Romain ZARKA (75), Brigitte BEAUMANOIR (95), Olivier SALVANO-LUBESPÈRE (75), francoise ROZAN (12), Francine GILBERT REULIER (92), Christian AGON (75003), alain PIQUET (76), Laetitia CHEVROT (63), CHRISTIANE GOMEZ (86), Marc BONNICHON (33), Joëlle DE CORTE (17), Nadjet BOUCHIKHI (13), Yves FRUCHON (69), maryleine SIGRIST (5), Françoise CLEOSTRATE (34), Sébastien COUDRY (25), nicolas METIVIER (86), pierre HUYARD (17), Cécile GUILBERT (63), Bonaventure MBAYA (91), Bernard JANODET (69), Régis COTTET (86), martial LEHOUX (24), anthony ROUSSEAU (86), jean claude MAURIN (30), Jean-Claude CHEBROU (63), bruno OLIVIER (78), Jean-François VIONNET (26), ...

Pour rejoindre la fabrique socialiste AGIS : link