Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juillet 2011 3 20 /07 /juillet /2011 12:21

 

S1.jpg

 

Ségolène Royal était à Solferino lundi matin pour une réunion de travail sur les quartiers populaires – le PS a mis ses locaux à la disposition des candidats – et a réagit devant les caméras de l’AFP sur la question des débats au cours de la primaire et sur celui du rassemblement.

 

 

 

« Je souhaite bien évidemment que les Français aient droit à des débats. Pourquoi ? Parce qu’il faut donner envie aux Français de venir voter, c’est ce qui va nous donner un souffle, une dynamique pour cette campagne présidentielle.

Je souhaite qu’il y ait 3 à 4 millions de Français, par exemple, qui puisse venir voter, et pour éclairer les choix de leur avenir, pour que les Français prennent en main leur devenir, puissent peser sur les décisions politiques que nous allons prendre en leur nom, eh bien il est très important qu’ils puissent nous écouter, nous comparer, peser les arguments. […]

Les partenaires privilégiés des socialistes, c’est à gauche que nous les trouvons. À gauche, chez les altermondialistes, chez les écologistes, chez les centristes humanistes, et puis, bien évidemment, tendons la main à tous ceux qui veulent que la France se redresse, et qu’elle redevienne fidèle aux valeurs de la République française, la Liberté, l’Egalité, la Fraternité, l’Etat impartial, la lutte contre les inégalités. »

C’est cependant la presse qui a recueilli les réactions les plus intéressantes, Le Figaro lundi, Libération et France Inter hier.

Ségolène Royal expliqué dans Le Figaro : « Il faut des débats. Les électeurs se sentiraient frustrés. Ce serait incompréhensible qu'il n'y en ait pas », pour ajouter dans Libération : « C’est un défi démocratique, les gens ne comprendraient pas que les débats soient étouffés. Zéro débat, ne pas nous voir ensemble, ce n’est pas tenable ».

Et d’ajouter : « Les gens se révèlent dans les débats, il ne faut pas avoir peur de son ombre. […] C'est le moment de vérité les débats. À nous de maîtriser les risques. Il y a moins de risque de dérapage dans un débat que s'il n'y a pas de débat. ».

 

Martine-Aubry.jpg

Martine Aubry à Avignon, JT de 20h de France 2 dimanche dernier : la chaîne publique ne maîtrise pas encore la liste des candidates et candidats à la primaire du PS apparemment...

Un exemple récent : les petites phrases du « off » d’Avignon sur la culture, partie de fleuret moucheté à quelques rues de distance, où Martine Aubry a proposé d’augmenter de « 30 à 50% » le budget de la culture, et ou François Hollande a rétorqué.

 

Francois-Hollande.jpg

François Hollande à Avignon, JT de 20h de France 2 dimanche dernier

 « Je pense que ce n’est pas une surenchère que l’on doit demander. Mais moi je ne tomberai pas dans une espèce de montée, là, comme ça, à l’échelle, qu’on appelle du perroquet je crois, où on va proposer plus. Non, il faut dire la vérité sur l’état de nos comptes, et en même temps dire que la culture sera une de nos priorités. »

Ségolène Royal a souligné à ce sujet : « Je ne veux pas me laisser dicter mon temps par le temps des autres. Organisons un débat sur la culture. ».

Et Ségolène Royal d’annoncer : « J'accepterai tous les débats que la presse me proposera. C'est un devoir vis-à-vis des électeurs. »

La candidate est par ailleurs revenue sur la ‘fable’ des sondages de 2006 :

« Il faut arrêter avec cette fable selon laquelle j'aurais été désignée grâce aux sondages. Les débats ont été décisifs en 2006. Vous ne pensez pas que face à deux anciens ministres de l'Économie, il fallait tenir la route? Ils m'ont mis six débats en pensant que j'allais m'effondrer, pour “crever la bulle des sondages”, disaient-ils. Mais si j'avais été mauvaise dans ces débats, les sondages n'auraient pas tenu. »

Nicolas-B. Béliard ✔
Ceux qui pensent que S. Royal a été désignée en 2006 par les sondages oublient les 6 débats avec deux anciens Ministres de l'Économie...

19 Jui via web


Du côté des autres candidats, comme l’écrit Libération : « À bien y regarder, aucun des autres candidats n’est ouvertement contre les débats. ».

Du côté d’Arnaud Montebourg et de Manuel Valls, on est pour. « C’est logique et sain », souligne Aquilino Morelle, le directeur de la campagne d’Arnaud Montebourg. « Il faut des débats contradictoires. Nous ne sommes pas les seuls à le demander, mais rien ne vient. », explique-t-on dans l’entourage de Manuel Valls.

 

Pierre-Moscovici.jpg


François Hollande ne s’est pas directement exprimé sur le sujet ces deux derniers jours, mais le « coordinateur » de sa campagne, Pierre Moscovici, est intervenu mardi sur France Inter :

« Pierre Moscovici, êtes-vous favorable à des débats en direct entre les candidats socialistes à la primaire ? »

« Oui, et là je m’exprime en tant que coordinateur de la campagne de François Hollande, nous n’avons pas à avoir peur des débats. Dès lors qu’il y a une primaire, les Français doivent pouvoir connaître les différences entre les candidats. Différences, j’y insiste, nuances, différences, mais pas attaques personnelles. J’ai lu, après le week-end, un certain nombre de coupures de presse qui disaient les rivalités s’exacerbent, il y a de la tension, etc. Pas du tout !

Simplement, on doit quand même pouvoir dire des choses différentes sur des sujets importants, sur la vérité des comptes publics, sur les équilibres des finances publiques, sur les priorités budgétaires, sur la manière de gérer l’Etat dans une situation de crise, il peut y avoir des différences entre les candidats. Et donc que les Français puissent juger sur place et sur pièces.

Qu’ils le fassent à partir de vrais débats, oui, je trouve que c’est bien. Et ça permettra de voir qu’il y a à la fois entre les candidats socialistes du respect, voire de la convivialité, mais en même temps que ce n’est pas juste le choix de celui qui est le plus sympathique ou de celle qui est le plus ceci ou cela, mais que c’est un vrai choix de fond.

Quel est celui qui est le mieux placé pour battre Nicolas Sarkozy ? Quel est celui qui a la vision la plus claire pour le pays ? C’est ça que ces débats peuvent apporter, donc je dis oui aux débats, et nous disons oui aux débats. »

Espérons tout de même que les thèmes abordés ne seront pas uniquement ceux du déficit et des comptes publics ou de la gestion crise, chers à François Hollande, mais bel et bien de ce qu’il faut faire, structurellement, pour résoudre les problèmes, comme le disait Ségolène Royal sur France 2 dimanche soir.

 

S1-JT-France-2-.jpg


« On nous dit qu’il faut lutter contre les déficits, mais qu’est-ce qu’il faut faire pour lutter contre les déficits ? C’est d’abord déployer la formidable créativité que nous avons, en particulier dans nos petites et moyennes entreprises c’est de réaliser cette nouvelle frontière que représente la croissance verte, le développement durable, et la voiture électrique, c’est de faire en sorte que l’on puisse, en luttant contre les inégalités, faire en sorte, donc, que la politique devienne efficace. »

La surprise est venue de Martine Aubry, qu’on disait dans la presse peu favorable aux vrais débats, les débats contradictoires.

À Libération, elle a confié hier : « Tout me va. [Il faut] de vrais débats, pas figés comme la dernière fois avec des questions connues à l’avance et sans relance», avec des échanges «pointus». Martine Aubry suggère pour atteindre ce but de s’inspirer de la primaire EE-LV, où les débats étaient arbitrés par des journalistes - des spécialistes de politique, d’économie et des affaires internationales - qui seraient chargés de « nous pousser dans nos retranchements ».

« Il faut qu’on voie vraiment ce qu’on a dans le ventre, la rigueur d’analyse, la capacité de faire », conclut la candidate maire de Lille.

L’entourage de Martine Aubry est beaucoup moins positif : « Un débat entre les deux tours devrait suffire », plaide un des 19  secrétaires nationaux du PS dans son équipe, disant vouloir éviter les « débats pugilats ».

Mais alors, qui a peur du débat contradictoire ? On vient de le voir, les amis, l'équipe de Martine Aubry. Les candidats, en façade, semblent désormais d’accord. Qui d’autre donc ?

Eh bien les seuls – en façade du moins – à ne pas être enthousiasmés à l’idée de débats contradictoires, sinon, ce sont ceux qui dirigent l’appareil du parti, le Premier secrétaire par intérim et le porte-parole. Ils n’affichent pas leur confiance dans la capacité de leur candidate – Martine Aubry – qui, elle s’est jetée dans le grand bain – enfin !

 

S4-bonsoir-Harlem.jpg


Ségolène Royal est d’ailleurs allée s’adresser à Harlem Désir mercredi 13 juillet, alors qu’il était l’invité d’Élysée 2012 sur i>TELE, pour demander des « débats démocratiques ». « Je compte sur toi ! », a-t-elle conclu avec un sourire radieux.

Résumons : l’appareil du PS ne souhaite pas vraiment de débat contradictoire, et des amis, l’équipe de Martine Aubry sont sur la même longueur d’onde. Mais qui y a-t-il dans l’équipe de Martine Aubry ? 19 secrétaires nationaux du PS, principalement. Ah, l’appareil du PS !

Souhaitons que les paroles volontaires de Martine Aubry soient entendues et appliquées par ses amis, tous ses amis, dans son équipe et au sein du PS.

Ces primaires sont celles des Français, pas celles des seuls adhérents du Parti socialiste, dont je fais partie.

Frédérick Moulin

Partager cet article

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

Berard Jean-paul 20/07/2011 14:06



Tous les candidats sont d' accord pour que des débats soient organisés.


Il y va de l' intérêt de tous que ceux-ci soient organisés pour inciter les françaises et les français à s' intéresser à l' alternative cohérente pour l' élection présidentielle.



Page D'accueil

  • : Militants de l'Espoir à gauche
  • Militants de l'Espoir à gauche
  • : Militants de l'Espoir à gauche réunit toutes celles et tous ceux qui soutiennent la ligne politique de Ségolène Royal pour une gauche démocratique, sociale, et écologique.
  • Contact

La fabrique AGIS !

dominique bertinotti (2)Dominique BERTINOTTI (75), Philippe ALLARD (75), Amale CHEBIB (75), Fabien SECHERRE (75), Françoise DEGOIS (75), Cyril CIBERT (86), Cécile FORTINEAU (23), christian CHOTARD (91), Eliane LEMAGNEN (64), esfand KHALAF (90), Laure BARGUILLET (87), Ahmed LAARAJ (30), Isabelle MALBERTI (75), Guy VERDIER (13012), catherine CANTAU (40), gilles CAILLET (91), Noëlle PLANCHAIS (56250), Gérard JABUT (69), Jocelyne BERDU (75), Jean-Pierre GUILBERT (75), Hélène MERMBERG, , Eric BRUN (63), Stéphanie SMANIOTTO,Eric CORNIER (33), Joelle FERAL, Gerard RAISER, Catherine RUBIO (33), Didier ANTONELLI, Nabil SANTO (75), Eliane LEMAGNEN (64), Céline LOOT, Pierre NSIMBA-DELEZAY (93), Marianne-Ségolène GINDREY (62), , Monique BONNIN (37), Jean-François THILLET (43), Jacqueline BOULET, Alain MAIRE (76), Caroline BERTRAN, Jacques MAZELLA (44), Christiane CHIROL, Rodrigue KOKOUENDO (77), Robert SIMON (75), francoise LALLIER (78), Sylvette GIRARD (28), claudine MOURET (41000), alban GUAY (37), roland ASTIER (38), mirella GOULOIS (62300), Michel CHARPENTIER (73), marie-neige PHILIPPE (44), Jean Jacques BAUGÉ (37), rachida MAZARIE (94), jacqueline LAKSANDER (2), pierrette LARDREAU (19100), martial LEHOUX (24), Rene PHILIPPEAU (91), Jean-Pierre HERY (2), Christine MALCOR (91), Jean KOMOROWSKI (33), , , Patricia VAN HALUIDYN (86), Claude BILLARDON (75), J-RAYMOND MAGUEUR (29), Claire CLAUDE (49), David VIEILLE, Laetitia DE WARREN (69), Georges RAULT (35), Michel CHATAIGNER (76), Chantal DEPUERS (6), YOLANDE PAVAN (93270), Maïté CAZAUX (33), Colette CHARBONNE (31), Hiroko KOMORI (75), M.J. SINAT (77), France-Marie NESPO-BIAIS (78000), Elisabeth HUSSON (75), Martine TREGRET (91), Andrée & Marie-Paule AUFAURE (3), Bernard JANODET (69), Yves FRUCHON (69), christiane NOUGARET (30), véronique SAINT-PAUL (75020), Marie-Noëlle VIBERT (94), Annick LE ROY (91), micheline HAREL (75), francoise QUELIN (77), jean baptiste TROUPLIN (75020), Elisabeth ARNAUD (33), Jean BRUNEL (13), Maryse MARTIN (17), Jacques ERNEST (92), Maurice BUTTIN (75015), Alain DRONEAUD (72430), Norel Houda AUMONT-GHÉDIR (75), Vanessa BAUDAT SLIMANI (45), CLAUDE TARRIERE (92500), Gérard PARCOT (91), FRANCK DAGORNE (56890), Ariane MATHIEU (77), Philippe POIGNANT (50), , Nadine AMIEL (75), Bernard FERRÉ (78), José THIOLLET (86), jerome DOUADY (38), Marcel AMIEL (75), arsene BOUTERFA (93500), sylvie SAINT PIERRE (95100), , Aurélien LONGÉ-LÉTANG (86), Fabrice BERARDI (13), Hubert TERRIGHI (47), Martine LEBRUN (94130), jean BURNELEAU (85), Marie FARRET (16), Janine CRESPIN (75013), sandrine PIERRON (86), cartier FLAVIEN (86), Dominique MENNESSON (94), Pierre BRUSSELLE (94), Eric DUCROS (86), , Romain ZARKA (75), Brigitte BEAUMANOIR (95), Olivier SALVANO-LUBESPÈRE (75), francoise ROZAN (12), Francine GILBERT REULIER (92), Christian AGON (75003), alain PIQUET (76), Laetitia CHEVROT (63), CHRISTIANE GOMEZ (86), Marc BONNICHON (33), Joëlle DE CORTE (17), Nadjet BOUCHIKHI (13), Yves FRUCHON (69), maryleine SIGRIST (5), Françoise CLEOSTRATE (34), Sébastien COUDRY (25), nicolas METIVIER (86), pierre HUYARD (17), Cécile GUILBERT (63), Bonaventure MBAYA (91), Bernard JANODET (69), Régis COTTET (86), martial LEHOUX (24), anthony ROUSSEAU (86), jean claude MAURIN (30), Jean-Claude CHEBROU (63), bruno OLIVIER (78), Jean-François VIONNET (26), ...

Pour rejoindre la fabrique socialiste AGIS : link