Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 septembre 2010 3 29 /09 /septembre /2010 22:55

Sego-2.jpg

Ségolène Royal était ce matin l’invitée de l’émission matinale « Les 4 Vérités » sur France 2 aujourd’hui à 7h50. Elle était interviewée par Roland Sicard.

Ségolène Royal a abordé les thèmes des attentats déjoués en France et en Europe ces derniers jours, du budget présenté en conseil des ministres ce matin, du retour de l’ex-candidate à la présidence de la République sur la scène médiatique et de son éventuelle candidature aux primaires du PS, et de l’unité retrouvée du PS et de la nécessaire alternance.

F.M.

envoyé par inet


Roland Sicard : bonjour à tous, bonjour Ségolène Royal.

Ségolène Royal : bonjour.

Roland Sicard : avant de parler du budget, je voudrais qu’on revienne sur ces attentats qui auraient été déjoués en France, en Grande-Bretagne, en Allemagne. Il y a quelques jours, vous disiez qu’il y avait une part de mise en scène dans la communication du gouvernement sur ce sujet. Est-ce que ce matin vous diriez la même chose ?

Ségolène Royal : ça a dérangé parce que j’ai dit une certaine vérité. Et ce que vous venez de rappeler, c’est-à-dire que certains attentats ont été déjoués sans que ça se sache, confirme ce que j’avais dit, c’est-à-dire qu’il y a incompatibilité entre une action sérieuse de lutte contre le terrorisme et des conférences de presse ministérielles. Seule, je crois, la Direction Centrale du Renseignement Intérieur est habilitée à parler sur un aspect technique, mais en aucun cas la politique ne doit se mêler de la lutte contre le terrorisme, et je me réjouis que des attentats aient été bien évidemment déjoués, c’est d’ailleurs le rôle, tous les jours, des services compétents dans ce domaine.

Roland Sicard : mais vous pensez qu’il y a trop de communication sur le sujet ?

Ségolène Royal : j’ai dit ce que j’avais à dire. Je crois qu’il était bien que le Premier ministre reçoive enfin les groupes parlementaires de l’opposition, ce qui aurait dû être fait, d’ailleurs, avant les communications ministérielles. Donc les choses sont rentrées dans l’ordre et je crois que le ministre de l’Intérieur se gardera à l’avenir de faire des communications qui ont pour objectif de gêner d’ailleurs souvent les services de renseignement, et d’informer autant les terroristes que l’opinion publique qui est parfois injustement affolée, surtout lorsqu’il y a multiplication des alertes à la bombe fantaisistes.

Roland Sicard : alors sur le budget, il va être présenté ce matin, il y a 40 milliards d’économies. Vous parleriez d’austérité, de rigueur, quel terme ?

Ségolène Royal : c’est un budget qui est à la fois injuste, insuffisant et anti-écologiqueInjuste parce que, comme l’a dit d’ailleurs le président de la commission des finances Jérôme Cahuzac, c’est la plus forte hausse [« Président socialiste, je précise », ajoute Roland Sicard] oui, président socialiste, c’est la plus forte hausse d’impôt depuis 1995, c’est-à-dire depuis 15 ans, sauf pour les grandes fortunes avec le maintien du bouclier fiscal.

Ensuite c’est insuffisant, puisque la dette publique a doublé en 5 ans. Il faut savoir que le gouvernement emprunte aujourd’hui 1 milliard d’euros par jour, il faut que les Français le sachent, donc quand le gouvernement récupère seulement 10 milliards sur les niches fiscales, c’est 10 jours seulement d’emprunt, c’est très, très faible, il aurait fallu faire un effort plus important et surtout, en 3 ans, on aurait attendu des réformes structurelles dans la loi de finance qui auraient permis à la fois de maîtriser les recettes et de maîtriser les dépenses.

Enfin, c’est un budget anti-écologique, ça je crois que c’est assez grave, puisqu’un des ressorts de la croissance, c’est la croissance verte, qui est très directement frappée, freinée dans ce budget puisque les impôts supplémentaires arrivent sur l’énergie photovoltaïque, avec la réduction de l’avantage fiscal, après avoir diminué [les prix de] vente de l’énergie photovoltaïque, et je le vois puisque je préside une région qui est à l’avant-garde de l’énergie solaire et qui a mis en place un plan européen de développement, de construction de panneaux photovoltaïques. Aujourd’hui cette filière est gravement déstabilisée, fragilisée, or c’est un de nos atouts industriels majeurs, et j’espère qu’au cours du débat parlementaire, le gouvernement remettra les avantages fiscaux sur les énergies renouvelables, et les remplacera par une suppression des niches sur des dépenses à effet carbone négatif.

Roland Sicard : sur la suppression des niches, sur les taxes sur les banques par exemple, ça c’est des mesures que les socialistes avaient proposées ?

Ségolène Royal : écoutez, pour être honnête et ne pas tomber dans la caricature, je dirais que certaines mesures vont dans la bonne direction, par exemple l’annualisation des exonérations des cotisations patronales qui intègrent désormais les primes et le 13ème mois, ça va dans la bonne direction, encore que je crois qu’il aurait fallu en exonérer les PME confrontées à la concurrence internationale. Les taxes bancaires ou les taxes sur les assurances vont dans la bonne direction, mais il est très important qu’au cours du débat les socialistes obtiennent un encadrement et un contrôle de ces taxesSinon que va-t-il se passer ? Elles vont être répercutées sur les clients et sur les consommateurs, c’est-à-dire diminuer le pouvoir d’achat, alors qu’elles doivent impérativement être prélevées sur les bénéfices des banques et des assurances, et pas sur les clients, surtout en France où un récent rapport a montré que la tarification bancaire était parmi les plus élevées d’Europe. Donc attention à ne pas répercuter de bonnes décisions sur le pouvoir d’achat car aujourd’hui la croissance est essentiellement tirée par la consommation, il ne faut pas la ralentir.

Roland Sicard : François Baroin a annoncé une mesure qui vous concerne, c’est le gel des dotations pour les collectivités locales. Qu’est-ce qu’en pense la présidente de région que vous êtes ?

Ségolène Royal : c’est forcément une très mauvaise nouvelle. Pourquoi c’est une très mauvaise nouvelle ? C’est parce que l’Etat a transféré beaucoup de responsabilités sur les régions, que nous sommes des territoires dynamiques, et je crois que ce n’est pas en freinant les territoires dynamiques qui créent des activités, des emplois, qui sont en charge de la formation professionnelle ou, comme je le disais à l’instant, de la croissance verte, des investissements industriels, que l’on va relever le pays. Ce qui est dommage aussi c’est qu’il n’y ait pas eu de discussions, de négociations avec les présidents de région que nous sommes, parce que je crois qu’il y a des ressources d’économies à faire dans les dépenses publiques, s’il y avait une bonne articulation entre ce que fait l’Etat, ce que font les départements et ce que font les régions. Car enfin il faut trouver des économies pour réduire la dette. Des économies il y en a si on fait en sorte qu’un euro dépensé soit un euro utile, et je ne vois pas pourquoi ce qui est possible au plan local, dans la région que je préside je n’ai pas augmenté les impôts pendant 6 ans, j’ai diminué la dette, et j’ai pourtant fait tous les investissements stratégiques en révisant tous les ans l’opportunité des dépenses publiques, et moi je pense que ce qui est fait là doit être fait au niveau national.

Roland Sicard : on vous a beaucoup entendue depuis quelques temps notamment sur les retraites. Est-ce que ce retour sur le terrain médiatique, c’est une manière de vous relancer dans la course aux primaires pour le Parti socialiste ?

Ségolène Royal : (sourire) mais vous savez, je suis là parce que vous m’avez invitée. Je crois qu’il y a beaucoup de sujets d’actualité qui sont très forts et c’est vrai que ma voix porte. Et chaque fois que je crois nécessaire de donner ma voix à ceux qui sont souvent sans voix, je pense à la question des retraites, il y a des combats sociaux à conduire, et ma responsabilité de femme politique, c’est de les conduire, de prendre la parole à la fois pour m’opposer, mais aussi pour proposer, et pour montrer qu’un autre chemin est possible.

Roland Sicard : oui mais sur ces primaires, est-ce que vous, vous serez candidate, est-ce que vous pouvez nous le dire ce matin ?

Ségolène Royal : non, je ne peux pas vous le dire ce matin, je crois que chaque chose en son temps. Ce qui est très important aujourd’hui c’est que l’unité des socialistes ait été reconstruite. J’ai beaucoup œuvré pour cela, compte tenu de toutes les vicissitudes du passé (rire)

Roland Sicard : il y a des voix discordantes, hein, il y a Malek Boutih ce matin qui dit du mal de Martine Aubry

Ségolène Royal : eh bien je crois que ce n’est pas bien, il a perdu une occasion de se taire, il faut que les socialistes apprennent à être un peu disciplinés. C’est bien la liberté de parole, mis c’est bien aussi la protection de l’unité. L’alternance viendra, si les socialistes restent unis. Et je ferai tout pour cela, je ne laisserai personne porter atteinte à cette unité, à cette fraternité retrouvée.

Partager cet article

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

mirjossbom 30/09/2010 15:17



Toujours "droite dans ses bottes - et solide!! Oui, bravo et j'adhère à la dernière phrase sur les annuités rédigée par Louis.


Cette femme mérite non seulement notre soutien mais un respect appuyé!



louis basset 30/09/2010 09:51



Une nouvelle fois, bravo, madame, pour votre intervention aux quatre vérités, pourquoi par contre ne pas envisager une plus forte taxation des banques et surtout des opérations financières?
Au sujet de la réforme des retraites d'accord pour le retour à 60 ans quand la gauche reviendra au pouvoir, grace à vous, j'espère, mais par contre pourquoi ne pas insister sur les 37,5 années de
cotisations pour bénéficier d'une retraite acceptable? Merci. A bientôt. Louis Basset Désirs d'Avenir 29



Page D'accueil

  • : Militants de l'Espoir à gauche
  • Militants de l'Espoir à gauche
  • : Militants de l'Espoir à gauche réunit toutes celles et tous ceux qui soutiennent la ligne politique de Ségolène Royal pour une gauche démocratique, sociale, et écologique.
  • Contact

La fabrique AGIS !

dominique bertinotti (2)Dominique BERTINOTTI (75), Philippe ALLARD (75), Amale CHEBIB (75), Fabien SECHERRE (75), Françoise DEGOIS (75), Cyril CIBERT (86), Cécile FORTINEAU (23), christian CHOTARD (91), Eliane LEMAGNEN (64), esfand KHALAF (90), Laure BARGUILLET (87), Ahmed LAARAJ (30), Isabelle MALBERTI (75), Guy VERDIER (13012), catherine CANTAU (40), gilles CAILLET (91), Noëlle PLANCHAIS (56250), Gérard JABUT (69), Jocelyne BERDU (75), Jean-Pierre GUILBERT (75), Hélène MERMBERG, , Eric BRUN (63), Stéphanie SMANIOTTO,Eric CORNIER (33), Joelle FERAL, Gerard RAISER, Catherine RUBIO (33), Didier ANTONELLI, Nabil SANTO (75), Eliane LEMAGNEN (64), Céline LOOT, Pierre NSIMBA-DELEZAY (93), Marianne-Ségolène GINDREY (62), , Monique BONNIN (37), Jean-François THILLET (43), Jacqueline BOULET, Alain MAIRE (76), Caroline BERTRAN, Jacques MAZELLA (44), Christiane CHIROL, Rodrigue KOKOUENDO (77), Robert SIMON (75), francoise LALLIER (78), Sylvette GIRARD (28), claudine MOURET (41000), alban GUAY (37), roland ASTIER (38), mirella GOULOIS (62300), Michel CHARPENTIER (73), marie-neige PHILIPPE (44), Jean Jacques BAUGÉ (37), rachida MAZARIE (94), jacqueline LAKSANDER (2), pierrette LARDREAU (19100), martial LEHOUX (24), Rene PHILIPPEAU (91), Jean-Pierre HERY (2), Christine MALCOR (91), Jean KOMOROWSKI (33), , , Patricia VAN HALUIDYN (86), Claude BILLARDON (75), J-RAYMOND MAGUEUR (29), Claire CLAUDE (49), David VIEILLE, Laetitia DE WARREN (69), Georges RAULT (35), Michel CHATAIGNER (76), Chantal DEPUERS (6), YOLANDE PAVAN (93270), Maïté CAZAUX (33), Colette CHARBONNE (31), Hiroko KOMORI (75), M.J. SINAT (77), France-Marie NESPO-BIAIS (78000), Elisabeth HUSSON (75), Martine TREGRET (91), Andrée & Marie-Paule AUFAURE (3), Bernard JANODET (69), Yves FRUCHON (69), christiane NOUGARET (30), véronique SAINT-PAUL (75020), Marie-Noëlle VIBERT (94), Annick LE ROY (91), micheline HAREL (75), francoise QUELIN (77), jean baptiste TROUPLIN (75020), Elisabeth ARNAUD (33), Jean BRUNEL (13), Maryse MARTIN (17), Jacques ERNEST (92), Maurice BUTTIN (75015), Alain DRONEAUD (72430), Norel Houda AUMONT-GHÉDIR (75), Vanessa BAUDAT SLIMANI (45), CLAUDE TARRIERE (92500), Gérard PARCOT (91), FRANCK DAGORNE (56890), Ariane MATHIEU (77), Philippe POIGNANT (50), , Nadine AMIEL (75), Bernard FERRÉ (78), José THIOLLET (86), jerome DOUADY (38), Marcel AMIEL (75), arsene BOUTERFA (93500), sylvie SAINT PIERRE (95100), , Aurélien LONGÉ-LÉTANG (86), Fabrice BERARDI (13), Hubert TERRIGHI (47), Martine LEBRUN (94130), jean BURNELEAU (85), Marie FARRET (16), Janine CRESPIN (75013), sandrine PIERRON (86), cartier FLAVIEN (86), Dominique MENNESSON (94), Pierre BRUSSELLE (94), Eric DUCROS (86), , Romain ZARKA (75), Brigitte BEAUMANOIR (95), Olivier SALVANO-LUBESPÈRE (75), francoise ROZAN (12), Francine GILBERT REULIER (92), Christian AGON (75003), alain PIQUET (76), Laetitia CHEVROT (63), CHRISTIANE GOMEZ (86), Marc BONNICHON (33), Joëlle DE CORTE (17), Nadjet BOUCHIKHI (13), Yves FRUCHON (69), maryleine SIGRIST (5), Françoise CLEOSTRATE (34), Sébastien COUDRY (25), nicolas METIVIER (86), pierre HUYARD (17), Cécile GUILBERT (63), Bonaventure MBAYA (91), Bernard JANODET (69), Régis COTTET (86), martial LEHOUX (24), anthony ROUSSEAU (86), jean claude MAURIN (30), Jean-Claude CHEBROU (63), bruno OLIVIER (78), Jean-François VIONNET (26), ...

Pour rejoindre la fabrique socialiste AGIS : link