Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mai 2011 3 11 /05 /mai /2011 09:19

 

Sego-0824-2-souparl.jpg

 

Dans la seconde partie d’En route vers la présidentielle sur i>TELE hier matin, Ségolène Royal était interrogée par Michaël Darmon, ce qui n’a pas empêché Guillaume Durand de poser de nombreuses questions.

Pour lire la première partie cliquez ici.

N’ayant pu mettre KO Ségolène Royal lors de la première partie et n’ayant pas eu de révélation croustillante, les deux journalistes ont changé de stratégie : ils sont carrément passés aux insinuations malveillantes et à la dénégation.

Darmon d’emblée a ouvert le feu en questionnant Ségolène Royal sur une phrase qu’elle a prononcée récemment : « J’entends des choses que d’autres n’entendent pas. » ; et en faisant le rapprochement avec un discours que la candidate aurait prononcé « à Domrémy face à Jeanne d’Arc en [s’] adressant pratiquement à Jeanne d’Arc » et en parlant de la « mystique de la présidentielle ». On entendait presque déjà une des insultes de 2007, « la folle du Poitou », qui a causé tant de tort à la candidate socialiste alors.

En réponse, Ségolène Royal a été très concrète :

« Qu’est-ce que ça veut dire ? Ça veut dire que tous les jours lorsque je suis auprès d’eux, en effet, j’entends ce que les Français disent, avec beaucoup d’attention, beaucoup d’humilité. »

Quand ensuite la candidate aux primaires a parlé concrètement de sa Région pour montrer que certaines choses étaient possibles, Durand s’est enfermé dans la dénégation : « Mais c’est pas forcément transposable, hein ». Ségolène Royal lui a montré à partir de l’exemple de l’engagement Première Chance que « donc vous voyez que c’est généralisable ».

Face au scepticisme des deux journalistes, Ségolène Royal a été imperturbable et a nettement dominé la seconde partie de l’émission. Elle a rarement laissé ses interlocuteurs lui couper la parole, malgré des tentatives incessantes de leur part, et inlassablement, en gardant la maîtrise de soi, elle a exposé ses idées.

Le premier thème abordé a été celui des « jeunes décrocheurs décrocheurs scolaires » et de l’engagement Première Chance : à l’issue de cette action de la Région Poitou-Charentes, « 60% des jeunes trouvent un emploi ».

Le second thème abordé par Darmon a été l’incapacité du PS à « juguler le Front national ». Ségolène Royal a pointé du doigt la mondialisation : « Qu’est-ce qu’ils me disent les gens ? Ils me disent : la mondialisation se fait sur notre dos. »


Sego-0824-1-SRMD.jpg


Le troisième thème a été longuement développé par Ségolène Royal : comme Ségolène Royal avait cité François Mitterrand et le 10 mai 1981, parlant de « l’espoir », qui se manifestait par un « besoin de protection » et en même temps un devoir de projection vers l’avenir pour accomplir les réformes nécessaires, Darmon a cru bon de glisser : « protection et projeté vers l’avenir, ce sont exactement les deux termes de Nicolas Sarkozy pour sa campagne ».

Ségolène Royal a réagi avec force, moquant le journaliste – « Ah bon, vous avez déjà le slogan de campagne de Nicolas Sarkozy, il est donc en campagne ? » - puis dressant le bilan catastrophique des 4 années de présidence de Sarkozy :

« Il a encore 1 an, au lieu d’être en campagne, il doit être au travail. On lui a confié la maison France. Aujourd’hui, la maison France, elle est totalement détruite. La France est dans le ravin, est dans le fossé. Et donc il faut ressortir la France de cette ornière. »

Darmon a alors parlé du « thème de l’insécurité, ou des insécurités », Ségolène Royal a répondu sur les insécurités car l’insécurité, « elle est dans tous les domaines ».

Durand a utilisé de la dénégation à nouveau : « Il n’a pas du tout peur de vous, visiblement », parlant des socialistes.

Ségolène Royal a alors parlé de la stature et du lien aux gens de François Mitterrand, et la comparaison avec l’actuel président a été saignante :

« François Mitterrand avait de l’allure, du charisme, du respect, de la tenue dans l’exercice de la fonction présidentielle. C’était une façon de nous respecter. Il avait autant d’allure et de tenue sur la scène internationale que pour parler à un agriculteur du Salon de l’agriculture. […]

Souvenez vous de la façon dont [Nicolas Sarkozy] s’est adressé aux Français tout au long de son [quinquennat] : les petits, on les insulte et on leur dit n’importe quoi, et les grands on les respecte et on les caresse. François Mitterrand traitait aussi bien les petits, les gens de peu, ceux qu’il rencontrait dans la rue, ceux qu’il rencontrait dans les campagnes, avec autant d’allure, je le répète, que la prestance qu’il avait sur la scène internationale. Eh bien c’est cette présidence là qu’il faut retrouver. »

Frédérick Moulin

 

<span style="font-size: 12pt; font-family: 'times new roman', times;" _mce_style="font-size: 12pt; font-family: 'times new roman', times;"><span style="font-size: 12pt; font-family: 'times new roman', times;" _mce_style="font-size: 12pt; font-family: 'times new roman', times;"><span style="font-size: 12pt; font-family: 'times new roman', times;" _mce_style="font-size: 12pt; font-family: 'times new roman', times;"><span style="font-size: 12pt; font-family: 'times new roman', times;" _mce_style="font-size: 12pt; font-family: 'times new roman', times;"><span style="font-size: 12pt; font-family: 'times new roman', times;" _mce_style="font-size: 12pt; font-family: 'times new roman', times;"><span style="font-size: 12pt; font-family: 'times new roman', times;" _mce_style="font-size: 12pt; font-family: 'times new roman', times;"><span style="font-size: 12pt; font-family: 'times new roman', times;" _mce_style="font-size: 12pt; font-family: 'times new roman', times;"><span style="font-size: 12pt; font-family: 'times new roman', times;" _mce_style="font-size: 12pt; font-family: 'times new roman', times;"><br> <a href="http://www.dailymotion.com/video/ximus3_s-royal-est-l-invitee-de-en-route-vers-la-presidentielle-itele-le-10-05-2011_news" _mce_href="http://www.dailymotion.com/video/ximus3_s-royal-est-l-invitee-de-en-route-vers-la-presidentielle-itele-le-10-05-2011_news" target="_blank">S.Royal est l'invitée de "En route vers la...</a> <em>par <a href="http://www.dailymotion.com/eric3362" _mce_href="http://www.dailymotion.com/eric3362" target="_blank">eric3362</a></em></span></span></span></span></span></span></span></span>

Seconde partie à partir de 10 min 45 s - S.Royal est l'invitée de "En route vers la... par eric3362

  


Transcription de Militants de l’Espoir À Gauche avec Ségolène Royal : F.M.

Guillaume Durand : Michaël. D’abord bonjour.

Michaël Darmon : bonjour. Alors justement, vous dites vous : « J’entends des choses que d’autres n’entendent pas. ». Alors moi ça m’a rappelé le discours que vous avez prononcé un jour à Domrémy face à Jeanne d’Arc en vous adressant pratiquement à Jeanne d’Arc. Est-ce qu’il y a une mystique dans la présidentielle, et qu’est-ce que vous entendez que les autres n’entendent pas ?

Ségolène Royal, éclatant de rire : je ne me souviens plus. À quelle occasion ai-je prononcé cette …

Michaël Darmon : il y a pas longtemps, là où vous l’avez dit d’ailleurs dans un journal : « J’entends des choses que d’autres n’entendent pas. ».

Ségolène Royal : oui, ce que je voulais… oui, parce que j’ai une capacité d’écoute qu’on a parfois moquée d’ailleurs, que j’ai appelée la démocratie participative, aujourd’hui la Force Citoyenne.

Qu’est-ce que ça veut dire ? Ça veut dire que l’avenir de la France ne peut pas se faire sans les Français et encore moins contre eux. Et que tous les jours lorsque je suis auprès d’eux, en effet, j’entends ce que les Français disent, avec beaucoup d’attention, beaucoup d’humilité, et je crois que cette façon-là de faire de la politique, c’est-à-dire écouter avant d’agir, c’est une façon d’être efficace, c’est-à-dire de donner la garantie aux Français que lorsque je dis quelque chose, je le fais.

Et c’est si vrai que, lorsque les Français me voient travailler en proximité, ils m’élisent massivement, c’est le cas dans la région que je préside, 61% des voix dans cette région, il y a des gens de droite qui ont voté pour moi, 61% des voix, alors que c’est une région 50/50 : il y a deux départements de droite, deux départements de gauche. Pourquoi est-ce que je suis plébiscitée à la tête de ma région ? Parce que je fais ce que je dis, parce que j’écoute les gens, et parce que j’apporte…

Guillaume Durand : mais c’est pas forcément transposable, hein.


Sego-0825-1-SRMD-decrocheur-.jpg

Ségolène Royal : "J’étais hier aux rencontres des jeunes décrocheurs scolaires, 100 000 jeunes qui sortent tous les ans en France sans qualification du système scolaire, qui sont totalement paumés, totalement rejetés et qui ne savent pas de quoi demain sera fait"

Ségolène Royal : … et parce que j’apporte des solutions concrètes aux problèmes. Il y a beaucoup de problèmes transposables, je vais vous donner un exemple. J’étais hier aux rencontres des jeunes décrocheurs scolaires, 100 000 jeunes qui sortent tous les ans en France sans qualification du système scolaire, qui sortent à la fin de la 4ème, qui sortent à la fin de la 3ème, qui sont totalement paumés, totalement rejetés et qui ne savent pas de quoi demain sera fait.

Nous avons créé l’engagement Première Chance, et nous avons conditionné les aides aux entreprises à l’obligation de recruter des jeunes en apprentissage en alternance s’ils reçoivent des aides de la Région. Je recrutais hier une vingtaine de jeunes, savez-vous combien de jeunes décrocheurs qui n’ont rien, qui sortent à 15-16 ans, 17 ans de l’école, sans aucune qualification, retrouvent un emploi à l’issue de cette action de la Région, qui est l’engagement Première Chance, c’est-à-dire main dans la main avec des employeurs qui s’engagent, des chambres des métiers, des artisans, des commerçants ? 60% des jeunes trouvent [Michaël Darmon tente d’interrompre Ségolène Royal], 60% des jeunes trouvent un emploi ! Non mais laiss…

Michaël Darmon : Ségolène Royal, vous allez… vous allez beaucoup dans les quartiers populaires, je vous écoute, mais…


Sego-0826-1-60pc-jnes.jpg

Ségolène Royal : "60% des jeunes trouvent un emploi à l’issue de ce travail donc vous voyez que c’est généralisable"

Ségolène Royal : 60% des jeunes trouvent un emploi à l’issue de ce travail donc vous voyez que c’est généralisable.

Michaël Darmon : on a entendu… justement… alors justement… vous allez beaucoup dans les quartiers populaires, là où aussi le Front national fait des scores importants…

Ségolène Royal : oui.

Michaël Darmon : … pourquoi le Parti socialiste n’arrive-t-il pas à juguler le Front national ?

Ségolène Royal : attendez, attendez les élections déjà.

Michaël Darmon : c’est une tendance.

Ségolène Royal : mais c’est vrai, c’est vrai qu’il y a une partie de notre électorat qui est tenté par le Front national. Pourquoi ? Parce que les gens en ont assez de souffrir, c’est tout, qu’est-ce qu’ils voient, qu’est-ce qu’on voit, qu’est-ce qu’on nous dit ?

Michaël Darmon : ou aussi que le PS n’apporte pas de solution à leurs problèmes ?


Sego-0826-2-mondialisa.jpg

Ségolène Royal : "Qu’est-ce qu’ils me disent les gens ? Ils me disent : la mondialisation se fait sur notre dos"

Ségolène Royal : mais bien sûr, mais bien sûr. Et notamment quoi ? Notamment sur la mondialisation. Qu’est-ce qu’ils me disent les gens ? Ils me disent : la mondialisation se fait sur notre dos. Comment se fait-il que ce soient les salariés et les petits salariés qui subissent l’effet de la mondialisation alors que les grandes entreprises et que les grandes fortunes continuent à s’enrichir ?

(En tapant du poing sur la table) Et par rapport à ça, il faut changer de système. Or le Front national propose un changement de système, un mauvais changement de système, puisque c’est la sortie de l’euro, etc.

Guillaume Durand : ben oui, c’est la sortie de l’Europe, la sortie de l’euro…

Ségolène Royal : la situation de la France serait encore bien plus dramatique que celle qu’elle est aujourd’hui. Mais les gens, ils veulent quoi ? Ils veulent un changement de système. Et donc ils ne voient pas les socialistes aujourd’hui proposer un changement de système. Ça sera l’enjeu de la campagne présidentielle. Moi je pense que sur certains domaines, il faut faire comme François Mitterrand : conserver ce qui doit l’être, conserver nos valeurs fondamentales, et en même temps changer radicalement un certain nombre de choses, et par exemple, moi je veux que l’Etat entre dans le capital des entreprises stratégiques pour que ces entreprises se mettent au service du pays.

Michaël Darmon : ce que proposait également Nicolas Sarkozy pendant la crise, et d’ailleurs à ce propos…

Ségolène Royal, lui coupant la parole : ah bon ?

Michaël Darmon : … à ce propos, tout à l’heure au début de l’entretien…

Ségolène Royal : … il ne l’a pas fait en tout cas.

Michaël Darmon : … au début de l’entretien vous disiez : protection et projeté vers l’avenir, ce sont exactement les deux termes de Nicolas Sarkozy pour sa campagne, vous êtes encore…

Ségolène Royal, l’interrompant : quelle campagne ?

Michaël Darmon : sur la campagne qu’il prépare pour 2012.

Ségolène Royal : ah bon, vous avez déjà le slogan de campagne de Nicolas Sarkozy, il est donc en campagne ?

Guillaume Durand : dans L’Express il a dit : je… y…y…y…


Sego-0828---Maison-Frce.jpg

Ségolène Royal : "Ecoutez, il a encore 1 an, au lieu d’être en campagne, il doit être au travail. On lui a confié on lui a confié la maison France à Nicolas Sarkozy. Aujourd’hui, la maison France, elle est totalement détruite. La France est dans le ravin, est dans le fossé. Et donc il faut ressortir la France de cette ornière"

Ségolène Royal : il est donc en campagne ? Eh bien écoutez, il a encore 1 an, au lieu d’être en campagne, il doit être au travail. On lui a confié la voiture France à Nicolas Sarkozy, on lui a confié la maison France. Aujourd’hui, la maison France, elle est totalement détruite. La France est dans le ravin, est dans le fossé. Et donc il faut ressortir la France de cette ornière. Voilà ce que j’entends moi, vous me dites que j’entends des choses que les autres n’entendent pas. L’autre jour j’ai entendu cette phrase-là, textuellement : « La France est dans le fossé. Qui va nous sortir de l’ornière ? ». Voilà ce que disent les gens.

Michaël Darmon : mais vous pensez aussi que c’est sur le thème de l’insécurité, ou des insécurités, que se jouera la campagne 2012 ?


Sego-0828-2-insecuriteS.jpg

Ségolène Royal : "Mais les Français vivent une insécurité terrible, une insécurité en plus globalisée, bien plus forte qu’il y a 4 ans. Elle est dans tous les domaines"

Ségolène Royal : mais les Français vivent une insécurité terrible, une insécurité en plus globalisée, bien plus forte qu’il y a 4 ans. Elle est dans tous les domaines, elle est même maintenant dans les services publics et à l’école. Donc il y a l’insécurité dans la rue, l’insécurité au travail avec la précarité, l’insécurité dans les salaires avec la hausse des prix, oui, l’insécurité des petits retraités, vous avez vu qu’il y a une explosion du nombre de petits retraités surendettés, ce sont les derniers chiffres de la Banque de France, des gens qui ont trimé toute leur vie, qui ont une petite retraite, et qui aujourd’hui sont obligés d’emprunter, tenez-vous bien, d’emprunter à la fin du mois pour pouvoir manger, c’est ça, ce que Nicolas Sarkozy a fait de la France.

Guillaume Durand : dans L’Express, il dit j…

Ségolène Royal : plus l’insécurité, pardon, l’insécurité à l’école. Aujourd’hui il y a des milliers d’écoles qui sont occupées parce que l’Education nationale ne remplit même plus son rôle. Mais quand les gens perdent tout, y compris l’école de leurs enfants, mais il y a la panique.

Guillaume Durand : Ségolène Royal, il n’a pas l’air de vous redouter, Nicolas Sarkozy, dans L’Express, on notait ça avec Michaël, il a dit : « Je doute beaucoup, mais je redoute peu. ». En gros, ‘je redoute peu les candidats socialistes’.

Ségolène Royal : oui, c’est la méthode Coué, ça.

Guillaume Durand : ben il a dit : « Cette élection, je la sens bien. », aussi.

Ségolène Royal : vous savez, il y a une grande différence entre Nicolas Sarkozy, pour r…

Guillaume Durand, l’interrompant : donc il n’a pas du tout peur de vous, visiblement.

Ségolène Royal : … pour revenir à François Mitterrand, François Mitterrand avait de l’allure, du charisme, du respect, de la tenue dans l’exercice de la fonction présidentielle. C’était une façon de nous respecter. Il avait autant d’allure et de tenue sur la scène internationale que pour parler à un agriculteur du Salon de l’agriculture.

Guillaume Durand : ce qui n’est pas le cas, ce qui ne sera pas le cas de Nicolas Sarkozy ?


Sego-0830-2-gens-de-peu-F-Mitt.jpg

Ségolène Royal : "François Mitterrand traitait aussi bien les petits, les gens de peu, ceux qu’il rencontrait dans la rue, ceux qu’il rencontrait dans les campagnes, avec autant d’allure, je le répète, que la prestance qu’il avait sur la scène internationale. Eh bien c’est cette présidence là qu’il faut retrouver"

Ségolène Royal : eh bien, souvenez vous de la façon dont il s’est adressé aux Français tout au long de son [quinquennat] : les petits, on les insulte et on leur dit n’importe quoi, et les grands on les respecte et on les caresse. François Mitterrand traitait aussi bien les petits, les gens de peu, ceux qu’il rencontrait dans la rue, ceux qu’il rencontrait dans les campagnes, avec autant d’allure, je le répète, que la prestance qu’il avait sur la scène internationale. Eh bien c’est cette présidence là qu’il faut retrouver.

Guillaume Durand : alors, un mot Michaël, c’est vraiment la fin, on a déjà débordé.

Michaël Darmon : un mot, vous l’avez dit le 8 janvier : « J’ai envie de succéder à François Mitterrand. ». Qu’est-ce que vous dites aujourd’hui ?


Sego-0830-1-succeder-F-Mitt.jpg

Michaël Darmon : "Un mot, vous l’avez dit le 8 janvier : « J’ai envie de succéder à François Mitterrand. ». Qu’est-ce que vous dites aujourd’hui ?" - Ségolène Royal : "Mais bien sûr, c’est vraiment l’idéal de tout candidat à l’élection présidentielle"

Ségolène Royal : mais bien sûr, c’est vraiment l’idéal de tout candidat à l’élection présidentielle. Je ne veux pas dire comme d’autres : moi je, moi je, moi je. Je suis au service d’une cause. Et je retiens cette phrase de François Mitterrand : « La cause que nous défendons est plus grande que nous, nous avons la responsabilité d’être à la hauteur de cette cause, et ce n’est pas un itinéraire d’ego, ou un chemin personnel, c’est un enjeu et une mission pour les Français et pour la France. ».

Guillaume Durand : merci Ségolène Royal, et bonne soirée à la Bastille ce soir, puisque vous y serez.

Ségolène Royal : bien sûr.

Partager cet article

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

mirjossbom 11/05/2011 19:00



Voila deux messieurs qui devraient aller prendre des leçons de respect de la personne interviewée avec Christophe Barbier ce qui leur permettrait également
d'apprendre à poser de vraies questions... il est vrai que la leçon ils la prennent en pleine face par une Ségolène Royal qui se sert de leurs bêtises pour rebondir et dire ce qu'elle a à dire de
concret! 



stuart 11/05/2011 17:10



quel mediocrites quand j ai vue et entendue parler certains de la bande de SOLFARINO juste pour se faire voire et c est tout     par contre avez vous vues le film consacrer a
MITTERAND ET UN JOUR UN DESTIN?  SEGOLENE ROYALE N EST PAS APPARUE A AUCUNE PART  PAR CONTRE LA FAMILLE DES ELEPHANTS EUX Y ETAIT TOUS  ILS ONT AUTOMATIQUEMENTS RETIRER SUR LE FILM
SEGOLENE



Page D'accueil

  • : Militants de l'Espoir à gauche
  • Militants de l'Espoir à gauche
  • : Militants de l'Espoir à gauche réunit toutes celles et tous ceux qui soutiennent la ligne politique de Ségolène Royal pour une gauche démocratique, sociale, et écologique.
  • Contact

La fabrique AGIS !

dominique bertinotti (2)Dominique BERTINOTTI (75), Philippe ALLARD (75), Amale CHEBIB (75), Fabien SECHERRE (75), Françoise DEGOIS (75), Cyril CIBERT (86), Cécile FORTINEAU (23), christian CHOTARD (91), Eliane LEMAGNEN (64), esfand KHALAF (90), Laure BARGUILLET (87), Ahmed LAARAJ (30), Isabelle MALBERTI (75), Guy VERDIER (13012), catherine CANTAU (40), gilles CAILLET (91), Noëlle PLANCHAIS (56250), Gérard JABUT (69), Jocelyne BERDU (75), Jean-Pierre GUILBERT (75), Hélène MERMBERG, , Eric BRUN (63), Stéphanie SMANIOTTO,Eric CORNIER (33), Joelle FERAL, Gerard RAISER, Catherine RUBIO (33), Didier ANTONELLI, Nabil SANTO (75), Eliane LEMAGNEN (64), Céline LOOT, Pierre NSIMBA-DELEZAY (93), Marianne-Ségolène GINDREY (62), , Monique BONNIN (37), Jean-François THILLET (43), Jacqueline BOULET, Alain MAIRE (76), Caroline BERTRAN, Jacques MAZELLA (44), Christiane CHIROL, Rodrigue KOKOUENDO (77), Robert SIMON (75), francoise LALLIER (78), Sylvette GIRARD (28), claudine MOURET (41000), alban GUAY (37), roland ASTIER (38), mirella GOULOIS (62300), Michel CHARPENTIER (73), marie-neige PHILIPPE (44), Jean Jacques BAUGÉ (37), rachida MAZARIE (94), jacqueline LAKSANDER (2), pierrette LARDREAU (19100), martial LEHOUX (24), Rene PHILIPPEAU (91), Jean-Pierre HERY (2), Christine MALCOR (91), Jean KOMOROWSKI (33), , , Patricia VAN HALUIDYN (86), Claude BILLARDON (75), J-RAYMOND MAGUEUR (29), Claire CLAUDE (49), David VIEILLE, Laetitia DE WARREN (69), Georges RAULT (35), Michel CHATAIGNER (76), Chantal DEPUERS (6), YOLANDE PAVAN (93270), Maïté CAZAUX (33), Colette CHARBONNE (31), Hiroko KOMORI (75), M.J. SINAT (77), France-Marie NESPO-BIAIS (78000), Elisabeth HUSSON (75), Martine TREGRET (91), Andrée & Marie-Paule AUFAURE (3), Bernard JANODET (69), Yves FRUCHON (69), christiane NOUGARET (30), véronique SAINT-PAUL (75020), Marie-Noëlle VIBERT (94), Annick LE ROY (91), micheline HAREL (75), francoise QUELIN (77), jean baptiste TROUPLIN (75020), Elisabeth ARNAUD (33), Jean BRUNEL (13), Maryse MARTIN (17), Jacques ERNEST (92), Maurice BUTTIN (75015), Alain DRONEAUD (72430), Norel Houda AUMONT-GHÉDIR (75), Vanessa BAUDAT SLIMANI (45), CLAUDE TARRIERE (92500), Gérard PARCOT (91), FRANCK DAGORNE (56890), Ariane MATHIEU (77), Philippe POIGNANT (50), , Nadine AMIEL (75), Bernard FERRÉ (78), José THIOLLET (86), jerome DOUADY (38), Marcel AMIEL (75), arsene BOUTERFA (93500), sylvie SAINT PIERRE (95100), , Aurélien LONGÉ-LÉTANG (86), Fabrice BERARDI (13), Hubert TERRIGHI (47), Martine LEBRUN (94130), jean BURNELEAU (85), Marie FARRET (16), Janine CRESPIN (75013), sandrine PIERRON (86), cartier FLAVIEN (86), Dominique MENNESSON (94), Pierre BRUSSELLE (94), Eric DUCROS (86), , Romain ZARKA (75), Brigitte BEAUMANOIR (95), Olivier SALVANO-LUBESPÈRE (75), francoise ROZAN (12), Francine GILBERT REULIER (92), Christian AGON (75003), alain PIQUET (76), Laetitia CHEVROT (63), CHRISTIANE GOMEZ (86), Marc BONNICHON (33), Joëlle DE CORTE (17), Nadjet BOUCHIKHI (13), Yves FRUCHON (69), maryleine SIGRIST (5), Françoise CLEOSTRATE (34), Sébastien COUDRY (25), nicolas METIVIER (86), pierre HUYARD (17), Cécile GUILBERT (63), Bonaventure MBAYA (91), Bernard JANODET (69), Régis COTTET (86), martial LEHOUX (24), anthony ROUSSEAU (86), jean claude MAURIN (30), Jean-Claude CHEBROU (63), bruno OLIVIER (78), Jean-François VIONNET (26), ...

Pour rejoindre la fabrique socialiste AGIS : link