Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mars 2010 4 18 /03 /mars /2010 19:36
soir-de1tour-082.jpgOn a beaucoup écrit sur l'isolement de Ségolène Royal. Pourtant quel leader politique peut se prévaloir d'un tel soutien populaire qui remplit les salles, inonde la toile ?
Afin de réduire l'effet de ce phénomène, on a entendu le pire. Ces militants seraient des idéolâtres sans conscience politique. Mais la campagne régionale très politique de la Présidente de Poitou-Charentes a balayé cette image. Le résultat très élevé du premier tour avec 38.98% des voix la conforte dans ses choix politiques. Ségolène Royal porte une orientation politique.

Pour essayer de comprendre ce phénomène qui donne à Ségolène Royal une force politique incomparable, Bruno, militant socialiste nous livre son parcours. Depuis son adhésion au PS en 2006, la campagne interne, son vote pour DSK, jusqu'à son adhésion aux orientations politiques de Ségolène Royal, c'est toute l'histoire d'un engagement réfléchi qu'il nous livre. Un témoignage à lire absolument pour comprendre cette flamme militante qui est loin de s'éteindre ...


PAROLE DE MILITANT, Bruno militant socialiste 


J’ai adhéré au PS au printemps 2006 pour pouvoir prendre part au choix du candidat socialiste à la future élection, et, évidemment, dans l’objectif de faire barrage à Nicolas Sarkozy. J’avais auparavant pratiquement toujours voté PS – depuis 1981 et y compris au premier tour des élections présidentielles de 2002 – mais, j’en avais assez de vitupérer dans mon coin ou avec mes proches, et les primaires étaient une occasion de sauter le pas de l’engagement politique. J’avais trouvé que l’initiative de François Hollande de lancer une primo adhésion à 20 euros était une bonne idée, mais j’ai aussi rapidement constaté qu’elle n’était pas du goût de tout le monde au PS, notamment des supporters de Laurent Fabius, qui regardaient ces nouveaux adhérents comme des militants au rabais, et surtout comme des soutiens potentiels de Ségolène Royal dans les primaires à venir.
Il faut noter que je ne connaissais même pas l’existence de Désirs d’avenir à l’époque, et que je n’avais pas vraiment pris conscience du mouvement qui allait porter Ségolène Royal largement en tête dans la compétition avec les deux autres candidats.
En fait, je n’avais pas fait mon choix et j’assistais aux réunions organisées par les soutiens de trois candidat(e)s pour essayer de me faire honnêtement une opinion. Je dois dire que j’ai hésité jusqu’au dernier moment,  et que je trouvais à chacun des avantages et des inconvénients dans l’optique d’un duel avec Sarkozy.
Bref, j’ai finalement voté pour Dominique Strauss-Kahn (1). Cependant, au vu des résultats, j’en ai tiré la conclusion que ce choix était assez conforme aux résultats obtenus par DSK dans les centres villes et notamment à Paris où je vis, mais qu’il n’était certes pas représentatif de la majorité des militants PS et au-delà.
Ce qui m’avait frappé chez les soutiens de Ségolène Royal, c’est la diversité à tous les points de vue ; et aussi, la liberté de paroles qui était laissée à chacun, et qui tranchait avec le discours assez souvent figé et stéréotypé qu’on pouvait entendre, notamment du côté de chez Fabius. Enfin ce qui me semble a posteriori caractériser la posture des Strauss-Kahniens, c’est un certain sentiment de supériorité intellectuelle (et pour être vraiment honnête, peut-être en tant qu’universitaire n’y ai je pas tout à fait échappé) qui aurait à lui seul justifié qu’on vote pour leur candidat.
Je me souviendrai toujours de la réaction d’une « camarade », juste après l’annonce de la victoire écrasante de Ségolène Royal, qui m’avait sidéré ; elle s’est en effet levée pour s’exprimer à peu près en ces termes : « Moi, je ne peux pas faire campagne pour cette bonne femme ! » L’assistance lui a gentiment suggéré de ne pas se laisser aller à une telle manifestation d’hostilité publique.
Mais j’étais quand même édifié.
Pour moi, comme militant, il n’y avait plus de question à se poser, il fallait soutenir loyalement et à fond la candidate élue démocratiquement et, qui plus est, sur un score sans appel. On ne reviendra pas sur le déroulement de la campagne.
 

Je n’ai pas compris sur le moment que le premier secrétaire – certes après une défaite – ne profite pas de l’élan populaire de la campagne pour organiser rapidement le congrès, qui aurait permis d’établir un leadership au PS et surtout d’enfin le régénérer en s’appuyant sur tous les militants que S. Royal avait su attirer. Bon, évidemment, maintenant j’ai compris, (le fameux « tas de neige » de F. Hollande), même si je continue à avoir un peu de mal à saisir, par ailleurs, le fonctionnement assez ésotérique du parti (2)


Cependant, quand enfin le congrès de Reims s’est profilé, j’avais eu le temps de comprendre à quel point le Parti était sclérosé, rongé par ses jeux d’appareil stériles, mais surtout incapable de penser, de faire naître un projet novateur, susceptible de répondre aux enjeux du XXIème siècle et d’intéresser bien au-delà des militants (dont nombre avaient désertés, d’ailleurs). C’est pourquoi j’ai soutenu la motion E, lors du congrès de Reims, pensant que Ségolène Royal était la seule à avoir la volonté et la force de régénérer le Parti socialiste ainsi que de renouveler en profondeur les pratiques politiques. Chacun sait désormais que c’est précisément pour cette raison qu’on lui a fait barrage – le reste, notamment l’alliance avec le Modem n’étant qu’alibi, faux-semblant idéologique, voire déni de réalité chez certain(e)s, ou plus simplement mauvaise foi. Mais passons.

 

Des idées novatrices et qui redonnent sens à la politique

 

L’idée de la démocratie participative tout d’abord, tant décriée de droite et de gauche, avant, pendant et après la campagne (3) est plus que jamais une réponse et une alternative au pouvoir quasiment autocratique exercé par N. Sarkozy et qui, comme vient de le dire Royal dans son discours de clôture de la campagne du premier tour des régionales, « épuise le pays ». Elle est surtout un approfondissement de la démocratie tout court, et ne s’oppose pas à la démocratie représentative, mais plutôt à la démocratie d’opinion, menée à coups de sondages, de manipulation du public souvent avec la complicité des médias les plus puissants.
D’ailleurs, force est de constater, que les politiques, pratiquement toutes tendances confondues, reprennent cette thématique, le plus souvent à mots couverts, parce qu’ils ont enfin compris, grâce à S. Royal, qu’on ne pouvait plus continuer à faire de la politique à l’ombre des experts et des cabinets ministériels, sans le peuple, voire contre le peuple.
 
Á ce sujet, les accusations de « populisme » – terme qui dans la bouche de ceux qui l’emploient est le plus souvent un synonyme de « démagogie » – en pire ! – si elles dénoncent des dérives réelles, me paraît aussi être brandi à tout bout de champ pour s’éviter de penser vraiment la crise de la démocratie, la désaffection des classes dites populaires, pas tant envers la politique qu’envers la classe politique. Et c’est ce que Ségolène Royal a perçu avant les autres, et ce à quoi elle tente de répondre en mettant en pratique la démocratie participative, notamment à l’échelle de la région Poitou-Charentes.
 
Liée à cette question démocratique, celle du lien social, de la solidarité et de la fraternité, qui est à reconstruire, à retisser autrement dans ce pays, est un autre thème remis au premier plan par S. Royal et qui depuis a tendance, lui aussi, à faire florès.  Elle propose, par exemple, dans son projet régional la création d’éco-villages et d’éco-quartiers dans lesquels les habitants pourront mutualiser la prise en charge des diagnostics thermiques afin d’améliorer l’isolation de leur logement à moindre coût – ça n’a l’air de rien, mais c’est une façon de récréer du collectif autour d’un projet commun d’amélioration de son mode vie, et cela me paraît politiquement un acte fort. C’est aussi une illustration concrète de l’articulation entre l’échelon local et l’échelle globale.
 
Il n’est pas nécessaire de revenir sur le souci environnemental et écologique qui a toujours occupé une place centrale dans la pensée politique de Ségolène Royal.
 
Finalement, le facteur commun à toutes ces perspectives, c’est l’humanisme, au sens où c’est l’humain qui est remis au centre de la politique, c’est la confiance faite à l’expertise des citoyens dans le processus de prise de décisions. Ce thème je l’entends repris de part et d’autre également, et une fois encore, je me dis que Ségolène Royal a une vision d’avance.
 

C’est cette vista politique qui me paraît être un atout majeur de Ségolène Royal ; cette audace aussi, ce courage de dire ce qu’elle pense être juste au moment où elle le pense, quitte à faire l’objet, au mieux de railleries, au pire d’insultes, passant outre les opinions soi-disant autorisées d’une certaine élite politique et médiatique. Les exemples sont nombreux :
 
Je pense pour l’année 2009 à son discours de Dakar sur l’Afrique en contrepoint à celui totalement régressif de Sarkozy ; à son déplacement en Guadeloupe à la rencontre des habitants et des membres du LKP ; à son discours sur les Etats-Unis d’Europe dont on sait maintenant qu’on en aurait bien besoin – discours qui a été salué à l’époque par Jean Quattremer, journaliste spécialiste de l’Europe à Libé, et Bernard Guetta sur l’antenne de France-Inter.
Je pense à sa dénonciation de la taxe carbone et du piège tendu par Sarkozy qui instrumentalisait alors la « victoire » d’Europe Ecologie aux européennes. Alors que le PS, une fois de plus, il faut le dire, tergiversait.
Je pense à sa mise au pied du mur de François Bayrou au moment même où il tenait son congrès. Car finalement, c’est de cela qu’il s’agit – c’était un peu le coup de grâce, elle l’a enfin forcé à sortir du bois, et on connaît désormais le résultat. Mais que n’a-t-on entendu alors ? En revanche, il faudra bien séduire et convaincre une partie des électeurs du Modem le moment venu, et il vaut mieux commencer maintenant. Á moins qu’on pense gagner en 2012 sur la ligne de Jean-Luc Mélenchon et Marie-George Buffet… même la crise n’y suffira pas.
 
Enfin, sa dénonciation des écarts de langage et de comportement répétés de Nicolas Sarkozy et de ceux qu’il autorise de ce fait dans sa majorité (et même dans l’opposition !) comme facteur de dégradation du débat politique et de désaffection de la part des citoyens me paraît commencer à prendre de plus en plus de sens à l’issue de cette campagne régionale.
 
Bref, Ségolène Royal construit méthodiquement et sans dévier une offre politique cohérente et originale, qui ne se limite pas à la dénonciation de la situation présente mais qui, s’appuyant sur un regard lucide, sur une éthique, ouvre des horizons nouveaux, des espérances nouvelles. Je conclurai en citant son récent discours de Poitiers où elle redonne en une formule forte tout son sens au mot « politique » : « La politique, dit-elle, c’est lutter contre le découragement, c’est rendre possible ce qui est nécessaire à l’épanouissement humain ».



 

(1), sans doute en pensant à certains membres de ma famille, pas vraiment de gauche, mais que je sentais prêts à voter pour lui contre Sarkozy.

(2) Je pense que c’est un problème majeur en soi : en effet, quel jeune citoyen de 2010 pourrait avoir envie d’adhérer dans ces conditions, et surtout de rester – à moins d’être un militant-né, ce qui bien sûr n’existe pas.

(3) Voir le livre d’Yves Sintomer, Le pouvoir au peuple – Jurys citoyens, tirage au sort et démocratie participative. La découverte, Paris, 2007. Extrait de l’introduction : « la déclaration de Ségolène Royal [sur les jurys citoyens] fait l’effet d’une bombe. Et, de fait, elle déclenche des réactions d’une rare violence de la part de responsables que tout oppose par ailleurs […] Curieusement, les candidats de l’UMP et de l’UDF rejoignent alors une partie de leurs adversaires socialistes. Pourtant en novembre 2002, à l’Assemblée nationale, Ségolène Royal avait avancé, au nom du groupe socialiste, que celui-ci  défendrait « la république des citoyens en proposant d’intégrer dans la Constitution le principe de la démocratie participative et de développer la mise en place de contre-pouvoirs dans une démocratie adulte », évoquant notamment l’instrument des jurys citoyens. Á l’époque aucun élu socialiste n’avait tiqué ostensiblement. » (Page 8)

Partager cet article

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans Parti socialiste
commenter cet article

commentaires

Bruno 20/03/2010 14:00


Chère Odile,
Je suis d'accord avec toi en fait ; je dis souvent à certains de mes interlocuteurs qui en doutent que SR est plus radicale que bon nombre de ses camarades socialistes -- mais en même temps la
ligne de Mélenchon qui se résume à "pas d'alliance avec le Modem" (qui n'existe plus, d'ailleurs, mais dont les électeurs ne cesseront pas d'exister, eux)et son côté "y'a qu'à" (revenir aux
fondamentaux de la gauche) me semblent insuffisants, ça ne définit pas une voie originale, inventive, pionnière. Et ça ne résoud pas le porblème de savoir comment reconquérir le vote dit
"populaire", de ceux qui s'abstiennent actuellement parce que la parole politique est totalement décridibilisée.


mirjossbom 19/03/2010 13:25


Tout est dit! Bravo! Je transfère à mes listes!


maurice-alain baillergeau 19/03/2010 12:48


CENSURE ?


maurice-alain baillergeau 19/03/2010 11:57


Bruno,

Il ne s'agit pas de se faire "enchanter", encore que cette dimension ne soit jamais extérieur à la victoire, mais la situation que nous allons connaitre après les électionsLe détonateur grec, va
mettre en évidence des situations risque de nous placer face à des murs que nous ne voulons pas voir aujourd'hui.
Seul un économiste reconnu au plan international comme DSK (je voudrais pouvoir dire PMF!)pourra analyser et "négocier".
On va vite te dire que je suis un anti-Ségolène depuis toujours, un provocateur, un inculte, tout cela est vrai, mais mon propos de ce jour l'est aussi.

Merci de m'avoir lu jusqu'au bout.
Un socialiste vieux, mais encore plus socialiste aujourd'hui.


RolandDellinger 19/03/2010 10:31


Ce sont de tels témoignages expliquant le pourquoi raisonné et vécu de l'adhésion à la politique menée par ségolène Royal qui sont les plus intéressants et qui méritent d'être diffusés. Ayant moi
aussi adhérer au PS en 2006 pour soutenir SR, j'ai découvert toute la fifficulté qu'elle a eu et surtout qu'elle aura, non pas à attirer à gauche les classes populaires et les jeunes, mais à
convaincre à rejoindre sa politique de trop nombreux militants du PS (surtout de élus et des cadres), trop emmurés dans leurs privilèges ou dans un fonctionnement trop peu démocratique du parti.


Page D'accueil

  • : Militants de l'Espoir à gauche
  • Militants de l'Espoir à gauche
  • : Militants de l'Espoir à gauche réunit toutes celles et tous ceux qui soutiennent la ligne politique de Ségolène Royal pour une gauche démocratique, sociale, et écologique.
  • Contact

La fabrique AGIS !

dominique bertinotti (2)Dominique BERTINOTTI (75), Philippe ALLARD (75), Amale CHEBIB (75), Fabien SECHERRE (75), Françoise DEGOIS (75), Cyril CIBERT (86), Cécile FORTINEAU (23), christian CHOTARD (91), Eliane LEMAGNEN (64), esfand KHALAF (90), Laure BARGUILLET (87), Ahmed LAARAJ (30), Isabelle MALBERTI (75), Guy VERDIER (13012), catherine CANTAU (40), gilles CAILLET (91), Noëlle PLANCHAIS (56250), Gérard JABUT (69), Jocelyne BERDU (75), Jean-Pierre GUILBERT (75), Hélène MERMBERG, , Eric BRUN (63), Stéphanie SMANIOTTO,Eric CORNIER (33), Joelle FERAL, Gerard RAISER, Catherine RUBIO (33), Didier ANTONELLI, Nabil SANTO (75), Eliane LEMAGNEN (64), Céline LOOT, Pierre NSIMBA-DELEZAY (93), Marianne-Ségolène GINDREY (62), , Monique BONNIN (37), Jean-François THILLET (43), Jacqueline BOULET, Alain MAIRE (76), Caroline BERTRAN, Jacques MAZELLA (44), Christiane CHIROL, Rodrigue KOKOUENDO (77), Robert SIMON (75), francoise LALLIER (78), Sylvette GIRARD (28), claudine MOURET (41000), alban GUAY (37), roland ASTIER (38), mirella GOULOIS (62300), Michel CHARPENTIER (73), marie-neige PHILIPPE (44), Jean Jacques BAUGÉ (37), rachida MAZARIE (94), jacqueline LAKSANDER (2), pierrette LARDREAU (19100), martial LEHOUX (24), Rene PHILIPPEAU (91), Jean-Pierre HERY (2), Christine MALCOR (91), Jean KOMOROWSKI (33), , , Patricia VAN HALUIDYN (86), Claude BILLARDON (75), J-RAYMOND MAGUEUR (29), Claire CLAUDE (49), David VIEILLE, Laetitia DE WARREN (69), Georges RAULT (35), Michel CHATAIGNER (76), Chantal DEPUERS (6), YOLANDE PAVAN (93270), Maïté CAZAUX (33), Colette CHARBONNE (31), Hiroko KOMORI (75), M.J. SINAT (77), France-Marie NESPO-BIAIS (78000), Elisabeth HUSSON (75), Martine TREGRET (91), Andrée & Marie-Paule AUFAURE (3), Bernard JANODET (69), Yves FRUCHON (69), christiane NOUGARET (30), véronique SAINT-PAUL (75020), Marie-Noëlle VIBERT (94), Annick LE ROY (91), micheline HAREL (75), francoise QUELIN (77), jean baptiste TROUPLIN (75020), Elisabeth ARNAUD (33), Jean BRUNEL (13), Maryse MARTIN (17), Jacques ERNEST (92), Maurice BUTTIN (75015), Alain DRONEAUD (72430), Norel Houda AUMONT-GHÉDIR (75), Vanessa BAUDAT SLIMANI (45), CLAUDE TARRIERE (92500), Gérard PARCOT (91), FRANCK DAGORNE (56890), Ariane MATHIEU (77), Philippe POIGNANT (50), , Nadine AMIEL (75), Bernard FERRÉ (78), José THIOLLET (86), jerome DOUADY (38), Marcel AMIEL (75), arsene BOUTERFA (93500), sylvie SAINT PIERRE (95100), , Aurélien LONGÉ-LÉTANG (86), Fabrice BERARDI (13), Hubert TERRIGHI (47), Martine LEBRUN (94130), jean BURNELEAU (85), Marie FARRET (16), Janine CRESPIN (75013), sandrine PIERRON (86), cartier FLAVIEN (86), Dominique MENNESSON (94), Pierre BRUSSELLE (94), Eric DUCROS (86), , Romain ZARKA (75), Brigitte BEAUMANOIR (95), Olivier SALVANO-LUBESPÈRE (75), francoise ROZAN (12), Francine GILBERT REULIER (92), Christian AGON (75003), alain PIQUET (76), Laetitia CHEVROT (63), CHRISTIANE GOMEZ (86), Marc BONNICHON (33), Joëlle DE CORTE (17), Nadjet BOUCHIKHI (13), Yves FRUCHON (69), maryleine SIGRIST (5), Françoise CLEOSTRATE (34), Sébastien COUDRY (25), nicolas METIVIER (86), pierre HUYARD (17), Cécile GUILBERT (63), Bonaventure MBAYA (91), Bernard JANODET (69), Régis COTTET (86), martial LEHOUX (24), anthony ROUSSEAU (86), jean claude MAURIN (30), Jean-Claude CHEBROU (63), bruno OLIVIER (78), Jean-François VIONNET (26), ...

Pour rejoindre la fabrique socialiste AGIS : link