Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 décembre 2010 2 14 /12 /décembre /2010 23:05

ALeqM5ioAQKAe5V8woR-CbTvx3ODzWedzg-AFP-Joel-Saget.jpeg

Ségolène Royal rencontre des ex-salariés de l'usine LU à Ris-Orangis mardi 14 décembre (AFP/Joël Saget)

Ségolène Royal vient de lancer un symbole fort aujourd’hui à Ris-Orangis, dans l’Essonne, « sur le terrain à l’invitation des gens qui souffrent et qui se battent ». Femme de combat, elle est allée à la rencontre des ex-salariés de LU de Ris-Orangis, dont la fermeture de l’usine avait été annoncée en janvier 2001. Le 2 décembre dernier, près de 10 ans après, la cour d’appel de Paris a condamné LU à des dommages et intérêts pour licenciement sans cause réelle et sérieuse.

En ce début 2001, Lionel Jospin, Premier ministre, avait demandé la raison de ces licenciements « boursiers » lors d’une réception officielle. « Je dois répondre devant mes actionnaires. », avait répondu Franck Riboud, PDG de Danone, maison mère de LU à l'époque. « Et moi devant mes citoyens. », avait rétorqué Lionel Jospin. 

 

Puis avait eu lieu la déplorable journée du 13 mars 2002, un mois avant l’élection présidentielle de 2002. Lionel Jospin allait rencontrer la fine fleur de la recherche française au Génopole d’Evry, avec Jean-Paul Huchon, président de la région, et Manuel Valls, maire d’Evry. Mais à l’approche du Génopole, un petit attroupement de salariés LU. Lionel Jospin n’esquivera pas, et il sera le symbole de l’impuissance de la gauche au pouvoir face aux licenciements boursiers : le délégué FO, Philippe Aoune, en colère, tiendra tête au Premier ministre, répondant notamment à l’argument bredouillé des emplois-jeunes : « Vous pourriez, vous, vivre avec 4 000 francs par mois ? ».

Le 13 février 2002, parmi les LU se trouvait Farid Djitli, élu CGT majoritaire, sympathisant socialiste actif. Il ne dira pas un mot, « par peur d’en rajouter ». Le 21 avril 2002, il n’a pas été voter, pour sanctionner « l’impuissance de la gauche » à faire plier Danone.

LU, filiale « biscuits »  du groupe du CAC 40 Danone, a été cédée pour ‘créer de la valeur pour les actionnaires’ au géant américain de l’agroalimentaire Kraft Foods en 2007.

Aujourd’hui, Farid Djitli était présent à Ris-Orangis pour la visite de Ségolène Royal, venue rencontrer les ex-salariés de LU : « Il faut que la gauche s’empare enfin de ces problèmes. Que pouvez-vous faire, si vous êtes élue présidente de la République, pour empêcher ce genre de situation néfaste pour tout le monde? », a-t-il demandé à l’ex-candidate à l’élection présidentielle de 2007.

 

Devant les caméras de LExpress.fr, Ségolène Royal a répondu :

« Ca fait des années qu’on nous promet la moralisation du capitalisme financier, et il ne se passe rien. Tous les chefs d’Etat et de gouvernement ont fait des discours sur la moralisation du capitalisme financier, eh bien voilà une solution concrète pour moraliser le capitalisme financier, c’est d’inscrire dans la loi ce que la cour d’appel vient de décider, c’est qu’il y a deux formes de licenciement, les licenciements pour des raisons économiques dans les entreprises qui ont de vraies difficultés, et des licenciements boursiers qui viennent d’être déclarés illégaux, et qui eux doivent donc pouvoir ne pas exister, et donc être soumis à un contrôle préalable.

Tous les salariés doivent entendre aujourd’hui que vous vous avez combattu pendant des années pour obtenir satisfaction, et ça ne s’est pas assez dit, ça ne s’est pas suffisamment entendu. Et c’est votre victoire qui va aider les salariés du grand capital financier à pouvoir se défendre. »

Autre proposition de Ségolène Royal : conditionner l’octroi des aides publiques de l’Etat aux entreprises « à l’interdiction de licencier ou de délocaliser si elles font des profits », car « les entreprises ont des droits et des devoirs ».

Ségo LU MEAGSR FM Pepito

Les "LU" racontent à Ségolène Royal une anecdote sur les biscuits Pépito : ils ont perdu leur goût dans leur nouvelle usine...

Plus tôt dans la journée, Ségolène Royal a rendu visite à l’Ecole de la deuxième chance (E2C), qui a vu passer 650 stagiaires depuis 2004, dont 90% ont trouvé un travail.

Dans une classe de l’école, entourée d’une trentaine d’élèves, l’ex-candidate à l’élection présidentielle de 2007 a déclaré devant les caméras de LExpress.fr :

« Je sais que ce n’est pas évident pour vous parce qu’avec toutes les caméras et tout ça mais voilà, je donne de la visibilité grâce à la presse qui est là à tout ce qui se passe de bien et d’important sur le pacte de confiance avec les jeunes. Voilà. Parce qu’il y a des talents cachés dans chaque être humain et c’est important de les faire surgir, ces talents, ce potentiel, et de montrer que si on a échoué une fois, eh bien la deuxième fois ça va être la bonne. »

Sego---Sam-2.jpg

Ségolène Royal et Samir qui essaie de ne pas rire, à l'E2C de Ris-Orangis

« Comme vous à l’élection. », a alors constaté Samir, son voisin de gauche, et l’un des 10 jeunes fraîchement sortis du cursus scolaire. Surprise un instant, Ségolène Royal a ri de bon cœur, et dialogué avec les élèves : elle a commencé par interroger Samir à sa gauche : « Qu’est-ce qui vous plait dans l’animation sociale ? ».

Seg---Sam-3.jpg

Ségolène Royal et Samir à l'E2C, après juste avant la première question de la présidente de la Région Poitou-Charentes

Samir a répondu succinctement, et la présidente de la Région Poitou-Charentes a conclu : « C’est bien, c’est bien, bonne réussite alors, vous allez réussir. ». « Oui… eh bien vous aussi, peut-être… en 2012. », a répondu Samir, déclenchant à nouveau les rires. Puis Ségolène a poursuivi : formation en informatique, dressage canin dont rêve Alexandre, raisons de leur décrochage scolaire. Elle a conclu en soulignant : « 80 % de la réussite, c'est de s'intéresser à ce que l'on fait, quand on a la passion de quelque chose, on réussit ».

Venue en 2010 avec des propositions concrètes rencontrer les ex-salariés de LU là où l’impuissance de la gauche face aux licenciements boursiers s’était étalée au grand jour en 2002, Ségolène Royal aura aussi rencontré à l’Ecole de la deuxième chance Samir, qui aura fait couler beaucoup d’encre, Les Echos, Libération et L’Express (vidéo sur l’E2C et les "p'tits LU") ayant couvert l’événement, en plus de tous les autres journaux alimentés par l’AFP et Reuters. Les Echos, pôle médias du groupe LVMH, un des fleurons du CAC 40, dirigé par Bernard Arnault, 7ème fortune mondiale, témoin au second mariage de Nicolas Sarkozy et invité au Fouquet’s au soir de l’élection de l’actuel locataire de l’Elysée. Une journée riche en symboles, vraiment.

Frédérick Moulin

Bonus-track ajoutée mercredi 15 décembre à 11h : Ségolène Royal avec les "p'tits LU" contre les licenciements boursiers :


envoyé par segolene-royal

Partager cet article

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

Frédérick Moulin 15/12/2010 23:04



Salut Francis,


Lors de "la dernière élection", qui avait pour candidat socialiste... Ségolène Royal, tout le monde avait vécu le 21 avril 2002. Peut-être veux-tu dire "l'avant-dernière élection"?


Hélas, Le 13 février 2002, personne ne savait. Jospin avait un bon bilan. Le LU qui a apostrophé Jospin a également dit : "On se demande si on  ne doit pas voter directement pour les
patrons, puisque ce sont eux qui commandent". "Essayez cette solution" a répondu Jospin, sûr d'avoir montré que ce délégué syndical, ex-LCR, ex-LO, cet ultragauchiste était irresponsable car prêt
à pactiser avec l'ennemi, le MEDEF.


Grand mal lui en a pris, car comme dit Ségolène, il ne faut pas sous-estimer les réactions des Français désespérés par les injustices et la souffrance, les insécurités. Le Monde écrivait
aujourd'hui (édition datée de demain) : "Au rayon des symboles, Ségolène Royal n'a pas oublié qu'ici (Ris-Orangis), en 2002, Lionel Jospin avait perdu quelques points dans la course avec Jacques
Chirac."


Car le président élu en 2002, c'était Chirac, pas encore Sarkozy. 2007 a une autre histoire encore...


En 2002, les abstentionnistes étaient 28,4% au premier tour, puis 17,79% au second tour.


En 2007, au premier tour, les abstentionnistes étaient 16,23% (16,03% au second tour). La leçon du 21 avril 2002 avait été apprise.


Mais tu as raison : aux urnes citoyens! et aux primaires d'abord!!


Frédérick Moulin



Parienty 15/12/2010 14:48



Il n'y a personne qui se soit abstenu au deuxième tour de la dernière élection présidentielle.
Cceux qui croient s'être abstenu ou avoir voté blanc ou nul on en fait voté pour celui qui a été élu.
Maintenant si c'était leur choix ... d'avoir permis l'élection de notre actuel président reconnaissons leur ce droit!
Hier à la pêche, aujourd'hui au bureau des pleurs et demain ?? aux urnes citoyens!


 


 


 


 



Page D'accueil

  • : Militants de l'Espoir à gauche
  • Militants de l'Espoir à gauche
  • : Militants de l'Espoir à gauche réunit toutes celles et tous ceux qui soutiennent la ligne politique de Ségolène Royal pour une gauche démocratique, sociale, et écologique.
  • Contact

La fabrique AGIS !

dominique bertinotti (2)Dominique BERTINOTTI (75), Philippe ALLARD (75), Amale CHEBIB (75), Fabien SECHERRE (75), Françoise DEGOIS (75), Cyril CIBERT (86), Cécile FORTINEAU (23), christian CHOTARD (91), Eliane LEMAGNEN (64), esfand KHALAF (90), Laure BARGUILLET (87), Ahmed LAARAJ (30), Isabelle MALBERTI (75), Guy VERDIER (13012), catherine CANTAU (40), gilles CAILLET (91), Noëlle PLANCHAIS (56250), Gérard JABUT (69), Jocelyne BERDU (75), Jean-Pierre GUILBERT (75), Hélène MERMBERG, , Eric BRUN (63), Stéphanie SMANIOTTO,Eric CORNIER (33), Joelle FERAL, Gerard RAISER, Catherine RUBIO (33), Didier ANTONELLI, Nabil SANTO (75), Eliane LEMAGNEN (64), Céline LOOT, Pierre NSIMBA-DELEZAY (93), Marianne-Ségolène GINDREY (62), , Monique BONNIN (37), Jean-François THILLET (43), Jacqueline BOULET, Alain MAIRE (76), Caroline BERTRAN, Jacques MAZELLA (44), Christiane CHIROL, Rodrigue KOKOUENDO (77), Robert SIMON (75), francoise LALLIER (78), Sylvette GIRARD (28), claudine MOURET (41000), alban GUAY (37), roland ASTIER (38), mirella GOULOIS (62300), Michel CHARPENTIER (73), marie-neige PHILIPPE (44), Jean Jacques BAUGÉ (37), rachida MAZARIE (94), jacqueline LAKSANDER (2), pierrette LARDREAU (19100), martial LEHOUX (24), Rene PHILIPPEAU (91), Jean-Pierre HERY (2), Christine MALCOR (91), Jean KOMOROWSKI (33), , , Patricia VAN HALUIDYN (86), Claude BILLARDON (75), J-RAYMOND MAGUEUR (29), Claire CLAUDE (49), David VIEILLE, Laetitia DE WARREN (69), Georges RAULT (35), Michel CHATAIGNER (76), Chantal DEPUERS (6), YOLANDE PAVAN (93270), Maïté CAZAUX (33), Colette CHARBONNE (31), Hiroko KOMORI (75), M.J. SINAT (77), France-Marie NESPO-BIAIS (78000), Elisabeth HUSSON (75), Martine TREGRET (91), Andrée & Marie-Paule AUFAURE (3), Bernard JANODET (69), Yves FRUCHON (69), christiane NOUGARET (30), véronique SAINT-PAUL (75020), Marie-Noëlle VIBERT (94), Annick LE ROY (91), micheline HAREL (75), francoise QUELIN (77), jean baptiste TROUPLIN (75020), Elisabeth ARNAUD (33), Jean BRUNEL (13), Maryse MARTIN (17), Jacques ERNEST (92), Maurice BUTTIN (75015), Alain DRONEAUD (72430), Norel Houda AUMONT-GHÉDIR (75), Vanessa BAUDAT SLIMANI (45), CLAUDE TARRIERE (92500), Gérard PARCOT (91), FRANCK DAGORNE (56890), Ariane MATHIEU (77), Philippe POIGNANT (50), , Nadine AMIEL (75), Bernard FERRÉ (78), José THIOLLET (86), jerome DOUADY (38), Marcel AMIEL (75), arsene BOUTERFA (93500), sylvie SAINT PIERRE (95100), , Aurélien LONGÉ-LÉTANG (86), Fabrice BERARDI (13), Hubert TERRIGHI (47), Martine LEBRUN (94130), jean BURNELEAU (85), Marie FARRET (16), Janine CRESPIN (75013), sandrine PIERRON (86), cartier FLAVIEN (86), Dominique MENNESSON (94), Pierre BRUSSELLE (94), Eric DUCROS (86), , Romain ZARKA (75), Brigitte BEAUMANOIR (95), Olivier SALVANO-LUBESPÈRE (75), francoise ROZAN (12), Francine GILBERT REULIER (92), Christian AGON (75003), alain PIQUET (76), Laetitia CHEVROT (63), CHRISTIANE GOMEZ (86), Marc BONNICHON (33), Joëlle DE CORTE (17), Nadjet BOUCHIKHI (13), Yves FRUCHON (69), maryleine SIGRIST (5), Françoise CLEOSTRATE (34), Sébastien COUDRY (25), nicolas METIVIER (86), pierre HUYARD (17), Cécile GUILBERT (63), Bonaventure MBAYA (91), Bernard JANODET (69), Régis COTTET (86), martial LEHOUX (24), anthony ROUSSEAU (86), jean claude MAURIN (30), Jean-Claude CHEBROU (63), bruno OLIVIER (78), Jean-François VIONNET (26), ...

Pour rejoindre la fabrique socialiste AGIS : link