Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 octobre 2011 5 14 /10 /octobre /2011 11:39

 

S16 ttes mes f

 

TEXTE/VIDEO - Au JT de 20h sur France 2 hier soir, c’était donc la première interview télévisuelle accordée par Ségolène Royal après les larmes du 9 octobre, qui nous ont tous touchés et ont généré des milliers de messages de soutien. À l’ouverture du journal, le visage de la présidente de la Région Poitou-Charentes était si impassible, si lisse et immobile qu’on aurait dit que quelqu’un avait appuyé sur « pause ».

 

Sans titre

Ségolène Royal au début de l'interview avec David Pujadas au JT de 20h sur France 2 hier

Le début de l’interview fut difficile aussi, avec un David Pujadas qui demanda d’emblée : « Qu’est-ce qui vous a le plus atteint ? ».

Mais ensuite, forte de la logique de son engagement pour battre la droite et l’extrême-droite, en soutenant le candidat socialiste arrivé en tête du premier tour et en appelant à amplifier le mouvement en sa faveur au second tour, elle a prononcé le nom de François Hollande 6 fois, dont 4 fois pour le soutenir, et 1 fois pour défendre les propositions du candidat sur « le changement profond du système financier », tandis que David Pujadas rappelait les sujets chers à Ségolène Royal que François Hollande a accepté de reprendre.

En bref, un soutien de poids, qui est venu après un communiqué déjà très explicite, un soutien qu’elle n’a pas eu en 2007 mais qu’elle a donné en 2011, car ayant la carrure et l’éthique d’une présidente de la République, elle a d’abord pensé à l’intérêt général du peuple français, l’écartement pour 5 ans des droites du pouvoir : « Je suis entièrement tournée vers le futur et vers l’avenir. J’ai une capacité de ressaisissement de moi-même pour mettre aujourd’hui mes forces au service du candidat que je souhaite voir désigné, François Hollande », souligne Ségolène Royal.

La candidate du premier tour des primaires précise son rôle :

« Dans les quartiers populaires en particulier, qui d’ailleurs ne sont pas venus voter lors de ces primaires, mais qui doivent revenir voter à l’élection présidentielle, parce qu’ils se sont éloignés du vote républicain et qu’ils se sentent abandonnés. […] j’ai cette capacité d’entraînement, que je mettrai au service du candidat. Je mettrai toutes mes forces dans cette bataille, toute mon expérience, toute la mobilisation des territoires, mes idées neuves, qui ont été, comme vous le savez, là aussi, reprises. »

 

SRMA2

"Aujourd’hui, il y a une menace, on le voit dans les petites phrases qui sont échangées, il y a une menace de division, c’est trop. C’est trop"

 Et Ségolène Royal de mettre en garde Martine Aubry, se faisant comme elle l'a toujours promis la garante de l'unité des socialistes :

« Aujourd’hui, il y a une menace, on le voit dans les petites phrases qui sont échangées, il y a une menace de division, c’est trop. C’est trop. Je crois qu’il faut toujours avoir une hauteur de vue en politique, nous sommes dans la campagne présidentielle. Je vais dire d’ailleurs gentiment à Martine que si elle met le met le doigt sur le loup, elle peut se faire mordre le doigt et la main, et même se faire manger toute la main, donc il faut faire attention. »

Et de conclure :

 « Je demande à tous ceux qui ont envie de ce changement à gauche, je demande à tous ceux qui m’ont accordé leurs suffrages, et tous ceux qui, au-delà, ne sont pas venus voter, mais qui veulent aussi que le système change vraiment, et dans les propositions de François Hollande, il y a, contrairement à ce qui a été dit, il y a des changements profonds du système financier que nous subissons aujourd’hui, et donc je leur dis de venir d’abord voter massivement. Il faut que les Français soient aussi nombreux à venir voter, et à concrétiser cette formidable réussite des primaires, ça c’est très, très important. »

 Frédérick Moulin

 

Une décision d'intelligence politique et de... par segolene-royal

 

Transcription par Militants de l’Espoir À Gauche avec Ségolène Royal / F.M.

David Pujadas : avec nous, maintenant, comme promis, Ségolène Royal. Merci d’avoir accepté notre invitation.

On va évoquer le mot d’ordre que vous avez donné pour François Hollande, mais d’abord un mot sur cette soirée de dimanche, la défaite, très sévère, les larmes, on n’a pas l’habitude de vous voir craquer. Qu’est-ce qui vous a le plus atteint ?

 

S1 présidentielle

"Donc c’est très dur quand on a passé des années pour relever ce défi et se préparer à cette fonction présidentielle, eh bien de subir un tel échec, un tel revers. Voilà. C’est une épreuve très cruelle"

Ségolène Royal : ah écoutez, c’est quand même très, très dur. C’est très dur quand on a passé des années à travailler avec acharnement, obstination, conviction, honnêteté, avec en plus d’excellentes équipes, avec des réseaux de terrain, avec Désirs d’Avenir, avec une Région exemplaire. Donc c’est très dur quand on a passé des années pour relever ce défi et se préparer à cette fonction présidentielle, eh bien de subir un tel échec, un tel revers. Voilà. C’est une épreuve très cruelle, c’est sans doute aussi la politique qui est comme cela, mais c’est très dur, voilà, mais …

David Pujadas, lui coupant la parole : au-delà de la … au-delà de la défaite, ça arrive les défaites, on a l’impression que c’est le lien presque magnétique que vous avez, que vous aviez avec les Français qui s’est défait. Est-ce que c’est la fin de l’histoire ? De cette histoire-là ?

Ségolène Royal : vous savez, il y avait un grand Premier ministre travailliste anglais qui disait : « En politique, une semaine, ça vaut une année. ».

 

S2 regarder vers avenir

"Les choses bougent très vite en politique, et en même temps il faut avoir le courage et la clarté d’esprit de regarder les choses et de les accepter, et de regarder vers l’avenir ; et de savoir comment maintenant je peux être le plus utile. Et c’est la raison pour laquelle j’ai soutenu François Hollande, le candidat qui est en tête"

Donc les choses bougent très vite en politique, et en même temps il faut avoir le courage et la clarté d’esprit de regarder les choses et de les accepter, et de regarder vers l’avenir ; et de savoir comment maintenant je peux être le plus utile.

Et c’est la raison pour laquelle j’ai soutenu François Hollande, le candidat qui est en tête.

David Pujadas : alors vous dites : « Je le soutiens parce qu’il est arrivé en tête et que je veux participer à cet élan pour donner le plus d’ampleur possible à sa victoire. », vous citez aussi des motifs politiques, plusieurs sujets dont vous dites qu’il a accepté de les reprendre, mais est-ce qu’il y a aussi une dimension affective qui s’ajoute à la dimension politique ? Je rappelle que François Hollande, c’est votre ex-compagnon, et le père de vos enfants.

 

S3 vs savez D Puj

"Vous savez, David Pujadas, c’est vrai que je suis dans une situation qui n’est pas ordinaire, qui n’est pas banale, mais je ne peux pas renier ma vie avec François Hollande"

Ségolène Royal : vous savez, David Pujadas, c’est vrai que je suis dans une situation qui n’est pas ordinaire, qui n’est pas banale, mais je ne peux pas renier ma vie avec François Hollande.

Avouez que le bilan d’ailleurs de ce couple n’est pas si mauvais que cela, puisqu’avec 4 enfants et 2 candidats à l’élection présidentielle, voilà, bon.

Et en même temps, je fais la part des choses. Vous savez, je suis une femme …

David Pujadas, lui coupant la parole : les deux ont compté ? C’est ce que vous nous dites ?

 

S5 une déc de l'intell pol

"Aujourd’hui, dans la décision que je prends, c’est une décision de l’intelligence politique et du rassemblement. Et je fais la différence entre le corps privé et le corps public"

Ségolène Royal : non. Je dis que je ne renie pas ce moment-là, mais aujourd’hui, dans la décision que je prends, c’est une décision de l’intelligence politique et du rassemblement. Et je fais la différence entre le corps privé et le corps public.

Et aujourd’hui, c’est le corps public qui parle lorsque je m’engage auprès du candidat qui …

David Pujadas, l’interrompant : c’est totalement étanche ?

Ségolène Royal : c’est étanche. C’est étanche, parce que je le dois aux électeurs et je le dois aux Français. Et quand on mélange la vie privée et la vie publique, les Français ne veulent plus de cela. Et donc le choix que je fais, je le répète, c’est le choix de l’intelligence et du rassemblement parce que je pense qu’aujourd’hui, il y a une menace, on le voit dans les petites phrases qui sont échangées, il y a une menace de division …

David Pujadas, en même temps : c’est trop ?

Ségolène Royal, sans s’arrêter : … c’est trop. C’est trop. Je crois qu’il faut toujours avoir une hauteur de vue en politique, nous sommes dans la campagne présidentielle.

  

S6 je vais dire hgentiment à Martine ( c'est trop)

"C’est trop. [...] Je vais dire d’ailleurs gentiment à Martine que si elle met le met le doigt sur le loup, elle peut se faire mordre le doigt et la main, (Léger rire) et même se faire manger toute la main, donc il faut faire attention"

Je vais dire d’ailleurs gentiment à Martine que si elle met le met le doigt sur le loup, elle peut se faire mordre le doigt et la main, (Léger rire) et même se faire manger toute la main, donc il faut faire attention.

Et si je fais ce choix de François Hollande, c’est parce qu’aujourd’hui il faut donner à notre candidat la plus grande légitimité. Pourquoi ? Parce qu’il y a quand même un danger, et la droite est en embuscade aujourd’hui.

 

S8 élan très fort

"Moi je veux que le candidat des socialistes et que le candidat de la gauche ait une totale légitimité, ait une légitimité puissante, ait un élan très fort, parce que c’est cet élan très fort qui va nous permettre de gagner l’élection présidentielle, et la France a besoin de cette alternance"

C’est-à-dire si le score est très serré, la droite dira : « Vous voyez, votre candidat n’est qu’à moitié légitime. ». Et moi je veux que le candidat des socialistes et que le candidat de la gauche ait une totale légitimité, ait une légitimité puissante, ait un élan très fort, parce que c’est cet élan très fort qui va nous permettre de gagner l’élection présidentielle, et la France a besoin de cette alternance.

David Pujadas : un mot encore sur …

Ségolène Royal, sans s’arrêter : c’est pour ça que je demande à tous ceux qui ont envie de ce changement à gauche, je demande à tous ceux qui m’ont accordé leurs suffrages, et tous ceux qui, au-delà, ne sont pas venus voter, mais qui veulent aussi que le système change vraiment, et dans les propositions de François Hollande, il y a, contrairement à ce qui a été dit, il y a des changements profonds du système financier que nous subissons aujourd’hui, et donc …

David Pujadas, l’interrompant : vous leur demandez …

 

S10 aussi nbreux à venit voter

"Je leur dis de venir d’abord voter massivement. Il faut que les Français soient aussi nombreux à venir voter, et à concrétiser cette formidable réussite des primaires, ça c’est très, très important"

Ségolène Royal, poursuivant : … et je leur dis de venir d’abord voter massivement. Il faut que les Français soient aussi nombreux à venir voter, et à concrétiser cette formidable réussite des primaires, ça c’est très, très important.

Et ensuite qu’ils donnent une forte avance à François Hollande pour lui donner la légitimité du combat présidentiel.

David Pujadas : sur ce choix, est-ce que le souvenir du Congrès de Reims a pesé ? On se souvient que Martine Aubry vous a devancée d’une très courte tête, qu’il y a eu des accusations de tricheries, est-ce que ça a pesé aussi ?

Ségolène Royal : vous savez, depuis 2007, j’ai dû tout recommencer à zéro. Tout recommencer. Malgré mes 17 millions d’électeurs, on m’a fait tout recommencer au sein du Parti socialiste, on ne m’a fait aucun cadeau. Il y a eu les terribles événements que vous venez d’évoquer, il y a eu plein de chose donc, entre les blessures privées, les blessures publiques, si je faisais la somme de ce que j’ai subi, votre journal n’y suffirait pas.

 

S11 si je faisais la somme

"Si je faisais la somme de ce que j’ai subi, votre journal n’y suffirait pas"

Je surmonte tout cela, je mets tout cela dans le passé, et je suis entièrement tournée vers le futur et vers l’avenir. J’ai une capacité de ressaisissement de moi-même pour mettre aujourd’hui mes forces au service du candidat que je souhaite voir désigné, François Hollande.

 

S13 je mettrai ttes mes forces ds cette bat

"J’ai une capacité de ressaisissement de moi-même pour mettre aujourd’hui mes forces au service du candidat que je souhaite voir désigné, François Hollande"

David Pujadas : vous nous dites ce soir : la vie politique nationale, pour moi, ça continue ?

Ségolène Royal : bien sûr ! Parce que regardez, les 2 candidats sont venus me voir. Mon ralliement et mon soutien est décisif dans cette campagne. Et ça parce qu’ils me l’ont dit.

David Pujadas, parlant en même temps que Ségolène Royal : et quelle place pouvez-vous avoir ? (Seul) Quelle place vous voyez-vous avoir dans cette campagne de François Hollande s’il est désigné, dimanche ?

Ségolène Royal : mais pourquoi m’ont-ils sollicitée ? Parce qu’ils savent que j’ai une capacité d’entraînement formidable. Dans les quartiers populaires en particulier, qui d’ailleurs ne sont pas venus voter lors de ces primaires, mais qui doivent revenir voter à l’élection présidentielle, parce qu’ils se sont éloignés du vote républicain et qu’ils se sentent abandonnés.

David Pujadas, prenant rapidement la parole : donc vous vous voyez … vous voyez …

 S19 ces nouv ces idées neuves reptr

"Donc j’ai cette capacité d’entraînement, que je mettrai au service du candidat. Je mettrai toutes mes forces dans cette bataille, toute mon expérience, toute la mobilisation des territoires, mes idées neuves"

Ségolène Royal, lui coupant la parole : donc j’ai cette capacité d’entraînement, que je mettrai au service du candidat. Je mettrai toutes mes forces dans cette bataille, toute mon expérience, toute la mobilisation des territoires, mes idées neuves, qui ont été, comme vous le savez, là aussi, reprises, et c’est vrai, vous le disiez tout à l’heure, il y a quelque chose qui s’est rompu parce que ces nouveautés, ces idées neuves, ont été un peu reprises par tout le monde, et on m’a vue, du coup …

David Pujadas, lui coupant la parole : donc on vous verra … aux avant-postes.

Ségolène Royal : voilà, on me verra aux avant-postes, et avec une loyauté totale et un engagement, et c’est pour ça que je lance à nouveau un appel pour ce vote de dimanche.

 

S20Pource vote de dim

"On me verra aux avant-postes, et avec une loyauté totale et un engagement, et c’est pour ça que je lance à nouveau un appel pour ce vote de dimanche"

David Pujadas : merci Ségolène Royal d’avoir répondu à nos questions ce soir.

-oOo-

David Pujadas : avant de refermer ce journal, je vous en rappelle l’un des principaux titres : le débat continue, mais à distance, est de plus en plus âpre entre Martine Aubry et François Hollande. « Trop de flou », dit-elle, « Pas de dénigrement », répond-il, et ce soir, sur notre plateau, Ségolène Royal lance un appel à Martine Aubry : « C’est trop », dit-elle, « trop d’attaques », a déclaré celle qui soutient désormais François Hollande.

SRMA1

Partager cet article

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

mirjossbom 14/10/2011 17:42



Il faut de tout pour faire ce monde!


Ceux qui soutenaient Ségolène Royal et qui voteront Hollande et se rallieront...


Les mêmes mais qui continueront de soutenir toutes les actions de Ségolène Royal


Ceux qui soutenaient Ségolène Royal mais voteront Martine Aubry et se rallieront


Les mêmes qui voteront Martine Aubry mais continueront contre vents et marées de soutenir les actions de Ségolène Royal


Ceux qui ne voteront ni Aubry ni Hollande mais continueront, parce qu'ils y croient depuis toujours - ou presque... - de soutenir les actions de Ségolène
Royal


Tous ceux qui continueront de la soutenir parce qu'ils savent que ce n'est par pour elle seule qu'elle s'est engagée mais pour la France et pour que ses
idées puissent malgré tout la servir, la France!


Et, malheureusement, ceux qui ne voteront pas et qui oublieront tout ce qu'elle a donné et donnera encore, pour aller vers d'autres
horizons...


Ainsi va la vie...



Annick 14/10/2011 16:47



conseil de lecture à btemb : le blog henricles, le dernier article écrit avant hier soir



mirjossbom 14/10/2011 13:29



DIGNITE, CONVICTION, RESPECT, VISION, PROJECTION, MAITRISE, LOYAUTE, remarquable leçon pour tous les politiques anciens ou nouveaux qui tournent au gré du "vent"...


Quand certain, 48 heures après le premier tour des primaires oublie même l'expression brandie tel un drapeau pendant des jours et des jours, Ségolène Royal persiste et signe!


Rares sont les politiques de cette trempe ; nul doute qu'ici ou plus haut dans la hiérarchie des poliques à l'échelle des états, elle reviendra au tout premier plan.



Alioune 14/10/2011 12:48



Bravo Ségolène ! 


Belle leçon de politique !


Que tous ceux qui porent du crédit à son engagement la suivent ! 


Demain tout est possible et les idées de Ségolène passeront dans les actes avec François Hollande !



Imbert Josette 14/10/2011 12:48



Quel homme, quelle femme est capable de ce que vient de réaliser notre chère Ségolène?? Admiration!Courage, audace, oui telle que nous , ses fervents partisans depuis 2006, nous sommes
fiers d'elle, toutes les femmes sont fières d'elle, tous les politiques devraient prendre modèle sur ELLE!


Quelle leçon de politique, d'audace, de responsabilité, de dignité, de courage: ton affich de 2006 ,,chère Ségolène qui orne toujours la porte de ma chambre à coucher y restera comme le
symbole de la droiture, de l'humanité: tes enfants peuvent être fiers de TOI!!


Tu légitime le ong combat que je mène depuis 40 ans pour les FEMMES qui te regarderont comme ils ont admiré S.Weil MERCI


 



Page D'accueil

  • : Militants de l'Espoir à gauche
  • Militants de l'Espoir à gauche
  • : Militants de l'Espoir à gauche réunit toutes celles et tous ceux qui soutiennent la ligne politique de Ségolène Royal pour une gauche démocratique, sociale, et écologique.
  • Contact

La fabrique AGIS !

dominique bertinotti (2)Dominique BERTINOTTI (75), Philippe ALLARD (75), Amale CHEBIB (75), Fabien SECHERRE (75), Françoise DEGOIS (75), Cyril CIBERT (86), Cécile FORTINEAU (23), christian CHOTARD (91), Eliane LEMAGNEN (64), esfand KHALAF (90), Laure BARGUILLET (87), Ahmed LAARAJ (30), Isabelle MALBERTI (75), Guy VERDIER (13012), catherine CANTAU (40), gilles CAILLET (91), Noëlle PLANCHAIS (56250), Gérard JABUT (69), Jocelyne BERDU (75), Jean-Pierre GUILBERT (75), Hélène MERMBERG, , Eric BRUN (63), Stéphanie SMANIOTTO,Eric CORNIER (33), Joelle FERAL, Gerard RAISER, Catherine RUBIO (33), Didier ANTONELLI, Nabil SANTO (75), Eliane LEMAGNEN (64), Céline LOOT, Pierre NSIMBA-DELEZAY (93), Marianne-Ségolène GINDREY (62), , Monique BONNIN (37), Jean-François THILLET (43), Jacqueline BOULET, Alain MAIRE (76), Caroline BERTRAN, Jacques MAZELLA (44), Christiane CHIROL, Rodrigue KOKOUENDO (77), Robert SIMON (75), francoise LALLIER (78), Sylvette GIRARD (28), claudine MOURET (41000), alban GUAY (37), roland ASTIER (38), mirella GOULOIS (62300), Michel CHARPENTIER (73), marie-neige PHILIPPE (44), Jean Jacques BAUGÉ (37), rachida MAZARIE (94), jacqueline LAKSANDER (2), pierrette LARDREAU (19100), martial LEHOUX (24), Rene PHILIPPEAU (91), Jean-Pierre HERY (2), Christine MALCOR (91), Jean KOMOROWSKI (33), , , Patricia VAN HALUIDYN (86), Claude BILLARDON (75), J-RAYMOND MAGUEUR (29), Claire CLAUDE (49), David VIEILLE, Laetitia DE WARREN (69), Georges RAULT (35), Michel CHATAIGNER (76), Chantal DEPUERS (6), YOLANDE PAVAN (93270), Maïté CAZAUX (33), Colette CHARBONNE (31), Hiroko KOMORI (75), M.J. SINAT (77), France-Marie NESPO-BIAIS (78000), Elisabeth HUSSON (75), Martine TREGRET (91), Andrée & Marie-Paule AUFAURE (3), Bernard JANODET (69), Yves FRUCHON (69), christiane NOUGARET (30), véronique SAINT-PAUL (75020), Marie-Noëlle VIBERT (94), Annick LE ROY (91), micheline HAREL (75), francoise QUELIN (77), jean baptiste TROUPLIN (75020), Elisabeth ARNAUD (33), Jean BRUNEL (13), Maryse MARTIN (17), Jacques ERNEST (92), Maurice BUTTIN (75015), Alain DRONEAUD (72430), Norel Houda AUMONT-GHÉDIR (75), Vanessa BAUDAT SLIMANI (45), CLAUDE TARRIERE (92500), Gérard PARCOT (91), FRANCK DAGORNE (56890), Ariane MATHIEU (77), Philippe POIGNANT (50), , Nadine AMIEL (75), Bernard FERRÉ (78), José THIOLLET (86), jerome DOUADY (38), Marcel AMIEL (75), arsene BOUTERFA (93500), sylvie SAINT PIERRE (95100), , Aurélien LONGÉ-LÉTANG (86), Fabrice BERARDI (13), Hubert TERRIGHI (47), Martine LEBRUN (94130), jean BURNELEAU (85), Marie FARRET (16), Janine CRESPIN (75013), sandrine PIERRON (86), cartier FLAVIEN (86), Dominique MENNESSON (94), Pierre BRUSSELLE (94), Eric DUCROS (86), , Romain ZARKA (75), Brigitte BEAUMANOIR (95), Olivier SALVANO-LUBESPÈRE (75), francoise ROZAN (12), Francine GILBERT REULIER (92), Christian AGON (75003), alain PIQUET (76), Laetitia CHEVROT (63), CHRISTIANE GOMEZ (86), Marc BONNICHON (33), Joëlle DE CORTE (17), Nadjet BOUCHIKHI (13), Yves FRUCHON (69), maryleine SIGRIST (5), Françoise CLEOSTRATE (34), Sébastien COUDRY (25), nicolas METIVIER (86), pierre HUYARD (17), Cécile GUILBERT (63), Bonaventure MBAYA (91), Bernard JANODET (69), Régis COTTET (86), martial LEHOUX (24), anthony ROUSSEAU (86), jean claude MAURIN (30), Jean-Claude CHEBROU (63), bruno OLIVIER (78), Jean-François VIONNET (26), ...

Pour rejoindre la fabrique socialiste AGIS : link