Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 20:23

 

S14

 

TEXTE/VIDEO/PHOTOS – Ségolène Royal était hier soir l’invitée du Petit Journal sur Canal+, animé par Yann Barthès. Souriante, volontiers joueuse, comme Yann Barthès. L’interview et l’émission se sont déroulées dans une ambiance bonne enfant entre les éclats de rire de Ségolène Royal, les rires et les applaudissements du public, les mimiques expressives de Yann Barthès, jamais agressives envers Ségolène Royal.

Le format de l’expression, avec un rythme soutenu et des phrases courtes, ne se prêtait pas au développement des idées et propositions pour la France de Ségolène Royal, même si l’espiègle Yann Barthès a réussi visuellement à rappeler l’attachement de la candidate au drapeau et aux couleurs républicains, mettant côte à cote trois photos de Ségolène Royal avec trois vestes portées récemment dans 3 émissions : une bleue, une blanche, et une rouge …

Ou encore Ségolène Royal de présenter fièrement le livre-programme pour la France qu’elle a écrit, seule candidate à l’avoir fait ; autre petite allusion : une invitation pour Yann Barthès à venir jeudi au Bataclan pour voir comment Ségolène Royal est « fragilisée et isolée », comme il lui posait la question.

Ou encore quand Yann Barthès a pris un malin plaisir à noter que « la priorité » de Ségolène Royal n’était pas unique, ce que la candidate a facilement retourné en soulignant la cohérence de ces priorités multiples :

« Mais tout est lié. Je dis : « Je veux faire de la France un pays d’entrepreneurs ». Donc pour ça, il faut réformer le système bancaire, c’est ce qu’on a entendu, et pour ça il faut remettre les institutions à leur place. ». Et Yann Barthès, bon joueur, de concéder : « Vous vous en sortez bien, vous vous en sortez bien. »

Mais surtout ce qui a été frappant – avec la complicité de Yann Barthès et de son équipe – ça a été de VOIR concrètement part la proximité de Ségolène avec les Français et plus particulièrement les plus modestes, lors de ses séances de dédicace, l’immense espérance qu’elle lève, quand à côté François Hollande, pourtant accompagné de Michel Vauzelle, président de la région PACA et ancien maire de la ville, fait un flop total à Arles sur le marché provençal, où il n’a rencontré quasiment que des touristes étrangers qui, donc, ne voteront pas les 9 et 16 octobre prochains …

« Il a bien soigné son image internationale. », a noté avec humour Yann Barthès.

Ségolène Royal a évité les attaques contre les autres candidats, lançant une allusion sibylline : « Être soi-même, et dire ce que l’on a à dire si possible avant le vote. », coucou à celui qui reporte à après les primaires la définition de son programme et les décisions.

Interrogée sur le ressenti de ses 4 enfants par rapport à leurs 2 parents, elle a pris Yann Barthès au dépourvu : « Bien vous leur demanderez, invitez-les ! Ah ! Ah ! […] Ils sont majeurs. Invitez-les. »

Pour revenir à ses séances de dédicace avec les Français souvent modestes qu’elle y a rencontrés, les yeux brillants, pleins d’étoiles, elle a souligné :

« Moi je trouve ça extraordinaire ce que vous montrez là, l’attachement populaire. Parce qu’on se rit, on se moque du peuple, moi pas. […] Et donc cet attachement populaire, il est extraordinaire. Vous savez, ce sont ces électeurs-là qui, en 2007, m’ont mise au second tour de la présidentielle. »

Frédérick Moulin

 

Le Petit Journal 03/10/11 (Arrivée de Ségolèe Royal à 5 minutes et 43 secondes)

 

<span style="font-family: 'times new roman', times; font-size: 12pt;" _mce_style="font-family: 'times new roman', times; font-size: 12pt;">&lt;span style="font-family: 'times new roman', times; font-size: 12pt;" _mce_style="font-family: 'times new roman', times; font-size: 12pt;"&gt;&amp;lt;span style="font-family: 'times new roman', times; font-size: 12pt;" _mce_style="font-family: 'times new roman', times; font-size: 12pt;"&amp;gt;&amp;amp;lt;span style="font-family: 'times new roman', times; font-size: 12pt;" _mce_style="font-family: 'times new roman', times; font-size: 12pt;"&amp;amp;gt;&amp;amp;amp;lt;span style="font-family: 'times new roman', times; font-size: 12pt;" _mce_style="font-family: 'times new roman', times; font-size: 12pt;"&amp;amp;amp;gt;&amp;amp;amp;amp;lt;span style="font-family: 'times new roman', times; font-size: 12pt;" _mce_style="font-family: 'times new roman', times; font-size: 12pt;"&amp;amp;amp;amp;gt;&amp;amp;amp;amp;amp;lt;span style="font-family: 'times new roman', times; font-size: 12pt;" _mce_style="font-family: 'times new roman', times; font-size: 12pt;"&amp;amp;amp;amp;amp;gt;&amp;amp;amp;amp;amp;amp;lt;br&amp;amp;amp;amp;amp;amp;gt; &amp;amp;amp;amp;amp;amp;lt;span style="font-size: 10pt;" _mce_style="font-size: 10pt;"&amp;amp;amp;amp;amp;amp;gt;&amp;amp;amp;amp;amp;amp;lt;a href="http://www.dailymotion.com/video/xlggqo_segolene-royal-invitee-du-petit-journal-de-yann-barthes_news" _mce_href="http://www.dailymotion.com/video/xlggqo_segolene-royal-invitee-du-petit-journal-de-yann-barthes_news" target="_blank"&amp;amp;amp;amp;amp;amp;gt;Ségolène Royal invitée du Petit Journal de Yann...&amp;amp;amp;amp;amp;amp;lt;/a&amp;amp;amp;amp;amp;amp;gt; &amp;amp;amp;amp;amp;amp;lt;em&amp;amp;amp;amp;amp;amp;gt;par &amp;amp;amp;amp;amp;amp;lt;a href="http://www.dailymotion.com/segolene-royal" _mce_href="http://www.dailymotion.com/segolene-royal" target="_blank"&amp;amp;amp;amp;amp;amp;gt;segolene-royal&amp;amp;amp;amp;amp;amp;lt;/a&amp;amp;amp;amp;amp;amp;gt;&amp;amp;amp;amp;amp;amp;lt;/em&amp;amp;amp;amp;amp;amp;gt;&amp;amp;amp;amp;amp;amp;lt;/span&amp;amp;amp;amp;amp;amp;gt;&amp;amp;amp;amp;amp;lt;/span&amp;amp;amp;amp;amp;gt;&amp;amp;amp;amp;lt;/span&amp;amp;amp;amp;gt;&amp;amp;amp;lt;/span&amp;amp;amp;gt;&amp;amp;lt;/span&amp;amp;gt;&amp;lt;/span&amp;gt;&lt;/span&gt;</span>

 Ségolène Royal invitée du Petit Journal de Yann... par segolene-royal

 

Transcription par Militants de l’Espoir À Gauche avec Ségolène Royal / F.M.

Yann Barthès : bonsoir Ségolène Royal.

Ségolène Royal, en riant : bonsoir !

Yann Barthès : bienvenue sur le plateau du Petit Journal.

Ségolène Royal : oui.

(Applaudissements et acclamations du public)

Yann Barthès : nous sommes à J-2 avant le dernier débat des primaires, hier vous étiez chez Anne-Sophie Lapix, vous étiez en bleu ; au Grand Journal, vous étiez en blanc, et dans le dernier débat, vous étiez en rouge …

 

S1 vestes BBR

Yann Barthès : "Hier vous étiez chez Anne-Sophie Lapix, vous étiez en bleu ; au Grand Journal, vous étiez en blanc, et dans le dernier débat, vous étiez en rouge …"

Ségolène Royal : devinez ! (Rire)

Yann Barthès, sans s’arrêter : … mais quel est ce message que vous voulez nous faire passer (Rires de Ségolène Royal et applaudissements du public) Madame Ségolène Royal ? La France, c’est un peu vous.

Ségolène Royal : voilà.

Yann Barthès : c’est ça le message des vestes ?

Ségolène Royal, souriante : oui, exactement !

Yann Barthès, en regardant la caméra : y’a un message dans ces vestes ! Ah, aujourd’hui c’est gris.

Ségolène Royal, en riant : j’ai trompé l’ennemi aujourd’hui !

Yann Barthès : on recevait Manuel Valls la semaine dernière, son leitmotiv à lui c’est : « Je dis [en duo avec Ségolène Royal] la vérité ». Regardez.

 

S2 MV


Manuel Valls : « il faut dire la vérité aux Français » / « il faut, là aussi, dire la vérité aux Français » / « dire la vérité aux Français » / « dire la vérité » / « dis la vérité » / « dire la vérité » / « je dis la vérité » / « la vérité »

Yann Barthès : vous le connaissiez, son leitmotiv ?

Ségolène Royal : oui, oui. Bien oui, parce qu’il l’a beaucoup dit aussi pendant les débats. Il a raison d’ailleurs, il faut dire la vérité aux Français.

Yann Barthès : chacun son leitmotiv, le vôtre, c’est celui-ci.

Ségolène Royal, en riant : au secours !

Ségolène Royal : « des Français résignés, des Français indignés » / « les indignés, les ré… » / « vous êtes indignés » / « qui sont indignés » / « d’être indigné » / « ma capacité d’indignation »

(Applaudissements du public)

 

S3


Yann Barthès : comment on choisit … (Ségolène montre la Lettre à tous les résignés et indignés qui veulent des solutions à la caméra) oui. C’est le titre de votre livre.

Ségolène Royal : c’est normal. C’est le titre de mon programme, de mon projet pour la France.

Yann Barthès : oui, mais comment on choisit le mot-fétiche d’une campagne ?

 

S4 en écoutant les gens je pense

"Oui, mais comment on choisit le mot-fétiche d’une campagne ?" "En écoutant les gens, je pense"

Ségolène Royal : en écoutant les gens, je pense. J’ai vu que …

Yann Barthès, l’interrompant : comme Stéphane Hessel, un peu

Ségolène Royal, souriante : non, pas particulièrement, mais lui aussi a dû écouter les gens. C’est vrai qu’aujourd’hui les Français sont soit indignés, soit résignés.

Yann Barthès : alors ça y est, ce sont les dernières minutes du jeu, la dernière ligne droite avant le vote. Êtes-vous contente de vous ? De cette campagne ? Jusque là ?

Ségolène Royal : oui, c’est une campagne fatigante, prenante, mais en même temps très passionante.

Yann Barthès : et quel candidat vous a le plus étonné ?

 

S5 moi même

"Et quel candidat vous a le plus étonné ?" "Moi-même" (Rire de Ségolène Royal et du public qui applaudit)

Ségolène Royal : moi-même. (Rire de Ségolène Royal et du public) (Applaudissements du public)

Yann Barthès, prenant un air blasé : Valls … Valls nous a fait la même réponse la semaine dernière

Ségolène Royal, en riant : ah ? C’est pas vrai !

Yann Barthès : et qui vous a le moins étonné ?

Ségolène Royal : non mais, je ne sais pas, je … je n’évalue pas les autres, je me concentre sur ce que j’ai à dire à l’opinion pour gagner.

Yann Barthès : vous avez adopté ces dernières semaines la stratégie dite du ‘bourre-pif’, alors vous balancez sur Martine Aubry, sur François Hollande, sur Arnaud Montebourg. Qui a pensé à ce positionnement de : « Je suis la reine de la baston » ?

Ségolène Royal : bien c’est ce que disait Manuel Valls tout à l’heure, il faut dire la vérité. Quelle que sot mon comportement, de toute façon, il y a des critiques. Donc je n’ai qu’une ligne de … une règle de vie, c’est …

Yann Barthès, lui coupant la parole : ‘bourre-pif’.

Ségolène Royal : non, (Léger rire du public) être soi-même, et dire ce que l’on a à dire si possible avant le vote.

Yann Barthès : on est d’accord qu’une priorité, c’est une … le mot ‘priorité’, c’est une priorité, il ne peut y en avoir qu’une. Regardez.

 

S6 mon premier projet de loi bq

"Ma première priorité, mon premier projet de loi, sera la réforme des banques"

Ségolène Royal : « ma priorité, c’est de relancer l’activité économique » / « moi je considère que la priorité, c’est de bien refaire fonctionner les institutions » / « ma première priorité, mon premier projet de loi, sera la réforme des banques » / « ma première décision sera d’organiser un Grenelle des PME »

Ségolène Royal, en souriant : mais …

Yann Barthès : vous avez une autre définition du mot priorité…

Ségolène Royal : mais ce n’est qu’apparemment contradictoire. Puisque dans ce que je dis…

Yann Barthès : une priorité, c’est une priorité.

Ségolène Royal : bien si, mais tout est lié. Je dis : « Je veux faire de la France un pays d’entrepreneurs ». Donc pour ça, il faut réformer le système bancaire, c’est ce qu’on a entendu, et pour ça il faut remettre les institutions à leur place.

 

S7 vs vs en sortez b

Yann Barthès : "Vous vous en sortez bien, vous vous en sortez bien"

Yann Barthès : donc … vous vous en sor … vous vous en sortez bien, vous vous en sortez bien.

Ségolène Royal : pas mal, hein ? Cohérent, cohérent.

Yann Barthès : le Petit Journal continue avec, en priorité, Ségolène Royal, à tout de suite. (Publicité, coupée au montage) Le Petit Journal avec Ségolène Royal. La semaine dernière, Manuel Valls était à votre place, il a dit un truc qu’on n’a pas compris, enfin, qu’on a cru comprendre … enfin, on a pas tout à fait bien compris, enfin, (Se tournant aussi vers Ségolène Royal) dites-nous ce que vous en pensez.

 

S9 MV ya des pol qui

Manuel Valls : "Y’a des politiques qui aiment pas les gens, donc vaut mieux qu’y fassent pas de la politique. [... ] Ceux qui ont perdu en général à l’élection présidentielle"

Manuel Valls : « Y’a des politiques qui aiment pas les gens, donc vaut mieux qu’y fassent pas de la politique »

Yann Barthès : «  « Des noms ? hé,  des noms ! »

Manuel Valls : « Ceux qui ont perdu en général à l’élection présidentielle. »

 

S8 je me sens pas visée

(Rire) "Je ne me sens pas visée !" (Rire)

Ségolène Royal : (Rire) Je ne me sens pas visée ! (Rire)

Yann Barthès : mais de qui parle-t-il ?

Ségolène Royal : je ne sais pas. (Rire)

Yann Barthès : pas sympa, hein !

Ségolène Royal : oui.

Yann Barthès : allez-y, allez-y.

Ségolène Royal : non mais c’est très étrange comme observation, parce que quand on fait de la politique, moi j’ai fait de la politique par amour de la France, par envie de rendre les Français plus heureux.

Yann Barthès : ce matin dans la presse, on lit que Nicolas Sarkozy est, je cite « fragilisé et isolé ». Et vous ?

 

S10 venez au Bataclan

"Ce matin dans la presse, on lit que Nicolas Sarkozy est, je cite « fragilisé et isolé ». Et vous ?" "Ecoutez, venez avec moi dans mes meetings ou mes réunions publiques jeudi, tiens, le soir, venez au Bataclan. Vous êtes d’accord ?"

Ségolène Royal : écoutez, venez avec moi dans mes meetings ou mes réunions publiques jeudi, tiens, le soir, venez au Bataclan. Vous êtes d’accord ?

Yann Barthès : oh, on vous a suivie, plusieurs fois.

Ségolène Royal : alors, qu’est-ce que vous en dites ?

Yann Barthès : on vous a suivie, plusieurs fois. Ben, on peut regarder. (Rire de Ségolène) Vous avez quand même beaucoup de fans, et on les a rencontrés, on vous a suivie ces deux dernières semaines, notamment à Clermont-Ferrand et à Nancy. Bon, mise à part le fait que vous avez une certaine tendance à vous faire à vous faire mousser …

Ségolène Royal : « Oui, qu’est-ce que j’entends là-bas ? Oui, on peut le dire plus fort, on peut le dire plus fort. »

Le public, au fond de la salle de dédicace : « Ségolène, présidente ! »

 

S11 Ségo présidente

"Ségolène, présidente !" "Ah, voilà ! Il en faut un peu !"

Ségolène Royal : « Ah, voilà ! Il en faut un peu ! »

Yann Barthès : (Applaudissements du public)Ah vous aimez bien entendre ça, vous aimez bien entendre ça. Nous avons remarqué que vos militants sont sympas, mais différents, mais sympas, mais différents. Alors, vous avez les militants comme les autres, comme Fabien, Frédéric, ou encore Mélanie …

 

S12 Reinette

"Euh, Reinette"

« Moi c’est Fabien » / « Frédéric, bonjour » / « C’est pour Mélanie » / « Euh, Reinette »

Mais la plupart ont une relation spéciale avec vous …

« Je voulais vous remercier de tout l’espoir que vous nous donnez depuis 2006. C’est gentil ! »

 

S13a

S13b


« Vous êtes porteuse d’un immense espoir et j’espère de tout mon cœur que vous irez jusqu’au bout ! »  / SR : « Eh bien écoutez, je fais tout pour ça. » / « Je vous soutiens de tout mon cœur, et je crois en vous. »

 

S13C


Une relation un peu exclusive où ils vous vouent un culte incroyable.

 

S15


« Tout ce que vous faites, c’est formidable ! »

 

S14


« Je vous aime, je vous admire, et je sais que vous pouvez changer la France. »

« Merci d’exister ! »

Je vous avoue que c’est assez troublant.

 

S16


« Ça c’est pour vous, c’est pour demain. Pas avant minuit. » / SR : « Oh, comme c’est gentil ! » / « C’est votre anniversaire ! »

« J’ai une petite carte avec un peu de retard. » / SR : « Oh, c’est gentil ! (Lisant la carte) Merci beaucoup »

« Je suis allé à Chamagne voir euh … » / SR : « La maison de Claude Gellée ? » / Oui, la maison où vous habitiez, l’église et tout … ça m’a ému. » / SR, souriante : « Oui » / « Je suis ému de vous voir ! » / SR, souriante : « Oui »

Manifestement, ils ne font pas peur qu’à nous, hein.

 

S18


SR : « Bonjour Madame » / « Est-ce que je peux vous embrasser ? » / SR : « M’embrasser ? Allez ! »

Et 2 minutes plus tard …

(Un Monsieur) « Je suis ému de vous voir ! Je voudrais vous faire la bise » / SR : « Non, je ne peux pas, pas ce soir … » / « Non ? Oui. Oui, oui, oui, je comprends … »

(Rires du public puis applaudissements ; Ségolène Royal a des étoiles dans les yeux)

 

S20 SR yeux étoiles

Rires du public puis applaudissements ; Ségolène Royal a des étoiles dans les yeux

Yann Barthès : pourquoi la dame et pas le monsieur ?

Ségolène Royal : mais c’est … moi je trouve ça extraordinaire ce que vous montrez là, l’attachement populaire …

Yann Barthès, l’interrompant : pour … pourquoi la dame et pas le monsieur ?

Ségolène Royal, sérieuse : parce qu’on se rit, on se moque du peuple, moi pas.

Yann Barthès, sérieux : non, non, non, on se moque pas !

 

S21 vs croyez pas que plus agréable que peoples

Vous ne croyez pas que c’est plus agréable d’avoir tous ces gens-là que 2-3 peoples, de toute façon, qui vont retourner leur veste à la première occasion ? Moi je trouve ça, cette chaleur humaine des gens … En plus, beaucoup sont modestes …

Ségolène Royal : non, parce que vous disiez tout à l’heure, j’étais isolée, vous ne croyez pas que c’est plus agréable d’avoir tous ces gens-là que 2-3 peoples, de toute façon, qui vont retourner leur veste à la première occasion ? Moi je trouve ça, cette chaleur humaine des gens … En plus, beaucoup sont modestes …

Yann Barthès, lui coupant la parole : ils ont tous retourné leur veste ?

Ségolène Royal : beaucoup. (Poursuivant) … qui sont modestes … (S’interrompant à nouveau) Parce qu’ils suivent les sondages, mais tant mi…, ils reviendront après, quand j’aurai gagné.

Yann Barthès, souriant : toujours ces sondages. Toujours les sondages, hein. Toujours bloquée sur les sondages. (Rires de Ségolène Royal)

 

S22 démo vivte et libre

"Ah, bien c’est important, la démocratie vivante et libre"

Ségolène Royal : ah, bien c’est important, la démocratie vivante et libre. Et donc cet attachement populaire, il est extraordinaire. Vous savez, ce sont ces électeurs-là qui, en 2007, m’ont mise au second tour de la présidentielle.

 

S23 ces électeurs lçà 2nd tour prés

"Et donc cet attachement populaire, il est extraordinaire. Vous savez, ce sont ces électeurs-là qui, en 2007, m’ont mise au second tour de la présidentielle"

Yann Barthès : nous avons suivi un de vos adversaires ce week-end, il état en campagne à Arles, mais qui est cet adversaire ? Je vous propose de m’accompagner dans le sud de la France, Arles et ses aqueducs, Arles et son Hôtel-Dieu, mais surtout Arles et son marché provençal, et qui dit marché dit candidat à une élection, et c’est au détour d’un primeur que nous avons trouvé (Musique d’une chanson de Julio Iglesias), Julio, François Hollande qui glisse au milieux des étals pour serrer des mains, plein de mains, plein de mains, plein de mains, car il faut dire aux Français que …

François Hollande : « Le grand enjeu d’une campagne, c’est de faire venir voter. »

Yann Barthès : mais le marché d’Arles était-il un choix judicieux, niveau population française et électeurs, vous voyez la Tour Eiffel ?

 

S25 pdt FH


Ben le marché d’Arles, c’est pire : QUE des touristes étrangers ! (Rires du public)

 

S33

S31


François Hollande n’a croisé que des touristes sur le marché. Quand il croit voir des gens franchouillards il se jette sur eux.

 

S30


Ah oui, raté.

 

S35

S36


Devant un groupe de touristes asiatiques, il ne fait même plus d’effort.

Au bout d’un moment, il se demande vraiment ce qui se passe.

 

S40


François Hollande : « Il y a beaucoup d’étrangers »

 

S41


Michel Vauzelle, président de la région PACA et ancien maire d’Arles : « Oui ! Il y a beaucoup d’étrangers. C’est l’heure du marché pour les étrangers. »

François Hollande : « Ah oui d’accord, il y a des heures par euh … par nationalité »

(Applaudissements du public)

Yann Barthès : (Face à la caméra)Il a bien soigné son image internationale. (Face à Ségolène Royal) Est-ce qu’il a les épaules pour encaisser un deuxième tour, un débat contre Sarkozy, François Hollande ?

Ségolène Royal : joker. (En riant) De toute façon, dès que je vais dire quelque chose, vous allez me dire que …  (Rire de Ségolène Royal)

Yann Barthès, en riant : (Ecarquillant les yeux) C’est où que vous avez eu un joker quelque part ? Joker !

 

S50 je préfère ma campagne à la sienne

"Cela dit, je préfère ma campagne à la sienne, là, dans ce qu’on vient de voir en tout cas"

Ségolène Royal : dans un jeu, non ? Non, non, je ne fais pas de commentaire. Cela dit, je préfère ma campagne à la sienne, là, dans ce qu’on vient de voir en tout cas.

Yann Barthès : bon là c’est un peu raté, mais, non mais (Gromelant)

Ségolène Royal, en riant : c’est authentique, en tout cas.

Yann Barthès : j’ai une question personnelle. Hier vous étiez sur Canal, dans Dimanche+, à la même heur, il était sur M6. Je pensais à vos 4 enfants. Comment vivent-ils ce truc bizarre d’avoir un père et une mère sur 2 chaînes différentes et qui veulent tous les deux être président de la République ?

Ségolène Royal : bien vous leur demanderez, invitez-les ! Ah ! Ah !

 

S51 Invitez les

"Bien vous leur demanderez, invitez-les ! Ah ! Ah !"

Yann Barthès : vous voulez que je les invite ? Ils viendront ?

Ségolène Royal : ah je ne sais pas, ils sont majeurs. Invitez-les.

Yann Barthès : mais d’après vous ?

Ségolène Royal : bien je ne sais pas (Rire) Invitez-les !

Yann Barthès : voici les News.

 

S60 news


Yann Barthès : ils sont en pleine forme. Merci beaucoup Ségolène Royal !

Ségolène Royal : merci !

(Acclamations et applaudissements du public jusqu’à la fin de l‘émission)

Yann Barthès : est-ce que vous aimez Thomas Dutronc ?

Ségolène Royal : ah oui.

Yann Barthès : Thomas Dutronc ?

Ségolène Royal : oui, il est venu aux Francofolies de La Rochelle, d‘ailleurs.

 

S56

Ségolène Royal salue, tout sourire, le public à la fin ...

Yann Barthès : mais, ça tombe bien, il est dans un instant dans le Grand Journal de Michel Denisot. On se retrouve demain. Merci d’être passée sur le plateau du Petit Journal. Demain, à 20h05, bonne soirée, salut ! 

Partager cet article

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

mirjossbom 05/10/2011 01:46



Un très bon moment de décontraction et de bonne humeur!



Page D'accueil

  • : Militants de l'Espoir à gauche
  • Militants de l'Espoir à gauche
  • : Militants de l'Espoir à gauche réunit toutes celles et tous ceux qui soutiennent la ligne politique de Ségolène Royal pour une gauche démocratique, sociale, et écologique.
  • Contact

La fabrique AGIS !

dominique bertinotti (2)Dominique BERTINOTTI (75), Philippe ALLARD (75), Amale CHEBIB (75), Fabien SECHERRE (75), Françoise DEGOIS (75), Cyril CIBERT (86), Cécile FORTINEAU (23), christian CHOTARD (91), Eliane LEMAGNEN (64), esfand KHALAF (90), Laure BARGUILLET (87), Ahmed LAARAJ (30), Isabelle MALBERTI (75), Guy VERDIER (13012), catherine CANTAU (40), gilles CAILLET (91), Noëlle PLANCHAIS (56250), Gérard JABUT (69), Jocelyne BERDU (75), Jean-Pierre GUILBERT (75), Hélène MERMBERG, , Eric BRUN (63), Stéphanie SMANIOTTO,Eric CORNIER (33), Joelle FERAL, Gerard RAISER, Catherine RUBIO (33), Didier ANTONELLI, Nabil SANTO (75), Eliane LEMAGNEN (64), Céline LOOT, Pierre NSIMBA-DELEZAY (93), Marianne-Ségolène GINDREY (62), , Monique BONNIN (37), Jean-François THILLET (43), Jacqueline BOULET, Alain MAIRE (76), Caroline BERTRAN, Jacques MAZELLA (44), Christiane CHIROL, Rodrigue KOKOUENDO (77), Robert SIMON (75), francoise LALLIER (78), Sylvette GIRARD (28), claudine MOURET (41000), alban GUAY (37), roland ASTIER (38), mirella GOULOIS (62300), Michel CHARPENTIER (73), marie-neige PHILIPPE (44), Jean Jacques BAUGÉ (37), rachida MAZARIE (94), jacqueline LAKSANDER (2), pierrette LARDREAU (19100), martial LEHOUX (24), Rene PHILIPPEAU (91), Jean-Pierre HERY (2), Christine MALCOR (91), Jean KOMOROWSKI (33), , , Patricia VAN HALUIDYN (86), Claude BILLARDON (75), J-RAYMOND MAGUEUR (29), Claire CLAUDE (49), David VIEILLE, Laetitia DE WARREN (69), Georges RAULT (35), Michel CHATAIGNER (76), Chantal DEPUERS (6), YOLANDE PAVAN (93270), Maïté CAZAUX (33), Colette CHARBONNE (31), Hiroko KOMORI (75), M.J. SINAT (77), France-Marie NESPO-BIAIS (78000), Elisabeth HUSSON (75), Martine TREGRET (91), Andrée & Marie-Paule AUFAURE (3), Bernard JANODET (69), Yves FRUCHON (69), christiane NOUGARET (30), véronique SAINT-PAUL (75020), Marie-Noëlle VIBERT (94), Annick LE ROY (91), micheline HAREL (75), francoise QUELIN (77), jean baptiste TROUPLIN (75020), Elisabeth ARNAUD (33), Jean BRUNEL (13), Maryse MARTIN (17), Jacques ERNEST (92), Maurice BUTTIN (75015), Alain DRONEAUD (72430), Norel Houda AUMONT-GHÉDIR (75), Vanessa BAUDAT SLIMANI (45), CLAUDE TARRIERE (92500), Gérard PARCOT (91), FRANCK DAGORNE (56890), Ariane MATHIEU (77), Philippe POIGNANT (50), , Nadine AMIEL (75), Bernard FERRÉ (78), José THIOLLET (86), jerome DOUADY (38), Marcel AMIEL (75), arsene BOUTERFA (93500), sylvie SAINT PIERRE (95100), , Aurélien LONGÉ-LÉTANG (86), Fabrice BERARDI (13), Hubert TERRIGHI (47), Martine LEBRUN (94130), jean BURNELEAU (85), Marie FARRET (16), Janine CRESPIN (75013), sandrine PIERRON (86), cartier FLAVIEN (86), Dominique MENNESSON (94), Pierre BRUSSELLE (94), Eric DUCROS (86), , Romain ZARKA (75), Brigitte BEAUMANOIR (95), Olivier SALVANO-LUBESPÈRE (75), francoise ROZAN (12), Francine GILBERT REULIER (92), Christian AGON (75003), alain PIQUET (76), Laetitia CHEVROT (63), CHRISTIANE GOMEZ (86), Marc BONNICHON (33), Joëlle DE CORTE (17), Nadjet BOUCHIKHI (13), Yves FRUCHON (69), maryleine SIGRIST (5), Françoise CLEOSTRATE (34), Sébastien COUDRY (25), nicolas METIVIER (86), pierre HUYARD (17), Cécile GUILBERT (63), Bonaventure MBAYA (91), Bernard JANODET (69), Régis COTTET (86), martial LEHOUX (24), anthony ROUSSEAU (86), jean claude MAURIN (30), Jean-Claude CHEBROU (63), bruno OLIVIER (78), Jean-François VIONNET (26), ...

Pour rejoindre la fabrique socialiste AGIS : link