Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juillet 2010 7 04 /07 /juillet /2010 11:48

fete-du-14-juillet-defiles-paris-france-1298449083-1080806.jpg

Défilé du 14 juillet 2007 sur les Champs-Elysées à Paris (Patrick Peralta)

Depuis que l’Europe existe, son destin est lié à celui de son armement, à celui de sa défense. Ce vaste espace géographique aux nombreuse plaines, très ouvert sur les mers et l’océan Atlantique, a toujours été armé, car il a vu se succéder les envahisseurs. Les derniers à partir ont été les Ottomans, entre les années 1820 (Grèce) et la veille de la Première Guerre Mondiale (Bulgarie), et la Russie, qui se retire de la Pologne après avoir mené une guerre de 2 ans (1919-1921).

Europe_topography_map_fr.png

Au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, c’est la menace d’une avancée fulgurante et décisive de l’Union Soviétique qui cristallise les inquiétudes. Au lendemain de l’entrée en guerre des troupes nord-coréennes contre la Corée du Sud, en juin 1950, les Etats-Unis, sous l’égide des Nations Unies, envoient des troupes en Corée pour rétablir la situation, mais aussi en Allemagne, par crainte d’une attaque sur ces deux fronts, le Pacte atlantique signé en avril 1949 n’étant pas encore opérationnel.

La Communauté Européenne de Défense (CED)

Dès lors, les Etats-Unis demandent à la France le réarmement de l’Allemagne, qui ne sera accepté par cette dernière qu’en étant fortement encadrée. En octobre 1950, le président du Conseil René Pleven présente à l’Assemblée nationale le projet de Jean Monnet, « la création pour la défense commune, d'une armée européenne rattachée à des institutions politiques de l'Europe unie. » ; « les contingents fournis par les pays participants seraient incorporés dans l'armée européenne, au niveau de l'unité la plus petite possible », le tout sous contrôle de l’OTAN.

Le « plan Pleven » a une vision très fédérale, puisqu’elle prévoit la création d’un poste de ministre européen de la défense, placé sous le contrôle d'une assemblée européenne, avec un budget militaire commun. L’incorporation des contingents « au niveau de l'unité la plus petite possible »devait permettre, pour Jean Monnet, de « dissoudre » les effectifs allemands dans l’ensemble des bataillons formés, empêchant le réarmement effectif de l’Allemagne en tant que nation souveraine.

Mais le « plan Pleven » ne convient pas aux Américains et aux Allemands, et il va être amendé sur plusieurs points :

-même si elle sont sous commandement commun, création de 12 divisions allemandes de 13 000 hommes sur un total de 40 divisions ;

-remplacement du ministre européen de la défense par un conseil des ministres des Etats membres : on passe d’une instance supranationale à une coordination des nations ;

-égalité des droits des états membres, donc une pleine souveraineté retrouvée pour l’Allemagne et la fin de son statut d’occupation ; mais aussi l’abandon du programme nucléaire français, les Allemands s’étant vu refusé le droit d’en avoir un.

46297706ced-gif.gif

Le 27 mai 1952, les 6 gouvernements des membres fondateurs de la Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier (CECA) signent le traité instituant la Communauté Européenne de Défense (CED) à Bonn. Le traité est ratifié par l’Allemagne et le Benelux, mais le débat fait rage en France, notamment à cause de la présence au sein de la CED de contingents allemands – les Français craignent un réarmement – mais aussi des pressions insistantes des Etats-Unis et de la subordination de la CED à l’OTAN, donc aux Etats-Unis.

Après un débat législatif sans cesse reporté par les présidents du Conseil successifs, un vote écarte la CED définitivement, par 319 voix contre 264 le 30 août 1954. L’Italie, qui attendait la ratification de la France pour se prononcer, décide alors de ne pas ratifier le traité instituant la CED. La CED est morte.

La Communauté Economique Européenne (CEE)

Le réarmement de l’Allemagne s’étant finalement effectué dans le cadre de l’Union de l’Europe Occidentale (UEO, CECA et Royaume-Uni) et sous l’égide des Etats-Unis fin 1954-début 1955, et Staline étant mort en mars 1953, la nécessité d’une Europe de la Défense est moins pressante.Pendant 40 ans, jusqu’au traité de Maastricht en 1992, l’Europe s’intéresse plus à l’économie qu’à l’armement et à la politique étrangère en tant qu’entité : c’est l’époque de la Communauté Economique Européenne (CEE, 1957-1992).

L’Union Européenne et le « soft power »

Et encore, le traité de Maastricht, amplifié par celui de Lisbonne (2007), accouche plus d’un service diplomatique en la personne du Haut représentant de l’Union Européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, plus que d’une Europe de la Défense véritable. D’ailleurs, la première personne nommée à ce poste est une personne inconnue en dehors du Royaume-Uni, Catherine Ashton, et son grand oral devant le Parlement européen en janvier 2010 met en évidence son incompétence en matière de politique européenne de Défense.

Catherine-Ashton-20-11-2009_large.jpg

Catherine Ashton, baronne Ashton of Upholland, Haut représentant de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité

65 ans de paix relative sur le continent européen ont fait oublier ce qu’était la guerre aux générations actuellement au pouvoir. Et on se rassure en se disant que l’Allemagne ne nous attaquera pas militairement, pas plus qu’aucun des autres membres de l’Union Européenne. Comme le dit l’éditorial du Monde daté du 3 juillet 2010l’Europe se croit « une sorte de Suisse à l'abri des tumultes du XXIe siècle - ce qui relève d'une conception angélique de l'histoire ».

7-Srebrenica-genocide-mass-graves-ICMP-June-16.jpg

Deux enquêtrices de l'ICMP (International Commission on Missing Persons - Commission Internationale sur les Personnes Disparues) en train d'examiner des restes humains dans une fosse commune à Srebrenica (Bosnie-Hérzégovine)

C’est un peu vite oublier les conflits récents dans l’ex-Yougoslavie, en plein milieu de l’Union Européenne aujourd’hui, et entre deux Etats membres d'alors, l’Italie et la Grèce. C’est aussi oublier que les conflits récents ou potentiels sont nombreux à faible distance des frontières orientales de l’Union, comme la Transnistrie, la Géorgiel’Azerbaïdjan et l’Arménie (Haut Karabagh), l’Iran, la Syriel’Etat palestinienle banditisme de la mer Noire, et les visions russes sur le contrôle de l’Ukraine. Or à travers nombre de ces pays et ces zones transite une bonne partie de notre approvisionnement en gaz et en pétrole. La Turquie pourrait jouer un rôle clé dans nombre de ces dossier, mais on la relègue au rang d’éternelle candidate.

Du fait de cette paix interne, l’Union Européenne aimerait espérer une paix universelle ; elle se contente de conserver des forces de « maintien de la paix ». Nombre des pays de l’Union ont déjà abaissé leur garde, leurs dépenses militaires représentent souvent moins de 1,5% du PIBDes coupes sont prévues un peu partout en raison de la crise et des politiques de rigueur : en France, 3,5 Md€ seront économisés sur 3 ans, même si notre pays sent au fond de lui-même que tout danger n’a pas disparu en maintenant « la dissuasion - "l'assurance-vie de la nation" » (Le Monde daté du 3 juillet 2010). Au Royaume-Uni les coupes pourraient atteindre 20% des crédits, posant la question du « rôle global » du pays. L’Allemagne prévoit 1,2 Md€ d’économies avec une réduction des effectifs de 40%. L’Italie a annoncé une baisse de 10% de son budget. Le Danemark renonce à des engagements dans l’OTAN, la Roumanie à l’achat de matériel. L’Europe est devenu un géant aux pieds d’argile, avec une politique de « soft power » à bout de souffle (voir l’article Place de l’Europe dans le monde : l’Union Européenne a-t-elle encore une politique de voisinage ambitieuse ?).

Pendant ce temps, la Russie consacre 5% de son PIB à ses dépenses militaires ; l’Amérique et l’Asie font progresser leurs budgets de défense : 4% du PIB pour les Etats-Unis, beaucoup plus pour la Chine.

Aujourd’hui, à nouveau, l’avenir repose en Europe sur une mutualisation des dépenses militaires et une plus grande coordination. Le nécessaire mais laborieux projet d’avion de transport militaire européen, l’A400M, permet de se passer des appareils américains, mais le projet traîne en longueur et le cœur n’y est pas.

10070309_DEFENSE-X1P1_ori.jpg.567.jpg

Une maquette de l'avion de transport européen A400M (Marc Chaumeil/Fedephoto pour "Le Monde")

Pourtant, l’Union Européenne  a un PIB de 18 394 Md$ en 2008 (première place mondiale), contre 7 916 Md$ pour la Chine et 2 109 Md$ pour la Russie (2009) ; seuls les Etats-Unis sont proches de l’Union avec un PIB de 14 264 Md$. Ainsi, si les dépenses militaires étaient coordonnées et mutualisées en Europe, si une Europe de la Défense existait réellement, l’Europe devrait faire un effort en part de son PIB 2,3 fois moins important que la Chine pour dépenser autant, et 8,7 fois moins important que la Russie. Le coefficient pour les Etats-Unis est de 1,3 : pour arriver aux mêmes dépenses, il faudrait que l’Union fasse plus que doubler son effort d’armement et le fasse passer en moyenne à 3% du PIB (il est de 4% pour les Etats-Unis).

Ce qui fait conclure à l’éditorial du Monde daté du 3 juillet 2010 :

« Les contraintes budgétaires nationales devraient inciter les Européens à mutualiser leur effort militaire. Cela a un nom : l'Europe de la défense. Elle présente nombre de difficultés, mais il faut moins que jamais l'abandonner. Aux armes, Européens, formez votre défense ! »

barack-obama-angela-merkel-luiz-inacio-lula-da-silva-gordon.jpg

G20 de Pittsburgh en septembre 2009 : un monde multipolaire : Angela Merkel, Gordon Brown, Recep Tayyip Erdogan (Turquie), Manmohan Singh (Inde), Lula (Brésil), Barack Obama, Hu Jintao (Chine)

Il est temps que, dans le monde multipolaire qui est en train de se former et que l’administration américaine appelle de ses vœux depuis plusieurs années, l’Union Européenne reprenne sa place politique comme elle a pris sa place économique : la première.

Frédérick Moulin

Partager cet article

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans Europe
commenter cet article

commentaires

Tietie007 13/06/2013 08:11


Elle va bien mal, notre Union Européenne.

Page D'accueil

  • : Militants de l'Espoir à gauche
  • Militants de l'Espoir à gauche
  • : Militants de l'Espoir à gauche réunit toutes celles et tous ceux qui soutiennent la ligne politique de Ségolène Royal pour une gauche démocratique, sociale, et écologique.
  • Contact

La fabrique AGIS !

dominique bertinotti (2)Dominique BERTINOTTI (75), Philippe ALLARD (75), Amale CHEBIB (75), Fabien SECHERRE (75), Françoise DEGOIS (75), Cyril CIBERT (86), Cécile FORTINEAU (23), christian CHOTARD (91), Eliane LEMAGNEN (64), esfand KHALAF (90), Laure BARGUILLET (87), Ahmed LAARAJ (30), Isabelle MALBERTI (75), Guy VERDIER (13012), catherine CANTAU (40), gilles CAILLET (91), Noëlle PLANCHAIS (56250), Gérard JABUT (69), Jocelyne BERDU (75), Jean-Pierre GUILBERT (75), Hélène MERMBERG, , Eric BRUN (63), Stéphanie SMANIOTTO,Eric CORNIER (33), Joelle FERAL, Gerard RAISER, Catherine RUBIO (33), Didier ANTONELLI, Nabil SANTO (75), Eliane LEMAGNEN (64), Céline LOOT, Pierre NSIMBA-DELEZAY (93), Marianne-Ségolène GINDREY (62), , Monique BONNIN (37), Jean-François THILLET (43), Jacqueline BOULET, Alain MAIRE (76), Caroline BERTRAN, Jacques MAZELLA (44), Christiane CHIROL, Rodrigue KOKOUENDO (77), Robert SIMON (75), francoise LALLIER (78), Sylvette GIRARD (28), claudine MOURET (41000), alban GUAY (37), roland ASTIER (38), mirella GOULOIS (62300), Michel CHARPENTIER (73), marie-neige PHILIPPE (44), Jean Jacques BAUGÉ (37), rachida MAZARIE (94), jacqueline LAKSANDER (2), pierrette LARDREAU (19100), martial LEHOUX (24), Rene PHILIPPEAU (91), Jean-Pierre HERY (2), Christine MALCOR (91), Jean KOMOROWSKI (33), , , Patricia VAN HALUIDYN (86), Claude BILLARDON (75), J-RAYMOND MAGUEUR (29), Claire CLAUDE (49), David VIEILLE, Laetitia DE WARREN (69), Georges RAULT (35), Michel CHATAIGNER (76), Chantal DEPUERS (6), YOLANDE PAVAN (93270), Maïté CAZAUX (33), Colette CHARBONNE (31), Hiroko KOMORI (75), M.J. SINAT (77), France-Marie NESPO-BIAIS (78000), Elisabeth HUSSON (75), Martine TREGRET (91), Andrée & Marie-Paule AUFAURE (3), Bernard JANODET (69), Yves FRUCHON (69), christiane NOUGARET (30), véronique SAINT-PAUL (75020), Marie-Noëlle VIBERT (94), Annick LE ROY (91), micheline HAREL (75), francoise QUELIN (77), jean baptiste TROUPLIN (75020), Elisabeth ARNAUD (33), Jean BRUNEL (13), Maryse MARTIN (17), Jacques ERNEST (92), Maurice BUTTIN (75015), Alain DRONEAUD (72430), Norel Houda AUMONT-GHÉDIR (75), Vanessa BAUDAT SLIMANI (45), CLAUDE TARRIERE (92500), Gérard PARCOT (91), FRANCK DAGORNE (56890), Ariane MATHIEU (77), Philippe POIGNANT (50), , Nadine AMIEL (75), Bernard FERRÉ (78), José THIOLLET (86), jerome DOUADY (38), Marcel AMIEL (75), arsene BOUTERFA (93500), sylvie SAINT PIERRE (95100), , Aurélien LONGÉ-LÉTANG (86), Fabrice BERARDI (13), Hubert TERRIGHI (47), Martine LEBRUN (94130), jean BURNELEAU (85), Marie FARRET (16), Janine CRESPIN (75013), sandrine PIERRON (86), cartier FLAVIEN (86), Dominique MENNESSON (94), Pierre BRUSSELLE (94), Eric DUCROS (86), , Romain ZARKA (75), Brigitte BEAUMANOIR (95), Olivier SALVANO-LUBESPÈRE (75), francoise ROZAN (12), Francine GILBERT REULIER (92), Christian AGON (75003), alain PIQUET (76), Laetitia CHEVROT (63), CHRISTIANE GOMEZ (86), Marc BONNICHON (33), Joëlle DE CORTE (17), Nadjet BOUCHIKHI (13), Yves FRUCHON (69), maryleine SIGRIST (5), Françoise CLEOSTRATE (34), Sébastien COUDRY (25), nicolas METIVIER (86), pierre HUYARD (17), Cécile GUILBERT (63), Bonaventure MBAYA (91), Bernard JANODET (69), Régis COTTET (86), martial LEHOUX (24), anthony ROUSSEAU (86), jean claude MAURIN (30), Jean-Claude CHEBROU (63), bruno OLIVIER (78), Jean-François VIONNET (26), ...

Pour rejoindre la fabrique socialiste AGIS : link