Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juillet 2011 6 23 /07 /juillet /2011 20:04

 

S8-l-etat-d-esprit-des-peres-fond-de-l-Eur.jpg

 

Ségolène Royal a donné hier une conférence de presse depuis Solferino, où les candidats à la primaire ont désormais à leur disposition un bureau et les moyen logistiques du parti. « C'est un signe très fort, je suis très heureuse de m'exprimer depuis le [siège du] PS. Le PS, c'est la maison commune pour tous les candidats. C'est le signe que ce qui nous rassemble est beaucoup plus puissant que ce qui nous distingue, c'est de nature à rassembler les Français. », a déclaré la candidate.

La crise de l’euro et de l’Europe, sur laquelle Ségolène Royal s’est longuement exprimée suite au sommet européen, a occupé la première moitié de son point presse de 35 minutes.

Dans cette première partie, Ségolène Royal fait 4 propositions pour sortir durablement l’Europe de la crise :

-« assurer une relance économique de l’Europe », en mettant en place un « fonds souverain, qui donnera à l’Europe la possibilité d’emprunter ». La candidate précise sur son blog que ce fons serait « financé par des taxes sur les banques ou par l’émission « d’eurobonds », c’est-à-dire des obligations européennes » ;

-mettre en place « un commandant en chef contre la crise financière », « un ministre commun de l’Economie et des Finances, qui commencerait par un ministre commun de l’Economie et des Finances de la France et de l’Allemagne » ;

-« l’interdiction de la spéculation sur les banques », « c’est-à-dire [l'] interdiction de vendre à terme des titres que l’on n’a pas » ;

-« une réforme des agences de notation ».

Plus tard dans la conférence de presse, Ségolène Royal précisera à ce sujet : « Moi je demande que ces réformes structurelles aient lieu au cours de cet été », « pour éviter une nouvelle crise », précise-t-elle sur son blog.

Frédérick Moulin

 

4 propositions pour sortir durablement l'Europe... par segolene-royal

 

Transcription par Militants de l’Espoir À Gauche avec Ségolène Royal / F.M.

Moi je voudrais déjà, avant bien sûr de répondre à toutes vos questions, donner une réaction sur ce qui s’est passé hier au sommet européen.

D’abord, je pense que tout le travail reste à faire. N’oublions pas que c’était le 23ème sommet européen, et que finalement ce qui a été fait hier aurait déjà dû être fait il y a 18 mois, et il y a même 2 ans.

Souvenons-nous déjà des décisions de 2008 qui étaient sorties du sommet européen, c’était pratiquement les mêmes décisions, et même davantage, puisqu’en 2008 déjà, on disait qu’il fallait que l’Europe mette en place un fond souverain, on disait que l’Europe devait lutter contre la spéculation, on dénonçait les agences de notation, et si hier un certain nombre de décisions ont été prises pour sauver la Grèce, on voit bien, et je voudrais redire ici que le problème de l’Europe n’est pas seulement le problème de la Grèce, c’est le problème de l’Europe toute entière.

Et les [4] décisions structurelles que nous attendons, et dont l’Europe a besoin, n’ont pas été prises.

 

S3-prem-un-fonds-souv.jpg

"La première décision structurelle, c’est d’assurer une relance économique de l’Europe"

La première décision structurelle, c’est d’assurer une relance économique de l’Europe. Cette décision n’a pas été prise, puisque pour assurer une [relance] économique de l’Europe, encore faudrait-il mettre en place un fonds souverain, un fonds souverain qui permettrait à l’Europe de ne pas dépendre de la spéculation bancaire.

Donc moi je demande premièrement la mise en place de ce fonds souverain, qui donnera à l’Europe la possibilité d’emprunter, pour ne pas dépendre de la spéculation financière.

 

S2-deuxiemement-un-chef-de-bat-fin.jpg

"Deuxièmement, c’est la mise en place d’un commandant en chef contre la crise financière"

Deuxièmement, c’est la mise en place d’un chef de bataille financière, contre la crise financière, parce qu’on voit aujourd’hui qu’il n’y a pas de pilote dans l’avion. Or je demande, et ça avait d’ailleurs déjà été une décision en filigrane prise en 2008, un chef de bataille, un commandant en chef contre la crise financière. C’est quoi ? Ça serait un ministre commun de l’Economie et des Finances, qui commencerait par un ministre commun de l’Economie et des Finances de la France et de l’Allemagne.

Ce n’est pas une proposition nouvelle. Nous l’avons déjà dit, ça a même été évoqué. Et pourquoi est-ce que cette décision n’est pas encore prise ? Alors, on voit bien que la dilution des responsabilités aujourd’hui fait, comme de nombreux observateurs l’ont observé, la dilution des responsabilités fait que finalement nous dépendons, une nouvelle fois, de la puissance financière des banques.

Autrement dit, l’économie réelle n’a pas été remise en avant par rapport à l’économie financière.

 

S5-troist-sur-l-Italie-etc.jpg

"La troisième décision à prendre, c’est l’interdiction de la spéculation sur les banques"

La troisième décision à prendre, et qui est liée à la nécessité de mettre en place un fonds souverain au niveau européen qui donne l’Europe ses propres capacités d’emprunt, c’est l’interdiction de la spéculation sur les banques, puisqu’on voit bien que les banques et les fonds de pension ont spéculé sur la dette grecque, et qu’aujourd’hui ça va recommencer. Et j’entendais ce matin que les banques et les fonds de pension commençaient à spéculer sur la situation de l’Italie. Donc quand-est-ce que ça va s’arrêter ?

Ça va s’arrêter quand il y aura interdiction aux banques de spéculer, c’est-à-dire interdiction de vendre à terme des titres que l’on n’a pas.

Ce sont des choses simples. Tous les experts financiers du monde entier le disent, et une fois de plus, cette décision aujourd’hui n’a pas été prise, n’a pas été prise hier.

 

S6-quatr-et-donc-la-decision-.jpg

"La [quatrième] et dernière décision à prendre, c’est vraiment une réforme des agences de notation"

Et la dernière décision à prendre, la [quatrième] et dernière décision à prendre, c’est vraiment une réforme des agences de notation. Pourquoi ? Parce qu’on voit bien que les agences de notation sont liées aux intérêts financiers, puisqu’elles jouent tous les rôles. Ce sont elles qui ont été déconsidérées parce qu’elles n’ont pas vu venir la crise financière aux Etats-Unis. Et donc, la décision qui avait été prise et qui avait été évoquée, déjà, dès 2008, à savoir la création d’une agence de notation publique, elle aussi, n’a pas été mise en place.

Donc je voudrais dire pour conclure que nous avons là une décision provisoire qui était indispensable, bien évidemment, personne ne va s’en plaindre, mais cette décision aurait dû être prise déjà il y a 18 mois.

Il y a une vague contribution des banques, sans être très claire, à l’effort mis en place pour aider la Grèce, mais aucune décision structurelle qui permet à l’Europe de sortir durablement de la crise n’a été prise, ni un gouvernement économique commun, je le répète, c’est-à-dire la nécessité de mettre en place un ministère commun de l’Economie et des Finances, d’abord commun à la France et à l’Allemagne, et ensuite aux pays qui voudront rentre dans ce processus, ni la mise en place d’un fonds européen souverain qui permettrait d’arrêter une stratégie de développement économique, et en particulier dans le domaine de la croissance verte, des énergies renouvelables, c’est-à-dire donner une perspective économique à l’Europe en terme de création d’activité et d’emplois, ni la réforme qui consisterait à interdire la spéculation des banques sur les dettes, ça c’est proprement inacceptable, et des décisions simples sont à prendre qui sont liées à la mise en place d’un fonds souverain qui permettra à l’Europe d’emprunter plutôt que de dépendre du système bancaire, et l’interdiction de la spéculation sur la dette, qui n’a pas été décidée, et qui doit l’être absolument.

 

S8 l'etat d'esprit des pères fond de l'Eur

"L’idée européenne, c’est d’abord une idée politique, c’est d’abord une espérance politique, c’est d’abord de retrouver l’état d’esprit des pères fondateurs de l’Europe, et des couples franco-allemand qui à chaque fois ont fait avancer l’Europe"

Et enfin, bien évidemment, rappelons que l’idée européenne, c’est d’abord une idée politique, c’est d’abord une espérance politique, c’est d’abord de retrouver l’état d’esprit des pères fondateurs de l’Europe, et des couples franco-allemand qui à chaque fois ont fait avancer l’Europe, même dans des contextes difficiles. Et c’est ce couple, ce charisme du couple franco-allemand qui nous manque aujourd’hui cruellement. Pourquoi ?

Parce qu’on voit bien que tant en Allemagne qu’en France, les dirigeants sont pris par leurs échéances électorales, et ça, ça n’est pas acceptable. Je crois qu’à un moment, dans un contexte de grande difficulté de l’Europe, il faudrait avoir des dirigeants qui ont une grande force morale, et qui sont capables de se dire : peu importe l’impact en terme électoral intérieur des décisions que nous avons à prendre, mais prenons-les, prenons-les ces décisions, parce que nous avons une responsabilité commune à l’égard de l’avenir de l’Europe.

 

S9-il-faudrait-avoir-gde-force-morale.jpg

"Je crois qu’à un moment, dans un contexte de grande difficulté de l’Europe, il faudrait avoir des dirigeants qui ont une grande force morale"

Et pourquoi les décisions ne sont pas prises ? Parce qu’elles ne sont pas populaires. Parce qu’aujourd’hui l’Europe n’est pas populaire auprès des opinions publiques. Et comme Angela Merkel a des échéances électorales, comme Nicolas Sarkozy est déjà dans ces échéances électorales, c’est ce qui explique, je pense, la raison pour laquelle les décisions difficiles ne sont pas prises. Ces décisions difficiles ne sont pas populaires parce qu’aujourd’hui les peuples se détournent de l’Europe. Pourquoi les peuples se détournent de l’Europe ?

Parce que tant que l’Europe sera synonyme de rigueur, tant que l’Europe sera synonyme de chômage, tant que les efforts demandés au niveau européen seront d’abord demandés aux salariés, aux ouvriers, aux classes moyennes, aux catégories populaires, aux dirigeants des petites et moyennes entreprises, à tous ceux qui souffrent déjà, et qui, avec les décisions de rigueur, souffrent encore plus, tandis que les grandes fortunes sont mises à l’abri de toute la contribution aux différents efforts qui sont demandés, je lisais récemment que la seule lutte contre la fraude fiscale des grandes fortunes en Europe permettrait déjà de résoudre une bonne partie du problème, et donc tant que les dirigeants ne mettent pas sur un même pied d’égalité la nécessité d’assainir les dépenses publiques, et la nécessité de lutter contre les inégalités, et de faire contribuer les revenus du capital autant que les revenus du travail, alors l’Europe est déséquilibrée.

 

S10-meme-pied-d-egalite-qeseq.jpg

"Tant que les dirigeants ne mettent pas sur un même pied d’égalité la nécessité d’assainir les dépenses publiques, et la nécessité de lutter contre les inégalités, et de faire contribuer les revenus du capital autant que les revenus du travail, alors l’Europe est déséquilibrée"

Et moi je veux des peuples européens qui reprennent confiance dans l’Europe. Et les peuples européens reprendront confiance dans l’Europe si l’Europe leur ouvre une perspective, et si chaque fois qu’on prononce le mot Europe, on ne prononce pas en même temps le mot rigueur. Pourquoi ?

Parce que la rigueur, elle est toujours imposée aux mêmes, et que ça, les peuples européens ne l’acceptent plus, parce qu’ils voient bien, d’un côté, que des banques continuent à s’enrichir, que les grandes fortunes continuent à s’enrichir, qu’il n’y a pas de contribution égalitaire entre les détenteurs du grand patrimoine et les salariés qui vivent de plus en plus difficilement de leur travail, tant qu’il y a une perception aigüe de ces inégalités-là, alors les peuples vont se méfier de plus en plus de l’Europe.

Partager cet article

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

almaviva 24/07/2011 17:33



C'est clair et net:L'Europe doit choisir:Europe des banques et des riches ou une Europe solidaire qui retrouve l'esprit de ses fondateurs et qui tiendra sa place dans le monde.



Page D'accueil

  • : Militants de l'Espoir à gauche
  • Militants de l'Espoir à gauche
  • : Militants de l'Espoir à gauche réunit toutes celles et tous ceux qui soutiennent la ligne politique de Ségolène Royal pour une gauche démocratique, sociale, et écologique.
  • Contact

La fabrique AGIS !

dominique bertinotti (2)Dominique BERTINOTTI (75), Philippe ALLARD (75), Amale CHEBIB (75), Fabien SECHERRE (75), Françoise DEGOIS (75), Cyril CIBERT (86), Cécile FORTINEAU (23), christian CHOTARD (91), Eliane LEMAGNEN (64), esfand KHALAF (90), Laure BARGUILLET (87), Ahmed LAARAJ (30), Isabelle MALBERTI (75), Guy VERDIER (13012), catherine CANTAU (40), gilles CAILLET (91), Noëlle PLANCHAIS (56250), Gérard JABUT (69), Jocelyne BERDU (75), Jean-Pierre GUILBERT (75), Hélène MERMBERG, , Eric BRUN (63), Stéphanie SMANIOTTO,Eric CORNIER (33), Joelle FERAL, Gerard RAISER, Catherine RUBIO (33), Didier ANTONELLI, Nabil SANTO (75), Eliane LEMAGNEN (64), Céline LOOT, Pierre NSIMBA-DELEZAY (93), Marianne-Ségolène GINDREY (62), , Monique BONNIN (37), Jean-François THILLET (43), Jacqueline BOULET, Alain MAIRE (76), Caroline BERTRAN, Jacques MAZELLA (44), Christiane CHIROL, Rodrigue KOKOUENDO (77), Robert SIMON (75), francoise LALLIER (78), Sylvette GIRARD (28), claudine MOURET (41000), alban GUAY (37), roland ASTIER (38), mirella GOULOIS (62300), Michel CHARPENTIER (73), marie-neige PHILIPPE (44), Jean Jacques BAUGÉ (37), rachida MAZARIE (94), jacqueline LAKSANDER (2), pierrette LARDREAU (19100), martial LEHOUX (24), Rene PHILIPPEAU (91), Jean-Pierre HERY (2), Christine MALCOR (91), Jean KOMOROWSKI (33), , , Patricia VAN HALUIDYN (86), Claude BILLARDON (75), J-RAYMOND MAGUEUR (29), Claire CLAUDE (49), David VIEILLE, Laetitia DE WARREN (69), Georges RAULT (35), Michel CHATAIGNER (76), Chantal DEPUERS (6), YOLANDE PAVAN (93270), Maïté CAZAUX (33), Colette CHARBONNE (31), Hiroko KOMORI (75), M.J. SINAT (77), France-Marie NESPO-BIAIS (78000), Elisabeth HUSSON (75), Martine TREGRET (91), Andrée & Marie-Paule AUFAURE (3), Bernard JANODET (69), Yves FRUCHON (69), christiane NOUGARET (30), véronique SAINT-PAUL (75020), Marie-Noëlle VIBERT (94), Annick LE ROY (91), micheline HAREL (75), francoise QUELIN (77), jean baptiste TROUPLIN (75020), Elisabeth ARNAUD (33), Jean BRUNEL (13), Maryse MARTIN (17), Jacques ERNEST (92), Maurice BUTTIN (75015), Alain DRONEAUD (72430), Norel Houda AUMONT-GHÉDIR (75), Vanessa BAUDAT SLIMANI (45), CLAUDE TARRIERE (92500), Gérard PARCOT (91), FRANCK DAGORNE (56890), Ariane MATHIEU (77), Philippe POIGNANT (50), , Nadine AMIEL (75), Bernard FERRÉ (78), José THIOLLET (86), jerome DOUADY (38), Marcel AMIEL (75), arsene BOUTERFA (93500), sylvie SAINT PIERRE (95100), , Aurélien LONGÉ-LÉTANG (86), Fabrice BERARDI (13), Hubert TERRIGHI (47), Martine LEBRUN (94130), jean BURNELEAU (85), Marie FARRET (16), Janine CRESPIN (75013), sandrine PIERRON (86), cartier FLAVIEN (86), Dominique MENNESSON (94), Pierre BRUSSELLE (94), Eric DUCROS (86), , Romain ZARKA (75), Brigitte BEAUMANOIR (95), Olivier SALVANO-LUBESPÈRE (75), francoise ROZAN (12), Francine GILBERT REULIER (92), Christian AGON (75003), alain PIQUET (76), Laetitia CHEVROT (63), CHRISTIANE GOMEZ (86), Marc BONNICHON (33), Joëlle DE CORTE (17), Nadjet BOUCHIKHI (13), Yves FRUCHON (69), maryleine SIGRIST (5), Françoise CLEOSTRATE (34), Sébastien COUDRY (25), nicolas METIVIER (86), pierre HUYARD (17), Cécile GUILBERT (63), Bonaventure MBAYA (91), Bernard JANODET (69), Régis COTTET (86), martial LEHOUX (24), anthony ROUSSEAU (86), jean claude MAURIN (30), Jean-Claude CHEBROU (63), bruno OLIVIER (78), Jean-François VIONNET (26), ...

Pour rejoindre la fabrique socialiste AGIS : link