Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 août 2011 4 18 /08 /août /2011 13:00

 

S12 all Frce 2 gdes puissce cap de cvge cap mettre en place

 

"J’ai adressé cet après-midi un message aux chefs d’Etat français et allemande parce que je considère qu’aujourd’hui la chancelière fédérale et le président de la République ont une responsabilité majeure, celle de redonner confiance en ouvrant des perspectives solides pour l’Europe, et je souhaite que leur rencontre soit une réussite", a déclaré Ségolène Royal en préambule à sa contribution de 5 propositions concrètes pour la mise en place des annonces communes franco-allemandes faites le 21 juillet dernier à Berlin, lors de cette première partie de sa conférence de presse à Solferino mardi 16 août, dans un emploi du temps très chargé, entre son déplacement en Corse, et celui à Marseille et en Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Ségolène Royal est au travail tout l’été, et dans la torpeur du mois d’août elle a repris son tour de la France qui souffre, qui résiste et qui réussit, au contact avec les Français. Sur le pont quand d’autres candidats sont en vacances, elle a immédiatement réagi – et proposé – à l’annonce d’une rencontre entre Angela Merkel et Nicolas Sarkozy « pour sortir de la crise » comme le dit l’AFP.

Ségolène Royal a fait preuve de pédagogie, expliquant ce qu’étaient les eurobonds ; ou faisant la démonstration qu’avec, en contrepartie de l’accès des pays aux eurobonds, « l’obligation pour les pays qui vont en bénéficier d’adhérer aux règles budgétaires et fiscales mises en place par les pays européens », il était possible de rassurer le ministre des Finances allemand quant à ses craintes que des pays qui ne font pas d’effort pour réduire leurs déficits et leur dette aient accès aux avantages des eurobonds – un même taux bas pour tous les pays européens participant au programme.

Puis la candidate a énuméré les 5 propositions concrètes qu’elle fait, explicitant ensuite chacune d’entre elle :

-« la mise en place d’un ministre franco-allemand des finances, chargé de faire converger rapidement les points de vue »,

-« la création d’un vrai gouvernement économique de la zone euro, chargé d’arrêter les stratégies budgétaires et fiscales », présidées par les principes de justice fiscale et de lutte contre les déficits,

-« l’interdiction pour les établissements bancaires de spéculer sur les dettes publiques »,

-« le plan de relance pour l’activité économique des entreprises, et notamment pour les PME », « les nouvelles filières de développement industriel, en particulier […] la croissance verte et [les] transports propres »,

-« convoquer nos Parlements, français et allemand, le même jour, la même semaine, pour qu’ils puissent travailler conjointement, avoir des échanges entre eux, travailler sur la même base de décisions, sur les mêmes bases de propositions » : « le débat démocratique enrichira les propositions qui seront mises sur la table, […] le débat démocratique est indispensable à l’adhésion des peuples, qui vont devoir faire des efforts », et pour « une juste répartition de ces efforts ».

Ségolène Royal a conclu logiquement, à propos de la rencontre des deux chefs d’Etat français et allemand que « cette réunion est absolument cruciale, qu'on ne peut pas accepter, comme on l’entend ici ou là, qu’il n’en sorte rien ».

Hélas, la montagne a accouché d’une souris, et Jean-Louis Bianco écrivait sur son blog "de près, de loin" hier mercredi :

kubrickheader

Ségolène Royal écrit à Angela Merkel et Nicolas Sarkozy : Face à la spéculation qui dicte ses conditions aux peuples européens, nous avons rendez-vous avec l’histoire

« Angela Merkel et Nicolas Sarkozy n’ont pas été à la hauteur de l’enjeu. À la sortie de leur rencontre à l’Élysée, ils ont simplement proposé « un véritable gouvernement de la zone euro » et ont repoussé à plus tard l’instauration d’une taxe sur les transactions financières. Rien sur la spéculation, rien sur les Eurobonds, aucune solution concrète.

Dans une lettre à leur attention, Ségolène Royal porte 5 propositions concrètes permettant une sortie de crise en y associant un vrai débat démocratique. Elle propose ainsi la création d’Eurobonds pour que les États de la zone euro empruntent ensemble afin de baisser les taux d’intérêts et donc de freiner la spéculation. Elle rappelle l’urgence d’un plan de relance européen pour réduire la dette en relançant l’activité économique en particulier avec les industries vertes.

Refusant de voir les acteurs financiers supplanter les représentants élus, elle a également demandé la convocation des Parlements allemand et français pour instaurer un véritable débat démocratique et transparent.

Dans le passé, François Mitterrand et Helmut Kohl avaient su rendre effectif le couple franco-allemand pour permettre la réalisation de l’Union européenne puis de l’euro. Aujourd’hui nos gouvernants ne sont pas à la hauteur. Alors, si selon Nicolas Sarkozy, on ne peut pas changer tout de suite le système, on peut au moins commencer par changer de Président en 2012. »

Frédérick Moulin

 

Conf. de presse : contribution adressée à A... par segolene-royal

 

 

Transcription par Militants de l’Espoir À Gauche avec Ségolène Royal / F.M.

Voilà. J’ai adressé cet après-midi un message aux chefs d’Etat français et allemande parce que je considère qu’aujourd’hui la chancelière fédérale et le président de la République ont une responsabilité majeure, celle de redonner confiance en ouvrant des perspectives solides pour l’Europe, et je souhaite que leur rencontre soit une réussite.

Je ne veux pas, comme on l’entend ici ou là, imaginer qu’il ne sortira rien de cette rencontre. Je veux que cette rencontre soit réussie.

À un moment où en effet nous souffrons des déficits, de la dette, de la crise financière, les peuples d’Europe attendent de leurs dirigeants politiques qu’ils prennent leurs responsabilités et qu’ils prennent des décisions.

Et moi qui suis une Européenne convaincue, je forme le vœu que cette rencontre soit une réussite au-delà des clivages politiques et des échéances électorales à venir.

 

S1 bis résulte donc une grave menace pour la croissance

"Aujourd’hui, la finance ne sert plus qu’elle-même, nourris par des produits spéculatifs sans règle, au lieu d’être au service du développement économique et de la lutte contre le chômage. Il en résulte donc une grave menace pour la croissance, un menace pour l’emploi, et une menace pour le niveau de bien-être des européens"

En effet, les peuples d’Europe souffrent. Ils sont profondément inquiets des dérèglements financiers. Aujourd’hui, la finance ne sert plus qu’elle-même, nourris par des produits spéculatifs sans règle, au lieu d’être au service du développement économique et de la lutte contre le chômage. Il en résulte donc une grave menace pour la croissance, un menace pour l’emploi, et une menace pour le niveau de bien-être des européens.

Alors oui, les chefs d’Etat de la France et de l’Allemagne ont aujourd’hui une responsabilité majeure, celle de redonner confiance en ouvrant des perspectives solides pour l’Europe.

Et je souhaite aider à la réussite de cette rencontre, et c’est pourquoi je leur adresse une contribution en tant que vice-présidente de l’Internationale socialiste, mais aussi en tant qu’ancienne candidate à la présidentielle, et qui a, de ce point de vue, une responsabilité à l’égard de ce qui se passe, et à l’égard des prises de parole et des propositions que j’ai faites depuis 2007. Je m’adresserai à eux en leur disant qu’ils se sont déjà réunis le 21 juillet 2011 à Berlin, et que conjointement, les deux chefs d’Etat, français et allemand, ont fait une déclaration commune qui allait dans la bonne direction.

 

S4 ils se sont engagés en faveur d'1 eilleure gouverance

"Que disait cette déclaration commune du 21 juillet dernier ? Ils se sont engagés, je les cite, même fermement engagés, en faveur d’une « meilleure gouvernance économique de la zone euro »"

Que disait cette déclaration commune du 21 juillet dernier ? Ils se sont engagés, je les cite, même fermement engagés, en faveur d’une « meilleure gouvernance économique de la zone euro ». Ils avaient aussi promis de formuler, d’ici la fin du mois d’août, des propositions communes, pour favoriser, je les cite, une convergence des économies européennes afin d’accélérer l’intégration économique au sein de la zone euro.

Eh bien en effet, la mise en œuvre de cet engagement pris le 21 juillet dernier doit donner un signal positif déterminant. Alors on le voit, depuis ce matin, des divergences entre la France et l’Allemagne se font jour, eh bien moi je crois que nous pouvons travailler collectivement à des rapprochements.

L’Europe avance toujours lorsqu’elle doit surmonter un certain nombre de difficultés. Aujourd’hui il y a des divergences ? Travaillons aux convergences.

En particulier, je note, en écoutant le ministre allemand des Finances, que le refus de mutualiser la dette par les eurobonds s’explique par la crainte qu’appliquer les mêmes taux d’intérêt à tous les pays sanctionnerait les bons élèves. C’est ce que dit le ministre allemand des Finances. Il n’a pas totalement tort. Il n’a pas totalement tort, alors, au lieu de rester sur des divergences, le ministre des Finances allemand met les différends pays devant leurs responsabilités.

Et donc si nous voulons déboucher, et je le souhaite, sur la création des eurobonds, qui permettront de baisser les taux d’intérêt, donc qui permettront de baisser la spéculation, donc qui permettront de baisser le risque d’endettement supplémentaire, parce qu’en s’unissant, les pays qui empruntent ensemble, c’est très simple, je l’explique aux Français : c’est quoi un eurobond ? C’est les pays européens qui se mettent ensemble pour emprunter. Et donc forcément, ils sont moins assujettis à la spéculation bancaire et à la concurrence entre eux, et donc, par définition, les taux d’intérêt baissent, et donc l’endettement des pays baisse également, et donc la spéculation est également freinée. C’est cela, les eurobonds, et nous devons absolument les créer, parce que c’est une forme de solidarité européenne.

Donc la crainte évoquée par le ministre allemand des Finances, c’est de dire : « Oui, mais si les taux d’intérêt sont les mêmes pour tous les pays, alors ceux qui font un effort pour réduire leurs déficits et leur dette, finalement, seront pénalisés par rapport à ceux qui ne font pas ces efforts. ».

 

S5bis

"Et moi je dis qu’il faut justement des contreparties. Créons-donc les eurobonds, et en contrepartie, érigeons l’obligation pour les pays qui vont en bénéficier d’adhérer aux règles budgétaires et fiscales mises en place par les pays européens"

Et moi je dis qu’il faut justement des contreparties. Créons-donc les eurobonds, et en contrepartie, érigeons l’obligation pour les pays qui vont en bénéficier d’adhérer aux règles budgétaires et fiscales mises en place par les pays européens.

Et c’est pourquoi je fais 5 propositions pour aboutir concrètement à la mise en place des annonces faites le 21 juillet dernier, et pour aboutir concrètement à faire reculer la spéculation, les taux d’intérêt et la dette.

Quelles sont ces 5 propositions ?

La mise en place d’un ministre franco-allemand des finances, qui sera chargé justement de faire converger rapidement les points de vue. Alors on me dit : « Mais c’est compliqué. Est-ce qu’il va être allemand, est-ce qu’il va être français ? ». Mais qu’ils se mettent d’accord ! Que nos chefs d’Etat se mettent d’accord. Pour désigner celui ou celle qui sera chargée(e), au nom des deux pays, de commencer par mettre d’accord la France et l’Allemagne, ce qu’attendent tous les autres pays de la zone euro.

Ils nous regardent aujourd’hui. Ils attendent que la France et l’Allemagne se mettent d’accord. Eh bien mettons en place, et ce serait une action symbolique très forte, mettons en place un ministre commun franco-allemand des Finances.

  

S7 gvt zone euro qui sera chargé d'arrêter les strat

"Deuxième proposition, c’est la création d’un vrai gouvernement économique de la zone euro, qui sera chargé d’arrêter les stratégies budgétaires et fiscales. [...] Il y a la justice fiscale. [..] Il y a la lutte contre les déficits. Voilà les 2 priorités"

Deuxième proposition, c’est la création d’un vrai gouvernement économique de la zone euro, qui sera chargé d’arrêter les stratégies budgétaires et fiscales. Qu’est-ce qu’il y a dans les stratégies fiscales en particulier ? Il y a la justice fiscale. Qu’est-ce qu’il y a dans les stratégies budgétaires ? Il y a la lutte contre les déficits. Voilà les 2 priorités.

Et c’est un vrai gouvernement économique de la zone euro qui peut définir ces stratégies budgétaires et fiscales auxquelles devront adhérer tous les pays de la zone euro qui voudront bénéficier de la solidarité que j’évoquais tout à l’heure.

Troisième proposition, c’est l’interdiction pour les établissements bancaires de spéculer sur les dettes publiques, par la mise en place d’une réglementation efficace. Madame Merkel l’a évoqué à juste titre la semaine dernière, donc c’est clair que les réflexions progressent sur ce domaine, je souhaite que tout à l’heure, à la réunion entre les deux chefs d’Etat, puisse sortir une décision très claire sur l’interdiction faite aux établissements bancaires de spéculer sur les dettes publiques, parce que quand les établissements bancaires spéculent sur les dettes publiques, ils spéculent sur le malheur des peuples, car la dette publique explique le chômage, la baisse du pouvoir d’achat, la détresse du surendettement.

Et donc il est absolument indispensable là-aussi de passer des discours aux actes, et de faire en sorte que très rapidement, une réglementation s’impose aux établissements bancaires pour leur interdire de spéculer sur les dettes publiques, c‘est-à-dire, en clair, de revendre à terme des titres qu’ils n’ont pas.

Quatrième proposition, c’est le plan de relance pour l’activité économique des entreprises, et notamment pour les PME. Bien sûr, il faut remettre en ordre nos budgets, remettre en ordre la fiscalité, remettre des règles à la finance internationale, mais le deuxième pilier, c’est la relance de l’activité économique. C’est cela aussi, la bonne activité des entreprises et notamment des PME, qui permettra de lutter contre la dette et contre le déficit.

Et donc comment ce plan de relance peut-il être financé ? Et j’insiste sur la nécessité de donner aux petites et moyennes entreprises les moyens de leur développement, ce que les banques ne font plus aujourd’hui. J’insiste aussi sur les nouvelles filières de développement industriel, en particulier dans le domaine de la croissance verte et des transports propres par exemple.

Donc il y a là un potentiel considérable en Europe. Il n’y a pas de fatalité à l’arrêt de la croissance européenne, au contraire, il y a un potentiel considérable, et c’est ce potentiel considérable que nous devons pousser en avant, et auquel nous devons donner les moyens financiers de se développer.

 

S9 TTF là aussi je crois qu'il est temps de passer des vot

"C’est donc la quatrième proposition, c’est le plan de relance de l’activité économique des entreprises, qui pourrait être financé en particulier par la taxe sur les mouvements de capitaux, [...] et donc là aussi, je crois qu’il est temps de passer des votes à l’action, et je souhaite que la rencontre de tout à l’heure permette de mettre en place un calendrier et une méthode d’action"

C’est donc la quatrième proposition, c’est le plan de relance de l’activité économique des entreprises, qui pourrait être financé en particulier par la taxe sur les mouvements de capitaux, puisque maintenant tout le monde a l’air d’accord pour mettre en place cette taxe, qui a d’ailleurs été votée, je le rappelle, par le Parlement européen le 8 mars 2011, et donc là aussi, je crois qu’il est temps de passer des votes à l’action, et je souhaite que la rencontre de tout à l’heure permette de mettre en place un calendrier et une méthode d’action pour que cette décision prise par le Parlement européen puisse être adoptée.

 

S10 le débat dém enrichira les prop

"La cinquième et dernière proposition, c’est de faire en sorte que la décision soit prise par les deux chefs d’Etat de convoquer nos Parlements, français et allemand, le même jour, la même semaine, pour qu’ils puissent travailler conjointement, avoir des échanges entre eux, travailler sur la même base de décisions, sur les mêmes bases de propositions, parce que je crois que le débat démocratique enrichira les propositions qui seront mises sur la table, [...] le débat démocratique est indispensable à l’adhésion des peuples, qui vont devoir faire des efforts"

Et c’est d’ailleurs la cinquième et dernière proposition, c’est de faire en sorte que la décision soit prise par les deux chefs d’Etat de convoquer nos Parlements, français et allemand, le même jour, la même semaine, pour qu’ils puissent travailler conjointement, avoir des échanges entre eux, travailler sur la même base de décisions, sur les mêmes bases de propositions, parce que je crois que le débat démocratique enrichira les propositions qui seront mises sur la table, permettra de faciliter des convergences pour donner un contenu concret à cette nouvelle règle que les citoyens attendent, et en particulier parce que je pense que le débat démocratique est indispensable à l’adhésion des peuples, qui vont devoir faire des efforts, et donc en contrepartie de ces efforts, ils attendent aussi des garanties sur une juste répartition de ces efforts.

Ils attendent des garanties sur le fait que les décisions prises vont enfin anticiper la prochaine crise, alors qu’on a le sentiment qu’il y a une crise, ensuite on décide, non pas pour anticiper la crise suivante, mais pour régler la crise qui vient d’arriver, parce que les marchés sont toujours plus rapides aujourd’hui que les décisions politiques.

 

S11 auj faut que déc pol soient plus rap plus fort plus au

"Donc c’est cela qu’il faut inverser, c’est qu'aujourd’hui il faut que les décisions politiques soient plus rapides, plus fortes, plus autoritaires que les règles qui président aux marchés financiers"

Donc c’est cela qu’il faut inverser, c’est qu’aujourd’hui il faut que les décisions politiques soient plus rapides, plus fortes, plus autoritaires que les règles qui président aux marchés financiers, à rechercher toujours plus de profit, toujours sur le dos des peuples et du bien-être des Européens, ce que nos opinions publiques n’acceptent plus.

Voilà ce que je voulais dire, voilà la contribution que je voulais adresser pour être utile, contribution qui est appuyée sur l’idée que cette réunion est absolument cruciale, qu’on ne peut pas accepter, comme on l’entend ici ou là, qu’il n’en sorte rien.

 

S12 all Frce 2 gdes puissce cap de cvge cap mettre en place

"Cette réunion est absolument cruciale, on ne peut pas accepter, comme on l’entend ici ou là, qu’il n’en sorte rien. Au contraire, je crois que la France et l’Allemagne sont deux grandes puissances qui sont capables de converger, pour mettre en place des règles communes, de nature à protéger la croissance économique et à la relancer, l’activité, à protéger l’emploi, à protéger le bien-être des peuples en imposant des règles strictes aux institutions financières"

Au contraire, je crois que la France et l’Allemagne sont deux grandes puissances qui sont capables de converger, pour mettre en place des règles communes, de nature à protéger la croissance économique et à la relancer, l’activité, à protéger l’emploi, à protéger le bien-être des peuples en imposant des règles strictes aux institutions financières qui se nourrissent, qui se repaissent du développement économique qu’elles détruisent au passage.

Et je ne doute pas que les uns et les autres nous avons un engagement très ferme, très fort, et une conscience très aigüe du moment critique et grave que nous traversons, et en même temps, une en même temps de l’extraordinaire opportunité que nus offre la crise de changer les règles du jeu.

On y revient toujours. Une crise, c’est soit quelque chose que l’on subit, soit au contraire un levier pour changer les règles du jeu et pour faire en sorte que nous apportions à nos peuples une vie meilleure à partir de règles claires qui permettent de remettre les choses dans le bon ordre, c’est-à-dire la finance au service de l’économie, et l’économie au service du bien-être humain.

Donc voilà, ces courriers sont actuellement bien sûr portés à leurs destinataires, et je vais suivre très attentivement, les Français vont suivre très attentivement, les opinions publiques françaises et allemandes vont suivre très attentivement ce qui va sortir de cette réunion, et vraiment, mon vœux le plus cher, c’est qu’il en sorte quelque chose qui ouvre à nos citoyens des perspectives d’avenir réconfortantes. Je vous remercie.

Partager cet article

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

David CABAS 23/08/2011 13:12




J'aimerais que Segolène Royal prenne aussi rapidement ses responsabilités. Elle devrait rapidement se prononcer par une mise en règlement judiciaire des banques qui ont perdu !

Et pour cela, nous devons immédiatement séparer les banques de dépôt des banques d'affaires afin de sauver l'épargne des citoyens, l'économie productive ainsi que les services publiques et les
collectivités locales et permettre la mise en faillite des spéculateurs qui ont perdu et l'économie fictive. 

Nous devons arrêter de s'adapter a la dictature des marche financiers.

Le couple franco-allemand doit être le fer de lance de la bataille contre la tyrannie de la finance avec le Glass Steagall.

Rejoignez ma pages facebook : http://www.facebook.com/pages/David-CABAS/160111484055821?sk=wall

David CABAS
www.davidcabas.fr



Eliane Lecoeur 22/08/2011 00:05



Je n'ai pas écrit les deux commentaires précédents. Je porte plainte dès ce lundi pour usurpation d'identification. Un personnage peu
recommandable rédige des messages violents depuis plusieurs jours sur mon blog. Non content de cela il utilise mon mail et mon nom pour adresser sur plusieurs sites des mails qui ne sont pas de
moi !. Je demande donc que ceux-ci soient automatiquement effacés et que, à l'avenir vous mettiez directement à la corbeille tout ce qui viendra de mon mail
personnel.



Page D'accueil

  • : Militants de l'Espoir à gauche
  • Militants de l'Espoir à gauche
  • : Militants de l'Espoir à gauche réunit toutes celles et tous ceux qui soutiennent la ligne politique de Ségolène Royal pour une gauche démocratique, sociale, et écologique.
  • Contact

La fabrique AGIS !

dominique bertinotti (2)Dominique BERTINOTTI (75), Philippe ALLARD (75), Amale CHEBIB (75), Fabien SECHERRE (75), Françoise DEGOIS (75), Cyril CIBERT (86), Cécile FORTINEAU (23), christian CHOTARD (91), Eliane LEMAGNEN (64), esfand KHALAF (90), Laure BARGUILLET (87), Ahmed LAARAJ (30), Isabelle MALBERTI (75), Guy VERDIER (13012), catherine CANTAU (40), gilles CAILLET (91), Noëlle PLANCHAIS (56250), Gérard JABUT (69), Jocelyne BERDU (75), Jean-Pierre GUILBERT (75), Hélène MERMBERG, , Eric BRUN (63), Stéphanie SMANIOTTO,Eric CORNIER (33), Joelle FERAL, Gerard RAISER, Catherine RUBIO (33), Didier ANTONELLI, Nabil SANTO (75), Eliane LEMAGNEN (64), Céline LOOT, Pierre NSIMBA-DELEZAY (93), Marianne-Ségolène GINDREY (62), , Monique BONNIN (37), Jean-François THILLET (43), Jacqueline BOULET, Alain MAIRE (76), Caroline BERTRAN, Jacques MAZELLA (44), Christiane CHIROL, Rodrigue KOKOUENDO (77), Robert SIMON (75), francoise LALLIER (78), Sylvette GIRARD (28), claudine MOURET (41000), alban GUAY (37), roland ASTIER (38), mirella GOULOIS (62300), Michel CHARPENTIER (73), marie-neige PHILIPPE (44), Jean Jacques BAUGÉ (37), rachida MAZARIE (94), jacqueline LAKSANDER (2), pierrette LARDREAU (19100), martial LEHOUX (24), Rene PHILIPPEAU (91), Jean-Pierre HERY (2), Christine MALCOR (91), Jean KOMOROWSKI (33), , , Patricia VAN HALUIDYN (86), Claude BILLARDON (75), J-RAYMOND MAGUEUR (29), Claire CLAUDE (49), David VIEILLE, Laetitia DE WARREN (69), Georges RAULT (35), Michel CHATAIGNER (76), Chantal DEPUERS (6), YOLANDE PAVAN (93270), Maïté CAZAUX (33), Colette CHARBONNE (31), Hiroko KOMORI (75), M.J. SINAT (77), France-Marie NESPO-BIAIS (78000), Elisabeth HUSSON (75), Martine TREGRET (91), Andrée & Marie-Paule AUFAURE (3), Bernard JANODET (69), Yves FRUCHON (69), christiane NOUGARET (30), véronique SAINT-PAUL (75020), Marie-Noëlle VIBERT (94), Annick LE ROY (91), micheline HAREL (75), francoise QUELIN (77), jean baptiste TROUPLIN (75020), Elisabeth ARNAUD (33), Jean BRUNEL (13), Maryse MARTIN (17), Jacques ERNEST (92), Maurice BUTTIN (75015), Alain DRONEAUD (72430), Norel Houda AUMONT-GHÉDIR (75), Vanessa BAUDAT SLIMANI (45), CLAUDE TARRIERE (92500), Gérard PARCOT (91), FRANCK DAGORNE (56890), Ariane MATHIEU (77), Philippe POIGNANT (50), , Nadine AMIEL (75), Bernard FERRÉ (78), José THIOLLET (86), jerome DOUADY (38), Marcel AMIEL (75), arsene BOUTERFA (93500), sylvie SAINT PIERRE (95100), , Aurélien LONGÉ-LÉTANG (86), Fabrice BERARDI (13), Hubert TERRIGHI (47), Martine LEBRUN (94130), jean BURNELEAU (85), Marie FARRET (16), Janine CRESPIN (75013), sandrine PIERRON (86), cartier FLAVIEN (86), Dominique MENNESSON (94), Pierre BRUSSELLE (94), Eric DUCROS (86), , Romain ZARKA (75), Brigitte BEAUMANOIR (95), Olivier SALVANO-LUBESPÈRE (75), francoise ROZAN (12), Francine GILBERT REULIER (92), Christian AGON (75003), alain PIQUET (76), Laetitia CHEVROT (63), CHRISTIANE GOMEZ (86), Marc BONNICHON (33), Joëlle DE CORTE (17), Nadjet BOUCHIKHI (13), Yves FRUCHON (69), maryleine SIGRIST (5), Françoise CLEOSTRATE (34), Sébastien COUDRY (25), nicolas METIVIER (86), pierre HUYARD (17), Cécile GUILBERT (63), Bonaventure MBAYA (91), Bernard JANODET (69), Régis COTTET (86), martial LEHOUX (24), anthony ROUSSEAU (86), jean claude MAURIN (30), Jean-Claude CHEBROU (63), bruno OLIVIER (78), Jean-François VIONNET (26), ...

Pour rejoindre la fabrique socialiste AGIS : link