Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mars 2011 3 23 /03 /mars /2011 07:18

 

Pierre-Berge-et-Najat-VB-FMMEAGSR2.jpg

Najat Vallaud-Belkacem et Pierre Bergé à la fête de la Fraternité 2010 (MEAGSR/FM)

Pierre Bergé a déclaré hier sur France Inter être prêt à soutenir à nouveau Ségolène Royal. Invité à 18h15 dans  « Le 5/7 Boulevard », il a répondu aux questions de Philippe Collin et de Xavier Mauduit pendant une vingtaine de minutes. En dernière partie, il s’est exprimé sur le Parti socialiste, Martine Aubry, DSK, et surtout Ségolène Royal et François Mitterrand. Le président de l’Association des Amis de l’Institut François Mitterrand a déclaré en parlant de Ségolène Royal : « C’est tout à fait l’école mitterrandienne. ».

Pierre Bergé a pris la défense de Ségolène Royal et salué son action des derniers mois sur le terrain en déclarant : « En ce moment, les vraies primaires, Ségolène est en train de les faire. ».

À la question de France Inter : « Donc vous êtes prêt à resoutenir Ségolène Royal, c’est bien ça, non ? », Pierre Bergé a répondu du tac au tac : « Mais bien entendu ! »

De nombreux autres thèmes ont été abordés, des thèmes de société, de justice sociale, la place et l’indépendance du journal Le Monde, et le thème, bien sûr, de la lutte contre le sida.

Vous retrouverez ci-dessous l’enregistrement et le texte du passage sur le Parti socialiste et Ségolène Royal, et quelques retranscriptions de passages de l’émission (lien pour la page du podcast ici)

Frédérick Moulin

 


par eric3362

 


France Inter : on sent, Pierre Bergé, dans vos propos, à la fois chez Yves Saint Laurent et chez vous-même, une défense d’une certaine vision du monde ; vous n’avez jamais caché non plus votre vision du monde, votre vision du monde politique. On voulait aussi vous poser des questions sur ce qui se passe en ce moment, on sait que vous avez été proche de François Mitterrand, vous êtes encore, je crois, dans le Cercle des Amis de François Mitterrand [en fait l’Association des Amis de l’Institut François Mitterrand, NdlR], l’association…

Pierre Bergé : je suis président.

France Inter : voilà. C’est bien ce qui me semblait. Quel regard vous portez aujourd’hui sur les socialistes, Pierre Bergé ?

Pierre Bergé : d’abord, merci d’avoir cité… merci, je n’ai pas à vous remercier, mais j’ai beaucoup apprécié que vous ayez cité Pessoa tout à l’heure, et ce livre admirable qui s’appelle Le banquier anarchiste, auquel vous me permettrez de m’associer un petit peu.

France Inter : bien sûr, bien c’était vous, c’est vous, quelque part, bien sûr !

Pierre Bergé : j’ai bien compris. Moi, écoutez, j’ai des amis chez les socialistes, tout le monde sait que j’ai soutenu Ségolène Royal, mais j’ai d’autres amis, Martine Aubry est une amie pour laquelle j’ai de l’affection et beaucoup d’estime également, mais il y en a d’autres.

Une fois que j’ai dit ça, je  ne comprends pas très bien ce qui se passe, et pourquoi il faut attendre, surtout quand on est socialiste, un messie, et surtout quand on est laïque, pourquoi il faut attendre un messie, attendre que ce messie vous indique la route et vous dise : « Ah, vous voterez pour moi ! » Ou alors : « Décidément, je ne viendrai pas, donc choisissez qui vous voulez. ».

Ce sont des propos qui me dépassent complètement. Une fois que j’ai dit ça, vous savez très bien que dans la gauche, il y a deux gauches, une première gauche te une deuxième gauche, la première gauche étant évidemment François Mitterrand, et c’est ma gauche, et c’est la gauche à laquelle je me réfère.

Et puis, il y a une deuxième gauche, mais elle est de gauche. Il se trouve que Dominique Strauss-Kahn, puisqu’on a compris que je faisais allusion à lui, fait partie de cette deuxième gauche : ça n’est pas ma gauche. Donc s’il y a des primaires demain, je ne choisirai pas Dominique Strauss-Kahn. Mais si Strauss-Kahn est désigné par les primaires, je voterai évidemment pour lui.


Pierre-Berge-et-Najat-VB-FMMEAGSR.jpg

Najat Vallaud-Belkacem et Pierre Bergé à la fête de la Fraternité 2010 (MEAGSR/FM)

France Inter : vous le savez mieux que nous, Pierre Bergé, vous venez de l’évoquer, ces primaires, François Mitterrand, est-ce que vous… sans parler de messie, bien sûr, mais est-ce que vous ne pensez pas quand même que le vrai problème du Parti socialiste aujourd’hui, c’est de ne pas avoir de leadership ? C’est ça, le vrai problème. Mitterrand n’était pas un messie, mais personne s’est jamais posé la question de savoir s’il allait y aller ou pas, c’était François Mitterrand.

Pierre Bergé : oui, mais ce qui est très étrange, c’est qu’en effet, on n’ait pas compris, au Parti socialiste, après Mitterrand, que l’homme ou la femme qui devait y aller, était naturellement le Premier secrétaire ou la Première secrétaire du PS.

Je comprends très mal pourquoi ça a été remis en cause ou pourquoi ça n’a pas été appliqué, comme je comprends très mal qu’après la défaite de Ségolène Royal, qui avait quand même remporté 47.5[%] de suffrages et 17 millions d’électeurs, excusez du peu, je vous rappelle que François Mitterrand s’est présenté 3 fois [avant d’être élu, NdlR], et que Jaques Chirac s’est présenté 3 fois, aucun des deux, la première fois, alors qu’ils avaient été battus, aucun des deux n’a été rejeté par son propre camp.

Nous avons assisté à une chose extraordinaire, c’est que Ségolène battue, alors elle ne vaut plus rien, et on la jette.

Il faut dire, il faut dire qu’il n’y avait qu’à voir la tête que faisaient déjà les éléphants du Parti socialiste lorsqu’elle s’est présentée pour comprendre comment et pourquoi ils s’en sont débarrassés dès qu’ils ont pu.

France Inter : mais dès la défaite, hein, sur les plateaux de télévision, [« À la seconde même ! », ajoute Pierre Bergé] la tête des barons, on a tout de suite vu que ça allait être un lynchage, hein.

Pierre Bergé : à la seconde… à la seconde même, à la seconde même. Mais, vous savez, moi j’observe ce qui se passe, comme tout le monde, mais je sais aussi une chose, c’est qu’en politique, on n’est jamais mort, sauf le jour où on vous a conduit à votre dernière demeure. Alors, méfions nous de vouloir enterrer les gens trop tôt, parce que, en ce moment, les vraies primaires, Ségolène est en train de les faire.

France Inter : c’est-à-dire ?

Pierre Bergé : c’est-à-dire qu’elle circule en France, qu’elle remplit pleins à craquer des salles et des stades et d’autres choses, et que, il faut faire attention.

l-association----Institut-Francois-Mitterrand.jpg

France Inter : ça c’est l’école mitterrandienne, en plus.

Pierre Bergé : c’est tout à fait l’école mitterrandienne.

France Inter : donc vous êtes prêt à resoutenir Ségolène Royal, c’est bien ça, non ?

Pierre Bergé : mais bien entendu !

France Inter : voilà. Mais, oui, faudrait pas euh…

Pierre Bergé : oui, mais vous savez, un mot. Les gens qui s’étonnent d’un problème de loyer avec Ségolène Royal sont ceux qui ne connaissent rien à la politique, puisque je n’ai plus le DROIT, de soutenir financièrement Ségolène Royal, à partir du 1er avril, puisqu’à partir du 1er avril, nous entrons dans une année préélectorale, et qu’il est interdit à qui que ce soit, à vous comme à moi, de donner plus de 7 500 euros à un candidat. Donc, qu’on ne s’étonne pas. Et alors, il n’a même pas été question entre Ségolène et moi de savoir « oui » ou « non », c’était clair.


Podium-frat-2010-Arcueil-Berge-FMMEAGSR.jpg

Ségolène Royal, Pierre Bergé et bien d'autres sur le podium de la fête de la Fraternité 2010 à Arcueil (MEAGSR/FM)

Sur la société française, le FN et le sida :

« France Inter : quand vous évoquez tout cela, on sent quand même une société qui est un peu figée, c’est vraiment, c’est vraiment terrifiant. Vous me faites signe de la tête, les mentalités n’avancent pas du tout.

Pierre Bergé : mais vous savez que dans un pays où on voit le Front national grimper au niveau où il est aujourd’hui, il ne faut vraiment pas s’étonner. »

-oOo-

La valeur de l’argent :

« France Inter : 30 euros, c’est une petite somme d’argent.

Pierre Bergé : pas pour tout le monde. […] Je crains surtout qu’on profite de la crise pour donner moins que d’habitude. Mais ce qui me rassure, c’est qu’il y a quand même des gens dans ce pays qui ont du cœur, il y a des gens qui donnent. Et c’est pour ça que j’ai dit que 30 euros, c’était de l’argent, parce qu’il y a des gens pour qui 5 euros, c’est de l’argent. Et ils donnent quand même ces 5 euros. Et vraiment, moi j’ai une grande admiration pour ces gens-là, et pour les lettres que nous recevons de gens qui nous disent : « Je n’ai pas d’argent, je vis comme je peux, mais je vous envoie quand même 5 euros. » »

-oOo-

Pierre Bergé, parlant de l’Etat et la lutte contre le sida :

« Or nous sommes obligés de constater qu’une fois de plus, l’Etat, l’Etat, nous fait faux bond, qu’une fois de plus, il n’est pas au rendez-vous, qu’une fois de plus, il ne soutient pas la recherche, pas du tout, que chaque fois que nous donnons des bourses, nous sommes obligés de payer de la Sécurité sociale au-dessus, ce qui fait qu’on a dû diminuer le nombre de bourses, il faut dire la vérité, et que la prévention a complètement été abandonnée, que nous nous battons, nous réclamons, qu’il y ait des distributeurs de préservatifs gratuits dans les lycées, il n’y en a pas.

Vous savez, c’est un peu désespérant d’être seuls, d’être seuls, seuls à quelques associations, d’être seuls, de hurler dans le désert, et ce qui est plus désespérant encore, c’est souvent d’être reçus par le président de la République, c’était pas le cas de celui-ci mais du précédent, d’être reçus par le président de la République, par des ministres, qui vous promettent tout, et qui finalement ne font rien. »

-oOo-

Extrait du questionnaire d’Yves Saint Laurent à méditer :

-Pour quelle faute avez-vous le plus d’indulgence ?

-La trahison.

-Quelle est votre couleur préférée ?

-Le noir.

-Qu’est-ce que vous détestez par dessus tout ?

-Le snobisme de l’argent.

-Et avez-vous une devise ?

-Je me permettrai de prendre celle des Noailles : « Plus d’honneur au singulier que d’honneurs au pluriel. »

Partager cet article

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

Fonteneau 23/03/2011 17:06



Sarkozy est responsable, en grande partie, de la montée du FN, c'est incontestable. Mais il me semble devoir signaler que le PS, par les batons dans les roues de la candidate Ségolène Royal,
par les résultats douteux de l'élection du 1er secrétaire (Badinter préconisait un nouveau vote), par l'effervescence hystérique autour de DSK, par la remise en question (grossière) des
prochaines primaires etc etc, éloigne de nombreux électeurs; pas les bobos à leur image mais des gens du peuple (c'est pas un gros mot !)  C'est ainsi qu'ils glissent vers des
extrêmes, de désespoir, par dégoût, découragés.



Page D'accueil

  • : Militants de l'Espoir à gauche
  • Militants de l'Espoir à gauche
  • : Militants de l'Espoir à gauche réunit toutes celles et tous ceux qui soutiennent la ligne politique de Ségolène Royal pour une gauche démocratique, sociale, et écologique.
  • Contact

La fabrique AGIS !

dominique bertinotti (2)Dominique BERTINOTTI (75), Philippe ALLARD (75), Amale CHEBIB (75), Fabien SECHERRE (75), Françoise DEGOIS (75), Cyril CIBERT (86), Cécile FORTINEAU (23), christian CHOTARD (91), Eliane LEMAGNEN (64), esfand KHALAF (90), Laure BARGUILLET (87), Ahmed LAARAJ (30), Isabelle MALBERTI (75), Guy VERDIER (13012), catherine CANTAU (40), gilles CAILLET (91), Noëlle PLANCHAIS (56250), Gérard JABUT (69), Jocelyne BERDU (75), Jean-Pierre GUILBERT (75), Hélène MERMBERG, , Eric BRUN (63), Stéphanie SMANIOTTO,Eric CORNIER (33), Joelle FERAL, Gerard RAISER, Catherine RUBIO (33), Didier ANTONELLI, Nabil SANTO (75), Eliane LEMAGNEN (64), Céline LOOT, Pierre NSIMBA-DELEZAY (93), Marianne-Ségolène GINDREY (62), , Monique BONNIN (37), Jean-François THILLET (43), Jacqueline BOULET, Alain MAIRE (76), Caroline BERTRAN, Jacques MAZELLA (44), Christiane CHIROL, Rodrigue KOKOUENDO (77), Robert SIMON (75), francoise LALLIER (78), Sylvette GIRARD (28), claudine MOURET (41000), alban GUAY (37), roland ASTIER (38), mirella GOULOIS (62300), Michel CHARPENTIER (73), marie-neige PHILIPPE (44), Jean Jacques BAUGÉ (37), rachida MAZARIE (94), jacqueline LAKSANDER (2), pierrette LARDREAU (19100), martial LEHOUX (24), Rene PHILIPPEAU (91), Jean-Pierre HERY (2), Christine MALCOR (91), Jean KOMOROWSKI (33), , , Patricia VAN HALUIDYN (86), Claude BILLARDON (75), J-RAYMOND MAGUEUR (29), Claire CLAUDE (49), David VIEILLE, Laetitia DE WARREN (69), Georges RAULT (35), Michel CHATAIGNER (76), Chantal DEPUERS (6), YOLANDE PAVAN (93270), Maïté CAZAUX (33), Colette CHARBONNE (31), Hiroko KOMORI (75), M.J. SINAT (77), France-Marie NESPO-BIAIS (78000), Elisabeth HUSSON (75), Martine TREGRET (91), Andrée & Marie-Paule AUFAURE (3), Bernard JANODET (69), Yves FRUCHON (69), christiane NOUGARET (30), véronique SAINT-PAUL (75020), Marie-Noëlle VIBERT (94), Annick LE ROY (91), micheline HAREL (75), francoise QUELIN (77), jean baptiste TROUPLIN (75020), Elisabeth ARNAUD (33), Jean BRUNEL (13), Maryse MARTIN (17), Jacques ERNEST (92), Maurice BUTTIN (75015), Alain DRONEAUD (72430), Norel Houda AUMONT-GHÉDIR (75), Vanessa BAUDAT SLIMANI (45), CLAUDE TARRIERE (92500), Gérard PARCOT (91), FRANCK DAGORNE (56890), Ariane MATHIEU (77), Philippe POIGNANT (50), , Nadine AMIEL (75), Bernard FERRÉ (78), José THIOLLET (86), jerome DOUADY (38), Marcel AMIEL (75), arsene BOUTERFA (93500), sylvie SAINT PIERRE (95100), , Aurélien LONGÉ-LÉTANG (86), Fabrice BERARDI (13), Hubert TERRIGHI (47), Martine LEBRUN (94130), jean BURNELEAU (85), Marie FARRET (16), Janine CRESPIN (75013), sandrine PIERRON (86), cartier FLAVIEN (86), Dominique MENNESSON (94), Pierre BRUSSELLE (94), Eric DUCROS (86), , Romain ZARKA (75), Brigitte BEAUMANOIR (95), Olivier SALVANO-LUBESPÈRE (75), francoise ROZAN (12), Francine GILBERT REULIER (92), Christian AGON (75003), alain PIQUET (76), Laetitia CHEVROT (63), CHRISTIANE GOMEZ (86), Marc BONNICHON (33), Joëlle DE CORTE (17), Nadjet BOUCHIKHI (13), Yves FRUCHON (69), maryleine SIGRIST (5), Françoise CLEOSTRATE (34), Sébastien COUDRY (25), nicolas METIVIER (86), pierre HUYARD (17), Cécile GUILBERT (63), Bonaventure MBAYA (91), Bernard JANODET (69), Régis COTTET (86), martial LEHOUX (24), anthony ROUSSEAU (86), jean claude MAURIN (30), Jean-Claude CHEBROU (63), bruno OLIVIER (78), Jean-François VIONNET (26), ...

Pour rejoindre la fabrique socialiste AGIS : link