Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 18:31

175_woerth.1277116491-Communication-de-crise.gif

"Communication de crise", dessin et texte de Martin Vidberg

Les promesses de campagne sont comme le sparadrap du capitaine Haddock, impossibles à décoller de la mémoire. L'on ne songe pas à ces multiples engagements que tout candidat sérieux distribue généreusement ; il sera toujours possible - de bonne ou mauvaise foi - de soutenir que la crise n'a pas permis de les honorer.

Non. L'on pense à ces serments solennels qu'aucun changement de conjoncture ne saurait invalider. " Je veux être le président qui va remettre la morale au coeur de la politique. Je veux une démocratie irréprochable. Si l'Etat veut être respecté, il doit être respectable. " C'est à quoi s'engageait Nicolas Sarkozy, le 14 janvier 2007, dans le discours fondateur de sa candidature. Et à quoi assiste-t-on depuis quelques semaines ? À un concours de petits arrangements, de prébendes et de cynisme.

162_boutin.1276152663-Sacree-Christine-Boutin-.gif

"Sacrée Christine Boutin!" de Martin Vidberg (www.martinvidberg.com)

Un jour, c'est une ancienne ministre mécontente, Christine Boutin, que l'on ramène à plus d'aménité en lui confiant une mission de la plus haute importance, rémunérée 9 500 euros nets par mois, avant que l'indignation générale ne la contraigne, à contrecoeur, à y renoncer. Le lendemain, c'est la secrétaire d'Etat aux sports, Rama Yade, qui fait la leçon à l'équipe de France de football, trop luxueusement logée en Afrique du Sud à ses yeux, avant que la révélation du prix encore plus élevé de sa propre chambre d'hôtel ne lui coupe le sifflet.

Puis l'on apprend que le secrétariat d'Etat au Grand Paris a réglé une facture de 12 000 euros de cigares pour dix mois. Grand amateur de havanes, le titulaire de la charge, Christian Blanc, mégote, c'est le cas de le dire, s'engage à rembourser le quart de la somme, mais pour le reste se dit victime d'un règlement de comptes et met en cause son ancien chef de cabinet, lequel porte plainte pour diffamation. Ambiance. Et l'on pourrait continuer cette chronique lamentable, du permis de construire très " amical " obtenu pour sa villa provençale par le secrétaire d'Etat à la coopération, Alain Joyandet, jusqu'aux logements de fonction aimablement " prêtés " à leur famille par Fadela Amara, secrétaire d'Etat à la ville, ou Christian Estrosi, ministre de l'industrie.

Sans parler de la situation pour le moins embarrassante où se retrouve le ministre du travail et ancien ministre du budget, Eric Woerth, dès lors que son épouse gère certains actifs de Liliane Bettencourt, héritière de la fortune L'Oréal et soupçonnée d'avoir pris quelques libertés avec le fisc. Sans oublier enfin ces six ministres et non des moindres qui cumulaient jusqu'à présent sans sourciller leur salaire et leur retraite de parlementaire ; c'est parfaitement légal, certes, mais compliqué à faire avaler aux Français au moment où le gouvernement annonce que chacun devra se serrer la ceinture pour réduire la dette publique et présente une réforme des retraites dont chacun a compris qu'elle ne sera pas à son avantage.

Le plus stupéfiant est que - en dépit des appels à l'" exemplarité " lancés par le premier ministre -, les intéressés n'ont pas l'air de mesurer les ravages que provoque leur conduite dans l'esprit public. Tel cacique de la majorité ne peut s'empêcher de comparer son salaire à ceux, beaucoup plus confortables, de ses " camarades de promotion " qui ont réussi dans le privé ; il est vrai que le chef de l'Etat lui-même ne se prive pas de souligner que les grands patrons gagnent " dix fois plus " que lui, en dépit de la vigoureuse augmentation de salaire qu'il avait exigée en 2007 et obtenue du Parlement.

" Arrêtez les concours de vertus, c'était bien pire avant ", soutient tel autre en privé. C'est exact. Depuis 1995 (gouvernement Balladur), la loi interdit le financement des partis politiques et des campagnes électorales par les entreprises et organise un financement public à peu près transparent.

Depuis 2002 (gouvernement Jospin), ont été supprimés les " fonds spéciaux ", cette cagnotte rondelette (plus de 60 millions d'euros en 2001) distribuée en toute opacité à l'Elysée et aux ministres. Depuis 2007 enfin, à l'initiative de son actuel résident, les finances de l'Elysée sont contrôlées par la Cour des comptes. Les avantages personnels que plusieurs de ses éminences s'efforcent de tirer de la République n'en sont que plus déplorables.

Attention à la " démagogie " et au " poujadisme " ! tentent enfin de contre-attaquer Michèle Alliot-Marie ou François Baroin. Facile, trop facile quand l'Etat, ou quelques-uns de ses gouvernants, ne se comporte pas de façon " respectable ", pour reprendre le mot de M. Sarkozy.

Ont-ils déjà oublié les niveaux d'abstention record qui ont marqué les deux derniers scrutins - européen (60 %) et régional (54 %) - et donné la mesure du désabusement démocratique ? N'ont-ils pas pris connaissance du " baromètre de la confiance " réalisé en décembre 2009 par TNS-Sofres, selon lequel 78 % des personnes interrogées - un record depuis trente ans -, jugent que les responsables politiques " ne se préoccupent pas " des gens comme eux ? N'ont-ils pas entendu le cri d'alarme récent du médiateur de la République devant cette société française où " le chacun pour soi a remplacé l'envie de vivre ensemble " et où " un fossé s'est creusé entre le citoyen et l'Etat " ? C'est à craindre.

Tout est dit pourtant sur ce chapitre, depuis deux siècles et demi, par un certain Montesquieu. Et dans quelle langue ! " Il ne faut pas beaucoup de probité pour qu'un gouvernement monarchique ou un gouvernement despotique se maintienne ou se soutienne. La force des lois dans l'un, le bras du prince toujours levé dans l'autre, règlent ou contiennent tout. Mais, dans un Etat populaire, il faut un ressort de plus, qui est la VERTU. "

Et l'auteur de De l'esprit des lois, dans ce chapitre intitulé " Du principe de la démocratie ", ajoute : " Autrefois le bien des particuliers faisait le trésor public ; mais pour lors le trésor public devient le patrimoine des particuliers. La république est une dépouille ; et sa force n'est plus que le pouvoir de quelques citoyens et la licence de tous. " A bon entendeur, salut !


Gérard Courtois

 

lemonde pet

22 juin 2010


Partager cet article

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

Page D'accueil

  • : Militants de l'Espoir à gauche
  • Militants de l'Espoir à gauche
  • : Militants de l'Espoir à gauche réunit toutes celles et tous ceux qui soutiennent la ligne politique de Ségolène Royal pour une gauche démocratique, sociale, et écologique.
  • Contact

La fabrique AGIS !

dominique bertinotti (2)Dominique BERTINOTTI (75), Philippe ALLARD (75), Amale CHEBIB (75), Fabien SECHERRE (75), Françoise DEGOIS (75), Cyril CIBERT (86), Cécile FORTINEAU (23), christian CHOTARD (91), Eliane LEMAGNEN (64), esfand KHALAF (90), Laure BARGUILLET (87), Ahmed LAARAJ (30), Isabelle MALBERTI (75), Guy VERDIER (13012), catherine CANTAU (40), gilles CAILLET (91), Noëlle PLANCHAIS (56250), Gérard JABUT (69), Jocelyne BERDU (75), Jean-Pierre GUILBERT (75), Hélène MERMBERG, , Eric BRUN (63), Stéphanie SMANIOTTO,Eric CORNIER (33), Joelle FERAL, Gerard RAISER, Catherine RUBIO (33), Didier ANTONELLI, Nabil SANTO (75), Eliane LEMAGNEN (64), Céline LOOT, Pierre NSIMBA-DELEZAY (93), Marianne-Ségolène GINDREY (62), , Monique BONNIN (37), Jean-François THILLET (43), Jacqueline BOULET, Alain MAIRE (76), Caroline BERTRAN, Jacques MAZELLA (44), Christiane CHIROL, Rodrigue KOKOUENDO (77), Robert SIMON (75), francoise LALLIER (78), Sylvette GIRARD (28), claudine MOURET (41000), alban GUAY (37), roland ASTIER (38), mirella GOULOIS (62300), Michel CHARPENTIER (73), marie-neige PHILIPPE (44), Jean Jacques BAUGÉ (37), rachida MAZARIE (94), jacqueline LAKSANDER (2), pierrette LARDREAU (19100), martial LEHOUX (24), Rene PHILIPPEAU (91), Jean-Pierre HERY (2), Christine MALCOR (91), Jean KOMOROWSKI (33), , , Patricia VAN HALUIDYN (86), Claude BILLARDON (75), J-RAYMOND MAGUEUR (29), Claire CLAUDE (49), David VIEILLE, Laetitia DE WARREN (69), Georges RAULT (35), Michel CHATAIGNER (76), Chantal DEPUERS (6), YOLANDE PAVAN (93270), Maïté CAZAUX (33), Colette CHARBONNE (31), Hiroko KOMORI (75), M.J. SINAT (77), France-Marie NESPO-BIAIS (78000), Elisabeth HUSSON (75), Martine TREGRET (91), Andrée & Marie-Paule AUFAURE (3), Bernard JANODET (69), Yves FRUCHON (69), christiane NOUGARET (30), véronique SAINT-PAUL (75020), Marie-Noëlle VIBERT (94), Annick LE ROY (91), micheline HAREL (75), francoise QUELIN (77), jean baptiste TROUPLIN (75020), Elisabeth ARNAUD (33), Jean BRUNEL (13), Maryse MARTIN (17), Jacques ERNEST (92), Maurice BUTTIN (75015), Alain DRONEAUD (72430), Norel Houda AUMONT-GHÉDIR (75), Vanessa BAUDAT SLIMANI (45), CLAUDE TARRIERE (92500), Gérard PARCOT (91), FRANCK DAGORNE (56890), Ariane MATHIEU (77), Philippe POIGNANT (50), , Nadine AMIEL (75), Bernard FERRÉ (78), José THIOLLET (86), jerome DOUADY (38), Marcel AMIEL (75), arsene BOUTERFA (93500), sylvie SAINT PIERRE (95100), , Aurélien LONGÉ-LÉTANG (86), Fabrice BERARDI (13), Hubert TERRIGHI (47), Martine LEBRUN (94130), jean BURNELEAU (85), Marie FARRET (16), Janine CRESPIN (75013), sandrine PIERRON (86), cartier FLAVIEN (86), Dominique MENNESSON (94), Pierre BRUSSELLE (94), Eric DUCROS (86), , Romain ZARKA (75), Brigitte BEAUMANOIR (95), Olivier SALVANO-LUBESPÈRE (75), francoise ROZAN (12), Francine GILBERT REULIER (92), Christian AGON (75003), alain PIQUET (76), Laetitia CHEVROT (63), CHRISTIANE GOMEZ (86), Marc BONNICHON (33), Joëlle DE CORTE (17), Nadjet BOUCHIKHI (13), Yves FRUCHON (69), maryleine SIGRIST (5), Françoise CLEOSTRATE (34), Sébastien COUDRY (25), nicolas METIVIER (86), pierre HUYARD (17), Cécile GUILBERT (63), Bonaventure MBAYA (91), Bernard JANODET (69), Régis COTTET (86), martial LEHOUX (24), anthony ROUSSEAU (86), jean claude MAURIN (30), Jean-Claude CHEBROU (63), bruno OLIVIER (78), Jean-François VIONNET (26), ...

Pour rejoindre la fabrique socialiste AGIS : link