Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 octobre 2010 1 18 /10 /octobre /2010 17:32

h-4-1868802-1282562552-1-.jpg  Les propos de Martine Aubry, lors de l’émission « A vous de juger » sur France 2, plongent dans le doute une partie de « la gauche » du PS comme le révèle le billet de Pascal Cherki, maire du 14è arrondissement parisien et membre du bureau national du PS.

 

Lors du Congrès de Reims, la « gauche » du PS, affolée par le progressisme de Ségolène Royal, avait préféré se replier sur un soutien à Martine Aubry malgré le pacte de Marrakech avec Dominique Strauss Kahn. Un accord qui ne s’était donc pas fait sur une ligne politique mais seulement sur la volonté commune d’écarter la socialiste pourtant largement plébiscitée en 2006 par les socialistes venus en masse pour la soutenir.

 

Dans l’émission d’Arlette Chabot, se positionnant clairement sur un ticket avec DSK, abandonnant ainsi son alliance stratégique avec la ligne « gauche », Martine Aubry brouille à nouveau les cartes.

 

Au contraire, face à la réforme gouvernementale, Ségolène Royal s’est clairement positionnée dès le départ en faveur du maintien de la liberté de partir à la retraite à 60 ans avec pour le financement une participation plus forte des revenus du capital. La présidente de région socialiste a clairement expliqué l’importance de la prise en compte de la pénibilité dans le calcul des retraites et l’inacceptable allongement de la durée de cotisation alors que les jeunes et les séniors ne trouvent pas de travail. Une réforme totalement injuste et inefficace qu’elle a dénoncée avec force prenant la tête de la résistance pour défendre notre modèle social.

 

En somme « celle » que la « gauche » du Parti voulait placer à droite se révèle être dans les combats politiques sur le terrain la plus socialiste des socialistes…

 

Philippe Allard

 

 

viewmultimediadocument-1-.jpg    Billet de Pascal Cherki.

 

 

 

 

 

 

En prenant connaissance du contenu de l’intervention de notre Première Secrétaire lors de son passage à l’émission « A vous de juger » j’ai eu un doute. Comment Martine Aubry a-t-elle pu, alors que nous sommes en pleine mobilisation contre le projet profondément injuste de remise en cause des retraites par répartition, affirmer son accord avec l’allongement de la durée légale des cotisations ? Et comme, par sa parole, notre Première Secrétaire nous engage tous, je me demande si nous prenons bien la mesure de ce qui est en train de se passer dans notre pays actuellement : à savoir une colère de plus en plus explicite et de plus en plus importante contre un sentiment de profonde injustice qui règne depuis de nombreuses années dans notre pays. J’avoue que je ne comprends toujours pas les motivations qui ont conduit notre Première Secrétaire à faire cette déclaration devant des millions de téléspectateurs. Qu’aurions-nous dit si, en plein mouvement contre le projet de réforme de Devaquet en 1986 François Mitterrand avait manifesté son accord avec une partie de ce projet de loi ? Qu’aurions-nous dit si en plein mouvement contre le CPE, François Hollande avait manifesté son accord avec une partie de ce projet de loi ? C’est pourquoi je ne trouve aucune explication rationnelle à cette déclaration de Martine Aubry. Tout comme je ne comprends pas l’acharnement que mettent certains de mes camarades siégeant comme moi au Bureau National du PS à se prononcer pour l’allongement de la durée des cotisations. Tactiquement cette position est une faute car elle raisonne comme une gifle claquée à la face de millions de salariés mobilisés contre le projet de Nicolas Sarkozy et de François Fillon. Sur le fond, ensuite, elle est éminemment contestable et ce pour plusieurs raisons.

 

Cette position est contestable tout d’abord pour une raison de méthode. On ne peut pas vouloir à la fois construire une réforme des retraites dans la négociation avec les partenaires sociaux et afficher une position qui est rejetée par une écrasante majorité de salariés et deux au moins des principales confédérations syndicales, à savoir la CGT et FO.

Cette position est contestable ensuite sur le plan philosophique. Tout le combat de la gauche et du syndicalisme est un combat pour rendre du temps aux salariés. Pour leur rendre du temps de vie, non marchand, un temps qu’ils pourront utiliser librement pour se reposer, pour profiter de leurs proches et de leurs amis, pour voyager, pour se cultiver, pour s’engager. Ce combat est consubstantiel à l’émergence du mouvement syndical et de la gauche politique depuis l’apparition du capitalisme. C’est le combat pour la réduction de la durée quotidienne du travail, pour la réduction de la durée hebdomadaire du travail, pour le droit aux congés payés et pour le droit à la retraite. C’est l’essence même du combat réformiste, opposé à l’attente du grand soir, et qui consiste à vouloir changer progressivement l’ordre injuste de la société capitaliste.

Cette position enfin est contestable du point de vue économique. Les tenants de l’allongement de la durée des cotisations nous expliquent, à tort, que cette mesure est inéluctable en raison de la démographie mais ils ne prennent pas en compte l’exceptionnelle vitalité de la natalité française, unique en Europe et dans le monde développé. Les tenants de l’allongement de la durée de cotisations nous assènent l’argument de l’augmentation de l’espérance de vie. Mais cet argument n’est pas nouveau car l’espérance de vie ne cesse de progresser dans nos sociétés occidentales et cette progression n’avait pas empêché pourtant que l’on établisse en 1981, lors du premier septennat de François Mitterrand, la retraite à 60 ans fondée sur 37,5 années seulement de cotisations. Ce que l’on feint de ne pas voir c’est que le nombre d’actifs restera stable entre 2010 et 2050 après avoir fortement augmenté jusqu’en 2010. Mais surtout l’on omet de dire trois choses fondamentales dans ce débat. Premièrement, que la productivité qui a déjà été multipliée par 5 entre 1960 et 2010 sera au moins encore multipliée par 2 d’ici à 2050. Deuxièmement, que selon l’INSEE 6 salariés sur 10 sont hors emploi à l’âge de la retraite, les seniors étant écartés de l’emploi en moyenne à 58,5 ans. De même il n’est pas inutile de rappeler que, toujours selon l’INSEE, prés du quart, 23%, des 15-24 ans sont à la recherche d’un emploi. Troisièmement enfin, selon le COR (Conseil d’Orientation des Retraites) le solde annuel en 2050 du déficit maximal du régime des retraites serait de 120 milliards d’euros quand dans le même temps ces trente dernières années ce sont 200 milliards, soit 10% de la richesse produite, qui ont été transférés de la rémunération du travail vers les profits et les détenteurs de capitaux.

C’est pourquoi l’acceptation ou non de l’allongement de la durée des cotisations est un révélateur de la détermination ou non de la gauche à changer dans les vingt prochaines années la donne. Soit la gauche renonce à transformer l’ordre des choses et se place dans la seule optique de « mieux » gérer un système de plus en plus rejeté par la population et alors Martine Aubry a eu raison de donner raison à François Fillon sur l’allongement de la durée des cotisations. Soit la gauche aspire à transformer l’ordre des choses et alors doit envisager la réforme des retraites en lien avec une nouvelle politique économique favorisant le plein emploi, faisant baisser le taux de chômage des jeunes et augmenter le taux d’activité des seniors et posant de manière offensive un nouveau partage des richesses en faveur du travail et non du capital. Dans ce cas la question de l’allongement de la durée des cotisations ne se posera plus dans les mêmes termes.

Faisons très attention sur cette question fondamentale pour les françaises et les français qui n’ont pas la mémoire courte. N’oublions pas combien notre acceptation du « compromis de Barcelone » avait pesé lourd dans la balance lors de l’élection présidentielle de 2002 où à peine 13% des ouvriers et un tout petit peu plus seulement des employés avaient voté pour Lionel Jospin au premier tour de l’élection présidentielle.

C’est pourquoi je recommande fortement à Martine Aubry de rectifier très rapidement le tir et de remettre en perspective la question des retraites avec la question de la bataille pour le plein emploi et pour une nouvelle répartition des richesses.

Je ne souhaite pas et ne nous souhaite pas revivre une quatrième désillusion lors de l’élection présidentielle de 2012.

 

Pascal Cherki

Membre du Bureau National du PS

Partager cet article

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans Parti socialiste
commenter cet article

commentaires

thomas35 20/10/2010 16:08



Euh, je voudrais pas jouer les rabat-joie, mais dire qu'on est pour la retraite à 60 ans, c'est pas clair du tout, ni précis...


Royal n'a jamais détaillé ce qu'elle entendait par là. La retraite pour tous à 60 ans ? A taux plein ? Combien d'années de cotisation ? Comment on fait pour ceux qui ont par ex. seulement 35 ans
de cotisation à 60 ans ?



Da-Orange 19/10/2010 17:30



Il est clair que pour les militants PS, c'est difficile d'expliquer qu'ils sont sur les manifestations juste pour gagner...6 mois !!


En entrant de plus en plus tard dans le monde du travail et en partant de plus en plus tôt, 41,5 ou 42, c'est pareil. Peu de gens valideront le nombre de trimestres nécessaires à 60 ans.


Aujourd'hui dans la rue, les manifestants veulent conserver leurs acquis en récupérant sur ceux des privilégiés (les vrais); réclament une politique s'attaquant au chômage (des jeunes comme des
vieux) ; une prise en compte de la pénibilité ; une augmentation des salaires les plus bas ;  une compensation, payée par les patrons, des cotisations pour les contrats à temps partiels non
choisis ; une égalité salariale homme-femme etc... C'est pourtant clair, non ?



mirjossbom 19/10/2010 15:14



Bonjour à tous,


Je pense qu'il serait bon de faire savoir à Pascal - pour ceux qui sont en accord avec lui - qu'il n'est pas seul à avoir cette vision des
choses.


Un sympathisant, qui s'était un peu éloigné, m'écrit :"Voici en effet une mise au point qui était attendue"


Nous gagnerions à enfin abandonner le système ravageur des égos en attente de pouvoir ; nous n'en sommes plus là, il faut "sauver" la France ; il faut
montrer au monde que la richesse ne se coagule pas sur certains mais qu'elle peut être intelligemment répartie... regardez la belle "retraite" de l'ancien PDG de France Télécom, est-ce admissible
???


Reconnaître à ceux qui font vivre toutes les entreprises et les divers établissements leur juste droit et enfin abolir - n'attend-on pas cela depuis la
révolution ? - les privilèges honteux qui font les nouveaux et moins nouveaux "pauvres" honteux...


Faut-il faire des pièces de théâtre - pour ceux qui peuvent y aller - pour enfin montrer à ceux qui ont chaud que le froid existe même sur de la moquette ?
Quand Bertrand Blier, lors d'une interview dit que ça interpelle ce que l'on voit chaque jour sur les trottoirs, souhaitons que beaucoup soient interpellés! On ne peut pas admettre la "retraite
trottoir" au 21ème siècle!!


Alors, redevenons vraiment socialistes!



Eric Brun 19/10/2010 13:28



Clair, net, précis et utile ! Bravo et Merci, Pascal !



Philipe Daupias 18/10/2010 21:30



Je ne veux surtout pas semer la zizanie dans l'unité du PS que Ségo revendique haut et fort. Je n'en suis pas pour autant en désaccord (loin de là) avec Pascal Cherki. Qu'il est doux de lire
clairement, sans haine, ce que je pense avec un peu d'aigreur!


Un grand merci aussi pour cette petite phrase que je me tue à marmonner depuis le congrès de Reims :"En somme «celle» que la
«gauche» du Parti voulait placer à droite se révèle être dans les combats politiques sur le terrain la plus socialiste des socialistes… "


Un petit moment de bonheur, en toute fraternité, ça ne se reffuse pas...


 



Page D'accueil

  • : Militants de l'Espoir à gauche
  • Militants de l'Espoir à gauche
  • : Militants de l'Espoir à gauche réunit toutes celles et tous ceux qui soutiennent la ligne politique de Ségolène Royal pour une gauche démocratique, sociale, et écologique.
  • Contact

La fabrique AGIS !

dominique bertinotti (2)Dominique BERTINOTTI (75), Philippe ALLARD (75), Amale CHEBIB (75), Fabien SECHERRE (75), Françoise DEGOIS (75), Cyril CIBERT (86), Cécile FORTINEAU (23), christian CHOTARD (91), Eliane LEMAGNEN (64), esfand KHALAF (90), Laure BARGUILLET (87), Ahmed LAARAJ (30), Isabelle MALBERTI (75), Guy VERDIER (13012), catherine CANTAU (40), gilles CAILLET (91), Noëlle PLANCHAIS (56250), Gérard JABUT (69), Jocelyne BERDU (75), Jean-Pierre GUILBERT (75), Hélène MERMBERG, , Eric BRUN (63), Stéphanie SMANIOTTO,Eric CORNIER (33), Joelle FERAL, Gerard RAISER, Catherine RUBIO (33), Didier ANTONELLI, Nabil SANTO (75), Eliane LEMAGNEN (64), Céline LOOT, Pierre NSIMBA-DELEZAY (93), Marianne-Ségolène GINDREY (62), , Monique BONNIN (37), Jean-François THILLET (43), Jacqueline BOULET, Alain MAIRE (76), Caroline BERTRAN, Jacques MAZELLA (44), Christiane CHIROL, Rodrigue KOKOUENDO (77), Robert SIMON (75), francoise LALLIER (78), Sylvette GIRARD (28), claudine MOURET (41000), alban GUAY (37), roland ASTIER (38), mirella GOULOIS (62300), Michel CHARPENTIER (73), marie-neige PHILIPPE (44), Jean Jacques BAUGÉ (37), rachida MAZARIE (94), jacqueline LAKSANDER (2), pierrette LARDREAU (19100), martial LEHOUX (24), Rene PHILIPPEAU (91), Jean-Pierre HERY (2), Christine MALCOR (91), Jean KOMOROWSKI (33), , , Patricia VAN HALUIDYN (86), Claude BILLARDON (75), J-RAYMOND MAGUEUR (29), Claire CLAUDE (49), David VIEILLE, Laetitia DE WARREN (69), Georges RAULT (35), Michel CHATAIGNER (76), Chantal DEPUERS (6), YOLANDE PAVAN (93270), Maïté CAZAUX (33), Colette CHARBONNE (31), Hiroko KOMORI (75), M.J. SINAT (77), France-Marie NESPO-BIAIS (78000), Elisabeth HUSSON (75), Martine TREGRET (91), Andrée & Marie-Paule AUFAURE (3), Bernard JANODET (69), Yves FRUCHON (69), christiane NOUGARET (30), véronique SAINT-PAUL (75020), Marie-Noëlle VIBERT (94), Annick LE ROY (91), micheline HAREL (75), francoise QUELIN (77), jean baptiste TROUPLIN (75020), Elisabeth ARNAUD (33), Jean BRUNEL (13), Maryse MARTIN (17), Jacques ERNEST (92), Maurice BUTTIN (75015), Alain DRONEAUD (72430), Norel Houda AUMONT-GHÉDIR (75), Vanessa BAUDAT SLIMANI (45), CLAUDE TARRIERE (92500), Gérard PARCOT (91), FRANCK DAGORNE (56890), Ariane MATHIEU (77), Philippe POIGNANT (50), , Nadine AMIEL (75), Bernard FERRÉ (78), José THIOLLET (86), jerome DOUADY (38), Marcel AMIEL (75), arsene BOUTERFA (93500), sylvie SAINT PIERRE (95100), , Aurélien LONGÉ-LÉTANG (86), Fabrice BERARDI (13), Hubert TERRIGHI (47), Martine LEBRUN (94130), jean BURNELEAU (85), Marie FARRET (16), Janine CRESPIN (75013), sandrine PIERRON (86), cartier FLAVIEN (86), Dominique MENNESSON (94), Pierre BRUSSELLE (94), Eric DUCROS (86), , Romain ZARKA (75), Brigitte BEAUMANOIR (95), Olivier SALVANO-LUBESPÈRE (75), francoise ROZAN (12), Francine GILBERT REULIER (92), Christian AGON (75003), alain PIQUET (76), Laetitia CHEVROT (63), CHRISTIANE GOMEZ (86), Marc BONNICHON (33), Joëlle DE CORTE (17), Nadjet BOUCHIKHI (13), Yves FRUCHON (69), maryleine SIGRIST (5), Françoise CLEOSTRATE (34), Sébastien COUDRY (25), nicolas METIVIER (86), pierre HUYARD (17), Cécile GUILBERT (63), Bonaventure MBAYA (91), Bernard JANODET (69), Régis COTTET (86), martial LEHOUX (24), anthony ROUSSEAU (86), jean claude MAURIN (30), Jean-Claude CHEBROU (63), bruno OLIVIER (78), Jean-François VIONNET (26), ...

Pour rejoindre la fabrique socialiste AGIS : link