Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juillet 2010 2 20 /07 /juillet /2010 19:00

Commissions-des-affaires-sociales.jpg

Eric Woerth devant la commission des affaires sociales de l'Assemblée Nationale, présidée par Peirre Méhaignerie, le 16 juin 2010

Le projet de loi sur la réforme des retraites est actuellement en débat accéléré (3 jours !) à huis clos à la commission des affaires sociales de l’Assemblée Nationale. Il va encore davantage creuser les injustices dont sont victimes les femmes. Le rapport de la délégation aux droits des femmes de l'Assemblée nationale, pourtant présidée par une députée UMP, Marie-Jo Zimmermann (Moselle), fustige cet accroissement des inégalités :

" Un creusement des inégalités est à craindre et elles affecteront en priorité les retraites des femmes. "

Mais Jean-François Copé a indiqué vouloir " veiller aux grands équilibres du projet de loi ", et il est probable que le projet de loi ne bougera pas et ne corrigera pas cette injustice.

Comme le met en évidence l'article du Monde, les femmes touchent de plus petites retraites car elles n'ont pas la même carrière professionnelle que les hommes (voir l'article Retraites : la place de la femme, plus de jeunes, les bonus, les stock-options et les actions gratuites).

Ainsi, l’écart de salaire hommes/femmes pour un temps complet est, selon Christiane Marty, membre du Conseil scientifique d’ATTAC, de 20%, dont au moins 5 points sont imputables à de la discrimination, comme le reconnaît le MEDEF.

545.jpg

Les inégalités hommes-femmes dans la vie active, et ses implications sur la retraite des femmes (dessin de Plantu)

Par ailleurs, les femmes sont les premières victimes du temps partiel imposé ou « choisi ». Ainsi, la grande distribution, importante utilisatrice de temps partiels, emploie surtout des femmes, avec des horaires éclatés qui rendent impossibles une vie familiale normale : c’est le temps partiel imposé. Le temps partiel « choisi », lui, est un leurre : de nombreuses femmes « choisissent » le temps partiel pour pouvoir s’occuper de leurs enfants, tout en faisant bien souvent le travail de 5 jours en 4 : ce sont les « quatre cinquièmes ».

D’autre part, la moitié des enfants âgés de 4,5 mois à 2,5 ans sont gardés par un parent qui ne travaille pas, le plus souvent la mère (étude de Chritiane Marty) : pendant la période d’activité des Français, entre 30 et 55 ans, les femmes ont un taux d’activité inférieur de 10 points à celui des hommes. Ainsi, les femmes sont triplement pénalisées pour le service qu’elles rendent à la nation : plus elles ont d’enfants, moins perçoivent de salaires durant leur vie active, donc plus faibles est leur pension de base, et plus grande est la proportion de femmes n’ayant pas de retraite à taux plein.

La réforme que prépare Nicolas Sarkozy, le gouvernement Fillon, et le ministre du Travail Eric Woerth, actuellement en débat accéléré (3 jours) à huis clos en commission à l’Assemblée Nationale, va encore aggraver les inégalités hommes-femmes au niveau des retraites. Pourtant, des solutions existent, qui demandent une volonté politique et un souci de la solidarité et de l'équité sociale que n'a pas Nicolas Sarkozy, notamment la mise en place d'un véritable service public à la petite enfance, doté d'un budget à la hauteur de ses ambitions, et de personnels correctement formés et rémunérés ; et la taxation du temps partiel imposé, par exemple en asseyant les cotisations sociales sur un salaire à temps complet.

F.M.

-oOo-

lemonde pet

21 juillet 2010

La réforme des retraites ne corrige pas les inégalités hommes-femmes

Retraites-LM-21-07-2010.jpg

La commission des affaires sociales de l'Assemblée nationale examine le texte à huis clos

À la veille de l'examen en commission du projet de loi sur les retraites, qui débute mardi 20 jusqu'à jeudi 22 juillet, la délégation aux droits des femmes de l'Assemblée nationale réaffirme une évidence : " Un creusement des inégalités est à craindre et elles affecteront en priorité les retraites des femmes. "

Le rapport de la délégation, présidée par Marie-Jo Zimmermann (UMP, Moselle), mesure l'impact - négatif - de la réforme de 2003 sur les pensions servies aux femmes et évalue celui de la réforme à venir. Tout en approuvant l'inscription par la loi de l'" impératif d'équité " et donc de réduction des inégalités de pension entre les hommes et les femmes, elle constate que celle-ci va à rebours de l'objectif annoncé.

En 2004, les femmes ont perçu un montant moyen de retraite représentant 62 % de celui des hommes (1 020 euros contre 1 636). Les droits directs qu'elles ont acquis (hors réversion et avantages accessoires) ne représentaient encore, en 2008, que 58 % de ceux des hommes. La moitié des femmes ont une retraite inférieure à 900 euros contre 20 % des hommes.

Le gouvernement se défend en expliquant que les inégalités des niveaux de pension résultent des écarts persistants dans le déroulement des carrières professionnelles. Certes, mais les projections effectuées par le Conseil d'orientation des retraites (COR) montrent que les pensions des femmes vont rester significativement inférieures à celles des hommes. " Au vu de ces projections, note le rapport, il est indispensable d'agir à la fois sur la réduction des inégalités entre les hommes et les femmes pendant la vie professionnelle, mais aussi d'adopter des mesures correctrices ayant des effets plus immédiats pour traiter la situation des femmes qui vont liquider leurs droits à la retraite dans les cinq à dix ans qui viennent. "

Pour la délégation aux droits des femmes, la principale mesure pénalisant les femmes est le recul à 67 ans de l'âge permettant de bénéficier de la retraite à taux plein. " Ce sont les femmes qui vont devoir travailler jusqu'à 67 ans ou qui partiront avec des retraites incomplètes ", souligne le rapport. Dans la mesure où leurs carrières sont en moyenne plus courtes que celles des hommes, elles sont contraintes de liquider plus tard leurs droits afin d'éviter une décote du montant de leur retraite.

Les chiffres parlent d'eux-mêmes : pour la génération de 1943 - qui a eu 60 ans en 2003 et 65 ans en 2008 -, 67 % des hommes ont liquidé leur retraite à 60 ans contre seulement 48 % des femmes. Moins de 15 % des hommes ont dû attendre l'âge de 65 ans contre 37 % des femmes. Parmi celles-ci, 30 % avaient moins de trente-cinq ans de cotisations, majorations comprises. Les femmes liquident leurs pensions plus tard pour éviter l'application d'une décote sur une pension faible.

Le projet de loi ignore les conséquences du temps partiel sur les retraites, qui, insiste le rapport, " va peser de plus en plus fortement sur les pensions des femmes ", en raison de sa progression. Actuellement 82 % des travailleurs à temps partiel sont des femmes : 30 % des femmes actives n'ont pas d'emploi à temps plein contre 5,7 % des hommes. " Le temps partiel retentit de façon évidente sur le salaire de référence sur la base duquel la pension est calculée ", note la délégation. Or cet effet n'est ni pris en compte ni corrigé par les dispositifs existants.

Aussi la délégation aux droits des femmes demande-t-elle des " correctifs indispensables ". En premier lieu, considérant que le report de 65 à 67 ans de l'âge du bénéfice de la retraite à taux plein affectera particulièrement les femmes, elle demande le maintien à 65 ans de l'âge du taux plein pour tous.

Sa présidente, Mme Zimmermann, a déposé d'autres amendements. Ils visent à renforcer les droits des salariés à temps partiel et à rendre effective l'obligation de négocier sur l'égalité professionnelle. Toutefois, la majorité ne semble pas prête à les faire siens.

Le président du groupe UMP, Jean-François Copé, qui s'était présenté en ardent défenseur des droits des femmes pour l'interdiction du voile intégral, a annoncé vouloir " veiller aux grands équilibres du projet de loi ". Celui-ci, par conséquent, ne bougera quasiment pas.

L'examen en commission, de toute façon, se tiendra à l'abri des regards. Le président (UMP) de la commission des affaires sociales, Pierre Méhaignerie, a maintenu, en dépit des demandes répétées de la presse parlementaire, le huis clos sur ces travaux.

Patrick Roger

Partager cet article

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

Page D'accueil

  • : Militants de l'Espoir à gauche
  • Militants de l'Espoir à gauche
  • : Militants de l'Espoir à gauche réunit toutes celles et tous ceux qui soutiennent la ligne politique de Ségolène Royal pour une gauche démocratique, sociale, et écologique.
  • Contact

La fabrique AGIS !

dominique bertinotti (2)Dominique BERTINOTTI (75), Philippe ALLARD (75), Amale CHEBIB (75), Fabien SECHERRE (75), Françoise DEGOIS (75), Cyril CIBERT (86), Cécile FORTINEAU (23), christian CHOTARD (91), Eliane LEMAGNEN (64), esfand KHALAF (90), Laure BARGUILLET (87), Ahmed LAARAJ (30), Isabelle MALBERTI (75), Guy VERDIER (13012), catherine CANTAU (40), gilles CAILLET (91), Noëlle PLANCHAIS (56250), Gérard JABUT (69), Jocelyne BERDU (75), Jean-Pierre GUILBERT (75), Hélène MERMBERG, , Eric BRUN (63), Stéphanie SMANIOTTO,Eric CORNIER (33), Joelle FERAL, Gerard RAISER, Catherine RUBIO (33), Didier ANTONELLI, Nabil SANTO (75), Eliane LEMAGNEN (64), Céline LOOT, Pierre NSIMBA-DELEZAY (93), Marianne-Ségolène GINDREY (62), , Monique BONNIN (37), Jean-François THILLET (43), Jacqueline BOULET, Alain MAIRE (76), Caroline BERTRAN, Jacques MAZELLA (44), Christiane CHIROL, Rodrigue KOKOUENDO (77), Robert SIMON (75), francoise LALLIER (78), Sylvette GIRARD (28), claudine MOURET (41000), alban GUAY (37), roland ASTIER (38), mirella GOULOIS (62300), Michel CHARPENTIER (73), marie-neige PHILIPPE (44), Jean Jacques BAUGÉ (37), rachida MAZARIE (94), jacqueline LAKSANDER (2), pierrette LARDREAU (19100), martial LEHOUX (24), Rene PHILIPPEAU (91), Jean-Pierre HERY (2), Christine MALCOR (91), Jean KOMOROWSKI (33), , , Patricia VAN HALUIDYN (86), Claude BILLARDON (75), J-RAYMOND MAGUEUR (29), Claire CLAUDE (49), David VIEILLE, Laetitia DE WARREN (69), Georges RAULT (35), Michel CHATAIGNER (76), Chantal DEPUERS (6), YOLANDE PAVAN (93270), Maïté CAZAUX (33), Colette CHARBONNE (31), Hiroko KOMORI (75), M.J. SINAT (77), France-Marie NESPO-BIAIS (78000), Elisabeth HUSSON (75), Martine TREGRET (91), Andrée & Marie-Paule AUFAURE (3), Bernard JANODET (69), Yves FRUCHON (69), christiane NOUGARET (30), véronique SAINT-PAUL (75020), Marie-Noëlle VIBERT (94), Annick LE ROY (91), micheline HAREL (75), francoise QUELIN (77), jean baptiste TROUPLIN (75020), Elisabeth ARNAUD (33), Jean BRUNEL (13), Maryse MARTIN (17), Jacques ERNEST (92), Maurice BUTTIN (75015), Alain DRONEAUD (72430), Norel Houda AUMONT-GHÉDIR (75), Vanessa BAUDAT SLIMANI (45), CLAUDE TARRIERE (92500), Gérard PARCOT (91), FRANCK DAGORNE (56890), Ariane MATHIEU (77), Philippe POIGNANT (50), , Nadine AMIEL (75), Bernard FERRÉ (78), José THIOLLET (86), jerome DOUADY (38), Marcel AMIEL (75), arsene BOUTERFA (93500), sylvie SAINT PIERRE (95100), , Aurélien LONGÉ-LÉTANG (86), Fabrice BERARDI (13), Hubert TERRIGHI (47), Martine LEBRUN (94130), jean BURNELEAU (85), Marie FARRET (16), Janine CRESPIN (75013), sandrine PIERRON (86), cartier FLAVIEN (86), Dominique MENNESSON (94), Pierre BRUSSELLE (94), Eric DUCROS (86), , Romain ZARKA (75), Brigitte BEAUMANOIR (95), Olivier SALVANO-LUBESPÈRE (75), francoise ROZAN (12), Francine GILBERT REULIER (92), Christian AGON (75003), alain PIQUET (76), Laetitia CHEVROT (63), CHRISTIANE GOMEZ (86), Marc BONNICHON (33), Joëlle DE CORTE (17), Nadjet BOUCHIKHI (13), Yves FRUCHON (69), maryleine SIGRIST (5), Françoise CLEOSTRATE (34), Sébastien COUDRY (25), nicolas METIVIER (86), pierre HUYARD (17), Cécile GUILBERT (63), Bonaventure MBAYA (91), Bernard JANODET (69), Régis COTTET (86), martial LEHOUX (24), anthony ROUSSEAU (86), jean claude MAURIN (30), Jean-Claude CHEBROU (63), bruno OLIVIER (78), Jean-François VIONNET (26), ...

Pour rejoindre la fabrique socialiste AGIS : link