Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juin 2010 6 19 /06 /juin /2010 19:44


MYCHELE-DANIAU.jpg

Une agricultrice au travail dans son exploitation laitière à Chavoy (Manche) (AFP/Mychèle Daniau)

Et elles, qu'en pensent-elles ? De la crise agricole, des prix qui dégringolent, de ce mal-être paysan qui n'en finit pas de gagner du terrain… Qu'en pensent-elles, les femmes d'agriculteurs, elles qu'on entend si peu dans les médias ? On n'étonnera personne : beaucoup de choses. Et pour cause : elles ont rarement autant "soutenu" l'agriculture qu'en ce moment. Leur contribution est de deux ordres. Psychologique d'abord : dans un milieu où le célibat ne cesse de progresser, leur présence n'est-elle pas le meilleur antidote au désespoir ambiant ? Économique ensuite : les épouses ont, plus que leur mari, cette capacité d'aller travailler en dehors de l'exploitation afin de rapporter un revenu stable, souvent indispensable.

DIFFICULTÉS ÉCONOMIQUES

Le phénomène n'est pas nouveau, certes. L'évolution des mœurs et le désir d'émancipation ont, depuis longtemps, poussé les femmes à chercher des emplois "à l'extérieur", et ce bien avant la création (en 2000) du statut de "conjoint collaborateur" permettant de cotiser au système de retraite sans pour autant être associé statutairement à l'exploitation.

Les difficultés économiques des deux dernières décennies ont cependant renforcé la désaffection féminine. Surtout chez les moins de 35 ans. En 2005 (dernière année de recensement), sept jeunes conjointes sur dix exerçaient ainsi une profession hors de la ferme.

La rudesse des crises récentes, notamment celle du lait, amorcée mi-2008, accentuera-t-elle encore un peu plus la tendance ? À 50 ans passés, jamais Catherine Albouy n'aurait pensé quitter l'exploitation où elle s'est installée professionnellement avec son mari en 1994 du côté de Baraqueville, dans l'Aveyron."Jusque-là, on a vécu correctement. Ce n'était pas mirobolant, mais on y arrivait, raconte-t-elle. Cela a choqué certains quand j'ai trouvé ce boulot à l'extérieur. Les gens étaient persuadés que notre exploitation marchait bien."

Comice_agricole_de_Laval-St_Berthevin__2009_m.jpg

Guillaume Garot discutant avec un éleveur laitier en 2009 : articles "crise laitière" du blog de Guillaume Garot

La crise du lait – dont le prix a chuté de 40 % en un an – a eu raison de ce groupement agricole d'exploitation en commun (GAEC) familial de 65 vaches de race Prim'Holstein. Les Albouy ont d'abord renoncé à s'attribuer un salaire, préférant n'en verser qu'un seul à leur fils Vincent, célibataire, qui est aussi leur associé. Catherine, elle, est devenue "aide à domicile" chez une personne âgée, à raison de 17 heures par semaine, le maximum autorisé afin de continuer parallèlement à exercer au sein du GAEC.

"A part des ménages, je ne vois pas ce que j'aurais pu faire à mon âge, explique-t-elle. Mais ce n'est pas le boulot qui est difficile. Plutôt l'idée de se dire qu'on est obligé d'aller chercher un revenu à l'extérieur alors qu'il y a tant de travail à la ferme." Son second métier lui rapporte 500 euros par mois. Cest mieux que rien, mais pas assez : le couple, qui s'est lancé dans l'agrandissement d'un bâtiment en 2007, au moment où le prix du lait était au plus haut, doit puiser dans ses économies afin de joindre les deux bouts.

En Aveyron – département rural où est née en 2009 l'idée d'une "grève du lait "(refus de livrer les laiteries, épandage dans les champs, dons…), à l'initiative d'une association de producteurs indépendants –, Catherine Albouy n'est pas un cas isolé. "Chez les trois quarts des couples qui s'installent aujourd'hui, l'épouse cherche ou a déjà un travail à l'extérieur", indique celle qui est aussi administratrice au Crédit agricole.

Francois-Lenoir-sept-2009.jpg

"Grève du lait" : épandage de lait sur un champs en septembre 2009 (REUTERS/Francois Lenoir)

Ici comme ailleurs, toutefois, quitter la ferme n'est pas un Rubicon facile à franchir. Milieu rural oblige, la candidate au départ devra d'abord chercher un emploi parmi une offre restreinte de débouchés (services à la personne, restauration…). Il lui faudra, secundo, convaincre son mari d'effectuer à sa place les tâches qui lui incombaient jusque-là (traite des vaches, soin des animaux…). Et enfin braver les pesanteurs familiales, lesquelles restent nombreuses dans une activité encore largement adossée au concept de "transmission" (des terres, du savoir…).

REVENUS CASTRATEURS

"Pendant longtemps, le principal frein a été la belle-famille, confirme Marie-Thérèse Lacombe, auteur de Pionnières ! Les femmes dans la modernisation des campagnes de l'Aveyron, de 1945 à nos jours(éditions du Rouergue, 2009) et veuve de Raymond Lacombe (ancien président de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles). Heureusement, les choses changent. On le voit en période d'ensilage, comme en ce moment : avant, les femmes se devaient de préparer un grand repas pour leurs hommes et il fallait que ce soit comme il faut ; aujourd'hui, soit le repas est préparé la veille, soit il est fait de sandwiches, soit on va au restaurant !"

D'autres obstacles, plus profonds, peuvent entraver les velléités de départ, synonymes d'apport d'argent frais. "Voir sa femme rapporter un revenu de l'extérieur peut apparaître aussi castrateur que de toucher des subventions, estime François Purseigle, sociologue à l'Ecole nationale supérieure agronomique de Toulouse (Ensat) et spécialiste des mondes agricoles. On touche là aux fondements mêmes de la masculinité en agriculture et à la figure de l'exploitation patriarcale, dans laquelle l'homme a toujours tenu les cordons de la bourse."

 

L'AGRICULTURE AU FÉMININ

Départs précoces. Parmi les 10 000 à 11 000 chefs d'exploitation qui, chaque année, mettent fin prématurément à leur activité professionnelle (31 % de l'ensemble des cessations d'activité), figurent 30 % de femmes. "Dans plus d'un cas sur deux, ces départs sont liés à des difficultés économiques", souligne François Lefebvre, chef des études, de la statistique et de la prospective à l'Agence de services et de paiement (ASP).

Poussée féminine. Excepté les 400 000 femmes salariées de la production agricole (surtout en CDD et à 40 % dans la viticulture), les agricultrices sont environ 175 000 en France, soit un quart de la population agricole. 126 000 ont le statut de chef d'exploitation, 49 000 sont des conjointes d'exploitant (déclarées comme telles sur un total de 215 000 conjointes). Les femmes représentent 45 % des installations nouvelles. 37 % des élèves engagés dans des formations de production agricole sont actuellement des filles ; elles étaient 9 % en 1979. "La part des femmes au sein de la population agricole devrait se rapprocher d'un tiers à l'horizon 2020", estime François Lefebvre.

Frédéric Potet

 

lemondefr_pet.gif

18.06.10 | 20h31


Partager cet article

Repost 0
Published by Militants de l'Espoir à gauche - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

Page D'accueil

  • : Militants de l'Espoir à gauche
  • Militants de l'Espoir à gauche
  • : Militants de l'Espoir à gauche réunit toutes celles et tous ceux qui soutiennent la ligne politique de Ségolène Royal pour une gauche démocratique, sociale, et écologique.
  • Contact

La fabrique AGIS !

dominique bertinotti (2)Dominique BERTINOTTI (75), Philippe ALLARD (75), Amale CHEBIB (75), Fabien SECHERRE (75), Françoise DEGOIS (75), Cyril CIBERT (86), Cécile FORTINEAU (23), christian CHOTARD (91), Eliane LEMAGNEN (64), esfand KHALAF (90), Laure BARGUILLET (87), Ahmed LAARAJ (30), Isabelle MALBERTI (75), Guy VERDIER (13012), catherine CANTAU (40), gilles CAILLET (91), Noëlle PLANCHAIS (56250), Gérard JABUT (69), Jocelyne BERDU (75), Jean-Pierre GUILBERT (75), Hélène MERMBERG, , Eric BRUN (63), Stéphanie SMANIOTTO,Eric CORNIER (33), Joelle FERAL, Gerard RAISER, Catherine RUBIO (33), Didier ANTONELLI, Nabil SANTO (75), Eliane LEMAGNEN (64), Céline LOOT, Pierre NSIMBA-DELEZAY (93), Marianne-Ségolène GINDREY (62), , Monique BONNIN (37), Jean-François THILLET (43), Jacqueline BOULET, Alain MAIRE (76), Caroline BERTRAN, Jacques MAZELLA (44), Christiane CHIROL, Rodrigue KOKOUENDO (77), Robert SIMON (75), francoise LALLIER (78), Sylvette GIRARD (28), claudine MOURET (41000), alban GUAY (37), roland ASTIER (38), mirella GOULOIS (62300), Michel CHARPENTIER (73), marie-neige PHILIPPE (44), Jean Jacques BAUGÉ (37), rachida MAZARIE (94), jacqueline LAKSANDER (2), pierrette LARDREAU (19100), martial LEHOUX (24), Rene PHILIPPEAU (91), Jean-Pierre HERY (2), Christine MALCOR (91), Jean KOMOROWSKI (33), , , Patricia VAN HALUIDYN (86), Claude BILLARDON (75), J-RAYMOND MAGUEUR (29), Claire CLAUDE (49), David VIEILLE, Laetitia DE WARREN (69), Georges RAULT (35), Michel CHATAIGNER (76), Chantal DEPUERS (6), YOLANDE PAVAN (93270), Maïté CAZAUX (33), Colette CHARBONNE (31), Hiroko KOMORI (75), M.J. SINAT (77), France-Marie NESPO-BIAIS (78000), Elisabeth HUSSON (75), Martine TREGRET (91), Andrée & Marie-Paule AUFAURE (3), Bernard JANODET (69), Yves FRUCHON (69), christiane NOUGARET (30), véronique SAINT-PAUL (75020), Marie-Noëlle VIBERT (94), Annick LE ROY (91), micheline HAREL (75), francoise QUELIN (77), jean baptiste TROUPLIN (75020), Elisabeth ARNAUD (33), Jean BRUNEL (13), Maryse MARTIN (17), Jacques ERNEST (92), Maurice BUTTIN (75015), Alain DRONEAUD (72430), Norel Houda AUMONT-GHÉDIR (75), Vanessa BAUDAT SLIMANI (45), CLAUDE TARRIERE (92500), Gérard PARCOT (91), FRANCK DAGORNE (56890), Ariane MATHIEU (77), Philippe POIGNANT (50), , Nadine AMIEL (75), Bernard FERRÉ (78), José THIOLLET (86), jerome DOUADY (38), Marcel AMIEL (75), arsene BOUTERFA (93500), sylvie SAINT PIERRE (95100), , Aurélien LONGÉ-LÉTANG (86), Fabrice BERARDI (13), Hubert TERRIGHI (47), Martine LEBRUN (94130), jean BURNELEAU (85), Marie FARRET (16), Janine CRESPIN (75013), sandrine PIERRON (86), cartier FLAVIEN (86), Dominique MENNESSON (94), Pierre BRUSSELLE (94), Eric DUCROS (86), , Romain ZARKA (75), Brigitte BEAUMANOIR (95), Olivier SALVANO-LUBESPÈRE (75), francoise ROZAN (12), Francine GILBERT REULIER (92), Christian AGON (75003), alain PIQUET (76), Laetitia CHEVROT (63), CHRISTIANE GOMEZ (86), Marc BONNICHON (33), Joëlle DE CORTE (17), Nadjet BOUCHIKHI (13), Yves FRUCHON (69), maryleine SIGRIST (5), Françoise CLEOSTRATE (34), Sébastien COUDRY (25), nicolas METIVIER (86), pierre HUYARD (17), Cécile GUILBERT (63), Bonaventure MBAYA (91), Bernard JANODET (69), Régis COTTET (86), martial LEHOUX (24), anthony ROUSSEAU (86), jean claude MAURIN (30), Jean-Claude CHEBROU (63), bruno OLIVIER (78), Jean-François VIONNET (26), ...

Pour rejoindre la fabrique socialiste AGIS : link